AVERTISSEMENT JURIDIQUE IMPORTANT: Les informations qui figurent sur ce site font l'objet d'uneclause de non-responsabilitéet d'une déclaration concernant les droits d'auteur
 
Contact   |   Recherche sur EUROPA  
 Pays partenaires NEI et PECO > Technologies et processus industriels : la clé de la croissance
Retour
Home
Suivant

Technologies et processus industriels : la clé de la croissance

illustration

Les nouveaux Etats indépendants de l'ex-Union soviétique (NEI) et les Pays d'Europe Centrale et Orientale (PECO) ont un énorme potentiel scientifique dans de nombreux domaines de recherche comme l'ingénierie, la physique, les applications spatiales et les mathématiques appliquées. Toutefois, leurs programmes de recherche ont besoin d'être renforcés en termes de compétitivité industrielle, et doivent répondre aux attentes d'économies qui passent actuellement par des transformations radicales.

Dans cette optique, la coopération internationale dans le domaine de la recherche poursuit trois grands objectifs :

  • développer des technologies propres et durables plus respectueuses de l'environnement que les anciennes méthodes de production ;

  • améliorer la coopération entre la science et l'industrie, et plus particulièrement les petites et moyennes entreprises ;

  • mettre en place des stratégies pour combler le fossé qui sépare les résultats scientifiques des applications pratiques dans l'industrie.

Cette démarche, dans son ensemble, peut être décrite comme une façon d'" affûter " les pratiques industrielles et de rendre la production plus efficace. Cet effort est vital, à l'heure où ces économies se tournent davantage vers l'extérieur et doivent rattraper et concurrencer des secteurs scientifiques et technologiques plus avancés dans d'autres régions du monde. L'innovation engendrée par les programmes de recherche doit alimenter les entreprises. INCO y contribue par ses projets qui apportent une valeur ajoutée à l'industrie.

La précision, "ça paie"

illustration

Les industries des machines-outils en Europe orientale s'emploient actuellement à se conformer aux normes de l'Union européenne. Pour ce faire, elles doivent obtenir une certification de conformité qui n'est délivrée qu'après des mesures effectuées au moyen d'appareils de haute précision qu'on appelle interféromètres laser. Malheureusement, le coût d'un tel équipement est très élevé. Un projet INCO-Copernicus a trouvé une solution de remplacement en mettant au point son propre interféromètre compact et peu coûteux. Le prototype a satisfait aux évaluations et laproduction va pouvoir commencer dans trois PME partenaires du projet, en Pologne, en Biélorussie et en Ukraine.

 

Efficacité ajoutée pour l'industrie

Les entreprises peuvent gagner un avantage concurrentiel en se servant de systèmes d'ateliers flexibles. De nombreuses entreprises d'Europe de l'Est n'ont malheureusement pas les moyens d'y recourir ou ne disposent pas des compétences techniques nécessaires pour maîtriser ces logiciels complexes.
Des chercheurs de Biélorussie, de Russie et de France ont collaboré sur un projet INTAS pour créer un modèle qui propose des solutions locales à partir d'une perspective globale. Le projet n'est pas purement théorique : des applications spécifiques ont déjà été développées, notamment le logiciel Belarus Robomax, qui sert à la conception de lignes de robots de soudage pour l'industrie automobile russe.

Retour
Home
Suivant
 Affirmer le rôle international de la recherche communautaire