ÉDITORIAL

Caricatures?

Michel Claessens
Michel ClaessensRédacteur en chef

Les scientifiques sont nombreux à rappeler que sciences et médias ne font pas bon ménage. Simplifications à outrance, exagérations, erreurs: la «médiascience», cette science médiatisée, n’aurait pas grand-chose à voir avec la «vraie» science. Au mieux s’agirait-il d’une caricature…

Cependant, en contextualisant les recherches, la médiascience contribue à donner de la science une image plus complète, vivante et humaine, notamment en projetant les lumières de l’actualité sur des recherches en cours et sur les experts de ces domaines.

On le constate en particulier sur le thème du réchauffement climatique, qui occupe la place centrale de ce numéro. La médiascience apporte aux travaux des scientifiques ce qui leur manque le plus aujourd’hui: une visibilité publique et politique. Sans médiatisation à l’appui, sans traitement médiascientifique, le GIEC n’aurait sans doute pas reçu l’oreille des politiques. Son actuel président, Rajendra Kumar Pachauri, le reconnaît explicitement, dans une opinion publiée en juin sur le site web SciDev (Réseau Sciences et Développement): «Au cours de ces deux dernières années, les médias ont joué un rôle essentiel dans la sensibilisation à grande échelle sur les changements climatiques. Je trouve cela particulièrement satisfaisant. Affirmer que les médias ont ainsi contribué à amener l’opinion publique à soutenir la prise de mesures contre les changements climatiques est donc approprié.»

Que son travail ne reste pas lettre morte et apporte le meilleur, sans le pire, à la société est le rêve de tout chercheur. La médiascience offre cette chance à la communauté scientifique.


Haut de page