Navigation path

Tuberculose

Recherche sur la tuberculose au titre du 7e PC

Illustration Environ 1,7 million de personnes décèdent chaque année des suites de la tuberculose; aujourd'hui, 2 milliards de personnes sont touchées par l'agent responsable de cette maladie, Mycobacterium tuberculosis. Ces chiffres expliquent la raison pour laquelle M. tuberculosis est considéré comme l'agent pathogène le plus puissant jamais rencontré. Durant le 6e PC, un portefeuille de plus de 20 projets sur la tuberculose, disposant d'un budget de plus de 60 millions d'euros, a été établi. Ces projets visent à alléger la charge que représente la tuberculose et se répartissent entre trois domaines: les vaccins, les médicaments et les diagnostics.

Les projets intégrés du 6e PC portant sur les vaccins et les médicaments contre la tuberculose forment une base solide pouvant donner lieu à de nouvelles solutions au problème de la tuberculose. Ils représentent une approche rationnelle à la conception de nouveaux candidats vaccins et médicaments antituberculeux. En outre, les projets de recherche spécifiques ciblés (STREP) se penchent sur les aspects plus spécifiques de la tuberculose. L'importance des STREP est évidente; en effet, il est mondialement reconnu qu'en raison de la nature complexe de l'interaction entre M. tuberculosis et l'hôte humain, de nouvelles idées et des projets à haut risque doivent être lancés afin de mieux comprendre les mécanismes de la pathogenèse et de la maladie dans le cas de la tuberculose.

Illustration for tuberculosisLa double stratégie consistant à utiliser de grands projets de recherche translationnelle et de plus petits projets orientés sur la découverte a fait ses preuves durant le 6e PC. Ces activités se poursuivront à l'avenir, mais certains aspects révélés par les derniers résultats de recherche doivent être pris en compte lors de la planification du programme de travail du 7e PC:

  • Dans plusieurs régions du monde, notamment les régions européennes, les souches de M. tuberculosis sont devenues résistantes à la plupart des médicaments actuellement utilisés pour contrôler la croissance et la propagation de la maladie.
  • Il existe une grande diversité dans les souches de tuberculose dont il faut tenir compte lors du développement de vaccins et de médicaments contre cette maladie.
  • On a aujourd'hui la preuve qu'un seul vaccin n'est pas nécessairement suffisant ou efficace pour le contrôle de la tuberculose; cependant, les besoins des différents groupes cibles ne seront pas les mêmes dans le monde entier. Il faut également tenir compte de la co-infection VIH-TB.

Les aspects concernant les problèmes croissants liés à la tuberculose doivent être abordés dans le 7e PC. En outre, l'accent doit être mis sur la recherche translationnelle, qui garantirait que les résultats des activités de recherche translationnelle réalisées dans le 6e PC soient utilisés et qu'une certaine continuité soit respectée dans ce domaine. De petits projets innovants soutiendraient les activités principales en cours et aideraient à poursuivre la réalisation de projets de découverte. Parmi les futurs thèmes à traiter, citons le développement de médicaments contre les souches multirésistantes, de nouvelles technologies au profit du diagnostique, l'utilisation d'informations offertes par la génomique et l'identification de nouvelles cibles impliquant, par exemple, les facteurs de résistance.

La tuberculose est un problème mondial et la responsabilité concernant le soutien des activités de recherche doit être partagée. La Commission doit ouvrir la voie et créer des partenariats avec les États membres et d'autres parties prenantes. En suivant les bons exemples du 6e PC, il est à souhaiter que la participation des initiatives mondiales augmente et que les activités du 7e PC facilitent l'intégration d'efforts européens dans l'agenda de recherche mondial sur la tuberculose. La promotion du transfert de médicaments et des vaccins candidats vers des essais cliniques sur les humains, et le renforcement des liens avec l'EDCTP doivent également figurer au programme de notre agenda, en vue de permettre davantage d'essais cliniques dans les pays en développement.