This site has been archived on (yyyy/mm/dd)
22/10/2012
Sitemap Printable version
Text smaller Text bigger
rss feed

L'EER dans le triangle de la connaissance

La recherche, l'éducation et l'innovation constituent trois éléments centraux et fortement interdépendants de la société de la connaissance. Ensemble, ils forment le "triangle de la connaissance". Pour concrétiser l'EER, la recherche doit nouer des liens solides avec l'éducation et l'innovation.

L'Institut européen d'innovation et de technologie (EIT) peut être considéré comme un projet phare reliant l'éducation, la recherche et l'innovation, dans la mesure où ces trois activités sont intégrées dans sa conception. Bien d'autres exemples illustrent les liens étroits qui unissent le projet d'EER à l'innovation et à l'éducation.

Un EER sans frontières pour faire de l'Europe un champion de l'innovation

La généralisation de l'"innovation ouverte" reflète simplement le fait que les entreprises peuvent de moins en moins se permettre de gérer un département de recherche et de développement fermé. Elles doivent puiser dans les connaissances des universités et des centres de recherche publics. Elles doivent également souvent coopérer avec d'autres entreprises, y compris leurs concurrents. Les entreprises doivent désormais dépasser les frontières pour trouver les meilleures connaissances et identifier les meilleurs partenaires.

Les initiatives prises pour développer l'EER visent à faciliter ces échanges transfrontaliers. L'EER a pour objectif central d'établir une "cinquième liberté": la liberté de circulation des connaissances.

Certaines initiatives mettent au point une compréhension commune entre différents acteurs de la recherche et de l'innovation (grandes entreprises, PME, universités, centres de recherche publics, etc.) pour les aider à coopérer dans toute l'Union européenne. Citons par exemple l'initiative sur le transfert des connaissances et la propriété intellectuelle ou les plateformes technologiques européennes (entre autres Designing aircraft with low CO2 emissions ou Developing innovative medicines) qui réunissent des acteurs de toute l'Europe dans des domaines technologiques spécifiques.

La coopération transnationale entre chercheurs est également soutenue par des programmes de financement, notamment les programmes-cadres de l'Union européenne. Ils soutiennent un grand nombre de projets de recherche transnationaux, mais également des initiatives à grande échelle qui rassemblent des ressources dans toute l'Europe et au-delà autour d'objectifs communs. À titre d'exemple, les initiatives technologiques conjointes associent des fonds publics et privés et rassemblent une masse critique de chercheurs issus d'entreprises et d'universités, pour faire face à des enjeux technologiques complexes tels que la conception d'avions à faibles émissions de CO2 ou le développement de médicaments innovants. Le programme-cadre pour la compétitivité et l'innovation (CIP) cible principalement les PME, complète le programme-cadre, soutient les activités en faveur de l'innovation (y compris l'éco-innovation), fournit un meilleur accès aux financements et offre des services de soutien aux entreprises dans les régions.

L'Espace européen de la recherche a besoin d'un espace européen de l'enseignement supérieur et inversement

Le rôle central que jouent les universités dans l'offre de ressources humaines pour la recherche et l'innovation est évident. Réciproquement, les universités nécessitent une étroite collaboration avec la recherche de pointe, en vue de fournir un enseignement de haute qualité. Le lien profond unissant les activités de recherche et de formation dans les universités leur confère leur rôle unique et essentiel dans la société de la connaissance.

Voilà pourquoi il est si important pour l'Europe de proposer des universités modernes prônant l'excellence. Dans la plupart des pays, des efforts doivent encore être consentis pour améliorer la gestion et l'organisation des universités et leur accorder davantage d'autonomie et de responsabilités. Ces efforts permettront aux universités de développer leurs propres stratégies, de se positionner aux échelons européen et international et de mieux adapter leurs activités aux besoins de la société et du secteur. La création de centres d'excellence européens compétitifs sur la scène internationale nécessite parfois un certain degré de concentration et de spécialisation. La mobilité des étudiants diplômés et des chercheurs constitue bien sûr le complément nécessaire d'une telle évolution.