AVIS JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de non-responsabilité et sont protégées par un copyright.

  esdeenfrit
European Flag

   EuropaLa Commission européenneRechercheCommuniqués de presse

Bruxelles, 1er octobre 1999

L'espace européen de la recherche s'ouvre aux chercheurs de 11 nouveaux pays

Mots clés: Politique de recherche, coopération internationale, association

C'est l'association avant l'adhésion : les 11 pays qui devraient rejoindre l'Union au début du prochain millénaire ont signé les accords qui leur donnent plein accès au 5ème programme-cadre de recherche 1999-2002 de la Communauté européenne. Cette nouvelle étape signifie que les instituts de recherche, universités et entreprises de ces pays1 peuvent participer au programme exactement aux mêmes conditions que les organisations des Etats membres. La recherche est donc la première politique strictement communautaire ouverte à ces pays sur la base de contributions financières propres. Cette ouverture à l'Est signifie une extension importante de l'« espace européen de recherche » : autant pour les quelque 150.000 chercheurs des pays en voie d'adhésion que pour ceux de l'Union, ces accords signifient des possibilités et des facilités accrues pour développer des partenariats et bénéficier, mutuellement, des potentiels scientifiques et technologiques respectifs.

Si cette extension vers l'Est a été plus rapide pour la politique de la recherche que pour d'autres secteurs, c'est notamment grâce à la culture de coopération qui anime, depuis le début de la science moderne, la communauté scientifique européenne.

Ces accords signifient pour les chercheurs et ingénieurs de ces pays l'accès à des programmes de recherche qui représentent un budget de près de 15 milliards d'euros pour la période 1999-20022.

La Commission avait anticipé la signature de ces accords en offrant déjà, lors des premiers appels à propositions du 5ème programme-cadre publiés au printemps de cette année, la garantie aux organisations de recherche et aux entreprises des 11 pays candidats d'être traitées lors des évaluations dans les mêmes conditions que les organisations des Etats membres.

L'effort d'information vers ces pays sur les possibilités et les conditions de participation a porté ses fruits, puisque l'on peut noter une participation importante des organisations de ces pays dans les propositions reçues en réponse aux premiers appels.

En guise de réciprocité, tous ces pays ont décidé d'ouvrir leurs programmes de recherche, dans les domaines correspondants à ceux du 5ème programme-cadre, aux scientifiques des Etats membres3.

En accélérant l'intégration de ces pays dans la communauté scientifique et technologique européenne, cette association fait partie de la stratégie de pré-adhésion élaborée par la Commission. Elle doit donc apporter à ces pays un soutien indispensable à l'évolution politique et à la restructuration économique dans laquelle ils ont décidé de s'engager. La mise à niveau de ces pays constitue en effet l'enjeu même du processus d'élargissement. Il leur faut tout à la fois renouveler leurs infrastructures, moderniser leur industrie, améliorer la compétitivité de leurs produits et services sur le marché mondial, lutter contre la dégradation de leur environnement, afin d'accroître le niveau de vie de leurs citoyens. Aucun de ces défis ne sera relevé sans que soient d'abord renforcées leurs capacités scientifiques et technologiques.

Pour des informations complémentaires:

Points de contacts nationaux pour le 5ème programme-cadre : http://cordis.europa.eu/fp5/src/ncps.htm

RDT info, numéro 22 : dossier sur les 11 pays candidats à l'adhésion : http://ec.europa.eu/research/rtdinf22/ftoc.html

Anna Rémond
Unité Europe, DG Recherche
Fax: +32-2-296.33.08
E-mail: inco@ec.europa.eu

Michel Claessens
Unité Communication, DG Recherche
Fax: +32-2-295.82.20
E-mail: michel.claessens@ec.europa.eu

1 Bulgarie, Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Roumanie, République tchèque, République slovaque et Slovénie.Top
2 Tous les pays sauf la Pologne, Chypre, l'Estonie et la Lithuanie ont aussi choisi de s'associer au programme nucléaire (Euratom).Top
3 Cette ouverture est déjà effective pour Chypre; elle devrait l'être pour les dix autres pays d'ici la fin de cette année. Top

Recherche Top
COMMUNIQUES DE PRESSE | COMMUNIQUES DE PRESSE DE 1999 | 04.10.1999