AVIS JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de non-responsabilité et sont protégées par un copyright.
European Flag    Europa La Commission européenne Recherche Cinquième Programme Cadre
Améliorer la qualité de la vie
     
   

Etude de cas

BIOTECH

Les enzymes
qui venaient du froid

Dans les endroits les plus hostiles de la planète, les chercheurs européens découvrent des enzymes qui présentent des applications industrielles intéressantes.

 

 

La plupart des organismes dont sont issues les enzymes utilisées actuellement dans l'industrie ­ aliments, détergents, détection des agents polluants par des biocapteurs ­ se développent dans un environnement où la température oscille entre 30°C et 40°C, ce qui les rend très sensibles aux variations de température. Beaucoup de procédés enzymatiques nécessitent donc une mise à température très coûteuse, voire irréalisable. Par conséquent, parvenir à une activité enzymatique à haut rendement dans des conditions de basse température représente un objectif industriel majeur. Où trouver la solution ? Dans le froid, bien entendu.

Prochain arrêt : l'Antarctique
Les chercheurs ont découvert de nombreux micro-organismes parfaitement adaptés pour évoluer dans des conditions extrêmes : températures élevées jusqu'à 100°C, milieux acides ou alcalins, salinité très élevée. Dans le cadre du projet Coldzyme, les chercheurs des neuf pays participants ont répertorié des milliers de micro-organismes provenant des régions subantarctiques et ont étudié leurs enzymes dans le but de comprendre les mécanismes d'adaptation au froid. Le projet réunissant des groupes de chercheurs universitaires et des entreprises de six pays, se concentre sur les activités enzymatiques d'un intérêt réel pour les applications biotechnologiques.
En l'espace d'une année, les chercheurs ont breveté et établi la structure en trois dimensions de deux enzymes : l'alpha-amylase, qui pourrait trouver des applications dans la fabrication du pain, dans l'industrie textile, le brassage de la bière et la fabrication de détergents; et une protéase calcium-zinc, qui pourrait être intéressante pour la fabrication de détergents et l'attendrissement de la viande. Ils ont également percé le secret des enzymes : leur extrême flexibilité leur permet de se déformer très facilement pour remplir leur fonction.
Les partenaires industriels ont déjà entamé l'expérimentation de certaines enzymes, et les travaux du projet FUFOSE ont été suivis par l'ensemble de l'industrie à travers la Plate-forme industrielle microbiologie du programme BIOTECH. On comprend leur intérêt pour ce projet à la base de découvertes dans le domaine des usines cellulaires, et notamment en ce qui concerne les protéines de choc au froid, les systèmes de régulation génétique, la composition membranaire et les mécanismes d'excrétion. Le potentiel d'applications industrielles est énorme.

       
  Précédente  
Suivante...
   Previous  
 Next...
  Recherche Top