AVERTISSEMENT JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site font l'objet d'uneclause de non-responsabilitéet d'une déclaration concernant les droits d'auteur
  Commission européenne > Politique régionale


Newsroom Newsroom Commissaire Debats Themes Direction Generale

Glossaire | Recherche | Contact | Mailing listes
 
Inforegio/Panorama
Avril 2001

Le magazine trimestriel des acteurs du développement régional

Sommaire
3 /9

De l'Estrémadure à l'e-Estrémadure

Réduire l'écart
La société de l'information, pour tous et par tous


L'Estrémadure parie sur les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) pour surmonter le handicap que suppose sa position périphérique. Le gouvernement régional a joué un rôle de pionnier et veut pallier le manque de moyens des agents économiques et sociaux dans certaines zones de la région.

Infodex Moderniser le tissu productif, améliorer les services aux citoyens, réduire les différences entre les zones rurales et urbaines et jouer un rôle de catalyseur de l'intégration entre l'Espagne et le Portugal: telles étaient les priorités des fondateurs de la stratégie de la société de l'information pour l'Estrémadure.


Le projet a été lancé en 1997, avec la création d'Infodex, un organisme cofinancé à parts égales par le gouvernement régional et les Fonds structurels européens dans le cadre de l'initiative RISI (Initiative régionale pour la société de l'information). Infodex a été alors chargé d'établir une analyse de la situation et un inventaire des besoins, pour ensuite, déterminer les lignes forces de la stratégie de mise en oeuvre de la société de l'information.

La clé de voûte de l'édifice est la création de "l'intranet d'Estrémadure", un réseau sur lequel viendront se greffer les réseaux secondaires et qui offrira, à terme, 1478 points d'accès à travers toute la région. Le chantier ayant été adjugé, en décembre 2000, à l'opérateur espagnol de télécommunications Retevision, l'intranet devrait fonctionner à partir du second semestre 2002.

Parallèlement à ces travaux d'infrastructures, la région met sur pied différents projets sectoriels, qui permettront de doter l'ensemble d'un contenu. La figure de proue de ces projets est, sans conteste, le Réseau technologique éducatif. "Le matériel qui permettra à 123 écoles primaires d'être reliées à l'intranet a commencé à être livré", explique une responsable d'Infodex. "D'autre part, les professeurs ont commencé à recevoir des formations dans les 18 centres que compte le réseau sur tout le territoire. Ce sont eux qui, à leur tour, formeront les élèves", poursuit-elle.

Au rang des autres projets stratégiques, on compte le Réseau sanitaire d'Estrémadure, encore en phase de gestation; deux viviers d'entreprises qui accueillent, l'un à Badajoz, l'autre à Cáceres, des start-ups dans le domaine des NTIC; une foire virtuelle; un projet baptisé "Nouveaux centres de la connaissance", qui couvre des domaines tels que l'alphabétisation et l'intégration sociale et s'appuie déjà sur 32 antennes dans toute la région.

Le chantier est vaste. Il n'aurait pu être lancé de cette façon sans l'appui des Fonds structurels européens. Le nouveau programme opérationnel pour l'Estrémadure (période 2000-2006) consacre d'ailleurs une mesure spécifique à la société de l'information. Sa dotation s'élève à 37,8 millions d'euros. Parallèlement, l'Estrémadure pourrait également bénéficier des retombées du programme de développement national consacré exclusivement au thème de la société de l'information, dès qu'il aura été adopté par la Commission. Ce programme multirégional et monofonds (FEDER) sera doté d'un budget de 446,6 millions d'euros en aide communautaire et visera essentiellement à stimuler la demande de NTIC en s'adressant plus particulièrement aux PME et aux services publics. Enfin l'Estrémadure présentera des projets dans le cadre des Programmes régionaux d'actions innovatrices.

Pour plus d'informations, consultez le site du gouvernement d'Estrémadure.

Réduire l'écart

Son profil géographique en fait une région indéniablement périphérique. Située à l'extrême sud-ouest de l'Union européenne, entre le centre de la péninsule ibérique et le Portugal, l'Estrémadure abrite une population dispersée. La densité démographique atteint à peine 26 habitants/km2 et seules 7 des 382 municipalités que compte cette Communauté autonome dépassent les 25 000 habitants.
Sur le plan économique, l'Estrémadure appartient au groupe des régions dites en retard de développement. Son PIB n'atteint que 50% de la moyenne communautaire. L'agriculture reste un secteur primordial autour duquel s'articule une kyrielle d'autres activités, comme l'industrie agro-alimentaire ou les services liés à la production agraire. La productivité moyenne est basse et la population, vieillissante, doit faire face à un taux de chômage de 25,5%.

Eligible à l'Objectif 1 des Fonds structurels et au Fonds de Cohésion, l'Estrémadure a tiré parti de l'intervention communautaire pour réduire son retard. Pour la période 1994-1999, ses efforts ont porté, d'une part, sur l'intégration et l'articulation territoriale, avec la modernisation et l'extension des réseaux de communication, de télécommunication et d'énergie, d'autre part, sur l'environnement (assainissement et épuration des parcs naturels, reboisement, gestion des déchets).

Pour la période 2000-2006, l'intervention des Fonds structurels s'élève à 2,1 milliards d'euros. Le programme opérationnel pour l'Estrémadure vise deux objectifs généraux: renforcer la base productive et réduire sensiblement le chômage.

Ces objectifs se traduisent par des investissements en infrastructures de transport, d'éducation et pour la gestion efficace de ses ressources environnementales considérables, mais aussi par des actions visant à rehausser la qualification des ressources humaines et à favoriser l'émergence des nouvelles technologies de l'information. Le Fonds de Cohésion participera encore aux efforts d'approvisionnement et d'assainissement de l'eau et de gestion des déchets ainsi qu'au développement des infrastructures de transport comme les chemins de fer entre le Portugal et l'Espagne.

Repères :  
Superficie totale :
41 634 km2
Population :
1 070 244 (1997)
PIB par habitant :
50% de la moyenne de l'UE (1998)
Taux de chômage :
25,5% (1999)


Interview : La société de l'information, pour tous et par tous

Juan Carlos Rodríguez Ibarra Juan Carlos Rodríguez Ibarra,
Président du gouvernement autonome de la région d'Estrémadure
  Avec l'élargissement de l'Union vers la partie orientale du Continent, l'Espagne et, a fortiori l'Estrémadure, se retrouvent plus que jamais à la périphérie.

C'est une vision typique de l'ère industrielle. Elle n'est pas valable pour l'ère de la société de l'information, des nouvelles technologies. Sinon comment expliquer que deux pays périphériques comme l'Irlande et la Finlande triomphent actuellement? La question n'est pas de savoir si un territoire est périphérique ou non. La question réside dans la définition que chacun donne de son rôle dans le village global, un village totalement digitalisé et connecté.

L'Estrémadure est-elle bien placée pour relever le défi de la société de l'information?

Cela fait quatre ans que nous sommes partis à la rencontre de cette société, avant même que le gouvernement espagnol ne le fasse.

Les caractéristiques économiques et démographiques de l'Estrémadure ne vont-elles pas freiner le mouvement? Les grands opérateurs de télécommunication ne se mobilisent pas facilement si les perspectives de rentabilité sont limitées.

Nous nous sommes proposés de faire en sorte que l'entrée dans la société de l'information ne se produise pas quand les grands groupes financiers l'auront décidé - comme cela s'est passé avec les distributeurs automatiques de billets ou la téléphonie mobile - mais quand les citoyens le considéreront opportun parce qu'ils disposeront de la formation et des infrastructures nécessaires.

Comment réaliser cette révolution copernicienne?

En prenant l'initiative d'une stratégie centrée sur le citoyen. Cette stratégie repose sur deux piliers. En premier lieu, nous sommes en train de construire notre propre réseau: l'intranet d'Estrémadure. Il a pour vocation de relier tous les services de l'administration régionale et d'être accessible à tous les acteurs - privés et publics -, de la scène économique, sociale et civile. En second lieu, nous sommes en train de créer des espaces sociaux d'accès et de formation afin que la population se familiarise aux nouvelles technologies et les intègre à la vie quotidienne. Cet effort d'alphabétisation technologique commence par l'école pour s'étendre à l'ensemble de la population.


 

Last modified on