Avis juridique important
   
Contact   |   Recherche   
L’énergie de fusion
Graphic element Home
Graphic element Énergie et fusion: les défis du futur
Graphic element Le programme européen de recherche sur la fusion
Graphic element Recherche sur la fusion
Graphic element Les principes scientifiques de la fusion
Graphic element ITER – la prochaine étape
Graphic element Une stratégie à long terme
Graphic element Pour plus d'informations
   
image image
Graphic element Autres projets thématiques

 

image

ITER – la prochaine étape

ITER – qui signifie «le chemin» en latin – est un projet international de R&D conçu pour franchir la prochaine étape décisive dans le développement de l’énergie de fusion. ITER, qui s’appuie sur les progrès désormais bien établis de la physique et de la technologie, représente le premier projet complet de construction d’une installation à fusion magnétique de la taille d’une centrale électrique conventionnelle. Au cours des dix années écoulées, le projet ITER s'est développé et est devenu un plan d’ingénierie prêt à être mis en oeuvre, des modèles ou prototypes des principaux composants technologiques ayant été fabriqués par l’industrie et entièrement testés. Grâce à cette expérience, l’industrie a pu réaliser une estimation assez précise des coûts de construction.

Une coopération mondiale

La collaboration internationale qui a permis de mener à bien la phase de conception d’ITER est en soi révolutionnaire, puisqu’elle est parvenue, malgré l’éloignement géographique, à réunir des équipes multiculturelles pour coordonner ce projet et relever un défi technique majeur.
Cette prouesse scientifique a été rendue possible grâce à la contribution d’éminents chercheurs et ingénieurs issus de centres de recherche, d’universités et d’entreprises du monde entier, qui ont uni leurs efforts pour former une équipe de plusieurs centaines de collaborateurs motivés par une même volonté de faire aboutir le projet.

Un partenariat au niveau mondial sera nécessaire pour assurer la construction et le fonctionnement d’ITER. Des sites d’implantation ont été proposés sur trois continents. L’Union européenne, le Canada, le Japon, la fédération de Russie et, depuis 2003, les États-Unis d’Amérique, la République populaire de Chine et la République de Corée négocient des accords pour la mise en oeuvre du projet. D’autres pays peuvent aussi être intéressés par une participation.

Les négociations concernent la construction, l’exploitation et le démantèlement d’ITER, et portent sur des questions comme le partage des coûts, la structure de gestion, les droits de propriété intellectuelle et le site. Des activités techniques de soutien continuent à être menées pour maintenir l’intégrité du projet, examiner les adaptations de la conception nécessaires en fonction des sites spécifiques et commencer à préparer les documents relatifs à l’octroi de licences. 

Une centrale électrique à fusion

ITER bénéficiera de la plupart des technologies nécessaires à une future centrale électrique à fusion.

Le tokamak ITER, haut de 24 mètres et large de 30, sera plus petit qu’une centrale électrique conventionnelle. Il produira jusqu’à 500 MW de puissance thermique dans un plasma de fusion toroïdal d’un volume de 800 m3 confiné par de puissants champs magnétiques. Il démontrera sa capacité de production prolongée d’électricité en vue de parvenir à l’exploitation d’une centrale en régime constant.

ITER produira entre cinq et dix fois plus de puissance qu’il n’est nécessaire pour maintenir le plasma à la température de fusion (150 millions de degrés Celsius), démontrant ainsi la faisabilité de la production d’électricité au moyen de la fusion, avec une «combustion» soutenue. Cela permettra également aux physiciens et aux ingénieurs de développer et d'optimiser les technologies, les composants et les stratégies de contrôle qui serviront pour les futures centrales électriques à fusion.
 

Top

 

  page 1 page 2 page 3 page 4 page 5 page 6 page 7
ITER
ITER