DOSSIER ÉPIDÉMIES

Les assauts de l'invisible

Virus VIH-2 (HIV-2). Second virus du sida isolé à l’Institut Pasteur en 1985 sur un malade originaire d’Afrique de l’Ouest. Image colorisée. © Institut Pasteur
Virus VIH-2 (HIV-2). Second virus du sida isolé à l’Institut Pasteur en 1985 sur un malade originaire d’Afrique de l’Ouest. Image colorisée. © Institut Pasteur
©Gil Corre
©Gil Corre

La baleine bleue, qui peut atteindre 33 mètres de long, est le plus grand animal sur Terre. La guêpe parasite Caraphractus cinctus, le plus petit insecte connu, est 200 000 fois plus petite, avec une taille 0,17 millimètre. Qu'y a-t-il de commun à ces animaux? Ce sont des géants. Ainsi en va-t-il de l'homme, de tous les autres mammifères, des oiseaux, des insectes, et de tous les animaux qui nous sont familiers.

Ils peuplent abondamment notre monde visible, dont la petite Caraphractus cinctus marque la limite. Mais toutes espèces rassemblées, ils ne forment qu'un petit club extrêmement restreint dans le monde animal.

Car au-delà commence le «vrai» monde des habitants de notre planète. La taille des plus petits acariens, comparée à la nôtre, est environ 20 000 fois inférieure, celle des amibes l'est en moyenne d'un facteur 100 000, et les bactéries sont environ 2 millions de fois plus petites que nous. Ce n'est pas fini.

Les virus, dont on se perd en conjectures pour décider s'ils font ou non partie du monde vivant, font passer les bactéries pour des monstres de gigantisme: Spoutnik, un virus virophage récemment découvert (voir page 21), ne dépasse pas 50 nanomètres, une taille 40 millions de fois inférieure à la nôtre.

Voilà pour la taille. Mais combien sont-ils? Une quantité que notre esprit peut à peine imaginer: dans certaines couches sédimenteuses des fonds marins, un seul gramme de sédiment contient en moyenne... un milliard de virus! Ils sont partout, toujours, tout le temps. Un monde totalement invisible à nos yeux, où nous n'avons pas, loin s'en faut, que des amis, et qui compte même quelques ennemis particulièrement féroces engagés dans un combat sans fin et à jamais inégal.

Vous avez dit «Small is beautiful»?


Haut de page