AVERTISSEMENT JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site font l'objet d'uneclause de non-responsabilitéet d'une déclaration concernant les droits d'auteur
  Commission européenne > Politique régionale


Newsroom Newsroom Commissaire Debats Themes Direction Generale

Glossaire | Recherche | Contact | Mailing listes
 
Inforegio/Panorama
Avril 2001

Le magazine trimestriel des acteurs du développement régional

Sommaire
5 /9

Politique régionale communautaire en Irlande

Interview de M. Charlie Mc Creevy, Ministre des Finances


M. Charlie Mc Creevy  

L'Irlande connaît depuis plusieurs années une croissance remarquable de son PIB et une baisse importante de son taux de chômage, au point qu'elle n'est plus considérée comme un "pays de la cohésion". Comment les Fonds structurels ont-ils contribué à cette évolution ?

En effet, l'économie irlandaise a connu une transformation remarquable au cours des dernières années. Le PNB a augmenté de 7,8% en moyenne par an depuis 1993. Le PIB irlandais par habitant a atteint la moyenne de l'UE en 1998. Le chômage, qui était de plus de 16% au début de la période de programmation de 1989-1993, est actuellement inférieur à 4%.

Au cours de la période 1989-1993, une dotation des Fonds structurels de 4,6 milliards d'euros a permis de cofinancer les dépenses relatives à un cadre communautaire d'appui (CCA) de 10,4 milliards d'euros, tandis qu'au cours de la période 1994-1999, un concours des Fonds structurels et du Fonds de Cohésion de 7,2 milliards d'euros a permis de cofinancer les dépenses relatives à un CCA de plus de 12,7 milliards d'euros. Au cours de la période 2000-2006, les Fonds structurels et le Fonds de Cohésion interviendront à hauteur de 3,7 milliards d'euros pour des dépenses de 7,7 milliards d'euros, soit pour près de 13% des dépenses totales dans le cadre du plan de développement national de 2000-2006.

La contribution des Fonds structurels et du Fonds de Cohésion au développement économique de l'Irlande a baissé fortement, ce qui reflète les progrès de l'économie irlandaise ces dernières années. Au cours de la période qui a débuté en 1989, les apports annuels des Fonds structurels et du Fonds de Cohésion atteignaient en moyenne 1,9% du PIB. Ils étaient de 0,9% en 2000 contre un taux record de 2,9% en 1991. À la fin de la période de la perspective financière de Berlin en 2006, ils seront inférieurs à 0,2% du PIB.

Si le soutien des Fonds structurels au début des années 1990 a permis à l'Irlande de faire face à ses besoins en matières d'infrastructures, d'emploi, d'éducation et de formation à la suite d'une période de restrictions des dépenses, il n'est qu'un facteur parmi de nombreux autres à avoir contribué au redressement économique de l'Irlande. Une gestion prudente de l'économie, un environnement réceptif aux investissements privés et l'influence d'un partenariat social bien développé ont contribué à renforcer la compétitivité du pays. Ces facteurs, ajoutés aux aides communautaires et nationales considérables, ont permis d'attirer des investissements étrangers directs importants et de soutenir le développement d'activités et de services dans le pays qui ont stimulé le développement de l'économie irlandaise.

En résumé, je pense que l'incidence des Fonds structurels est bien décrite par la citation suivante du rapport sur la cohésion: "L'Irlande est l'exemple même d'un pays où l'utilisation des Fonds structurels a porté pleinement ses fruits notamment parce qu'elle était intégrée à une politique de consensus social et macro-économique saine. L'Irlande constitue dès lors un "exemple de bonne pratique" au sein de l'Union européenne."

Comment l'Irlande réduira-t-elle les écarts qui ont été créés parmi les régions et à l'intérieur de celles-ci au cours de cette période de prospérité ? Comment la politique régionale de l'UE soutiendra-t-elle cette évolution ?

Toutes les régions d'Irlande ont connu une croissance économique et ont convergé vers la moyenne du PIB de l'UE par habitant mais certaines plus rapidement que d'autres. Les régions de Dublin et du Mid-East en particulier ont contribué à porter le PIB irlandais par habitant au-dessus de la moyenne communautaire.

La division du pays en deux régions NUTS II - Border, Midland & Western (BMW, qui bénéficie du statut de l'Objectif n° 1) et Southern & Eastern (S&E) - permettra de donner un élan supplémentaire à la promotion d'un développement régional équilibré en Irlande.

Cette promotion d'un développement régional équilibré constitue l'un des principaux objectifs du plan de développement national de 52 milliards d'euros pour 2000-2006. Le soutien global au titre du plan est pondéré en faveur de la région BMW, la contribution par habitant prévue dans cette région étant supérieure de plus d'un tiers à celle de la région S&E. Il y a un programme régional plurisectoriel pour chaque région, destiné à tirer le meilleur parti de leurs ressources naturelles par des investissements dans les domaines prioritaires des infrastructures locales, du développement local des entreprises, de l'agriculture et du développement rural, de l'intégration sociale et de la garde d'enfants. Le soutien dans le cadre de ces programmes opérationnels régionaux (PO) sera complété par une aide au titre des programmes interrégionaux concernant les infrastructures, le secteur de la production et l'emploi ainsi que la valorisation des ressources humaines.

En ce qui concerne l'incidence de l'aide de l'UE, le maintien du statut de l'Objectif n° 1 pour la région BMW et du statut de région en transition pour la région S&E facilite une plus grande concentration des Fonds structurels au cours de la période 2000-2006.

D'une manière plus générale, bien qu'il soit principalement financé par des sources intérieures, le plan de développement national (2000-2006) se fonde très largement sur les bonnes pratiques développées dans le cadre du système de programmation des Fonds structurels. Le plan entier sera donc soumis aux procédures de suivi et d'évaluation applicables aux programmes cofinancés par l'UE.

L'Irlande participe à un processus de paix ambitieux. Comment le programme PEACE, financé par l'UE, contribue-t-il à la mise en œuvre de ce processus de paix ? Quelles sont les perspectives du programme PEACE II, qui est en cours de négociation ?

Le programme d'aide de l'UE en faveur de la paix et de la réconciliation, appliqué au cours de la période 1995-99, était une initiative très particulière, qui a contribué à progresser vers une société paisible et stable en Irlande. Ce programme, qui s'est attelé à promouvoir la réconciliation entre les communautés de l'Irlande du Nord et entre le Nord et le Sud, a contribué très opportunément et utilement à gérer le legs de 30 années de violence.

Il a exercé et continue à exercer une grande influence sur la vie socio-économique de l'Irlande du Nord et de la région frontalière et a aidé à préparer chaque région à saisir les chances offertes par le processus de paix.

Je pense que nous perdons souvent de vue un aspect important des programmes transfrontaliers et transnationaux: la "dimension humaine". Le programme PEACE a non seulement encouragé la revitalisation économique et sociale mais a également offert la possibilité à des personnes ayant des origines et des traditions très différentes, sur les plans social, politique, religieux et économique, de se rencontrer et de travailler ensemble en vue d'atteindre des objectifs communs et d'en tirer des avantages réciproques. Les dispositions institutionnelles formelles du programme pour la paix de 1995-1999, le comité de suivi et le forum consultatif ont fourni plusieurs possibilités nouvelles aux partenaires sociaux et aux pouvoirs publics comme à d'autres, au Nord comme au Sud, de collaborer en vue du succès du programme.

J'en viens à la deuxième partie de votre question concernant le nouveau programme PEACE. Une grande partie du travail que j'ai mentionné bénéficiera d'un soutien dans le cadre du nouveau programme pour la paix et se fondera sur l'idée-force adoptée pour ce programme "de consolider les progrès en faveur d'une société de paix et stabilité et de promouvoir la réconciliation". Le programme vient de faire l'objet d'un accord avec la Commission et j'espère que son financement démarrera sous peu.

Ce nouveau programme en faveur de la paix a été élaboré autour d'un certain nombre de thèmes centraux, notamment le développement économique et social et la régénération des communautés urbaines et rurales par des activités locales. Comme dans le programme précédent, nous nous attacherons également à soutenir et à promouvoir une plus grande et meilleure coopération transfrontalière dans certains secteurs.

En effet, au moins 15% du financement du programme, soit quelque 106 millions d'euros, contributions communautaire et nationale Nord-Sud comprises, seront destinés à encourager une plus grande coopération transfrontalière.

Je me félicite de l'approche ciblée que nous avons adoptée avec nos collègues de l'Irlande du Nord. Elle entraînera des mesures axées spécifiquement sur les communautés, groupes et secteurs qui ont été particulièrement affectés par les troubles.

Le nouveau programme pour la paix présente un aspect qui mérite d'être souligné: l'autorité de gestion sera l'organe chargé des programmes de l'UE parmi les organes Nord-Sud créés dans le cadre de l'accord du vendredi saint. Je suis particulièrement heureux que la coopération Nord-Sud si fortement encouragée par les programmes financés par l'Union européenne bénéficie désormais d'une existence institutionnelle concrète sous la forme de cet organe chargé des programmes de l'UE.

L'accord sur le nouveau programme en faveur de la paix permet d'espérer que les relations sociales et économiques entre le Nord et le Sud évolueront vers une nouvelle étape de développement. Nous avons l'intention de nous appuyer sur les progrès réalisés depuis les cessez-le-feu de 1994. Nous devons œuvrer en faveur de la paix. Nous devons réconcilier la population de l'île et veiller à ce que le soutien de nos voisins européens soit utilisé au mieux pour compenser les blessures et dommages causés par de si nombreuses années de conflits.

Sites Internet :


 

Last modified on