AVIS JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de non-responsabilité et sont protégées par un copyright.

enfr
European Flag

   EuropaLa Commission européenneRecherche Communiqués de presse

Bruxelles, le 6 septembre 1999

Des résultats de la recherche européenne vont protéger la Basilique d'Assise de dégâts ultérieurs

Mots clés: Patrimoine culturel, alliage à mémoire de forme, tremblements de terre, protection sismique

Les 26 et 27 septembre 1997, une série de cinq de tremblements de terre ont provoqué de sérieux dégâts à la Basilique de St François d'Assise. Ce n'était pas la première fois que la Basilique était touchée par l'activité sismique et ce ne sera certainement pas la dernière non plus. La question était de savoir dans quelle mesure il est possible de limiter les dégâts à venir pour ce monument historique. La réponse est venue par l'intermédiaire d'une technique innovante mise au point par une équipe dont le projet a été financé par le 4ème Programme-cadre de recherche et développement : des dispositifs d'alliages à mémoire de forme conçus à cet effet (SMA-shape memory alloy), qui seront utilisés pour relier le mur du tympan au toit. Même si leur grande élasticité fait de ces alliages un matériau idéal pour la protection sismique des monuments, c'est la première fois que des SMA sont utilisés dans le domaine de l'ingénierie structurelle du patrimoine culturel. Des tests ont démontré que les structures protégées par les dispositifs à base de SMA peuvent résister à un tremblement de terre 50% plus fort qu'une secousse qui détruirait des structures renforcées avec des barres d'acier traditionnelles.

Restaurer des monuments anciens a toujours été une tâche ardue à toutes les époques - et encore plus quand les monuments concernés se situent dans une zone sismique. Les barres en acier que l'on utilise habituellement pour renforcer les monuments historiques les protègent jusqu'à un certain point, mais s'avèrent parfois trop rigides pour résister à une secousse importante. Des dispositifs à la fois solides et flexibles sont nécessaires dispositifs capables de soutenir les bâtiments et d'absorber les chocs.

Le projet Istech, financé par l'activité de recherche « Patrimoine Culturel » de l'Union européenne (relevant du programme Environnement et Climat du 4ème Programme-cadre), avait pour objectif de mettre au point des techniques innovantes en vue de l'amélioration de la stabilité des monuments historiques européens, principalement du point de vue de la protection sismique. L'équipe de ce projet a eu l'idée d'incorporer des alliages nickel-titane à mémoire de forme dans des dispositifs pour en accroître la force et la capacité de dissipation de l'énergie d'un bâtiment et ainsi l'aider à résister aux effets des tremblements de terre. Le projet a démontré que, parmi les propriétés très inhabituelles des SMA (voir détails en annexe - en français), leur comportement ultra-élastique - la capacité de reprendre position après de grandes déformations dans des cycles de chargement-déchargement - est la caractéristique la plus précieuse pour la protection sismique des monuments. L'Union européenne a contribué au projet non seulement en le soutenant financièrement mais aussi grâce à des travaux menés par le « Laboratoire européen pour l'évaluation des structures » du Centre Commun de Recherche (ELSA), qui a entrepris les tests de caractérisation matérielle et a prouvé l'efficacité du système par des tests à grande échelle sur des murs de maçonnerie protégés contre les secousses telluriques au moyen de dispositifs SMA.

Ces dispositifs sont particulièrement indiqués pour renforcer et protéger la Basilique de St François d'Assise après les tremblements de terre de 1997. A la suite des résultats positifs des tests rigoureux, le comité italien responsable de la restauration de la Basilique a décidé d'employer les dispositifs conçus par l'équipe du projet Istech pour remplacer le tympan de la basilique.

Ceci ne constitue pas l'unique implication de l'Union dans la restauration de la Basilique de St François d'Assise. En septembre dernier, le ministère italien de la culture et la Commission européenne ont conjointement organisé une conférence scientifique pour aborder les dégâts causés aux fresques de la basilique ainsi que la restauration et les mesures en vue de protéger un tel patrimoine culturel des effets des tremblements de terre à venir, de la dégradation de l'environnement et du tourisme de masse, qui constitue un problème particulier pour les destinations populaires telles que Assise.

La recherche dans le cadre de la protection du patrimoine culturel européen sera accrue de manière substantielle par l'intermédiaire du 5ème Programme-cadre de recherche et de développement de l'UE qui a été lancé cette année, dans le cadre de l'action-clé sur la Ville de Demain et le Patrimoine Culturel.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Mme Julia Acevedo
Responsable scientifique, DG XII D I 4
Fax : +32-2-296 03 24
E-mail: julia.acevedo@ec.europa.eu

Mr Stephen Gosden
Chargé d'information, DG XII
Fax : +32-2-295 82 20
E-mail: stephen.gosden@ec.europa.eu
Recherche Top
COMMUNIQUES DE PRESSE | COMMUNIQUES DE PRESSE DE 1999 | 09.02.2000