Important legal notices
   
Contact   |   Recherche   

    

Espace européen de la recherche

    

Programmes de recherche

Sixième programme-cadre
(2002-2006)
  
Cinquième Programme-cadre
(1998-2002)
  
Questions les plus fréquemment posées
  
Quatrième programme cadre (1994-1998)
    

Pourquoi la recherche  européenne?

    
Quoi de neuf?
    

Publications

    

Liens

    

 

 

Communiqué de presse / MEMO

| Présentations | Glossaire |

Aussi disponible: Français English

Méthodes de test alternatives : Recherche européenne pour le remplacement et la réduction des expériences sur les animaux

Bruxelles, 23 juin 2004

Commissaire Philippe Busquin; Thomas Hartung, ECVAM; Prince Laurent, Président de la Fondation Prince Laurent; Joseph-Paul Beaufays (BPAM). (c) mhw. 2004

En présence de S.A.R. le Prince Laurent de Belgique, président de la Fondation Prince Laurent pour le bien-être des animaux, le commissaire européen à la Recherche, Philippe Busquin, présentera aujourd’hui à Bruxelles le programme européen de recherche actuellement en cours et visant à remplacer, à réduire et à raffiner l’expérimentation animale. Ce programme est financé à travers le sixième programme-cadre pour la recherche (FP6, 2002-2006). Plus particulièrement, deux nouveaux projets de recherche intégrés de l’UE, ReProTect et A-Cute-Tox, seront présentés en détail. La conférence de presse portera sur les progrès dans la recherche bio-médicale pour de nouveaux soins et médicaments, la nouvelle politique de l’Union européenne sur les nouvelles substances chimiques (REACH) et les conditions requises par la directive amendée sur les cosmétiques.

“Les méthodes alternatives qui viennent d’être mises au point par l’UE représentent une contribution importante aux trois « R » (réduction, raffinement et remplacement des tests et des expériences sur les animaux), et ce, tout en garantissant le respect des standards les plus stricts pour la sécurité des consommateurs et des patients, ainsi que le respect de l’environnement et du bien-être des animaux,” déclare le commissaire Busquin. “Pour promouvoir les trois « R », il faut que les scientifiques, les gouvernements nationaux, les industries, les ONG et les décideurs européens unissent leurs forces.”

La conférence de presse auprès de l’Institut scientifique de santé publique (IPH, rue Wytsmanstraat 14, B-1050 Bruxelles, 14h30-18h00), partenaire dans les projets de recherche financés par l’UE, donnera aux journalistes la possibilité de visiter différents laboratoires. Ils auront de plus l’opportunité de recevoir de l’information quant aux deux nouveaux projets de recherche de l’UE dont l’objectif est de créer des méthodes alternatives de test.

Quels sont ces « trois R » ?

  • La “réduction” vise à obtenir des données fiables en utilisant moins d’animaux ou à obtenir davantage de données à partir du même nombre d’animaux.
  • Les solutions de “raffinement” ont pour but de soulager ou de réduire au minimum la douleur et les souffrances.
  • Les solutions de “remplacement” ont pour objectif de rassembler des résultats scientifiques équivalents sans procéder à des expériences sur des animaux.
Les avantages des nouvelles méthodes alternatives de test élaborées dans le cadre des nouveaux projets de recherche présentés aujourd’hui sont les suivants : 1) les mêmes expériences peuvent être utilisées pour des médicaments, des produits chimiques et des cosmétiques sans recourir à des animaux et 2) ces tests comparent directement la toxicité entre les expériences menées sur les cellules ou les tissus (“in vitro”) et les effets sur l’homme (“in vivo”). Ils ne requièrent donc aucune expérimentation sur des animaux.

Autres renseignements :
Pour la priorité thématique des sciences de la vie, génomique et génie génétique pour la santé dans le sixième programme cadre de recherche de l’UE (FP6), à voir aussi : http://cordis.europa.eu/lifescihealth/home.html.

Vous pourrez trouver de plus amples informations quant à l’Institut scientifique de la santé publique (IPH) sur : http://www.iph.fgov.be.

Plate-forme industrielle pour les tests in vitro (IVTIP) : http://www.ivtip.org.

Fondation Prince Laurent pour le bien-être des animaux domestiques et sauvages :
http://www.fondation-prince-laurent.be.

Centre européen pour la validation des méthodes alternatives (ECVAM), Centre commun de recherche, Commission européenne, Ispra (Italy) http://ecvam.jrc.it/index.htm.


Prince Laurent; Rita Georgette Cortvrindt (EggCentris); Paul Dierickx (IPH); Thomas Hartung (JRC/ECVAM); Joan-Albert Vericat (NeuroPharma); Commissioner Philippe Busquin (c) mhw. 2004

Présentations

 

Recherche européenne – projets intégrés sélectionnés portant sur les méthodes de test alternatives

Développement d’une nouvelle approche de l'évaluation des risques ou de la toxicité reproductive par la combinaison et l'application de technologies de senseur, de tissu et in vitro. (ReProTect)

Budget : €13,9 millions, contribution de l’UE : €9,1 millions, durée : 5 ans

Coordinateur : Université de Tuebingen, Allemagne (Contact : Dr. M. Schwarz, michael.schwarz@uni-tuebingen.de)

Le projet intégré ReProTect développera des stratégies de test par le biais de nouvelles alternatives in vitro et in silico (senseur) à l’expérience sur animaux. Il s’efforcera de mettre sur pied un nombre important de méthodes de test alternatives utilisant des technologies de pointe.

Les études concernant la toxicité reproductive réalisées dans le contexte de ReProTect permettront aux scientifiques de réduire considérablement le nombre d’animaux actuellement nécessaires pour les essais in vivo ; de tirer parti de différentes alternatives d'avant-garde déjà développées ; et de mener les mêmes expériences pour les médicaments, les produits chimiques et les cosmétiques, sans recourir à des animaux.

Dans le projet, le Centre européen pour la validation de méthodes alternatives (ECVAM) se charge de la validation d’un cadre conceptuel dans le domaine de la toxicité reproductive. Des parties prenantes clés, dont l’ECOPA (Plate-forme européenne de consensus sur les alternatives), les organismes européens de régulation, l'OCDE et l’industrie participent à ce projet.

Pays concernés : l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Suède, la Suisse, et le Royaume-Uni.

Optimisation et pré-validation d’une stratégie de test in vitro destinée à prévoir la toxicité aiguë chez l’homme (A-Cute-Tox)

Budget : €15,65 millions, contribution de l’UE : approx. €9 millions, durée : 5 ans

Coordinateur : Université d’Oulu, Finlande (Contact : Dr. Leila Risteli, leila.risteli@oulu.fi)

Des méthodes alternatives de test validées sont demandées d’urgence pour tester la toxicologie des médicaments, produits chimiques et cosmétiques dans le but de garantir la sécurité des consommateurs. Tant la nouvelle politique européenne en matière de produits chimiques (REACH) que le 7ème amendement de la directive "Cosmétiques" demandent le remplacement à grande échelle de l’expérimentation animale à court terme. Le but du projet intégré, A-Cute-Tox, consiste à développer une stratégie de test in vitro simple et robuste permettant de prévoir la toxicité systémique aiguë chez l’homme, dans le but de remplacer les tests de toxicité aiguë actuellement pratiqués sur les animaux à des fins réglementaires. Les objectifs scientifiques du projet consistent à :

  • compiler, évaluer d'un œil critique et générer des données in vitro et in vivo de haute qualité permettant une analyse comparative.
  • identifier les facteurs qui influencent la corrélation entre la toxicité in vitro (concentration) et in vivo (dosage) et définir un algorithme tenant compte de ces éléments .
  • explorer des outils et systèmes cellulaires novateurs permettant d’identifier de nouvelles finalités et stratégies pour anticiper d’une manière plus efficace la toxicité animale et humaine.
  • concevoir une stratégie de test in vitro simple, robuste et fiable à utiliser dans les tests robotisés, associée à un modèle de prévision pour la toxicité aiguë.

Pays concernés : la Belgique, la République tchèque, le Danemark, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, l’Espagne, la Suède, la Suisse, et le Royaume-Uni.

Glossaire

 

alternatives – méthodes de test qui raffinent les méthodes existantes en réduisant au minimum la souffrance animale, le nombre d’animaux requis pour une expérience ou en remplaçant les expérimentations animales par des tests in vitro ou autres

batterie de tests – ensemble de tests

critère d’évaluation toxicologique – modification biologique quantifiable ou effet causé par un processus toxique

culture cellulaire – culture de cellules vivantes dans un environnement artificiel contrôlé

cytotoxicité – faculté d’un produit chimique d’endommager ou de tuer des cellules

essai – test qualitatif ou quantitatif, expérience

évaluation des risques – méthode de calcul des effets toxiques dus à l’exposition à un produit chimique et de définition des utilisations possibles de cette substance

génomique – étude de la manière dont la constitution génétique ou le génome se traduit en fonctions biologiques

in silico – simulations informatiques ou modèles mathématiques relatifs à la biochimie animale, au comportement et à l’environnement

QSAR - Quantitative Structure/Activity Relationships ; relations quantitatives structure-activité.

REACH - Registration, Evaluation and Authorisation of new and existing Chemicals ; Enregistrement, évaluation et autorisation des substances chimiques nouvelles et existantes (projet de directive européenne)

test de toxicité – expériences in vivo ou in vitro ayant pour but de révéler le potentiel toxique d’un produit chimique afin de déterminer ses utilisations possibles (ou dangers d'utilisation)

tests in vitro – expériences menées sur des cellules ou tissus cultivés dans des boîtes de Petri ou des éprouvettes. En latin, "in vitro" signifie "dans le verre"

tests in vivo – expériences menées sur des animaux vivants. En latin, "in vivo" signifie "qui vit"

toxicité aiguë – effet secondaire survenant dans les 24 heures qui suivent l’administration d’une dose unique ou multiple d’une substance

toxicité chronique - effets de l’exposition répétée ou à long terme à une substance

toxicité reproductive – renvoie aux effets secondaires d’une substance sur un aspect du cycle de reproduction, y compris l’affaiblissement de la fonction reproductrice, l’apparition d’effets secondaires dans l’embryon, tels que les retards de croissance, les malformations et le décès

toxicologie - science qui étudie les interactions et effets des produits chimiques sur l’homme, les animaux et l’environnement

 

Note à l’attention des rédactions

Responsable scientifique
Beatrice Lucaroni, responsable scientifique
Unité génomique et biotechnologie, DG Recherche, Commission européenne
Tél : +32.2.296 22 29
E-mail: beatrice.lucaroni @ cec.eu.int.

Contact presse
Michael H. Wappelhorst, chargé de l’information & de la communication
Tél : +32.2.298 75 75, Fax : +32.2.295 82 20
E-mail: Michael.Wappelhorst @ cec.eu.int.

Porte-parole du commissaire à la Recherche Philippe Busquin
Fabio Fabbi, porte-parole du commissaire à la Recherche Philippe Busquin, DG Presse
Tél : +32.2.296 41 74, Fax : +32.2.296 30 03
E-mail: Fabio.Fabbi @ cec.eu.int


Note: If your browser does not support javascript or if you copy/paste the email addresses from this page, please remove the blank spaces surrounding the "@".

Communiqués de presse I Quoi de neuf sur les pages recherche? I HAUT Haut