AVERTISSEMENT JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site font l'objet d'uneclause de non-responsabilitéet d'une déclaration concernant les droits d'auteur
  Commission européenne > Politique régionale


Newsroom Newsroom Commissaire Debats Themes Direction Generale

Glossaire | Recherche | Contact | Mailing listes
 

Mesures d’information relatives aux activités du Fonds de cohésion

Le règlement « Mesures d’information relatives aux activités du Fonds de cohésion » [(CE) 621/2004] a été adopté par la Commission le 1 er avril 2004. Il remplace la décision 955/1996, qu’il réduit et simplifie largement, afin que les mesures d’information demandées soient plus facile à réaliser.

Texte disponible sur Eur-lex législation: Année 2004 - Numéro 621

Les messages

Le règlement précise tout d’abord le contenu des messages à transmettre, qui sont au nombre de deux :

- Chaque projet soutenu par le Fonds de cohésion contribue à réduire les disparités sociales et économiques entre les citoyens de l’Union européenne ;

- Chaque projet est réalisé grâce à la contribution financière du Fonds de cohésion.

Ces messages doivent être communs à tous les outils et actions d’information, ce qui simplifie la tâche des communicateurs. Par ailleurs, la répétition des messages augmente les chances qu’ils soient mémorisés par le public auquel ils s’adressent.

Le premier message rappelle la finalité européenne du projet, au-delà de sa finalité spécifique liée à son utilité immédiate (ex. : pour une route : aller plus facilement du point A au point B).

Il rappelle que l’Union promeut l’égalité des chances entre ses citoyens et favorise l’accès aux mêmes niveaux de vie. La mention des citoyens est importante car elle leur permet de se sentir directement concernés par l’action de l’Union.

Les messages peuvent être exprimés en des termes autres que ceux du règlement, tant que les idées de base restent les mêmes. Les communicateurs peuvent ainsi recourir à un langage créatif et proche du citoyen ; ils peuvent se servir d’expressions simples et accrocheuses.

Le drapeau de l’Union vient « en illustration » des deux notions, sans lesquelles il n’exprimerait qu’une vague idée de la présence de l’Union.

Les outils et actions de communication

Pour ce qui est des outils et actions de communication, le nouveaux texte n’impose que ce qui est cohérent avec le double objectif de visibilité et notoriété, à savoir : l’information des médias, les panneaux et les plaques commémoratives.

L’accent est mis sur le contact direct avec les médias lors de rencontres, afin qu’un véritable dialogue interactif s’établisse entre eux et les communicateurs. Pour les projets ayant un coût global (financement national + fonds de cohésion) de moins de 50 millions d’euros, ces rencontres sont facultatives.

Les médias étant aussi gourmands d’information écrite, l’autorité responsable du projet a l’obligation de préparer (ou de faire préparer, par exemple par le porteur de projet) une documentation sur le projet. Les journalistes n’étant pas censés être des spécialistes de la matière, une information claire et synthétique peut donc leur être très utile. Elle leur permet d’économiser du temps et se transforme plus facilement en un article ou un reportage.

Pour ce qui est des plaques, elles ne remplacent les panneaux que s’il s’agit d’infrastructures accessibles au grand public.

Le règlement ne ferme pas la porte à toute autre initiative qui pourrait renforcer l’impact des outils et actions d’information obligatoires. S’agissant d’augmenter la visibilité des projets et la notoriété de l’égalité de chances des citoyens, ce texte conseille de placer des affiches à des endroits très visibles. Il rappelle également d’autres outils possibles, tels que les publications sur papier et électroniques, les vidéos et les pages Internet.

Le président des Comités de suivi des projets fournit aux membres du comité des exemples ou des photos des outils ou des actions réalisés.



 

Last modified on