AVERTISSEMENT JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site font l'objet d'uneclause de non-responsabilitéet d'une déclaration concernant les droits d'auteur
  Commission européenne > Politique régionale


Newsroom Newsroom Commissaire Debats Themes Direction Generale

Glossaire | Recherche | Contact | Mailing listes
 
Inforegio/Panorama
Avril 2001

Le magazine trimestriel des acteurs du développement régional

Sommaire
4 / 9

Des actions de pointe pour généraliser l'innovation

La journée d'information sur les Actions innovatrices fait salle comble
Les quatre priorités de Michel Barnier
Intervenir dans des domaines d'activité pointus où la mise en œuvre des leviers traditionnels des Fonds structurels est trop risquée; compléter le gros œuvre de la politique régionale en aidant les régions les moins compétitives à développer leurs capacités d'innovation et d'adaptation aux mutations technologiques et économiques… tels sont les objectifs des Actions innovatrices du Fonds européen de développement régional (FEDER).

Journée Actions innovatrices Mal préparées aux mutations et aux évolutions technologiques, les régions les moins prospères de l'Union peinent à évoluer vers la société de l'information, de la connaissance et de l'innovation. Or, à condition d'être maîtrisées par les acteurs économiques, les nouvelles technologies sont justement susceptibles de leur offrir les moyens de rattraper leur retard.


Les actions innovatrices du FEDER ont été spécialement conçues pour les régions peu familiarisées avec les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Elles sont un espace d'expérimentation indispensable, qui permettra progressivement d'influencer et d'améliorer la qualité des programmes des Objectifs prioritaires 1, 2 et 3 des Fonds structurels en y renforçant le rôle des aspects immatériels et conceptuels de la compétitivité régionale: la mise en réseaux, les partenariats public/privé, les transferts de technologie, l'entrepreneuriat, etc.

Les Orientations de ces actions pour la période 2000-2006 ont été adoptées formellement le 31 janvier dernier par la Commission européenne.

Elles fixent trois priorités pour les régions en retard de développement ou en reconversion:

  • la connaissance et l'innovation technologique;
  • la société de l'information;
  • l'identité régionale et le développement durable
Concrètement, les régions visées peuvent solliciter le soutien du FEDER en proposant à la Commission des projets de programmes dans un ou plusieurs des trois secteurs clés; ces programmes doivent se présenter sous la forme d'un plan d'action ou d'une stratégie définis dans le cadre d'un large partenariat régional incluant les acteurs publics et privés. Une fois approuvés, les programmes constituent, durant deux ans au maximum, la base de mise en œuvre de projets pilotes individuels. Les résultats positifs de ces projets pilotes pourront ensuite être repris par les programmes principaux de développement économique et social.

Dans le passé, les initiatives de ce type, appelées RIS (Stratégie d'innovation régionale) ou RISI (Initiative régionale pour la société de l'information), ont par exemple permis à des zones rurales pionnières de vendre du fromage via Internet, à de petites entreprises du Limbourg néerlandais de profiter des laboratoires de R&D de sociétés plus grandes, à des entreprises du Pays-de-Galles (Royaume-Uni) d'obtenir des financements et du savoir-faire supplémentaires grâce à un réseau d'investisseurs privés, aux citoyens de Galice (Espagne) et du Norte (Portugal) de consulter des systèmes d'information en ligne contenant des données complètes dans les domaines économique, social et culturel, etc.

Côté ressources, les Actions innovatrices sont dotées d'un budget de 400 millions d'euros pour la période 2000-2006. Les programmes régionaux retenus se verront allouer chacun entre 300 000 et 3 millions d'euros. Dix critères seront essentiels à l'heure de la sélection par les services de la Direction générale en charge de la Politique régionale: la qualité intrinsèque des propositions (clarté de l'approche stratégique, nature innovante des objectifs, etc.), leurs effets d'entraînement potentiels (sur les programmes cofinancés par le FEDER et les autres politiques communautaires), le partenariat établi entre les secteurs public, privé et le monde associatif ainsi que la cohérence entre les objectifs fixés et les ressources mobilisées.

Pour accompagner l'élaboration et la mise en œuvre des nouvelles stratégies innovatrices de développement, la Commission soutiendra également des programmes de réseaux de coopération et d'échanges d'expériences entre régions, et organisera deux concours visant à identifier et développer les meilleures pratiques.

Pour en savoir plus :

E-europe


La journée d'information sur les Actions innovatrices fait salle comble

La venue de plus de 500 acteurs régionaux à Bruxelles, le 19 février 2001, a prouvé, si besoin en était, l'intérêt pour l'innovation à travers l'Europe. Ces responsables nationaux, régionaux et locaux ont répondu en masse à l'invitation lancée par la Commission européenne à l'occasion de la journée d'information consacrée aux Actions innovatrices.

Durant huit heures, débats, idées et questions ont été au cœur de la journée d'information sur les Actions innovatrices. Une certitude partageait intervenants et invités: l'innovation est un facteur clé de la compétitivité européenne et de la capacité du continent à créer de l'emploi. Les nouvelles technologies permettent, certes, d'améliorer les moyens de production, l'offre de services, l'organisation du management et du marketing mais elles vont plus loin encore. Journée Actions innovatrices
Elles sont aujourd'hui au centre du dispositif indispensable à l'échange de connaissances, d'expériences et de bonnes pratiques.

Communiquer plus largement grâce à des programmes spécifiques

La journée d'information a été rythmée par de nombreux ateliers. Après une présentation générale des Orientations de la Commission, les participants ont eu l'occasion d'approfondir plus particulièrement les questions liées à la soumission des programmes régionaux d'Actions innovatrices, à l'appréciation de ceux-ci par les services de la Commission, au rôle particulier que les Actions innovatrices peuvent jouer dans la politique régionale ainsi qu'à la mise en œuvre et à la gestion des programmes. Une session était également dédiée aux réseaux et aux mesures d'accompagnement.

Les quatre priorités de Michel Barnier

En guise de clôture aux débats de la journée, Michel Barnier, Commissaire chargé de la politique régionale, a fait part des attentes de la Commission concernant le contenu des programmes que devront préparer les régions.

1. Des projets réellement innovants

"Je souhaite recevoir des programmes qui contiennent des stratégies basées sur les besoins identifiés par les acteurs du développement sur le terrain. J'attends des propositions tout à fait novatrices, qui peuvent comporter une part de risque. En effet, dans le domaine de l'innovation, nous apprenons parfois plus des échecs que des réussites. Bref, je ne veux pas voir resurgir ici et là des projets qui étaient déjà dans les tiroirs et qui peuvent être financés notamment au titre du mainstream1."

2. L'implication de tous les acteurs

"Tirant les leçons du passé, je souhaite la participation active et l'implication de tous les acteurs régionaux et locaux, tant publics que privés et associatifs, dans une approche partant de la base, de type "bottom-up", aussi bien dans la conception que dans la mise en place des programmes régionaux d'actions innovatrices. D'où l'importance du choix du président du Comité de pilotage qui doit être un véritable animateur et un fédérateur."

3. Un suivi et une gestion efficaces

"De notre part, nous avons fait un effort afin de simplifier les procédures et assurer un maximum de transparence et de sécurité financière pour cette nouvelle génération d'Actions innovatrices. Je vous demande, de votre côté, de faire un effort pour assurer un suivi et une gestion efficaces de ces programmes."

4. Les retombées sur les grands projets

"Je souhaite que, dès à présent, les responsables des interventions du "mainstream" dans les régions Objectifs 1 et 2 qui vont participer aux Comités de pilotage des programmes régionaux d'Actions innovatrices réfléchissent à la manière dont les bons projets innovants seront transférés et trouveront leur prolongement dans les grands programmes des zones Objectifs 1 et 2."

1. Mainstream: interventions du FEDER qui donnent lieu au cofinancement des programmes opérationnels et des documents uniques de programmation.


 

Last modified on