AVIS JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de non-responsabilité et sont protégées par un copyright.

  esdeenfrpt
European Flag    Europa La Commission européenne Recherche RDT Info 19
Notre Planète Océan BannerSommaire
 

La Méditerranée, mer ensoleillée

 

    Les quatre mers d'EuropeAvec ses plages dorées, son ciel bleu et ses eaux claires, la Méditerranée est l'une des mers les plus accueillantes du monde. Elle est également vitale - tant au point de vue industriel que touristique - pour l'économie de 20 pays européens. Depuis 1988, l'UE finance un ensemble de recherches visant à comprendre cette mer complexe. Le projet EROS 2000, en Méditerranée occidentale (1988 -1995) a fourni de nombreuses informations précieuses sur la circulation des eaux et les taux de pollution. MTP (Mediterranean Targeted Project) - actuellement le plus vaste projet de recherche pluridisciplinaire portant sur les régions orientales et occidentales de cette mer - a été lancé par la Commission européenne en 1993. Il s'inscrit dans le cadre des efforts importants déployés par l'UE pour mieux comprendre la Méditerranée et identifier les activités humaines susceptibles de nuire à ses fragiles écosystèmes.

La phase pilote du projet MTP (1993-1996) a réuni des chercheurs de plusieurs pays au sein d'une équipe très soudée. Cette collaboration a porté ses fruits : en l'espace de trois ans seulement, le projet a réalisé des progrès scientifiques considérables. La deuxième phase, MTP-II (1996-1999), se fonde sur les bases établies par MTP-I et élargit cette coopération en réunissant 54 groupes de recherche issus de 13 pays de l'UE ainsi que plusieurs équipes de Suisse, du Maroc et de Tunisie.

Mediterranean picturePetites causes, grands effets

Le projet MTP a permis de découvrir que la température des eaux profondes du bassin méditerranéen occidental a augmenté de 0,13ºC au cours des quarante dernières années. Aux yeux des géophysiciens, ce réchauffement, apparemment anodin, est important en un laps de temps aussi court. Il pourrait s'agir d'un indice sérieux confirmant que l'environnement global se modifie en réagissant aux activités urbaines et industrielles.

Les conclusions les plus récentes du projet MTP suggèrent que l'augmentation de la salinité observée durant la même période n'est pas moins importante et qu'elle pourrait également être imputée à l'homme. La construction de gigantesques barrages (notamment ceux d'Assouan sur le Nil et de l'Ebre en Espagne) a limité l'apport d'eau douce en Méditerranée durant les 50 dernières années, ce qui a conduit à une augmentation générale de la salinité. L'eau salée étant plus dense que l'eau douce, ce changement a affecté la circulation de courants importants dans le bassin méditerranéen, ainsi qu'entre la Méditerranée et l'océan Atlantique.

Caulerpa taxifolia Picture
Culerpa Taxifol, "l'algue meurtrière", a perturbé l'équilibre naturel de l'écosystème marin de la Méditerranée et a nui gravement au tourisme sur certaines côtes. L'importante prolifération de cette algue est due à l'augmentation de l'eutrophisation causée par la croissance industrielle et les méthodes de culture intensives.

L'une des plus importantes modifications constatées concerne le courant d'eau salée qui quitte la Méditerranée au détroit de Gibraltar et contribue à la formation du Gulf Stream, facteur clé du climat européen. Directement liées à celle des eaux du bassin méditerranéen, les conséquences de l'augmentation de la salinité de ce courant sont difficiles à prédire à long terme. Elles pourraient pousser le Gulf Stream vers l'ouest et provoquer un sévère refroidissement de l'Europe du Nord ou, à l'inverse, dévier le Gulf Stream vers l'Est et rendre le climat beaucoup plus chaud. Face à ces deux scénarios, les scientifiques redoublent d'efforts pour réaliser des prévisions plus exactes.

Science performante, politiques efficaces

Le développement de l'industrie et de l'agriculture intensive ont également pesé sur la Méditerranée, notamment sous la forme d'une augmentation de l'eutrophisation, qui a elle-même engendré une importante prolifération de plusieurs espèces d'algues. Non seulement celles-ci posent un problème sérieux au tourisme, mais elles perturbent également l'équilibre naturel de l'écosystème marin. La recherche vise à permettre aux gouvernements de contrôler les substances rejetées en mer et les scientifiques s'attendent à quelques améliorations dans les prochaines années. Le travail effectué dans le cadre du projet MTP a montré, par exemple, que les règlements européens sur les additifs de plomb dans l'essence ont eu un impact réel et bénéfique pour l'environnement. Les niveaux de plomb ont baissé à partir de 1990 et devraient continuer à chuter.

     
   

 

Au confluent de l'Atlantique et de la mer du Nord Next Article

  Recherche Top