Navigation path

Appels à propositions du 7e PC

RECHERCHE TRANSLATIONNELLE SUR LES PRINCIPALES MALADIES INFECTIEUSES: AFFRONTER LES MENACES MAJEURES DE SANTÉ PUBLIQUE

Changer la distribution des maladies à vecteurs: environnement, transmission et mesures de contrôle des vecteurs

La distribution, la densité et l'écologie des vecteurs de transmission des maladies sont particulièrement sensibles aux changements environnementaux résultant de l'évolution des conditions climatiques. La propagation consécutive des maladies à vecteurs aura sans doute des impacts considérables sur la santé de populations vulnérables, en Afrique comme en Europe (en raison de la propagation des vecteurs au-delà de leur habitat tropical originel). Ce programme de travail, au titre des thèmes 2.3.2-4., 2.3.3-1. et 2.3.3-3., regroupe les ressources afin d'aborder de manière intégrée des questions clés relatives à la propagation d'infections à vecteurs en Afrique et en Europe. À noter qu'un autre thème portant sur les vecteurs est publié dans le programme de travail 2010 du thème «Environnement (changement climatique inclus)». Ce dernier, associé au thème 2.3.2-4, est publié dans un appel distinct sur l'Afrique (voir les détails dans la fiche de l'appel respectif dans la section III). Les projets sélectionnés dans les thèmes «Santé», «Alimentation, agriculture et pêche, et biotechnologie» et «Environnement (changement climatique inclus)» devraient coopérer.

HEALTH.2010.2.3.2-4: Contrôler le paludisme en attaquant son vecteur: outils nouveaux ou améliorés pour le contrôle des vecteurs. FP7–CALL–FOR-AFRICA-2010.

Un effort de recherche intégré mettra à la disposition de la communauté scientifique des méthodes et instruments nouveaux ou perfectionnés qui peuvent contribuer à interrompre la transmission du paludisme par les moustiques. Le plan de recherche englobera la biologie vectorielle, dont des études comportementales et de population, mais il devra clairement rester concentré sur la recherche translationnelle qui permet de générer des mesures nouvelles ou améliorées afin de prévenir les infections de paludisme par piqûres de moustiques dans la population. La recherche sur de nouveaux insecticides (larvicides inclus), dont la formule a été améliorée afin de les rendre plus durables sur le plan environnemental, est encouragée. Le principal thème d'intérêt du projet devrait porter sur le contrôle des vecteurs en Afrique, où la charge de la maladie est la plus intense et l'importance du contrôle du paludisme très urgent. Il est fondamental d'y inclure des groupes de recherche africains afin de s'assurer que les besoins et les réalités des pays cibles soient bien pris en compte. L'objectif est de contribuer de manière synergétique aux efforts de recherche actuels sur le contrôle du paludisme en Europe et dans le monde. Aussi l'expertise des grands consortiums de recherche en coordination supranationale devra-t-elle être assurée. Il faudra atteindre un niveau équilibré de participation des pays africains en collaboration avec leurs partenaires européens, et cet aspect sera pris en compte lors de l'évaluation. Remarque: la contribution financière de la CE fait l'objet de limites budgétaires, qui seront strictement mises en œuvre en tant que critères officiels d'éligibilité. Veuillez vous référer à la fiche consacrée à l'appel pour le détail de ces limites. Régime de financement: action spécifique de coopération internationale (SICA), projet en collaboration (projet d'intégration de grande envergure), région cible: les pays partenaires au titre de la coopération internationale (ICPC - International Cooperation Partner Countries) des pays ACP (pays d'Afrique, Caraïbes et Pacifique) et les pays partenaires du bassin méditerranéen (pays africains MCP): l'Algérie, l'Égypte, la Lybie, le Maroc et la Tunisie.

Contribution de la CE par projet: min. EUR 6 000 000 – max. EUR 12 000 000
Une seule proposition sera sélectionnée.
Impact attendu: le projet devrait apporter une meilleure compréhension de la biologie et de la dynamique des populations de vecteurs de moustiques responsables de la transmission du paludisme en Afrique. Le développement d'instruments nouveaux et améliorés de contrôle contribuera à réduire la charge du paludisme en Afrique. Ceci renforcera la contribution de l'Europe aux efforts mondiaux actuels visant à contrôler et à éradiquer le paludisme, et consolidera les partenariats et les capacités de recherche en Afrique.

Pour plus d'informations