La robotique au service de la croissance des plantes dans les environnements urbains

Les villes surpeuplées ne sont pas un environnement optimal pour la croissance des plantes. Une équipe de chercheurs financés par l’UE a recours à la robotique pour aider les plantes à prendre les tailles et configurations qu’exigent les milieux urbains. Ainsi, les villes pourraient bientôt bénéficier d’une infrastructure verte utilisée pour tout de la production alimentaire au contrôle du climat.

Countries
Countries
  Algeria
  Argentina
  Australia
  Austria
  Bangladesh
  Belarus
  Belgium
  Benin
  Bolivia
  Bosnia and Herzegovina
  Brazil
  Bulgaria
  Burkina Faso
  Cambodia
  Cameroon
  Canada
  Cape Verde
  Chile
  China
  Colombia
  Costa Rica
  Croatia
  Cyprus
  Czechia
  Denmark
  Ecuador
  Egypt
  Estonia
  Ethiopia
  Faroe Islands
  Finland
  France
  French Polynesia
  Georgia

Countries
Countries
  Algeria
  Argentina
  Australia
  Austria
  Bangladesh
  Belarus
  Belgium
  Benin
  Bolivia
  Bosnia and Herzegovina
  Brazil
  Bulgaria
  Burkina Faso
  Cambodia
  Cameroon
  Canada
  Cape Verde
  Chile
  China
  Colombia
  Costa Rica
  Croatia
  Cyprus
  Czechia
  Denmark
  Ecuador
  Egypt
  Estonia
  Ethiopia
  Faroe Islands
  Finland
  France
  French Polynesia
  Georgia


  Infocentre

Published: 13 July 2020  
Related theme(s) and subtheme(s)
Artificial intelligence
EnvironmentBiodiversity  |  Clean technology and recycling  |  Climate & global change  |  Health & environment  |  Sustainable development  |  Urban living
European Innovation Council (EIC) pilotEIC Pathfinder Pilot
Success stories in other languagesFrench
Countries involved in the project described in the article
Austria  |  Denmark  |  Germany  |  Poland
Add to PDF "basket"

La robotique au service de la croissance des plantes dans les environnements urbains

Image

© willyam #297885268, source:stock.adobe.com 2020

Nous sommes désormais tous parfaitement conscients de l’émergence des robots. En vérité, les robots et les systèmes robotiques sont déjà en train de changer notre façon de travailler et de conduire. Les scientifiques développent même des abeilles robotisées pour aider à la pollinisation des cultures. Mais des plantes robotisées? Cela semble tout droit sorti de la dernière superproduction de science-fiction.

C’est pourtant exactement ce que le projet Flora Robotica, financé par l’UE, entend réaliser.

«Plus de la moitié de la population mondiale vivant désormais dans les villes, la société perd rapidement le contact avec la nature», explique Heiko Hamann, professeur de robotique de service à l’Université de Lübeck. «Mais même dans les environnements urbains “non naturels”, les plantes peuvent être utilisées à toutes fins, de la production alimentaire au contrôle du climat.»

Par exemple, si les plantes étaient cultivées verticalement sur un mur intérieur, elles pourraient contribuer à contrôler la température d’un bâtiment. De même, si les plantes pouvaient pousser dans de petits espaces – ou même dans des zones peu ensoleillées – les villes seraient en mesure de tirer pleinement parti du potentiel de l’agriculture urbaine. «Malheureusement, les plantes naturelles ne sont pas programmées pour se développer dans ce genre d’environnement urbain», explique Heiko Hamann. «C’est pourquoi nous nous sommes tournés vers la robotique.»

Fusionner la technologie avec la nature

En fusionnant la technologie et la nature, le projet flora robotica construit un écosystème hybride où la robotique aide les plantes à croître automatiquement dans les formes, tailles et configurations non naturelles imposées par les environnements urbains. Selon Heiko Hamann, l’équipe a identifié, conçu et testé avec succès plusieurs méthodes pour faire pousser des plantes à différentes échelles et avec différents degrés de précision – y compris une plante unique capable de recouvrir un mur entier.

En intégrant des capteurs et d’autres technologies intelligentes entre les plantes, les chercheurs apprennent également à connaître la capacité d’une plante à pousser dans des climats intérieurs. «Grâce à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique, nous pouvons maintenant prédire le comportement d’une plante dans un environnement spécifique et, sur cette base, contrôler son mouvement et sa croissance directionnelle», explique Heiko Hamann.

Cette technologie a déjà été commercialisée par Cybertronica, l’un des partenaires industriels du projet. Son application permet aux utilisateurs de percevoir le bien-être d’une plante et de procéder aux ajustements nécessaires pour améliorer la photosynthèse. Heiko Hamann souligne, qu’à l’avenir, cette même technologie pourrait être utilisée pour orchestrer le mouvement des feuilles d’une plante. «Tout comme les stores d’une fenêtre, nous serions en mesure de contrôler extérieurement la position des feuilles pour rendre un mur vert transparent ou opaque», ajoute-t-il.

Le futur est vert

Selon Heiko Hamann, le futur est vert, et les technologies et méthodes développées par le projet flora robotica représentent un pas important vers ce futur. «Les méthodes développées dans le cadre de ce projet donneront aux architectes et aux urbanistes la confiance nécessaire pour ajouter des plantes vivantes dans leurs projets», précise-t-il. «Les citoyens en bénéficieront également, car la robotique arrosera automatiquement vos plantes et s’assurera qu’elles reçoivent suffisamment de soleil.»

Bien que le projet lui-même soit désormais terminé, les travaux se poursuivent. L’équipe de flora robotica continue non seulement à développer ses technologies, mais elle s’efforce également de mettre cette technologie “en pratique” en construisant un mur extérieur de grande envergure. Ce mur, qui sera recouvert de plantes cultivées grâce au système de flora robotica, pourra être exposé lors de salons de l’architecture et d’autres événements.

Détails du projet

  • Acronyme du projet: FLORA ROBOTICA
  • Participants: Allemagne (coordinateur), Autriche, Danemark, Pologne
  • Numéro du projec: 640959
  • Coût total: EUR  3 641 782
  • Contribution de l'UE: EUR  3 641 781
  • Durée: D’avril 2015 à mars 2019

See also

 

Convert article(s) to PDF

No article selected




loading
Print Version
Share this article
See also
Plus d'informations sur le projet FLORA ROBOTICA