Le système mondial d’observation de la Terre, un nouvel outil pour le développement durable

IMPRIMERGEOBENE

GEO-BENE
Le système mondial d’observation de la Terre propose une vision d’ensemble de l’environnement et confère d’importants avantages dans de nombreux domaines. Par exemple, il peut indiquer aux agriculteurs les zones où il convient d’épandre des engrais, et les aider à améliorer les rendements. Aujourd’hui, le projet GEO-BENE (Global Earth Observation – Benefit Estimation: Now, Next and Emerging) réalise la première étude systématique destinée à évaluer les avantages du système d’observation de la Terre.

GEO-BENE regroupe 12 partenaires venant de 5 pays de l’UE ainsi que de la Suisse, d’Afrique du Sud et du Japon. Son but est de mettre au point des méthodes et des outils permettant de démontrer les avantages économiques et sociaux du système mondial d’observation de la Terre. Cela permettra de définir des politiques relatives à la mise en place d’accords internationaux de développement durable dans plusieurs domaines.

Le projet couvre neuf domaines: les catastrophes naturelles, la santé, l’énergie, le climat, l’eau, la météorologie, les écosystèmes, l’agriculture et la biodiversité.

EN SAVOIR PLUS

Déchiffrer les mystères de la météo

Aujourd’hui encore, et malgré toutes les technologies utilisées, il est impossible d’obtenir des prévisions météo exactes. En conséquence, chaque année se solde par la perte de nombreuses vies et par des dépenses considérables. La réalisation de prévisions météo fiables serait d’un grand intérêt pour quasiment tous les secteurs d’activité en Europe. Les chercheurs du projet GEO-BENE ont étudié l’impact futur de l’évolution climatique sur la météo et le rendement des cultures, et mis au point un outil pour quantifier la valeur des informations météo obtenues par satellite.

Préserver la biodiversité

Le système mondial d’observation de la Terre est également un outil très utile pour surveiller la biodiversité et protéger les éco systèmes. La vie sur Terre dépend des écosystèmes: ils nous apportent les aliments, l’oxygène, l’eau et l’énergie. Cependant, ils sont grandement menacés depuis des années par la pollution, l’agriculture intensive et le changement climatique. Le système mondial d’observation de la Terre peut fournir des informations de grande valeur sur l’état actuel des écosystèmes dans le monde afin de soutenir un développement durable et une bonne gestion des ressources.

GEO-BENE s’est attaché à créer un système complet d’observation de la biodiversité destiné aux chercheurs, aux scientifiques, aux gouvernements et à la planification des ressources naturelles. Dans de nombreux pays en voie de développement, les données sur les facteurs de la biodiversité sont incomplètes et difficiles d’accès, alors que ces pays hébergent des écosystèmes qui sont souvent parmi les plus menacés.

Ainsi, les recherches menées par GEO-BENE en Afrique du Sud ont révélé que des données de mauvaise qualité conduisent souvent les décideurs politiques à surestimer la surface des zones de conservation. La gestion de cette surface supplémentaire, dans une optique de conservation des espèces, coûte cher. La collecte de données de meilleure qualité améliorera l’efficacité ainsi que les coûts de la définition et de la gestion des zones protégées, tout en libérant des terres pour d’autres usages.

Une source stable de nourriture

Dans le domaine de l’agriculture, GEO-BENE vise à obtenir un service d’information mondial sur l’utilisation des terres et la distribution de nourriture afin de faciliter la planification de l’utilisation des terres dans l’optique d’un développement durable. Par exemple, les recherches montrent que les programmes de biocarburants planifiés en Europe, aux États-Unis, au Brésil, en Chine et en Inde pourraient coûter des milliards de dollars de plus que prévu.

Les résultats du projet ont également démontré les avantages d’utiliser ce système mondial d’observation de la Terre pour identifier les zones de malnutrition et planifier efficacement des opérations d’aide. Parmi les autres résultats du projet, citons la mise en place d’une base de données pour la modélisation de ces informations à l’échelle mondiale, la création d’un modèle EPIC (un système de simulation des processus des écosystèmes agricoles), une analyse à l’échelle mondiale du niveau d’azote dans les terres agricoles et une analyse de l’impact de l’évolution du climat sur la production alimentaire et l’utilisation de l’eau dans le domaine de l’agriculture au niveau mondial.

L’énergie et l’eau: équilibrer l’offre et la demande

L’énergie est essentielle à notre vie de tous les jours, aussi bien pour faire cuire nos aliments que dans notre travail, pour nos maisons et nos systèmes de transport. Elle est également la cause principale de la pollution à l’échelle mondiale. Selon les études de GEO-BENE, la collecte de meilleures données à l’aide de ce système d’observation de la Terre renforcera les certitudes concernant la sensibilité du climat. Cela conduira à des politiques mieux fondées en matière d’énergie et de changement climatique, ainsi qu’à une stabilisation des prix du CO2. En conséquence, les bénéfices des producteurs d’énergie devraient augmenter, et les émissions de CO2 diminuer.

Dans le contexte du réchauffement et de la désertification de certaines régions, la conservation de l’eau prend de plus en plus d’importance. L’UE a besoin de politiques bien définies en matière de conservation et de gestion de l’eau. En s’appuyant sur des données de télédétection, GEO-BENE a mis en évidence les régions où l’eau se fait rare, ou au contraire celles qui en regorgent. Cette technique améliore le nombre et la qualité des informations, par exemple avec des avertissements rapides en cas de pénurie d’eau.

Limiter l’impact des catastrophes

Le projet étudie également diverses catastrophes (naturelles ou causées par l’homme) comme les feux de forêt et les séismes pour faciliter la mise en place de meilleures politiques de gestion.

Dans le domaine de la santé, GEO-BENE étudie la manière d’aider les systèmes de santé publique à détecter précocement les épidémies à partir des informations recueillies par le système mondial d’observation de la Terre sur des facteurs comme le climat et la météo. Au besoin, les données du système mondial d’observation de la Terre pourraient alors servir à planifier des programmes de vaccination. Dans le cadre d’une autre étude, GEO-BENE recherche si les saisons et la météo ont un impact sur le nombre de décès résultant d’infarctus du myocarde.

Lumière sur le système mondial d’observation de la Terre

GEO-BENE a eu un fort impact public, avec des articles publiés dans des revues scientifiques telles que Nature et Science. En collaborant avec le Groupe de travail sur l’observation de la Terre (GEO), il a influencé directement les politiques gouvernementales, par exemple avec le rapport Gallagher sur les biocarburants (Royaume-Uni), mais également grâce aux stratégies et aux fonds accordés par la Banque mondiale. Une attention particulière a été portée aux processus politiques, dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Grâce aux travaux de GEO-BENE, les avantages du système mondial d’observation de la Terre sont désormais largement reconnus, ce qui ouvre la voie à son application dans divers domaines, partout dans le monde.