AVIS JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de non-responsabilité et sont protégées par un copyright.
 
Drapeau européen    Europa La Commission européenne Recherche RDT info
RDT infoSommaire
 

Une étape millénariste

  

Si l'an 2000 cherchait ses marques pour conférer une empreinte au basculement dans le troisième millénaire, il les a trouvées. Bien plus encore que la maîtrise de l'espace ou de la micro-électronique qui ont marqué la fin du XXe siècle, l'annonce, le 26 juin dernier, du bouclage d'une première version de la séquence entière du génome humain restera dans les annales comme le premier pas d'une ère radicalement nouvelle dans le destin de l'humanité.

    
  

image

Le sprint final auquel les scientifiques se sont livrés a symbolisé l'importance que cette étape revêt et les espoirs qu'elle ouvre, mais il a aussi précipité la prise de conscience des défis éthiques inédits qu'elle soulève. La spectaculaire compétition (Les accélérés d'une épopée) entre l'immense effort de la recherche publique internationale de l'Human Genome Project (HGP) - dans laquelle l'Europe est un partenaire très actif - et le géant biotechnologique privé dirigé par le scientifique américain Craig Venter a mis en lumière un débat essentiel et urgent: à qui, à quelle organisation, la société reconnaîtra-t-elle la "propriété" des connaissances sur les mécanismes de la vie?

Au demeurant, l'achèvement du décryptage des quelque 3,2 milliards de "lettres nucléotides" du génome humain - encore à l'état de "brouillon" - n'est qu'un point de départ. Il faut maintenant déchiffrer l'information génétique effectivement utile - qui ne constitue qu'une infime partie de cet immense message. Ce travail nécessite l'identification et la connaissance de plusieurs dizaines de milliers de gènes dont les fonctions, pour nombre d'entre eux, resteront longtemps des énigmes. Les spécialistes de la "post-génomique" ont donc de beaux jours de recherche devant eux - pas seulement sur le front du seul génome humain mais aussi dans toutes les sphères du vivant. Sur ce terrain et grâce, notamment, aux stratégies d'appui fournies par l'Union, la science européenne possède de solides atouts (L'Europe sur le front des "premières").

Reste le difficile mariage entre ces avancées et la société dans laquelle elles s'inscrivent. Le dernier sondage Eurobaromètre (L'opinion face au vivant) montre que, même si les citoyens mettent leurs espoirs dans certains développements des biotechnologies- par exemple dans les innovations thérapeutiques -, leurs réticences vis-à-vis d'autres applications possibles ne sont pas à prendre à la légère.

C'est dire si l'information, la pédagogie et, surtout, l'instauration d'un véritable débat démocratique entre les scientifiques, les décideurs et le public sont nécessaires. Le généticien Axel Kahn, président du groupe scientifique que la Commission européenne vient de mandater pour lui servir d'interprète des sciences de la vie, commente cet aspect essentiel du dialogue entre recherche et société (Le droit à l'information).

       
   
Suite...
   
Sommaire
Suite...
  Recherche Top