Réussir l’intégration

Au CERN, plus de 1 000 scientifiques représentant 94 instituts et 28 pays travaillent sur l’expérience ALICE. Pour celle-ci, le LHC fera entrer en collision des ions plomb afin de recréer en laboratoire les conditions qui régnaient juste après le Big Bang. Les données obtenues permettront d’étudier l’évolution de la matière de la naissance de l’Univers à nos jours.© CERN
Au CERN, plus de 1 000 scientifiques représentant 94 instituts et 28 pays travaillent sur l’expérience ALICE. Pour celle-ci, le LHC fera entrer en collision des ions plomb afin de recréer en laboratoire les conditions qui régnaient juste après le Big Bang. Les données obtenues permettront d’étudier l’évolution de la matière de la naissance de l’Univers à nos jours.
© CERN

© ITER
© ITER
© Shutterstock
© Shutterstock

La route vers un Espace européen de la recherche (EER) unifié et attractif, qui garantit la cinquième liberté de circulation, celle des chercheurs, des connaissances et des technologies, est encore longue. Sept ans après la naissance du projet d’EER à Lisbonne, la Commission s’est penchée sur le chemin parcouru et sur celui qui reste à faire. Ce travail de longue haleine, nourri de réflexions glanées aux quatre coins d’Europe, débute donc en 2007 avec la publication d’un Livre Vert sur l’EER, soumis pendant plusieurs mois à une vaste consultation publique. Les avancées, mais surtout les retards et les lacunes qui minent son développement ont ainsi pu être identifiés en commun, ainsi que les pistes à explorer en vue de les combler.

Le fruit de ce travail? Un processus de relance de l’EER, qui a été lancé au printemps 2008 à Ljubljana, la capitale slovène. Il a déjà débouché sur une «Vision 2020» pour l’EER, adoptée par l’Union en décembre 2008. En parallèle, l’Union a lancé cinq initiatives qui couvrent des domaines cruciaux: les carrières et la mobilité des chercheurs, les infrastructures de recherche, le transfert des connaissances entre les organismes publics de recherche et l’industrie, la programmation conjointe et la coopération internationale. Le chantier est énorme, mais l’avenir de l’EER en dépend.


Haut de page