AVIS JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de non-responsabilité et sont protégées par un copyright.

  deenfrnl
European Flag

   EuropaLa Commission européenneRechercheCommuniqués de presse

Bruxelles, le 29 septembre 2000

L'Europe va se doter d'un instrument unique
pour étudier le fonctionnement des protéïnes

Mots clé: proteïnes, bioinformatique, NMR

L'Installation du DSX750 WB à l'Université de Leiden (plus images)

Le 6 octobre, le plus puissant spectromètre du monde consacré à la recherche en biologie moléculaire, doté d'un champ magnétique très élevé et d'un très large entrefer, sera inauguré à Leiden. Cet instrument - résultat d'un projet de démonstration financé par le programme "Biotechnologie" de l'Union européenne – permettra aux chercheurs, grâce à sa sensibilité et à sa résolution exceptionnelles, d'aborder l'une des questions les plus difficiles de l'ère post-génomique: comment fonctionnent les protéines membranaires?

La plupart des organismes vivants, et l'homme y compris, sont constitués de milliards de cellules séparées par des membranes comprenant des protéines, qui sont les éléments de base de la machinerie cellulaire. D'après les premières études bioinformatiques du génome humain, 30% des protéines seraient situées dans les membranes. Pratiquement tous les mécanismes du vivant impliquent à un moment ou à un autre des protéines membranaires. Pourtant, celles-ci sont encore très peu connues, tant du point de vue de leur structure que de leurs propriétés, et ceci en raison de l'absence d'instruments et de méthodes spécifiques. Avec les milliers de substances se fixant à des récepteurs membranaires identifiées dans le monde par l'industrie pharmaceutique, l'importance d'un progrès dans ce domaine apparaît clairement. Ce n'est que lorsque nous disposerons d'une information détaillée sur la manière dont les hormones et les drogues se lient avec leur récepteur (protéine) membranaire qu'il sera possible de concevoir de façon entièrement rationnelle des médicaments.

Equipé de puissants aimants supraconducteurs, le nouvel instrument applique la technique de la Résonance Magnétique Nucléaire (RMN), qui permet d'étudier les interactions moléculaires ou atomiques et qui est également à la base d'autres applications scientifiques, comme l'Imagerie par Résonance Magnétique (IRM), utilisée pour examiner les tissus et organes du corps humain. Un aimant stable et extrêmement puissant, possédant un large entrefer, a été construit et optimisé pour la recherche biologique sur les protéines membranaires. Cette installation de recherche unique permettra aux scientifiques de plonger dans le monde des interactions biologiques, qui contrôlent la vue, le goût, l'odeur et une foule de processus internes responsables de maladies allant de la dépression à l'arthrite.

La nouvelle approche exploite le concept MAS (“Magic Angle Spinning” ou rotation à l'angle magique), qui se réfère à l’orientation et à la rotation de l'échantillon. Cet instrument doit permettre de "voir" les hormones et les drogues se lier à leurs récepteurs, d'étudier les structures membranaires et d'obtenir des informations détaillées sur le fonctionnement des ces machines biologiques dans les cellules vivantes.

Cette nouvelle installation sera inaugurée par M. Rainer Gerold, Directeur du programme Qualité de la Vie de l'Union européenne, le Dr E.A.A.M. Broesterhuizen, du Ministère de l'Education, de la Culture et des Sciences (Direction Recherche et Politique de la Science) et le prof. A. Wagenaar, Recteur de l'Université de Leiden.

Après l'inauguration, un atelier international permettra à des chercheurs renommés du monde entier de discuter des applications futures de la nouvelle technologie, sur la base des premiers résultats fournis par l'instrument.

Des informations sur le séminaire sont disponibles sur le site http://wwwchem.leidenuniv.nl/ssnmr/index.htm. Les journalistes souhaitant suivre la conférence de presse à 13h00, l'inauguration à 14h30 ou l'atelier sont priés de contacter les organisateurs ou la Commission européenne.

Pour des informations complémentaires:

Hugo Zwenk, Organisateur de la conférence organisation, Université de Leiden
Fax: +31-71-527.46;03, E-mail: zwenk@chem.leidenuniv.nl

Suzanne Kiihne, Instrument RMN MAS UE, Université de Leiden
Fax: +31-71-527.46.03; E-mail: s.kiihne@chem.leidenuniv.nl

Stéphane Hogan, Programme Qualité de la Vie, DG Recherche,
Fax : +32 2 299 18 60, E-mail : Research Contact

Michel Claessens, Unité de Communication, DG Recherche ,
Fax :+32 2 295 82 20, E-mail : michel.claessens@ec.europa.eu


Le projet en quelques mots

Titre complet: "NMR structures of membrane proteins, complexes and lipid assemblies; a dedicated wide-bore ultra-high-field MAS NMR spectrometer for biological research."
Durée: Novembre 1997 - Octobre 2000 (36 mois);
Budget total :
€ 5,131,600
Contribution de l'EU :
€ 2,797,000
Partenaires: 13 de 5 countries

Project partners

Contact person

Country

Leiden University H.J.M. de Groot (co-ordinator) NL
Bruker Analytic GmbH G.J. Wolff DE
FMP Berlin H.E. Oschkinat DE
Oxford University A. Watts UK
University of Nijmegen W.J.de Grip NL
MPI für Strahlenchemie A.R. Holzwarth DE
University of Liverpool G. Britton UK
N.V. Organon L.P.M. Orbons NL
Weizmann Institute S. Vega Israel
MPI für Biochemie B. Bechinger DE
GlaxoWellcome R.R. Cooke UK
University of Aarhus N.C. Nielsen DK
Novo Nordisk A/S R. Bywater DK

Recherche Top
COMMUNIQUES DE PRESSE | 02.10.2000