ESA

A la conquête de l’univers… de la jeunesse

En ce siècle où, sur le globe terrestre, il n’est plus de terra incognita, l’aventure spatiale est un des derniers refuges de l’instinct exploratoire de l’humanité. Et un puissant stimulant de l’imaginaire, particulièrement chez les jeunes générations, notoirement fascinées par les énigmes du cosmos. Une fascination que l’Agence spatiale européenne (ESA) est bien décidée à alimenter et féconder, grâce à une activité foisonnante et diversifiée d’éducation et de culture.

Avec son site ESA-Kids (www.esa.int/esaKIDSen/), l’Agence spatiale européenne s’adresse aux enfants dès qu’ils sont en âge de maîtriser les rudiments de l’ordinateur. Toutes sortes d’activités leur sont proposées, souvent fractionnées en plusieurs niveaux, afin qu’ils puissent s’amuser tout en apprenant. On trouve ainsi, en six langues, des questionnaires à choix multiples sur des sujets aussi divers que qu’est ce que la gravité? ou le changement climatique. Des puzzles permettent de reconstituer aussi bien une photo de l’ISS (station spatiale internationale) qu’une vue de la galaxie NGC 2440, ou encore un cliché de la Niňa – ce phénomène océanique entraînant des perturbations climatiques –, révélé par un capteur à infrarouge… Une rubrique d’actualité (les nouvelles) est rédigée sous forme de brèves pédagogiques accompagnées de liens avec des jeux correspondant. Il y a aussi des coloriages, à destination des tout-petits, des jeux interactifs, des explications, des fonds et des économiseurs d’écrans à télécharger gratuitement…

Des kits pédagogiques aux universités d'été

Des outils supplémentaires ont été conçus pour les enfants plus âgés. On trouve, notamment, le ISS Education Kit, ciblé sur les 8-10 ans (une version 12-15 ans existe également) et mis gracieusement à disposition des professeurs. Ce kit prend la forme d’un classeur A4 qui a été mis au point en collaboration avec des enseignants et testé dans quelques classes avant son lancement. Il contient toutes sortes de composants multimédias, d’éléments interactifs et de posters, avec du matériel didactique supplémentaire permettant aux pédagogues d’exploiter au mieux tous les contenus. A noter aussi le kit mISSion possible qui contient également toutes sortes d’exercices et d’activités pour les enfants du primaire.

Les lycéens bénéficient d’au moins autant d’attentions et de rubriques particulières. Exemple: les exercices d’astronomie, disponibles en ligne, que l’ESA a conçus en collaboration avec l’ESO et sur lesquels les jeunes peuvent faire leurs premières armes de chercheurs en sciences spatiales. De quoi s’agit-il? De fichiers téléchargeables n’excédant pas 10 Mo (il existe des versions plus légères à basse résolution) contenant toutes les données originales fournies par l’ESA permettant de résoudre un problème réel, ainsi que la méthodologie, étape par étape, pour trouver la solution. C’est ainsi que les lycéens peuvent mesurer la vitesse d’expansion angulaire de la nébuleuse Œil de Chat en comparant attentivement deux images prises par Hubble en 1994 et 1997 dans certaines longueurs d’onde… Un site spécial à leur attention, consacré à l’observation de la Terre, existe par ailleurs en six langues (www.eduspace.esa.int/), relevant à la fois de la géographie, de la physique et de la chimie. L’ESA fournit également des images pouvant servir de support éducatif (les education images) et, plus généralement, elle propose périodiquement aux enseignants des formations à l’éducation spatiale.

Enfin, il y a les étudiants, choyés par l’Agence puisqu’ils constituent le vivier de l’exploration spatiale de demain. A leur attention existent toutes sortes d’ateliers, de conférences, d’universités d’été et de stages. Certaines associations d’étudiants peuvent directement s’affilier au programme ESA Education ou encore nouer un partenariat avec cette initiative. Des offres d’emploi et diverses bourses sont régulièrement mises en ligne. Pour en savoir plus, la meilleure solution est de commencer au plus tôt l’exploration … du site où une profusion de Terres accueillantes attend les apprentis-voyageurs.

Haut de page