Navigation path

Additional tools

Inforegio-Newsroom

Rss
  • La Commission européenne demande instamment aux régions ultrapériphériques de se concentrer sur les objectifs de la stratégie«Europe 2020» et de tirer parti de leurs atouts individuel

    (29/09/2014)

    La Commission européenne accueillera le «Troisième forum des régions ultrapériphériques» à Bruxelles, du 30 septembre au 1er octobre, pour discuter des efforts conjoints à déployer pour dynamiser le développement économique et social dans les régions ultrapériphériques et permettre à ces dernières d'exploiter pleinement leur potentiel. Cet événement réunit les présidents des régions ultrapériphériques d’Europe, des représentants de leurs trois États membres, des membres de la société civile et du monde des affaires, ainsi que des représentants des institutions de l’Union européenne dont José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, M. Michel Lebrun, président du Comité des régions, Rossella Rusca, représentante de la présidence du Conseil de l’Union européenne et Louis-Joseph Manscour, membre du Parlement européen.

    Le forum devrait permettre un bon échange de vues sur la manière d'aider les neuf régions (la Guadeloupe, la Guyane française, la Réunion, la Martinique, Saint-Martin, les Açores, Madère, Mayotte et les îles Canaries) à orienter les ressources et les investissements de manière optimale, en tirant parti de leurs caractéristiques et de leurs points forts spécifiques.

    Les présidents se réuniront sous le thème «9 régions au cœur de l’Europe d’aujourd’hui et de demain». Trois groupes thématiques se concentreront sur les thèmes de l’emploi et l’éducation, les secteurs à grand potentiel pour le développement des régions et l’intégration régionale, et l'amélioration de l'accessibilité. L’objectif global est de faire le meilleur usage possible des ressources disponibles pour ces régions et de maximiser les résultats.

    Pour de plus amples informations:

  • Panorama 50 - sur le chemin de l'innovation

    (22/09/2014)

    Le numéro d'automne de Panorama contient plusieurs dossiers spéciaux célébrant le 50e numéro du magazine. En premier lieu figure une interview exclusive du Commissaire Johannes Hahn dans laquelle il passe en revue les changements apportés à la politique de cohésion durant son mandat. Un article approfondi sur le 6e rapport sur la cohésion analyse comment la politique de cohésion aide l'Europe à sortir de la crise économique et encourage l'innovation et la croissance verte. Concernant l'adoption des accords de partenariats, les dernières actualités nous amènent en Grèce: un représentant du ministère grec du développement et de la compétitivité explique comment le pays se prépare pour la nouvelle période d'investissement.

    Le magazine évoque également la prochaine édition des OPEN DAYS à Bruxelles cette année, la progression de l'agenda urbain de l'UE, les objectifs du Fonds social européen et les fonctions du Comité économique et social européen (CESE).

    Dans une section spéciale intitulée «Contributions des lecteurs», différents représentants expliquent ce qu'ils pensent de Panorama et comment ils souhaiteraient que le magazine évolue. Enfin, vous retrouverez la sélection habituelle de sujets d’actualité et la description de projets issus de toute l’UE.

    Panorama 50 - sur le chemin de l'innovation

  • EUChatRegio - Stratégies macrorégionales: des ponts transfrontaliers et intersectoriels?

    (22/09/2014)

    Notre premier #EUChatREGIO aura lieu le 25 septembre 2014, de 15:00 à 16:30 HEC et portera sur le rôle et la valeur ajoutée des stratégies macrorégionales en Europe.

    Ce débat sur twitter vise à aider les personnes concernées à partager leur expérience, leurs idées et leurs points de vues sur le rôle, l’intérêt et les avantages des stratégies macrorégionales actuelles et futures.

    Des informations plus détaillées sur cette discussion en ligne et les questions qui seront abordées sont disponibles sur: http://ec.europa.eu/regional_policy/informing/eu_chat_en.cfm

  • Concours photo «L’Europe dans ma région»: les lauréats sont ….

    (19/09/2014)

    À partir d’une sélection des 100 photos les plus votées sur Facebook et de 50 photos faisant office de «jokers», le jury, composé de trois photographes professionnels, a choisi les lauréats du concours photo «L’Europe dans ma région»: Adela Nistora du Portugal, Ieva Vīksne de Lettonie et Kristina Griguolė de Lituanie.

    Adela a pris un cliché de la Marina de Ponta Delgada, la capitale des Açores: la construction du nouveau port a fortement contribué à la revitalisation économique de l’île. 

     

    Ieva a photographié le nouveau train à Riga, qui transporte les passagers d’une côte à l’autre en empruntant les ponts ferroviaires.

     

    Kristina a fait un portrait – extrêmement créatif – du projet d’enquête géologique à Vilnius, qui vise à faciliter et accélérer les partages d’informations.

     

    Les trois projets ont tous bénéficié du soutien financier du Fonds européen de développement régional.

    Chaque lauréat recevra 1 000 EUR pour acheter du matériel photographique numérique et un séjour de deux nuits à Bruxelles afin de participer aux OPEN DAYS – 12e semaine européenne des régions et des villes. C’est à l’occasion de cet événement qu’ils recevront leur prix des mains de Johannes Hahn, Commissaire en charge de la politique régionale.

    Globalement, la troisième édition du concours de photos a remporté un grand succès, ayant reçu un nombre record de photos: 1 002 de 27 États membres (contre 869 en 2013), et 14 268 votes (contre 11 681 en 2013).

    Les trois photos gagnantes peuvent être visionnées ici: https://www.facebook.com/EuropeanCommission/app_386310531430573

    Tableau #EUMyRegion Pinterest: http://www.pinterest.com/eucommission/eumyregion-photo-contest/

  • Accords de partenariat et programmes opérationnels - État d’avancement

    (15/09/2014)

    La Commission européenne a adopté 16 des 28 accords de partenariat (AP) et examine à présent les AP officiels reçus des autres 12 États membres, ainsi que les avant-projets des programmes opérationnels (PO) de la politique de cohésion des pays, définissant leurs plans d’investissement des Fonds structurels et d’investissement européens pour la période de programmation 2014-2020.

    Les AP et PO ont été envoyés par:

    • Danmark: AP adopté 05/05 et l'unique PO adopté
    • Deutschland: AP adopté 22/05 et les 16 PO soumis
    • Polska: AP adopté 23/05 et les 21 PO soumis
    • Ελλάδα: AP adopté 23/05 et les 16 PO soumis
    • Latvija: AP adopté 20/06 et l'unique PO soumis
    • Lietuva: AP adopté 20/06 et l'unique PO adopté
    • Eesti: AP adopté 20/06 et l'unique PO soumis
    • Κύπρος: AP adopté 20/06 et l'unique PO soumis
    • Slovensko: AP adopté 20/06 et les cinq PO soumis
    • Portugal: AP adopté 30/07 et les dix PO soumis
    • România: AP adopté 06/08 et trois PO soumis
    • България/Bulgaria: AP adopté 07/08 et les quatre PO soumis
    • France: AP adopté 08/08 et les 32 PO soumis
    • Nederland: AP adopté 22/08 et les quatre PO soumis
    • Suomi/Finlande: AP 17/02 et l'unique PO soumis
    • Magyarország: AP 07/03 et les cinq PO soumis
    • Slovenija: AP 10/04 et l'unique PO soumis
    • Česká republika: AP 17/04 et les six PO soumis
    • Sverige: AP 17/04 et neuf PO soumis
    • Österreich: AP 17/04 et l'unique PO soumis
    • Malta: AP 01/04 et un PO soumis
    • United Kingdom: AP 17/04 et six PO soumis
    • Italia: AP 22/04 et 23 PO soumis
    • España: AP 22/04 et les 22 PO soumis
    • Hrvatska: AP 22/04 et l'unique PO soumis
    • Éire/Ireland: AP 22/04 et les deux PO soumis
    • Belgien/Belgique/België: AP 23/04 et deux PO soumis
    • Luxembourg: AP 30/04 et l'unique PO soumis

    96% des PO de CTE (coopération territoriale européenne) ont également été soumis, lorsque 3 PO (DK, DE - Scheswig-Holstein, LT) ont été adoptés.

    La Commission a souligné le caractère primordial d'une approche stratégique de l'utilisation des fonds et la primauté de la qualité sur la rapidité.

    La Commission continuera à analyser en profondeur les accords de partenariats et programmes opérationnels restants, en faisant part de ses observations aux États membres le cas échéant.

    Les prochaines adoptions devraient avoir lieu fin août, et les dernières à l'automne.

    Politique de cohésion 2014-2020: toute l'actualité

  • Investissement pour une croissance et des emplois durables: pleins feux sur le développement et la bonne gouvernance pour le sixième forum sur la cohésion qui se déroulera à Bruxelles les 8 et 9 septembre 2014

    (04/09/2014)

    L'objet du sixième forum sur la cohésion, organisé à Bruxelles les 8 et 9 septembre, sera d'analyser l'impact de la politique de cohésion de l'UE sur la croissance et la création d'emploi dans les régions et les villes d'Europe. Dotée d'un budget total de 352 milliards d'euros pour la période de financement 2014–2020, la politique de cohésion jouera un rôle vital dans des domaines clés pour une croissance persistante et durable, tels que l'innovation, le soutien aux PME, le renforcement des qualifications, l'inclusion sociale et l'énergie.

    Organisé tous les trois ans, le forum sur la cohésion réunit des décideurs et acteurs politiques de haut rang issus des États membres de l'UE afin d'évaluer dans quelle mesure la politique de cohésion a atteint ses objectifs. Le thème du forum de cette année est l'investissement dans l'emploi et dans la croissance par le biais du développement et de la bonne gouvernance dans les régions et les villes de l'UE («Investment for jobs and growth: promoting development and good governance in EU regions and cities»).Une bonne gouvernance – que l'on parle de renforcer l'efficacité et la transparence des administrations ou d'instaurer des politiques macroéconomiques saines – est indispensable à une réelle relance de la croissance et de la prospérité. 

    Cet événement de deux jours comptera avec la présence de plusieurs personnalités de renom à l'échelon européen, national ou régional, qui participeront aux débats, centrés sur l'amélioration de l'efficacité de la politique de cohésion et la réduction des disparités entre les régions européennes.

    Les débats seront retransmis en live streaming.

    Pour en savoir plus:

  • La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec la Hongrie sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014-2020

    (29/08/2014)

    La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec la Hongrie, définissant la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens dans tout le pays. Cet accord ouvre la voie à des investissements à hauteur de 21,9 milliards d’euros au total — en prix courants, comprenant le financement de la coopération territoriale européenne et l'initiative pour l'emploi des jeunes — au titre de la politique de cohésion pour la période 2014-2020.

    La Hongrie bénéficiera également d'une dotation de 3,45 milliards d'euros destinée au développement rural et d'une enveloppe de 39 millions d'euros destinée au secteur maritime et de la pêche.

    Ces investissements de l'UE aideront à lutter contre le chômage, à dynamiser la compétitivité et à favoriser la croissance économique en soutenant l’innovation, l’éducation et la formation dans les agglomérations de toutes tailles et les zones rurales. Ils permettront également de promouvoir l’esprit d’entreprise et de combattre l’exclusion sociale, tout en contribuant à mettre en place une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources.

    M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, a commenté l'adoption de cet accord en ces termes: «Nous avons adopté aujourd'hui un plan d’investissement stratégique vital, qui met la Hongriesur la voie de l’emploi et de la croissance pour les dix années à venir. Cet accord de partenariat traduit la détermination partagée par la Commission européenne et parla Hongried'utiliser le plus efficacement possible les investissements de l’UE. Conformément à la politique de cohésion réformée, il s'agit de renforcer la composante stratégique de tous nos investissements et de se concentrer sur les secteurs de l'économie dans lesquels leur incidence peut être optimisée, ainsi que sur la croissance durable et le développement social et humain. L’objectif premier est également d'obtenir des programmes et une mise en œuvre de qualité

    M. Hahn a ajouté: «Cette stratégie d’investissement s'appuie sur les efforts importants déjà déployés par la Hongrie pour que l'UE atteigne ses objectifs de développement à long terme et durable dans toutes ses régions moins développées. La Hongrie dispose désormais grâce à cet accord d’une base solide qui couvre tous les Fonds structurels et d’investissement et donne une orientation stratégique aux futurs programmes qui favoriseront l'innovation, contribueront à rendre les PME hongroises plus compétitives et mieux intégrées au niveau international et renforceront la réputation croissante de la Hongrieen encourageant les projets liés à la recherche et au développement technique. Les Fonds ESI aident les régions et les villes hongroises à relever ces défis et à soutenir les entreprises locales et les habitants en vue d'atteindre ces objectifs

    Pour en savoir plus:

  • Fonds de solidarité de l’UE: la Commission souhaite venir en aide à l’Italie, à la Grèce, à la Slovénie et à la Croatie à la suite d’inondations, de tremblements de terre et de tempêtes de verglas

    (27/08/2014)

    Le commissaire européen chargé de la politique régionale, M. Johannes Hahn, a annoncé aujourd’hui que la Commission a proposé l’octroi d’une enveloppe d’aide d’un montant de près de 47 millions d’euros en faveur de la Sardaigne (Italie), de Céphalonie (îles Ioniennes, Grèce), de la Slovénie et de la Croatie, frappées par une série de catastrophes naturelles à la fin de 2013 et au début de 2014.

    L’aide proposée de 16,3 millions d’euros en faveur de l’Italie fait suite aux graves inondations qui se sont produites en novembre 2013, tandis que 3,7 millions d’euros sont consacrés à la Grèce afin de l’aider à couvrir les coûts d’un tremblement de terre et de plusieurs répliques survenus à Céphalonie et dans les îles Ioniennes en janvier-mars 2014. La Slovénie et la Croatie, qui ont toutes deux été gravement touchées par une tempête de verglas en janvier et février 2014, se voient accorder une aide de 18,4 millions d’euros et 8,6 millions d’euros respectivement.

    Le commissaire Hahn, qui a la tutelle du Fonds et a signé la proposition présentée aujourd’hui, a déclaré à ce propos: «Cette décision reflète la nature même de ce Fonds, à savoir la solidarité avec les autres États membres et avec nos voisins lorsqu’ils sont dans le besoin à la suite de catastrophes naturelles. Le Fonds de solidarité de l’Union européenne aide ces pays à se relever et à retrouver une stabilité menacée par de graves dommages causés à des secteurs économiques comme le tourisme, ou la destruction d’infrastructures de base. Le montant du financement proposé permettra à l’Italie, à la Grèce, à la Slovénie et à la Croatie de se remettre des catastrophes qui les ont frappées et couvrira les coûts des opérations de sauvetage dans les régions touchées.»

  • La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec la République tchèque sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014-2020

    (26/08/2014)

    La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec la République tchèque, définissant la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens dans tout le pays.

    L'accord conclu ce jour ouvre la voie à des investissements à hauteur de 22 milliards d'euros au total — en prix courants, comprenant le financement de la coopération territoriale européenne et la dotation allouée à l'Initiative pour l'emploi des jeunes — au titre de la politique de cohésion pour la période 2014-2020. La République tchèque prévoit également 2 milliards d’euros pour le développement rural et 31 millions destinés au secteur de la pêche.

    Ces investissements de l'UE aideront à lutter contre le chômage, à dynamiser la compétitivité et à favoriser la croissance économique en soutenant l’innovation, l’éducation et la formation dans les agglomérations de toutes tailles et les zones rurales. Ils permettront également de promouvoir l’esprit d’entreprise et de combattre l’exclusion sociale, tout en contribuant à mettre en place une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources.

    M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, a commenté l'adoption de cet accord en ces termes: «Nous avons adopté aujourd'hui un plan d’investissement stratégique vital, qui met la République tchèque sur la voie de l’emploi et de la croissance pour les dix années à venir. Cet accord de partenariat reflète la détermination commune de la Commission européenne et de la République tchèque à employer les fonds de l'UE de la façon la plus efficiente possible — nos investissements doivent avoir un caractère stratégique, en vertu de la nouvelle politique de cohésion — en se concentrant sur l’économie réelle, la croissance durable et l'investissement dans le capital humain. Cependant, l’objectif premier n'est pas la rapidité mais la qualité. Dans les mois à venir, nous allons pleinement nous consacrer aux négociations afin d'obtenir les meilleures retombées possibles pour les crédits issus des Fonds structurels et d’investissement européens pour 2014-2020. L'engagement de tous est nécessaire pour garantir la qualité des programmes qui seront mis en place

    M. Hahn a ajouté: «Cette stratégie d'investissement s'appuie sur la contribution déjà importante apportée par la République tchèque pour aider l'UE à remplir ses objectifs en matière de croissance intelligente, durable et inclusive.La République tchèque dispose désormais grâce à cet accord d’une base solide qui couvre tous les Fonds structurels et d’investissement et donne une orientation stratégique aux futurs programmes, qui favoriseront l'innovation, transformeront les PME tchèques en modèles de croissance et permettront à la République tchèque de consolider sa renommée croissante dans des secteurs tels que l'énergie, l'ingénierie et les nanotechnologies.Les Fonds ESI aideront les régions et les villes tchèques à relever ces défis

    Pour de plus amples informations:

  • La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec les Pays-Bas sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014-2020

    (22/08/2014)

    La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec les Pays-Bas, définissant la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens dans tout le pays.

    L'accord conclu ce jour ouvre la voie à des investissements à hauteur de 1,4 milliard d’euros au total — en prix courants, comprenant le financement de la coopération territoriale européenne et la dotation allouée à l'Initiative pour l'emploi des jeunes — au titre de la politique de cohésion pour la période 2014-2020. Les Pays-Bas prévoient également 607 millions d'euros pour le développement rural et 102  millions d'euros destinés au secteur maritime et à la pêche.

    Ces investissements de l'UE contribueront à lutter contre le chômage, à dynamiser la compétitivité et à favoriser la croissance économique en soutenant l’innovation, l’éducation et la formation dans les agglomérations de toutes tailles et les zones rurales. Ils permettront également de promouvoir l’esprit d’entreprise et de combattre l’exclusion sociale, tout en participant à la mise en place d'une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources.

    M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, a commenté l'adoption de cet accord en ces termes: «Nous avons adopté aujourd'hui un plan d’investissement stratégique vital, qui met les Pays-Bas sur la voie de l’emploi et de la croissance pour les dix années à venir. Cet accord de partenariat reflète la détermination commune de la Commission européenne et des Pays-Bas à employer les fonds de l'UE de la façon la plus efficiente possible — nos investissements doivent avoir un caractère stratégique, en vertu de la nouvelle politique de cohésion — en se concentrant sur l’économie réelle, la croissance durable et l'investissement dans le capital humain. Cependant, l’objectif premier n'est pas la rapidité mais la qualité. Dans les mois à venir, nous allons pleinement nous consacrer aux négociations afin d'obtenir les meilleures retombées possibles pour les crédits issus des Fonds structurels et d’investissement européens pour 2014-2020. L'engagement de tous est nécessaire pour garantir la qualité des programmes qui seront mis en place

    Pour en savoir plus:

  • Adoption du premier programme opérationnel du FEDER 2014-2020

    (12/08/2014)

    Le programme opérationnel du Danemark «Innovation et croissance durable dans les entreprises» est le premier programme du Fonds européen de développement régional à avoir été adopté pour la période de financement 2014-2020.Le Danemark était également le premier pays de l'UE à conclure un accord de partenariat sur l’utilisation des Fonds structurels et d’investissement européens pour 2014-2020.

    Le PO du Danemark, qui couvre toutes les régions du pays, se concentrera sur quatre priorités principales:

    • Augmenter le nombre de PME novatrices
    • Augmenter le nombre de PME à potentiel de croissance
    • Améliorer l’efficacité des ressources et de l’énergie dans les PME
    • Réduire la consommation énergétique dans les villes de plus de 30 000 habitants

    Résultats attendus du PO:

    • Coopération de 1 900 entreprises avec les centres de connaissances
    • Investissements privés de 344 millions de couronnes (environ46 millions d’euros)
    • Investissements dans 6 800 PME
    • 700 nouvelles entreprises à potentiel de croissance
    • Chiffre d’affaires de 5 400 millions de couronnes dans les entreprises (environ725 millions d’euros)
    • Création de 2 700 emplois
    • Participation de 800 entreprises à des projets de coopération sur l’innovation
    • Réduction des émissions de gaz à effet de serre de 49 000 tonnes
    • Réduction de la consommation énergétique annuelle de 905 000 G j

    Informations complémentaires:

  • La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec la France sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014‑2020

    (08/08/2014)

    La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec la France qui définit la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens dans les régions et les villes de ce pays pour 2014-2020.

    Cet accord place la France sur le chemin de la reprise et de la croissance, et prépare sa transformation en une économie productive. Il détermine de quelle manière seront investis dans l’économie réelle du pays des montants de 15,9 milliards d'euros au total pour la politique de cohésion (à prix courants, y compris le financement de la coopération territoriale européenne) et de 11,4 milliards d’euros pour le développement rural. La France bénéficiera d’une enveloppe de 588 millions d’euros au titre du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP).

    Les investissements de l'UE visent à créer des emplois durables de qualité afin de lutter contre le chômage et à dynamiser la croissance en soutenant l’innovation, l’économie à faible intensité de carbone ainsi que l’éducation et la formation dans les villes comme dans les zones rurales. Ils permettront également de promouvoir l’esprit d’entreprise, de combattre l’exclusion sociale et de contribuer de façon notable à une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources.

    M. Johannes Hahn, membre de la Commission chargé de la politique régionale, a commenté cette adoption en ces termes: Le plan d’investissement adopté par la France aujourd'hui lui permettra de continuer à avancer sur la voie de la reprise économique et de la relance de la croissance dans les dix prochaines années. Cet accord de partenariat reflète l’engagement pris par la Commission européenne et par la France de tirer le meilleur parti des financements de l’UE et de veiller au redressement de l’économie française. En vertu de la nouvelle politique de cohésion, nos investissements se concentreront de manière stratégique sur l’économie réelle, la croissance durable et le capital humain. Cependant, l’objectif premier n'est pas la rapidité mais la qualité. Dans les mois à venir, nous allons travailler ensemble pour mettre au point les programmes opérationnels qui garantiront les meilleurs résultats pour les crédits issus des Fonds structurels et d’investissement européens pour 2014-2020. Un engagement est nécessaire de part et d'autre pour garantir la qualité des programmes qui seront mis en place

    Pour en savoir plus:

  • La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec la Bulgarie sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014-2020

    (07/08/2014)

    La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec la Bulgarie, définissant la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens dans tout le pays. Cet accord ouvre la voie à des investissements à hauteur de 7,6 milliards d’euros au total — en prix courants, comprenant le financement de la coopération territoriale européenne et la dotation allouée à l'Initiative pour l'emploi des jeunes — au titre de la politique de cohésion pour la période 2014-2020. La Bulgarie reçoit également 2,3 milliards d'euros pour le développement rural et une enveloppe de 88 millions d'euros destinée au secteur maritime et à la pêche.

    Ces investissements de l'UE aideront à lutter contre le chômage, à dynamiser la compétitivité et à favoriser la croissance économique en soutenant l’innovation, l’éducation et la formation dans les agglomérations de toutes tailles et les zones rurales. Ils permettront également de promouvoir l’esprit d’entreprise et de combattre l’exclusion sociale, tout en contribuant à mettre en place une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources.

    M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, a commenté l'adoption de cet accord en ces termes: «Nous avons adopté aujourd'hui un plan d’investissement stratégique vital, qui met la Bulgarie sur la voie de l’emploi et de la croissance pour les dix années à venir. Cet accord de partenariat traduit la détermination partagée par la Commission européenne et par la Bulgarie d'utiliser le plus efficacement possible les investissements de l’UE de façon à ce que la population bulgare elle-même ressente les effets bénéfiques de ces investissements qui se manifestent par une amélioration de la qualité de vie. Nos investissements doivent avoir un caractère stratégique et, en vertu de la nouvelle politique de cohésion, ils doivent se concentrer sur l’économie réelle, la croissance durable et l'investissement dans le capital humain. Cependant, l’objectif premier n'est pas la rapidité mais la qualité. Dans les mois à venir, nous allons pleinement nous consacrer aux négociations afin d'obtenir les meilleures retombées possibles pour les crédits issus des Fonds structurels et d’investissement européens pour 2014-2020. L'engagement de tous est nécessaire pour garantir la qualité des programmes qui seront mis en place

    Pour en savoir plus:

  • La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec la Roumanie sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014-2020

    (06/08/2014)

    La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec la Roumanie, définissant la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens dans tout le pays. Cet accord ouvre la voie à des investissements à hauteur de 23 milliards d’euros au total — en prix courants, comprenant le financement de la coopération territoriale européenne et la dotation allouée à l'Initiative pour l'emploi des jeunes — au titre de la politique de cohésion pour la période 2014-2020. La Roumanie reçoit également 8 milliards d'euros pour le développement rural et 168 millions d'euros destinés au secteur maritime et à la pêche

    Ces investissements de l'UE aideront à lutter contre le chômage, à dynamiser la compétitivité et à favoriser la croissance économique en soutenant l’innovation, l’éducation et la formation dans les agglomérations de toutes tailles et les zones rurales. Ils permettront également de promouvoir l’esprit d’entreprise et de combattre l’exclusion sociale, tout en contribuant à mettre en place une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources.

    M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, a commenté l'adoption de cet accord en ces termes: «Nous avons adopté aujourd'hui un plan d’investissement stratégique vital, qui met la Roumanie sur la voie de l’emploi et de la croissance pour les dix années à venir. Cet accord de partenariat reflète la détermination commune de la Commission européenne et de la Roumanie à employer les fonds de l'UE de la façon la plus efficiente possible — nos investissements doivent avoir un caractère stratégique, en vertu de la nouvelle politique de cohésion — en se concentrant sur l’économie réelle, la croissance durable et l'investissement dans le capital humain. Cependant, l’objectif premier n'est pas la rapidité mais la qualité. Dans les mois à venir, nous allons pleinement nous consacrer aux négociations afin d'obtenir les meilleures retombées possibles pour les crédits issus des Fonds structurels et d’investissement européens pour 2014-2020. L'engagement de tous est nécessaire pour garantir la qualité des programmes qui seront mis en place.»

    Pour en savoir plus:

    Accords de partenariat relatifs aux fonds ESI

    Communiqué de presse

     

     

  • La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec le Portugal sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014-2020

    (30/07/2014)

    La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec le Portugal, définissant la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens dans tout le pays. Cet accord ouvre la voie à des investissements à hauteur de 21,46 milliards d’euros au total — en prix courants, comprenant le financement de la coopération territoriale européenne et l'initiative pour l'emploi des jeunes — au titre de la politique de cohésion pour la période 2014-2020. Le Portugal bénéficiera également d'une dotation de 4,06 milliards d'euros destinée au développement rural et d'une enveloppe de 392 millions d'euros destinée au secteur maritime et de la pêche.

    S'exprimant au sujet de l'adoption de cet accord, le Président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, a déclaré: «L'adoption de cet "accord de partenariat" est essentielle pour pouvoir continuer à soutenir la relance et le développement au Portugal. Cet accord vise surtout à renforcer la compétitivité et à développer la création d'emplois et l'inclusion sociale. Il est maintenant capital d'employer ces quelque 26 milliards d'euros d'une manière efficace et productive afin qu'ils bénéficient directement à la population portugaise.»

    M. Johannes Hahn, membre de la Commission chargé de la politique régionale, a déclaré à ce propos:«Nous avons adopté aujourd'hui un plan d’investissement stratégique vital, qui met le Portugal sur la voie de l’emploi et de la croissance pour la prochaine décennie. Cet accord de partenariat traduit la détermination partagée par la Commission européenne et par le Portugal d'utiliser le plus efficacement possible les investissements de l’UE. Nos investissements doivent avoir un caractère stratégique et, en vertu de la nouvelle politique de cohésion, ils doivent se concentrer sur l’économie réelle, la croissance durable et l'investissement dans le capital humain. Cependant, l’objectif premier n'est pas la rapidité mais la qualité. Dans les mois à venir, nous allons pleinement nous consacrer aux négociations afin d'obtenir les meilleures retombées possibles pour les crédits issus des Fonds structurels et d’investissement européens pour 2014-2020. L'engagement de tous est nécessaire pour garantir la qualité des programmes qui seront mis en place.»

    M. Hahn a ajouté: «L'accord de partenariat mettra fortement l'accent sur des actions clé, qui viseront à soutenir la reprise économique du Portugal par un renforcement notable de sa compétitivité. Il s'agit notamment de soutenir l'entrepreneuriat et l'innovation d'entreprise, d'encourager le transfert de connaissances en R&D entre le monde universitaire et celui des affaires, de renforcer la compétitivité des PME, de soutenir la transition vers une économie sobre en carbone et de promouvoir l’utilisation efficace des ressources, mais aussi de contribuer à la modernisation de l'administration publique et d'investir dans l'éducation et la formation.»

    More photos on Audiovisual Services

    Pour en savoir plus:

  • L'efficacité énergétique, l'emploi et les PME sont au cœur de la politique de cohésion de l'UE pour 2014-2020, selon un nouveau rapport de la Commission

    (23/07/2014)

    Le sixième rapport de la Commission européenne sur la cohésion économique, sociale et territoriale publié aujourd'hui montre que la politique de cohésion de l'Union européenne contribue aux objectifs de croissance de la stratégie Europe 2020, en créant des emplois et en réduisant les disparités au sein de l'UE. Dans la perspective 2014-2020, le rapport décrit dans les grandes lignes la façon dont il est prévu de concentrer les investissements dans des secteurs clés tels que l'efficacité énergétique, l'emploi, l'inclusion sociale et les PME, pour que les citoyens bénéficient au maximum des investissements réalisés.

    Ce rapport analyse l'état d'avancement de la cohésion dans l'Union et met en évidence les défis auxquels les autorités nationales, régionales et locales ont à faire face pour surmonter les effets de la crise économique et financière. Il constate notamment que la politique de cohésion a atténué le déclin spectaculaire des investissements publics, en injectant des capitaux indispensables dans de nombreux États membres et en créant les conditions de stabilité financière essentielles pour attirer les investissements privés.

    Les investissements prévus pour la période financière actuelle (2014-2020) sont appelés à aller encore plus loin et mettront davantage l'accent sur des secteurs clés tels que l'économie à faible intensité de carbone, la compétitivité des PME, l'innovation et l'emploi ainsi que l'inclusion sociale. La politique de cohésion de l'UE mobilisera plus de 38 milliards d'euros pour soutenir la transition vers une économie plus respectueuse de l’environnement, au moyen d'investissements dans l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables – à titre de comparaison, 16,6 milliards d'euros ont été investis dans l'économie à faible intensité de carbone sur la période 2007‑2013. D'après les programmes de dépenses et les «accords de partenariat» des États membres, jusqu'à 33 milliards d'euros (soit une augmentation de près de 10 milliards d'euros) seront consacrés au soutien des PME en Europe, afin qu'elles deviennent plus compétitives. Plus de 80 milliards d'euros seront investis dans le capital humain par l'intermédiaire du Fonds social européen et de l'initiative pour l'emploi des jeunes.

    Le commissaire chargé de la politique régionale a commenté la publication de ce rapport en ces termes: «Le rapport publié aujourd'hui montre clairement que la politique de cohésion est devenue un outil moderne et flexible, qui permet de cibler les divers problèmes auxquels les Européens sont confrontés. Cette politique constitue l'organe d'investissement de l'Europe: elle est réactive en temps de crise mais elle comporte une dimension stratégique en ce qu'elle stimule la croissance et crée les emplois dont nous avons tant besoin. En effet, l'époque des subventions considérables consacrées au réseau routier et à la construction de ponts est pour ainsi dire révolue, maintenant que de nombreux États membres rattrapent leur retard dans le domaine des infrastructures. Les investissements centrés sur l'innovation et la croissance verte créeront des emplois de qualité et durables et revigoreront la compétitivité de nos régions. Mais la crise a laissé son empreinte dans de nombreuses villes et régions. Des disparités existent encore, et il reste beaucoup à faire. Il s'agit d'utiliser ces fonds avec sagesse afin d'obtenir les meilleurs résultats possibles, surtout dans les régions et les villes dans lesquelles les besoins sont les plus pressants.»

    Pour en savoir plus:

    Communiqué de presse

    La politique de cohésion de l'UE – 6e rapport sur la cohésion

  • Lancement de la plateforme de données ouverte sur la politique de cohésion

    (23/07/2014)

    La Commission européenne a lancé une nouvelle plateforme de données ouverte qui offre une fenêtre inestimable sur les performances de la politique de cohésion de l’UE.

    La plateforme fournit des informations sur les résultats obtenus dans chaque État membre, fondées sur les rapports soumis à la Commission par les autorités nationales.Elle montre comment l’argent est distribué entre les pays, les catégories de régions, les différents fonds et la répartition par objectif thématique.La plateforme propose plusieurs cartes interactives accompagnées de données sur le contexte socioéconomique et les enjeux spécifiques des régions européennes, qui reprennent les chiffres du sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale de la Commission.

    open data platform
    La plateforme de données ouverte de la politique de cohésion de l’UE cherche à fournir une expérience interactive et à promouvoir la participation.Les utilisateurs peuvent explorer les données à l’aide de toutes sortes de cartes et de tableaux, créer leurs propres paramètres de visualisation, commenter les données présentées sur la plateforme, en discuter et dire ce qu’ils en pensent.Ils peuvent partager les données via les médias sociaux, incorporer les graphiques et tableaux dans leurs propres blogs ou sites web.La plateforme offre aussi aux utilisateurs la possibilité de s’abonner aux mises à jour lorsque de nouvelles données sont enregistrées sur le site.open data platform

    Cette nouvelle initiative de la Commission, qui offre davantage de données sur la politiques de cohésion de l’UE dans des formats ouverts et accessible, s’inscrit dans la volonté de réorientation sur les résultats, un objectif clé de la réforme de la politique pour la période de financement 2014-2020.La plateforme va dans le sens de la mesure qui oblige tous les États membres à fournir des informations sur les bénéficiaires des fonds de la politique de cohésion par le biais des sites ou portails web nationaux.Elle vise à accroître la transparence, à stimuler les performances des programmes opérationnels et à expliquer comment les investissements de l’UE entraînent de véritables changements.

    Plateforme de données ouverte sur la politique de cohésion de l’UE

  • Le commissaire Hahn incite les Européens à contribuer à l’élaboration d’une future politique urbaine de l’UE

    (22/07/2014)

    M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, demande aux citoyens de l’Union européenne d’échanger leurs points de vue sur une politique urbaine de l’UE — la forme qu’elle doit prendre et la manière dont elle doit être mise en œuvre. Le commissaire souhaite une large participation des parties prenantes et des citadins dans une consultation publique parallèlement à une communication formelle qui vient d’être publiée par la Commission européenne. Elle fait suite à un nombre croissant de demandes en faveur d’une participation accrue des villes à l’élaboration des politiques de l’UE et d'une plus grande cohérence dans la manière dont les institutions européennes abordent les problèmes urbains.

    La communication de la Commission intitulée «La dimension urbaine des politiques de l’Union européenne» décrit la situation des villes de l’UE et des politiques urbaines dans les États membres, ainsi que la dimension mondiale de l’urbanisation. Elle souligne qu’une politique urbaine de l’UE doit refléter les objectifs globaux de l’UE et doit également compléter les politiques nationales des États membres.

    M. Johannes Hahn, qui est chargé de la politique régionale et urbaine de l'UE, a déclaré à ce sujet: «Qu'il s'agisse de la pollution, de la pauvreté, du chômage ou de l'énergie, l'Europe ne pourra pas relever ces défis ou parvenir à ses objectifs sans résoudre ces problèmes dans les villes européennes. Une politique urbaine de l’UE doit respecter le principe de subsidiarité – mais si nous pouvons améliorer les politiques de l’Union européenne, en renforçant la dimension urbaine, nous devrions le faire, de même qu'accorder aux villes d’Europe un rôle plus important en tant que partenaire pour l’UE. La consultation lancée aujourd’hui est une étape importante dans la réalisation de cet objectif.»

    En savoir plus:

    Communiqué de presse et Memo

    La consultation publique est ouverte jusqu'au 26 septembre 2014

    La communication de la Commission: La dimension urbaine des politiques de l’Union européenne

    Twitter @EU_Regional @JHahnEU #eucities

  • Panorama 49 – Construire des partenariats

    (18/07/2014)

    Le numéro d’été du magazine Panorama fait le point sur le processus d’adoption des accords de partenariat et analyse en profondeur le premier accord adopté, celui du Danemark, avec une interview des responsables des autorités de gestion danoises. Nous faisons aussi le bilan de ces dix années d’élargissement en passant en revue les progrès réalisés par les États membres qui ont rejoint l’UE depuis 2004 et voyons comment ils ont profité de la politique de cohésion.

    Dans ce numéro également, nous expliquons l’importance des nouvelles lignes directrices de gouvernance et des outils conçus pour lutter contre la fraude; nous visitons les coulisses du Comité des régions, qui célèbre son 20e anniversaire; nous soulignons le travail du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche en faveur des entreprises et des communautés côtières; nous présentons aussi un rapport du Forum urbain mondial de cette année à Medellin, auquel a assisté le Commissaire Hahn.

    Comme dans les précédents numéros, nos lecteurs contribuent au débat via la rubrique «La parole est à vous». Des représentants des États membres, de régions et d’associations européennes y partagent leur point de vue sur la réforme et expriment leurs attentes pour la nouvelle période de financement. Enfin, vous retrouverez la sélection habituelle de sujets d’actualité et la description de projets issus de toute l’UE. Ce numéro de Panorama sera disponible en 23 langues au cours du mois d’août.

    Panorama 49 – Construire des partenariats

  • Les fonds régionaux européens au cœur de la restauration de Pompéi, un 'joyau du patrimoine culturel européen'

    (17/07/2014)

    Aujourd’hui, le commissaire européen chargé de la politique régionale, Johannes Hahn, se rendra à Pompéi, site archéologique de renommée mondiale, afin de signer un «plan d’action» avec les autorités italiennes pour accélérer les travaux sur le grand projet de l’UE visant à préserver le site. Le plan d’action prévoit des mesures et des objectifs spécifiques pour la réalisation du projet, qui bénéficie d'un soutien de 78 millions d’euros d'investissements par l'intermédiaire du Fonds européen de développement régional (FEDER).

    Approuvé en mars 2012 par la Commission européenne, le grand projet concernant Pompéi utilise certaines des technologies les plus récentes et les plus sophistiquées pour conserver les ruines de ce site de l’UNESCO de renommée mondiale. Des mesures importantes ont également été prises pour protéger le projet contre l’influence de la criminalité organisée, notamment dans le domaine des marchés publics. Travaillant en étroite collaboration avec la Commission européenne, les autorités italiennes ont spécialement nommé un «prefetto» du ministère italien de l’intérieur pour superviser la sécurité et les aspects juridiques du projet du début à la fin.

    La Commission et les autorités italiennes assureront un suivi du plan d’action à quatre reprises entre aujourd’hui et la fin du projet (en décembre 2014 et avril, août et décembre 2015). Les objectifs seront réexaminés et les progrès évalués conformément aux objectifs fixés.

    Plan d'action pour le grand projet concernant Pompéi

    Communiqué de presse

    Préserver Pompéi pour les générations futures

  • La Commission lance une consultation publique sur la dernière stratégie macrorégionale de l’UE: la stratégie pour la région alpine

    (16/07/2014)

    La Commission européenne a lancé aujourd’hui une consultation publique sur la dernière d’une série de stratégies macrorégionales de l’UE, qui devrait prendre forme en 2015. La stratégie de l’UE pour la région alpine (EUSALP) concerne environ 70 millions de personnes dans 7 pays, dont 5 États membres de l’UE (Allemagne, Autriche, France, Italie et Slovénie) et 2 pays non membres de l'UE (Liechtenstein et Suisse), soit au total 48 régions.

    L’appel à contributions vise à recueillir l'avis et les idées des parties prenantes pour faire en sorte que la stratégie soit réaliste dès le départ, qu'elle poursuive les bons objectifs et qu'elle réponde aux besoins réels des habitants de la région.

    La stratégie sera axée sur trois grands domaines d’action:

    1. renforcer la compétitivité, la prospérité et la cohésion de la région alpine;
    2. garantir accessibilité et connectivité pour tous les habitants de la région alpine;
    3. rendre la région alpine durable et attrayante sur le plan environnemental.

    La consultation est en ligne et restera ouverte jusqu’au 15 octobre 2014.

    Public Consultation – Have your say

    Les stratégies macrorégionales de l’UE

    Communiqué de presse

  • Établir des synergies entre les Fonds structurels et d’investissement européens et d’autres programmes liés à la recherche, l’innovation et la compétitivité afin de stimuler l’impact et l’efficacité

    (11/07/2014)

    Le développement de connexions entre différents fonds européens constitue le meilleur moyen d’améliorer l’impact des investissements dans la recherche et l’innovation (R&I).Grâce à la coordination de plusieurs formes d’assistance, ces connexions contribuent à la création de compétitivité, d’emploi et de croissance au sein de l’UE, notamment en combinant les fonds structurels et d’investissements européens, Horizon 2020 et d’autres instruments européens de R&I.Une telle approche transversale permettra d’atteindre un niveau de qualité internationale dans le cadre de projets de R&I, en particulier dans ce domaine où l’UE est active sur la scène mondiale.

    Afin de concrétiser ces connexions, les autorités nationales et régionales impliquées dans la mise en œuvre de programmes des Fonds structurels et d’investissement axés sur la recherche, l’innovation et la compétitivité devront saisir l’occasion d’assurer la coordination et la complémentarité d’instruments tels qu’Horizon 2020, COSME, Erasmus+, CreativeEurope ou le mécanisme «Connecting Europe Facility».Cette stratégie nécessite des efforts communs au niveau européen, national et régional afin d’améliorer la qualité des programmes dans le but d’obtenir de meilleurs résultats et d’augmenter l’impact des investissements.

    La Commission européenne a publié, à l’attention des décideurs politiques et des organismes chargés de la mise en œuvre, une orientation sur les synergies entre les différents programmes européens dont les investissements portent sur la recherche, l’innovation et la compétitivité. Cette orientation présente des scénarios possibles pour leur mise en pratique.

    Permettre des synergies entre les Fonds structurels et d’investissement européens, Horizon 2020 et d’autres programmes européens liés à la recherche, l’innovation et la compétitivité

  • Aprés une année d'exploration de "l'économie réelle", qu'avons-nous appris?

    (04/07/2014)

    L’année dernière, le magazine euronews «Real Economy» s’est intéressé à ce qui se passe réellement dans l’économie européenne. C’est ainsi que nous avons pu connaître et mieux cerner les problèmes critiques auxquels nous sommes tous confrontés et voir comment la politique régionale de l’UE s’efforce de remettre l’Europe sur la voie de la croissance et de la création d’emploi.

    La série a abordé les questions économiques qui affectent notre vie quotidienne dans les 28 États membres, mettant en lumière l’importance de la santé économique de l’Europe et la précieuse contribution de la politique régionale, qui aide ces pays à investir pour sortir de la crise.Les dossiers ont démontré que les politiques de l’UE ont un impact positif dans la vie quotidienne des citoyens et qu’elles jouent un rôle important dans la stratégie globale de relance de l’UE.

    Le dernier épisode de cette saison fait le point sur les principaux sujets abordés. Il souligne notamment la nécessité d’investir dans la croissance verte, la recherche et l’innovation et de promouvoir la compétitivité des PME. Il s’agit là des éléments clés de la réforme de la politique régionale.

    Rendez-vous à l’automne pour de nouveaux épisodes.

    Le chemin tortueux de l’Europe vers la croissance

    Tous les épisodes peuvent être visionnés ici: http://fr.euronews.com/programmes/realeconomy/

  • Stratégie européenne pour le Danube: forum annuel à Vienne pour débattre des principales initiatives visant à stimuler la croissance verte et inclusive

    (26/06/2014)

    M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, participera, aux côtés de responsables politiques et de représentants de haut niveau des 14 pays membres de la macrorégion européenne du Danube, au 3e forum annuel qui se tiendra à Vienne les 26 et 27 juin. Organisé conjointement par la Commission européenne, la République d’Autriche et la ville de Vienne, le forum sera ouvert par le ministre des affaires étrangères autrichien, M. Sebastian Kurz, et par le maire de Vienne et gouverneur de la région de la capitale, M. Michael Häupl.

    Les ministres ainsi que les représentants de la société civile et des entreprises des quatorze pays du Danube débattront et décideront de la manière de promouvoir la croissance dans la région, sous la devise «Ensemble pour croître – Croître ensemble». Après le récent rapport de la Commission européenne demandant le renforcement du rôle moteur des responsables politiques des macrorégions de l’UE, une attention particulière sera accordée à la compétitivité, à l’inclusion sociale et à la bonne gouvernance. L'«écologisation de la rivière» et le renouvellement de sa flotte figureront également en bonne place à l’ordre du jour.

    À la suite des recommandations formulées dans le rapport sur la gouvernance, les ministres des affaires étrangères des pays du Danube se réuniront en marge du forum afin de proposer des modalités concrètes pour mieux gérer le rôle de moteur de la stratégie. M. Peter Friedrich, de la région de Bade-Wurtemberg qui accueillera la prochaine rencontre annuelle, doit présenter son rapport au forum.

    Le forum intervient également au moment où les accords de partenariat pour les Fonds structurels et d’investissement européens pour la période 2014-2020 sont en cours d’adoption. Les États membres concernés doivent veiller à ce que la stratégie pour le Danube soit fermement ancrée dans ces plans d’investissement et à ce que les futurs programmes traduisent en objectifs concrets les priorités de la région du Danube.

    Pour plus d'informations:

    Communiqué de presse

    Stratégie de l’Union européenne en faveur de la région du Danube

    3e forum annuel de la stratégie de l'UE en faveur de la région du Danube, Vienne

    Rapport sur la gouvernance des stratégies macrorégionales (mai 2014)

    Rapport d’évaluation concernant la valeur ajoutée des stratégies macrorégionales

    Twitter: @EU_Regional@JHahnEU #EUSDR #Danube

  • Étude des coûts de personnel pour la gestion des fonds structurels

    (24/06/2014)

    Une étude réalisée pour le compte de la Commission a comparé la manière dont les États membres utilisent l’assistance technique pour cofinancer les coûts du personnel chargé de la gestion des Fonds structurels de l’UE.L’étude a montré que tous les États membres utilisent les budgets d’assistance technique à cette fin, même si la part du personnel concerné varie selon les pays.Au total, environ 24 000 personnes participent à la mise en œuvre du Fonds européen de développement régional et du Fonds de cohésion dans les 28 États membres de l’UE.En moyenne, chaque personne gère environ 11 millions d’euros de financements européens.

    Étude sur le cofinancement des salaires, des primes, des suppléments à partir des Fonds structurels pendant la période 2007-2013

    Infographie

  • La Commission adopte des «accords de partenariat» avec Chypre, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Slovaquie pour les fonds structurels et d’investissement de l’UE 2014-2020

    (20/06/2014)

    La Commission européenne a adopté des «accords de partenariat» avec les pays baltes (Lettonie, Lituanie et Estonie), Chypre et la Slovaquie établissant la stratégie en vue d’une utilisation optimale des fonds structurels et d’investissement de l’UE au profit des régions et des citoyens de ces pays.

    Les accords conclus aujourd’hui ouvrent la voie à des investissements:

    • en Lettonie: d’un montant total de 4,51 milliards d’euros de financements au titre de la politique de cohésion au cours de la période 2014-2020 (prix courants, y compris le financement de la coopération territoriale européenne), de 1,07 milliards d’euros pour le développement rural et de presque 140 millions d’euros pour soutenir le développement du secteur maritime et de la pêche.
    • en Lituanie: de 6,82 milliards d’euros au titre de la politique de cohésion, de 1,61 milliard d’euros pour le développement rural et de 63 millions d’euros pour le secteur maritime et de la pêche.
    • en Estonie: de 3,59 milliards d’euros au titre de la politique de cohésion, de 726 millions d’euros pour le développement rural et de 101 millions d’euros pour le secteur maritime et de la pêche.
    • à Chypre: de 735,6 millions d’euros au titre de la politique de cohésion, de 132,2 millions d’euros pour le développement rural et de 40 millions d’euros pour le secteur maritime et de la pêche.
    • en Slovaquie: de 13,9 milliards d’euros au titre de la politique de cohésion, de 1,5 milliards d’euros pour le développement rural et de 15,8 millions d’euros pour le secteur maritime et de la pêche.

    Les investissements européens répondront aux besoins individuels et spécifiques des 5 États membres, mais poursuivront également un objectif global: améliorer la productivité économique de ces pays, promouvoir l’innovation et les investissements en R&D et contribuer à la création d’un système de transport moderne, durable et efficace. Ils favoriseront aussi un développement territorial équilibré et l’avènement d’une économie efficace dans l’utilisation des ressources et respectueuse de l’environnement, dans le but de créer des emplois de qualité et de lutter contre l’exclusion sociale. Les investissements renforceront également la qualité du système éducatif en répondant directement au manque de compétences, et amélioreront l’efficacité de l’administration publique.

    Informations complémentaires:

    Accords de partenariat avec:

    Fonds ESI – Accords de partenariat

    Communiqués de presse sur RAPID:Chypre - Estonie, Lettonie et Lituanie - Slovaquie

    Fonds social européen

    Développement rural européen

    Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche

  • Tous à bord pour une nouvelle macrorégion adriatico-ionienne: la Commission favorise le rapprochement de certains pays

    (18/06/2014)

    Aujourd’hui, la Commission européenne a officiellement inauguré une nouvelle stratégie de l’UE pour la région de l’Adriatique et de la mer Ionienne, sous la forme d’une communication et d’un plan d’action, visant à aider ses 70 millions d’habitants à tirer parti des avantages d’une coopération plus étroite dans des domaines, tels que la promotion de l’économie maritime, la préservation de l’environnement marin, l'achèvement des réseaux de transport et d’énergie et la promotion du tourisme durable.

    La stratégie sera par ailleurs une excellente occasion, pour les candidats potentiels et les pays candidats à l'adhésion à l'UE, de travailler aux côtés d'États membres de l'UE, contribuant notamment à l’intégration des Balkans occidentaux dans l’Union européenne.

    Il s’agit de la première «stratégie macrorégionale» de l’UE avec un nombre aussi élevé de pays non-membres de l'UE (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro et Serbie) coopérant avec des États membres de l’UE (Croatie, Grèce, Italie et Slovénie). La stratégie porte principalement sur les possibilités offertes par l’économie maritime — «croissance bleue», transports terre-mer, connectivité en matière énergétique, protection de l’environnement et tourisme durable – secteurs qui sont appelés à jouer un rôle essentiel dans la création d’emplois et le renforcement de la croissance économique dans la région. Le point de départ de ce projet est la Stratégie maritime pour la mer Adriatique et la mer Ionienne, adoptée par la Commission le 30 novembre 2012 et désormais intégrée dans la stratégie.

    Pour plus d'informations:

  • La Commission encourage à réformer l'innovation pour soutenir la reprise économique

    (16/06/2014)

    Le budget de l’UE pour 2014-2020 marque un net virage en faveur de la R&I et d'autres éléments favorisant la croissance, avec une augmentation de 30 % en termes réels du budget du programme Horizon 2020, le nouveau programme de l’UE pour la recherche et l’innovation. 83 milliards d’euros supplémentaires devraient être investis dans la R&I, ainsi que dans les PME grâce aux nouveaux fonds structurels et d’investissement européens.

    La Commission a souligné l'importance de l'investissement et des réformes dans la recherche et l'innovation (R&I) pour la reprise économique dans l'Union européenne, et présenté des propositions pour aider les États membres à maximiser les effets de leurs dépenses dans un contexte où beaucoup de pays font encore face à des restrictions budgétaires. Il est prouvé que l’augmentation des investissements en R&I est un moteur de la croissance, et l'amélioration de l'efficience et de la qualité des dépenses publiques en R&I est essentielle pour que l'Europe maintienne ou assure une position de leader dans de nombreux domaines scientifiques et technologiques. La Commission s’est engagée à aider les États membres à mettre en œuvre les réformes en matière de R&I les mieux adaptées à leurs besoins, notamment en apportant un soutien politique, en fournissant des données de très grande qualité et en proposant des exemples de meilleures pratiques.

    Communiqué de presse

    MEMO

  • Prêt à dégainer votre appareil photo? Tentez votre chance et gagnez 1 000 € de matériel photographique et un voyage à Bruxelles

    (12/06/2014)

    Le troisième concours annuel de photographie «L’Europe dans ma région» aura lieu cet été et une fois encore, il fera connaître des projets qui ont reçu un soutien financier au titre de la politique régionale de l’UE.

    Comme auparavant, ce concours est organisé sur la page Facebook de la Commission européenne.Il débutera le 12 juin et les propositions seront acceptées jusqu’au lundi 25 août 2014 (à midi). Les 100 images qui auront remporté le plus de votes, plus jusqu’à 50 images faisant office de «jokers» (non incluses dans le 1er groupe accumulant le plus de votes), seront présentées à un jury composé de trois photographes professionnels, qui sélectionnera 3 lauréats.Les lauréats recevront leurs prix (un voyage à Bruxelles et 1 000 € pour l’achat de matériel de photographie numérique) lors des OPEN DAYS 2014 en octobre prochain.

    Pour gagner en visibilité et multiplier les partages, utilisez le hashtag du concours chaque fois que vous partagez un message sur Facebook ou Twitter: #EUmyRegion.

    L’application Facebook n’est disponible qu’en anglais.

  • La Direction-Générale pour la Politique Régionale et Urbaine présente sa nouvelle bande dessinée "Partenaires"

    (11/06/2014)

    La Direction Générale Politique régionale et urbaine vient de publier une nouvelle bande dessinée intitulée «Partenaires» qui vise à présenter la politique régionale et urbaine à travers six histoires conçues pour un public jeune. Les thèmes abordés dans cet album sont la recherche et l'innovation, le développement urbain, l'environnement, le soutien aux PMEs, l'inclusion sociale, les TIC, la coopération entre les régions, les transports, la solidarité entre régions en cas de catastrophes naturelles, etc Ces tranches de vies et histoires d'hommes et de femmes ont été inspirées par des projets réels financés par l'UE qui illustrent la contribution de l'Union européenne pour réduire les différences de niveaux de vie et soutenir les régions dans leur développement. Cette bande dessinée est disponible en FR, EN et NL et peut être commandée sur EU Bookshop.

    Teaser Vidéo

  • Se rapprocher pour faire face aux défis communs: 5e Forum annuel de la stratégie de l’UE pour la région de la mer Baltique

    (02/06/2014)

    Relevant des défis allant de la compétitivité au changement climatique et de l’énergie à l’éducation, les pays riverains de la Baltique intensifient leur coopération alors que la stratégie de l’UE pour la région de la mer Baltique entre dans sa cinquième année.

    M. Johannes Hahn, Commissaire européen en charge de la politique régionale, participera au forum annuel de la stratégie pour la Baltique et au 16e forum de développement de la Baltique, qui se tiendront à Turku, Finlande, les 3 et 4 juin.De nombreux dirigeants, responsables politiques et experts de haut niveau et autres personnalités importantes du monde des affairessont attendus.

    Le forum rassemblera plus de 1 000 représentants du secteur privé, des entreprises régionales, de la société civile, du milieu universitaire et des médias venant de la région de la mer Baltique, y compris de Russie, de Norvège et d’Islande.Le forum envisagera des moyens d’améliorer la coopération au sein de la macrorégion sous le thème «Growing Together - For a prosperous, inclusive and connected Baltic Sea Region» (Une croissance commune pour une région de la mer Baltique prospère, inclusive et connectée).

    Informations complémentaires:

    Communiqué de presse

    Programme du forum

    Stratégie de l’UE pour la région de la mer Baltique

    Twitter: @EU_Regional@JHahnEU #EUSBSR

    Vidéo: Stratégie de l’UE pour la région de la mer Baltique - Coopérer au profit de notre région

    Stratégies macrorégionales de l’UE

  • Nouveau document d’orientation concernant les plans d’évaluation

    (27/05/2014)

    Un nouveau document d’orientation concernant les plans d’évaluation a été discuté avec les États membres lors d’une réunion conjointe organisée le 15 mai par la DG EMPL et la DG REGIO.Ce document d’orientation aidera les autorités de gestion à concevoir le plan d’évaluation qui doit être soumis au comité de suivi au plus tard un an après l’adoption du programme.Les évaluations constituent un élément essentiel d’une politique davantage axée sur les résultats.Le plan d’évaluation contribuera à améliorer leur qualité et aidera les autorités de gestion à utiliser ces résultats dans leurs activités de programmation et de rapport.Il les aidera aussi à s’acquitter de la nouvelle obligation d’évaluer l’impact des programmes.

    Document d’orientation sur les plans d’évaluation

  • La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec la Grèce sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014-2020

    (23/05/2014)

    La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec la Grèce qui définit la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens dans les régions et les villes de ce pays pour 2014-2020. Cet accord place la Grèce sur le chemin de la reprise et de la croissance, et prépare sa transformation en une économie productive.Il détermine de quelle manière seront investis dans l’économie réelle du pays des montants de 15,52 milliards d’euros au titre de la politique de cohésion dans son ensemble, en prix courants, et de 4,2 milliards d’euros pour le développement rural. La dotation au titre de la politique de la pêche et des affaires maritimes sera définie et annoncée cet été. Les investissements de l'UE visent à lutter contre le chômage, afin de créer des emplois durables de qualité et à dynamiser la croissance en soutenant l’innovation, l’économie à faible intensité de carbone ainsi que l’éducation et la formation. Ils permettront également de promouvoir l’esprit d’entreprise, de combattre l’exclusion sociale et de contribuer de façon notable à une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources.

    Les Fonds structurels et d'investissement européens (Fonds ESI) se composent:

    • du Fonds européen de développement régional;

    • du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche; et

    • du Fonds européen agricole pour le développement rural.

    • M. Johannes Hahn, membre de la Commission chargé de la politique régionale, a commenté cette adoption en ces termes: «Aujourd’hui, la Grèce a adopté un plan d’investissement essentiel garantissant au pays de continuer à avancer sur la voie de la reprise économique et de la relance de la croissance dans les dix prochaines années. Cet accord de partenariat est le reflet de l’engagement pris par la Commission européenne et par la Grèce de tirer le meilleur parti d'importants financements de l’UE et de veiller au redressement de l’économie grecque. Nos investissements auront un caractère stratégique et, en vertu de la nouvelle politique de cohésion, ils se concentreront sur l’économie réelle, la croissance durable et le capital humain. Cependant, l’objectif premier n'est pas la rapidité mais la qualité. Dans les mois à venir, nous allons pleinement nous consacrer aux négociations afin d'obtenir les meilleurs programmes opérationnels pour les crédits issus des Fonds structurels et d’investissement européens pour 2014-2020. Un engagement est nécessaire de part et d'autre pour garantir la qualité des programmes qui seront mis en place

    M. Hahn a ajouté: «L’accord conclu aujourd’hui jette les bases d’un nouveau modèle de croissance en Grèce, grâce aux investissements de l’Union européenne. L’adoption de cet accord de partenariat arrive à point nommé pour soutenir la Grèce dans ses efforts pour sortir de la crise. D'importants choix stratégiques ont été faits pour investir dans la compétitivité et l’innovation des PME, la création d’emplois durables et la lutte contre le chômage grâce à un renforcement des capacités et au développement du capital humain.À cela s'ajoutent la protection de l’environnement, la modernisation de la fonction publique et la promotion des réformes structurelles et administratives ainsi que le développement et l'achèvement des infrastructures clés, autant de choix stratégiques majeurs qui se traduiront par des résultats tangibles dans un avenir proche. La Grèce a fait des choix judicieux, hiérarchisant ses priorités d'investissement en conséquence.Des secteurs comme le tourisme, l'énergie, l'agroalimentaire, l'environnement, l'économie bleue et la logistique seront les principaux moteurs de la croissance et de l’emploi, tandis que la culture, les services de santé spécialisés, l’aquaculture, les produits pharmaceutiques, les TIC, la gestion des déchets, le commerce et les services de transport de marchandises seront également appelés à jouer un rôle de premier plan pour le futur modèle de croissance de la Grèce

    Pour en savoir plus  

    Lien vers l’accord de partenariat   

    MEMO sur les accords de partenariat et les programmes opérationnels   

    Politique de cohésion en Grèce (en anglais)  

    www.ec.europa.eu/esif

  • La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec la Pologne sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014-2020

    (23/05/2014)

    La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec la Pologne qui définit la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens en faveur des régions, des villes et de la population de ce pays. Cet accord ouvre la voie à des investissements à hauteur de 77,6 milliards d’euros au total (en prix courants, y compris le financement de la coopération territoriale européenne) au titre de la politique de cohésion, ce qui constitue la dotation nationale la plus élevée des 28 États membres de l'UE. La Pologne reçoit aussi 8,6 milliards d'euros pour le développement rural, à investir dans l'économie réelle du pays. La dotation au titre de la politique de la pêche et des affaires maritimes sera définie et annoncée cet été. Ces investissements de l'UE aideront à lutter contre le chômage, à dynamiser la compétitivité et à favoriser la croissance économique en soutenant l’innovation, l’éducation et la formation. Ils permettront également de promouvoir l’esprit d’entreprise et de combattre l’exclusion sociale, tout en contribuant à mettre en place une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources.

    Les Fonds structurels et d'investissement européens (Fonds ESI) se composent:

    M. Johannes Hahn, membre de la Commission chargé de la politique régionale, a commenté cette adoption en ces termes: «Nous avons adopté aujourd'hui un plan d’investissement stratégique vital, qui met la Pologne sur la voie de l’emploi et de la croissance pour les dix années à venir. Cet accord de partenariat reflète la détermination commune de la Commission européenne et de la Pologne à utiliser de manière optimale les fonds investis par l'UE et à transformer l'économie polonaise de manière radicale. Il importe désormais de sortir des sentiers battus. L'utilisation des investissements prévus pour 2014-2020 est hautement stratégique, puisqu'ils visent, aux termes de la nouvelle politique de cohésion, l’économie réelle, la croissance durable et le capital humain

    M. Hahn a ajouté ceci: « Depuis l'adhésion de la Pologne à l'Union européenne, il y a dix ans, les Fonds structurels et d'investissement européens ont permis un développement substantiel dans le pays et joué un rôle central pour assurer la croissance pendant les années de crise. Ils ont contribué à créer plus de 43 000 nouveaux emplois. Plus de 3,2 millions de personnes bénéficient de meilleurs transports urbains, des centaines de milliers de personnes consomment à présent une eau plus propre et près de 6 000 km de routes ont été modernisés ou construits afin d'améliorer les liaisons dans le pays. Les Fonds structurels et d'investissement européens s'appuieront sur ces succès pour aborder la période 2014-2020. Les investissements au titre de la politique de cohésion constitueront un puissant levier en vue de soutenir la recherche, l'innovation et les PME ainsi que pour étendre le déploiement du haut débit à chaque ménage et à chaque entreprise. Cela stimulera la compétitivité de la Pologne et créera nombre de nouveaux emplois de qualité. La politique de cohésion de l'Union mettant désormais l'accent sur le soutien à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables, le programme approuvé aujourd'hui aidera la Pologne non seulement à atteindre ses objectifs nationaux de croissance et d'emploi, mais aussi à remplir ses obligations dans le domaine du changement climatique. Les projets visant à moderniser de manière substantielle les réseaux électriques permettront aussi de réduire la dépendance énergétique du pays.Les investissements se concentreront notamment sur les transports urbains et ferroviaires durables, visant à relier et transformer les villes polonaises et à améliorer la qualité de la vie, tout en réduisant les émissions polluantes.»

    Pour en savoir plus

    Lien vers l’accord de partenariat

    Résumé de l'accord de partenariat disponible sur le site des Fonds ESI

    MEMO sur les accords de partenariat et les programmes opérationnels

    Politique de cohésion en Pologne (en anglais)

    Politique agricole commune en Pologne (en anglais)

  • La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec l'Allemagne sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014-2020

    (22/05/2014)

    La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec l'Allemagne qui définit la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens dans les régions et les villes de ce pays. Cet accord ouvre la voie à des investissements dans l’économie réelle du pays, à hauteur de 19,2 milliards d’euros au total (en prix courants, y compris le financement de la coopération territoriale européenne) au titre de la politique de cohésion et de 8,3 milliards d’euros pour le développement rural. La dotation au titre de la politique de la pêche et des affaires maritimes sera définie et annoncée cet été. Ces investissements de l'UE visent à dynamiser la compétitivité, à lutter contre le chômage et à favoriser la croissance en soutenant l’innovation, l’économie à faible intensité de carbone ainsi que l’éducation et la formation. Ils permettront également de promouvoir l’esprit d’entreprise, de combattre l’exclusion sociale et de poursuivre les efforts en faveur d'une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources.

    M. Johannes Hahn, membre de la Commission chargé de la politique régionale, a commenté cette adoption en ces termes: « Nous avons adopté aujourd'hui un plan d’investissement stratégique vital, qui met l’Allemagne sur la voie de l’emploi et de la croissance pour les dix années à venir. Ce plan permettra à l’Allemagne de renforcer ses capacités en matière d’innovation, de répondre à ses besoins énergétiques, environnementaux et régionaux et de promouvoir son potentiel entrepreneurial afin de faire face à la concurrence dans une économie mondialisée. Il contribuera aussi aux efforts fournis de manière continue par l’Allemagne pour réduire les disparités régionales dans le pays. Cet accord de partenariat reflète la détermination commune de la Commission européenne et de l’Allemagne à veiller à ce que nos investissements revêtent un caractère stratégique et qu'en vertu de la nouvelle politique de cohésion, ils se concentrent sur l’économie réelle, la croissance durable et l'investissement dans le capital humain. Cependant, l’objectif premier n'est pas la rapidité mais la qualité. Dans les mois à venir, nous allons pleinement nous consacrer aux négociations afin d'obtenir les meilleures retombées possibles pour les crédits issus des Fonds structurels et d’investissement européens pour 2014-2020. Un engagement est nécessaire de part et d'autre pour garantir la qualité des programmes qui seront mis en place

    S'agissant de l'Allemagne, M. Hahn a ajouté ceci: «Cette stratégie d’investissement s'appuie sur la forte contribution que l’Allemagne apporte déjà aux efforts déployés par l'UE pour atteindre ses objectifs de croissance verte pour tous. L’Allemagne dispose à présent, à travers cet accord de partenariat, d'une base solide qui couvre tous les Fonds structurels et d’investissement et confère une orientation stratégique aux futurs programmes qui favoriseront l’innovation, transformeront les PME allemandes en modèles de croissance durable et intelligente, et assoiront la compétitivité du pays au niveau mondial. Les Fonds ESI aideront les régions et les villes allemandes à relever ces défis

    Pour en savoir plus

    Partie 1 (chapitres 1 et 2) de l'accord de partenariat avec l'Allemagne

    Partie 2 (chapitres 3 et 4) de l'accord de partenariat avec l'Allemagne

    Site web des Fonds ESI

    MEMO sur les accords de partenariat et les programmes opérationnels

    Politique de cohésion en Allemagne

    La Politique Agricole Commune en Allemagne

     

  • Nouveau document de travail régional: Définition harmonisée des villes et des zones rurales: le nouveau degré d’urbanisation

    (21/05/2014)

    Ce document de travail régional explique en quoi consiste le nouveau degré d’urbanisation.Cette nouvelle classification des autorités locales distingue les concepts de (1) «cities» (centres urbains), (2) «towns and subburbs» (agglomérations) et (3) «rural areas» (zones rurales).Eurostat utilise cette classification pour produire un large éventail d’indicateurs, notamment sur la pauvreté, l’emploi, le niveau d’instruction et l’utilisation des TIC.Pour la période 2014-2020 de la politique de cohésion, cette classification fournira un aperçu de la répartition spatiale des dépenses.Cette classification a été obtenue grâce à un nouvel outil:une grille démographique d’une résolution de 1 km2.Cette grille est plus précise car chaque case représente la même superficie alors que les grilles utilisées par les autorités locales sont loin d’être harmonisées sur ce point. Cela faussait les résultats des anciennes méthodologies qui,en raison de ces distorsions, aboutissaient parfois à des erreurs de classification entre les zones rurales et les zones urbaines.

  • La Commission lance une discussion sur la gouvernance des stratégies macrorégionales

    (21/05/2014)

    La Commission européenne a publié aujourd’hui un rapport concernant la gouvernance des stratégies macrorégionales de l’UE.La méthode de coopération employée dans ces stratégies connaît un essor et un soutien croissant en Europe depuis qu’elle a été adoptée pour la première fois en 2009 pour la région de la mer Baltique.

    Mais le rapport d’aujourd’hui révèle que si les résultats des projets et initiatives individuels menés dans les régions du Danube et de la mer Baltique sont positifs, il faudrait encore renforcer le leadership politique et clarifier la prise de décision si l’on veut poursuivre les progrès accomplis jusqu’à aujourd’hui.

    Le rapport recommande des changements pour améliorer l’impact, les résultats et la durabilité des stratégies existantes, mais surtout des stratégies futures comme celles concernant la région adriatique et ionienne et la région alpine.Ces recommandations concernent en premier lieu les administrations nationales et régionales, mais aussi diverses parties prenantes et la Commission européenne elle-même.

    Le mois prochain, le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, assistera au Forum sur la stratégie de l’UE pour la région de la mer Baltique (4 et 5 juin à Turku) et au Forum sur la stratégie de l’UE pour la région du Danube (26 et 27 juin à Vienne). Par ailleurs, la Commission adoptera durant le mois de juin 2014 un plan de communication et d’action concernant la stratégie de l’UE pour la région adriatique et ionienne (EUSAIR)

    Informations complémentaires

  • Les nouvelles fiches pays décrivent les réalisations de la politique de cohésion et les stratégies envisagées pour l’avenir

    (21/05/2014)

    Les nouvelles fiches d’information par pays peuvent être consultées sur le site internet de la DG REGIO.Elles donnent des informations clés sur les stratégies envisagées par les États membres pour la période de financement 2014-2020, concernant notamment la répartition des montants alloués au titre de la politique de cohésion et les principales priorités d’investissement.Ces fiches donne aussi un aperçu actualisé des résultats obtenus jusqu’à aujourd’hui et mentionnent quelques projets emblématiques de la période 2007-2013. 

    Toutes ces fiches d’information peuvent être téléchargées au format PDF sur le site internet de la DG REGIO.Chaque fiche est proposée en anglais et dans une ou plusieurs langues officielles de l’État membre auquel elle se réfère.

    De plus, une fiche d’information générale est disponible dans toutes les langues. Elle fournit, sous forme de questions et de réponses, des informations sur la réforme de la politique de cohésion pour la nouvelle période.Elle explique les principes de base de cette politique et indique qui contacter pour solliciter des informations ou un financement.

  • Célébration de la coopération territoriale européenne: quatre frontières, quatre problèmes, quatre solutions

    (16/05/2014)

    Les difficultés particulières rencontrées par un tiers des citoyens de l’UE qui vivent et travaillent dans les régions frontalières européennes seront mises en lumière lors d’une rencontre visant à montrer comment la politique régionale de l’UE aide les populations locales à trouver des solutions grâce à la coopération territoriale européenne (CTE).

    Plus de 8000 projets de CTE ont été soutenus dans les régions d’Europe entre 2007 et 2013, tant dans les États membres de l’UE que dans les pays tiers. La plupart d’entre eux portaient sur les 60 frontières intérieures de l’UE et sur les citoyens qui y vivent. Malgré un financement relativement restreint, les projets ont produit de nombreux résultats concrets, notamment en matière de suppression des obstacles à l'amélioration de la sécurité, des transports, de l'enseignement, ainsi que dans les domaines de l'énergie, des soins de santé, de la formation et de la création d'emplois.

    Les 19 et 20 mai marqueront la date de la réunion annuelle, à Bruxelles, des Autorités de gestion des programmes de coopération territoriale européenne, chargées d'assurer le suivi de ces projets. Des personnes ayant bénéficié des quatre projets phares régionaux transfrontaliers ou qui y ont participé seront également présentes à la réunion. Ils sont médecins, policiers, artisans et étudiants, venant de différentes régions de l’Union, pour rencontrer des représentants des régions frontalières, y compris des membres de l'Association des régions frontalières européennes, pour partager leur expérience sur la manière dont les projets transfrontaliers de l’UE ont contribué à résoudre les problèmes dans les domaines tels que la fuite des cerveaux, la sécurité, la santé, le chômage et le manque de qualifications.

    Presse

    Programme du 19 mai

    Coopération territoriale européenne

    Exemples de projets transfrontaliers

  • Chaque région peut réussir!

    (15/05/2014)

    «Absolument chaque région est en mesure de relever les défis auxquels l’Europe est aujourd’hui confrontée sur le plan de la compétitivité», a affirmé le Commissaire en charge de la politique régionale et urbaine, Johannes Hahn, lors du Sommet européen des affaires à Bruxelles, insistant sur le rôle clé des régions européennes pour stimuler la croissance et améliorer la compétitivité.Chaque région présente des atouts et des points forts lui permettant d’assoir sa compétitivité.

    Pour cela, la politique de cohésion européenne encourage et soutient les régions qui développent des stratégies pour atteindre leurs objectifs de croissance et de prospérité, partant des défis d’aujourd’hui pour créer les débouchés de demain.En offrant les moyens financiers nécessaires, les Fonds européens structurels et d’investissement (Fonds ESI) aident les régions à accélérer la croissance, stimuler le développement et réduire les disparités en construisant une économie intelligente, inclusive et durable.Grâce à des stratégies davantage axées sur la spécialisation intelligente, les régions sont de mieux en mieux armées pour identifier leurs points forts et améliorer leur capacité d’attraction. Elles sont ainsi en mesure d’exploiter au mieux leurs avantages concurrentiels.

    Néanmoins, les régions européennes doivent s’efforcer de surmonter leurs points faibles, notamment leur manque de transparence et la lourdeur des procédures administratives.En effet, ce n’est qu’en améliorant la gouvernance et en garantissant un emploi efficace des Fonds ESI que les régions pourront optimiser les résultats.

    Pour toutes ces raisons, la Commission européenne et les 274 régions européennes continueront de collaborer étroitement pour relever les défis à venir.

    Sommet européen des affaires

  • Consultation publique sur la stratégie Europe 2020: vers une stratégie de croissance post-crise en Europe

    (09/05/2014)

    La Commission a lancé une consultation publique sur Europe 2020, la stratégie à long terme de l’UE pour la croissance et l’emploi. Par cette consultation, qui prendra fin le 31 octobre 2014, la Commission souhaite obtenir l’avis de toutes les personnes et organisations intéressées sur la stratégie Europe 2020.

    Cette consultation vise à permettre de tirer des enseignements des quatre premières années de la stratégie et de s’assurer que celle-ci prenne véritablement la forme d’une stratégie d’après-crise pour la croissance et l’emploi en Europe. La consultation porte sur le champ d’application, la nature, les instruments et la réalisation de la stratégie Europe 2020, ainsi que sur l’adhésion à celle-ci, et fournira des informations importantes pour son examen à mi-parcours prévu en 2015.

    Ces dernières années, des efforts considérables ont été accomplis pour aider les États membres à mettre au point leurs stratégies nationales. Le moment est maintenant venu de dresser le bilan d’Europe 2020 et de réfléchir à ses objectifs essentiels pour les années à venir. Non seulement, nous arrivons à mi-parcours de la stratégie, mais nous sortons également de la pire crise qu’aient subie nos économies. Il est temps aussi d’examiner où nous en sommes à l’aube des élections au Parlement européen, qui désigneront de nouveaux responsables politiques.

    Consultation publique sur la stratégie Europe 2020

  • Enrayer la fuite des cerveaux: feu vert pour un investissement majeur destiné à la plateforme européenne de recherche scientifique en Hongrie

    (08/05/2014)

    Aujourd’hui, la Commission européenne a accepté d’investir 111 millions d’euros du Fonds européen de développement régional (FEDER) dans la construction de la troisième partie du projet «Extreme Light Infrastructure» (ELI), une plateforme de recherche paneuropéenne de pointe sur les technologies laser.Ce projet, qui attirera des centaines de scientifiques en Hongrie et forgera des liens précieux entre le monde des entreprises et le monde scientifique, renforcera considérablement la capacité de recherche de l’Europe.

    Il implique l’utilisation d’impulsions laser ultracourtes (de l’ordre de l’attoseconde), ce qui suppose d’installer des équipements de pointe à proximité de l’université de Szeged, en Hongrie.Les deux premières unités de ce consortium européen de recherche pionnier sont en construction en République tchèque et en Roumanie. Les travaux devraient s’achever fin 2015.

    Le centre de recherche favorisera la compétitivité de la Hongrie en plaçant le pays sur la voie de la croissance intelligente et en l’aidant à remplir ses objectifs européens en matière de recherche et développement.Le projet approuvé aujourd’hui a été baptisé «Attosecond Light Pulse Source (ALPS) of the Extreme Light Infrastructure (ELI)», ELI-ALPS.Il consistera à générer et appliquer des impulsions laser ultracourtes (de l’ordre de l’attoseconde) de façon répétée et à un rythme très rapide.Cette technologie hautement innovante, qui présente des applications en recherche et développement, aura aussi un impact énorme sur l’industrie avec des applications en biologie/biophysique, chimie, sciences des matériaux, recherche énergétique et sciences médicales.250 scientifiques participeront au projet d’ici 2020.

    Le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, signataire de la décision, a déclaré: «Ce troisième pilier du projet ELI, la plateforme paneuropéenne de recherche laser, va tout à fait dans le sens du principal objectif de la politique régionale de l’UE, qui est d’investir dans les secteurs présentant un fort potentiel de croissance comme la recherche et l’innovation.Nous fondons de très grands espoirs dans le projet ELI-ALPS en Hongrie.Grâce à lui, la Hongrie, à l’instar de la Roumanie et de la République tchèque, a l’occasion de se positionner fermement dans le paysage de la recherche européenne et de retenir les travailleurs hautement qualifiés, enrayant ainsi la fuite des cerveaux tout en attirant de nouvelles entreprises dans la région et en offrant aux scientifiques jeunes et confirmés de nouvelles perspectives passionnantes.»

    Informations complémentaires

  • La Commission conclut avec le Danemark le premier «accord de partenariat» relatif aux Fonds européens structurels et d’investissement

    (05/05/2014)

    La Commission européenne a adopté le premier des 28 «accords de partenariat» définissant les stratégies des États membres et des régions de l’UE dans le cadre des Fonds européens structurels et d’investissements (Fonds ESI).Cet accord conclu aujourd’hui avec le Danemark ouvre la voie aux investissements au titre de la politique de cohésion, des affaires maritimes et de la pêche et du développement rural.La stratégie adoptée stimulera la compétitivité et la croissance en soutenant l’innovation, une économie sobre en carbone, la formation et l’éducation.Les investissements encourageront aussi l’esprit d’entreprise, la lutte contre l’exclusion sociale et les efforts pour mettre en œuvre une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources.

    Plus précisément, l’accord entre la Commission européenne et le Danemark vise:

    • à stimuler la compétitivité nationale et régionale et la création d’emploi en investissant dans l’innovation et le développement des entreprises; encourager l’esprit d’entreprise et promouvoir l’agriculture, la pêche et l’aquaculture;
    • à favoriser l’insertion des personnes en marge du marché du travail en renforçant leurs aptitudes à l’emploi par le biais de la formation;
    • à promouvoir la protection de l’environnement et l’utilisation efficace des ressources, tirer parti de la réputation dont bénéficie le Danemark sur la scène mondiale en tant que chef de file de l’économie verte.

    La Commission européenne a fourni un éventail d’«objectifs thématiques» conçu pour aider les États membres et les régions à contribuer à la réalisation des objectifs de croissance convenus dans le cadre de la stratégie Europe 2020.Chaque État membre sélectionne alors ses priorités d’investissement, concrétisant ainsi ces objectifs par le biais d’actions qui répondent aux besoins de développement du pays et exploitent son potentiel de croissance.

    Le Danemark a choisi, par exemple, de promouvoir la recherche et l’innovation dans les technologies vertes de façon à «favoriser le passage à une économie sobre en carbone».Le pays reconnaît ainsi sa difficulté à atteindre l’objectif de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre. Il sait qu’il faudra fournir des efforts supplémentaires pour améliorer le rendement énergétique des bâtiments et garantir une utilisation efficace des ressources dans les entreprises et dans les zones urbaines, en constante expansion.

    De même, le Danemark investira dans l’éducation et la formation professionnelle. Il compte renforcer les connaissances, les qualifications et les compétences des travailleurs afin de promouvoir l’insertion professionnelle mais aussi parce que depuis 5 ans, les niveaux de qualification universitaire n’ont pas augmenté au même rythme que dans certains pays voisins.

    On consolidera aussi les liens entre les entreprises, les centres de recherche et les universités pour améliorer le transfert technologique et la formation de réseaux et de clusters dans les entreprises danoises.

    Pour que l’accord de partenariat puisse être signé, le pays devait remplir certaines conditions, notamment élaborer une stratégie d’innovation nationale, garantir le respect total de la législation en matière d’égalité et se soumettre à une évaluation nationale des risques dans l’optique d’une atténuation du changement climatique et de la protection de l’environnement.

    Le Danemark consacrera aussi 5 % de l’allocation du FEDER au niveau national à des actions intégrées en faveur du développement urbain durable.

    Ventilation financière:                            

    Pour 2014-2020, le Danemark a reçu au total 553,3 millions d’euros (prix actuels) des fonds de la politique de cohésion:

    • 84 millions d’euros pour les régions en transition (Zealand);
    • 329,2 millions d’euros pour les régions plus développées (Jutland du Nord, Jutland central, Danemark-du-sud, région de la capitale et Bornholm);
    • 140,1 millions d’euros pour la coopération territorial européenne.
    • En outre, le Fonds agricole européen pour le développement rural investira 629 millions d’euros supplémentaires au Danemark entre 2014 et 2020.
    • L’allocation dans le domaine des affaires maritimes et de la pêche sera finalisée et publiée en juin 2014.

    Pour plus d’informations:

    Fonds ESI – Accords de partenariat

    Fonds social européen

    Développement rural européen

    Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche

    IP et Memo sur RAPID

  • La politique régionale continue de stimuler la croissance en Europe centrale et de l’Est tandis que l’UE fête le 10e anniversaire d’un événement marquant, son 5e élargissement

    (01/05/2014)

    Le 1er mai 2004, l’Union européenne accueillait 10 nouveaux membres:Chypre, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Slovénie.Lors de cet événement historique marquant, l’Union est passée de 15 à 25 membres, ce qui s’est traduit par un accroissement considérable de sa population et l’émergence du plus grand bloc commercial du monde.Cet événement majeur, du point de vue des «nouveaux pays» mais aussi pour l’ensemble de l’UE sur le plan de l’intégration culturelle, sociale et économique, est l’un des épisodes les plus importants de l’histoire récente.

    Depuis dix ans, les économies régionales de ces nouveaux arrivants ont largement bénéficié de la politique de cohésion de l’UE.On estime en effet que le produit intérieur brut des 12 nouveaux États membres (si l’on compte la Bulgarie et la Roumanie qui ont rejoint l’Union en 2007), augmentera d’environ 1,5 % par an pendant la mise en œuvre des programmes actuels de la politique de Cohésion (c’est-à-dire entre 2007 et 2016).À long terme, cet impact devrait être encore renforcé sous l’influence des changements positifs apportés aux structures économiques, et l’on prévoit une hausse du PIB de 2,4 % par an entre 2007 et 2025.

    Les investissements de la politique de cohésion dans ces pays ont soutenu les entreprises innovantes et créé des emplois durables grâce à des infrastructures à haut débit pour les régions reculées, des solutions pour lutter contre la fuite des cerveaux et la construction de liaisons de transport essentielles qui participent au renforcement de la compétitivité régionale et nationale.

    Par ailleurs, pour la plupart de ces États membres, les financements de la politique de cohésion représentent la majorité de l’investissement public (plus de 90 % dans certains cas).Au total, 117,5 milliards d’euros ont déjà été investis dans ces États membres au titre de la politique de cohésion de l’UE.

    Pour marquer cet anniversaire spécial, les représentations de la Commission européenne dans les États membres organisent, en concertation avec les partenaires locaux, une série d’activités et de festivités:débats, conférences, événements, expositions, témoignages vidéo, concours de photos, etc.

    Informations complémentaires:

    Représentations de la Commission européenne dans les États membres

    Fiches d’information sur la politique de cohésion dans les États membres

    Investissements de la politique de cohésion dans les États membres qui ont rejoint l’UE après 2004

    Chypre

    République tchèque

    Estonie

    Hongrie

    Lettonie

    Lituanie

    Malte

    Pologne

    Slovaquie

    Slovénie

  • Accords de partenariat et programmes opérationnels – État des lieux

    (30/04/2014)

    La Commission européenne est en train d’analyser les accords de partenariat (AP) officiels qu’elle a reçus des 28 États membres ainsi que les projets de programmes opérationnels (PO) de 10 pays, qui décrivent leurs plans d’investissement dans le cadre des Fonds européens structurels et d’investissement pour la période de programmation 2014-2020.

    Les AP et les PO ont été envoyés par:

    • Polska:  AP 10/01, et présentation des 22 PO
    • France: AP 14/01, et présentation de 25 PO
    • Latvija: AP 15/02, et présentation de son unique PO
    • Portugal: AP 04/02 et présentation des 12 PO
    • Lietuva:AP 04/01, et présentation de son unique PO
    • Slovensko: AP 14/02
    • Suomi:Finlande AP 17/02 et présentation d'1 PO
    • Deutschland: AP 26/02, et présentation de 6 PO
    • Eesti: AP 28/02, et présentation de son unique PO
    • Danmark:AP 04/03, et présentation des deux PO
    • Magyarország: AP 07/03
    • Nederland: AP 10/03, et présentation des 5 PO
    • România: AP 01/04
    • Malta: AP 01/04
    • България/Bulgaria: AP 02/04
    • Slovenija: AP 10/04
    • Sverige: AP 17/04
    • Κύπρος: AP 17/04
    • Ceská republika: AP 17/04
    • Österreich: AP 17/04
    • United Kingdom: AP 17/04
    • Ελλάδα: AP 17/04
    • Italia: AP 22/04
    • España: AP 22/04
    • Hrvatska: AP 22/04
    • Éire/Ireland: AP 22/04
    • Belgien/Belgique/België: AP 23/04
    • Luxembourg: AP 30/04

    Un PO de CTE (coopération territoriale européenne) a déjà été présenté (NL-DE).

    La Commission a souligné qu’une approche stratégique de l’utilisation des fonds était essentielle et qu’elle privilégiait la qualité plutôt que la rapidité.

    La Commission continuera d’examiner en détail les accords de partenariat et d’envoyer ses observations aux États membres.

    Les premières adoptions devraient intervenir en mai et les dernières, en automne.

  • 3e Forum annuel de la stratégie de l’UE pour la région du Danube

    (30/04/2014)

    La Commission européenne et la ville de Vienne, en coopération avec le ministère fédéral autrichien en charge de l’Europe, de l’intégration et des affaires étrangères, organisent le 3e Forum annuel de la stratégie européenne pour la région du Danube, qui se tiendra les 26 et 27 juin dans l’hôtel de ville de Vienne.Plus de 700 participants issus du grand public, de la société civile et du monde des entreprises devraient assister à cet événement annuel majeur de la région du Danube.  

    Jetez un œil au programme de cet événement intitulé «We grow together – together we grow – Empowered for a prosperous and inclusive Danube Region" (Nous nous développons ensemble, ensemble nous grandissons Pour une région du Danube prospère et inclusive), axé sur le progrès économique, l’inclusion sociale et la bonne gouvernance.  

    Pour plus d’informations:

  • Spécialisation intelligente et stratégie de l’Europe en faveur de la croissance

    (22/04/2014)

    La spécialisation intelligente est une approche stratégique de la croissance régionale intelligente et de l’économie.Chaque région, qu’elle soit forte ou faible et indépendamment de son niveau de développement technologique, doit entreprendre un processus de transformation passant par: 

    • l’élaboration d’une vision favorable à la croissance;
    • l’identification des avantages concurrentiels régionaux;
    • la définition des priorités stratégiques;
    • le recours à des politiques et des actions intelligentes.

    C’est sur ces «stratégies de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente (RIS3)» que seront axés les investissements en recherche et innovation émanant des Fonds européens structurels et d’investissement (Fonds ESI) pour la période 2014-2020.

    Cette brochure offre un bref aperçu de la façon d’élaborer ces stratégies et processus et explique leur importance, du point de vue des dirigeants politiques aux échelons européen, national et régional, pour améliorer la compétitivité et stimuler la croissance.

  • Une intervention plus rapide, plus simple et plus efficace dans les régions d’Europe frappées par des catastrophes naturelles

    (17/04/2014)

    Mercredi prochain, le Parlement européen devrait approuver un système de solidarité et d’assistance financière plus simple et plus performant permettant aux régions européennes affectées par une catastrophe naturelle de se reconstruire et de se remettre sur pied.Lors d’une conférence de presse à Strasbourg, le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, a expliqué en quoi consistaient les changements apportés au Fonds de solidarité de l’UE, déjà officieusement acceptés par les ministres européens. Il s’agit d’aboutir à «un système rationalisé et simplifié qui profite à toute l’Europe».Parmi ces changements figurent un allongement du délai de sollicitude de l’aide (qui passe de 10 à 12 semaines), une accélération des interventions (le remboursement devrait prendre en moyenne 6 mois au lieu de 9 mois), une possibilité de paiement anticipé de 10 % lorsque la demande à de fortes chances d’être approuvée et une meilleure définition des critères caractérisant les catastrophes «régionales» (un seuil de dommages fixé à 1,5 % du produit intérieur brut de la région), permettant à la Commission d’évaluer plus rapidement les demandes.Depuis 2002, le Fonds de solidarité de l’UE est intervenu dans 23 pays sinistrés et a versé plus de 3,5 milliards d’euros. Les premiers bénéficiaires sont l’Italie, suivie de l’Allemagne, la France, l’Autriche, le Royaume-Uni et la République tchèque.«C’est un véritable instrument de solidarité ouvert à tous», a déclaré le Commissaire Hahn, qui a exprimé sa confiance concernant l’approbation par le Parlement européen.Dans ce contexte, il a remercié l’eurodéputée Danuta Hübner, présidente de la commission REGI, et la rapporteuse Rosa Estarás Ferragut pour cette coopération constructive. 

    Pour plus d’informations, veuillez également consulter le communiqué MEMO/14/306

  • Comment le budget de l’UE est-il investi dans votre pays?

    (16/04/2014)

    Les pages de la rubrique «Le budget de l’UE dans mon pays», sur le site web de la direction générale en charge du budget, présente des informations essentielles sur l’utilisation des fonds européens dans chacun des 28 États membres.Ce site met aussi en exergue certains projets et activités financés dans chaque pays.

    Le budget de l’UE est principalement investi dans de grands projets ambitieux que les États membres n’ont pas les moyens de financer seuls.Ces projets touchent à de nombreux domaines tels que l’emploi, l’énergie, les transports et les infrastructures, en passant par la recherche et l’éducation, l’environnement, l’aide humanitaire et bien d’autres secteurs encore.Le budget européen fournit un soutien financier à des milliers de bénéficiaires dont des étudiants, des chercheurs, des chefs d’entreprise, des scientifiques, des agriculteurs, des ONG, des villes ou des régions pour n’en citer que quelques-uns.Mais surtout, il ouvre de nouvelles perspectives dont personne n’aurait pu profiter sans l’aide financière de l’UE.

    Le budget de l’UE dans mon pays

  • Le Fonds européen de développement régional aide Barcelone à devenir une «iCapital» de l’innovation

    (15/04/2014)

    Cette année, la Commission européenne a décerné le prix de la Capitale européenne de l’innovation à Barcelone (Espagne) pour la façon dont la ville utilise les nouvelles technologies pour se rapprocher de ses citoyens.Ce prix consacre Barcelone comme «iCapital», capable d’inspirer, d’encourager et d’alimenter l’innovation au bénéfice de ses citoyens.La récompense de 500 000 EUR servira à renforcer encore et à élargir les efforts d’innovation de Barcelone.

    Barcelone a déployé son potentiel d’innovation grâce également à des projets financés par le Fonds européen de développement régional.Au titre du programme opérationnel 2007-2013 pour la Catalogne, le FEDER a financé à Barcelone deux projets exemplaires dans le domaine des nouvelles technologies.

    Un premier investissement de 3,3 millions d’euros a été attribué au projet «E-JUSTICIA.CAT» pour l’analyse, la conception, le développement et la mise en œuvre d’un nouveau système d’information.Lancé par le département de la justice de la Generalitat de Catalunya, le projet permet au ministre de la justice de communiquer en ligne avec d’autres administrations (police, hôpitaux, prisons), les avocats et les citoyens.Ainsi, les citoyens peuvent recevoir des informations ou effectuer des démarches simples en ligne.

    Le deuxième projet, XALOC, est consacré au développement d’une plateforme TIC pour repérer les places de stationnement libres afin de garer les véhicules.Il est le fruit d’une fructueuse coopération entre le secteur privé, l’université et la recherche.

    Le prix de la Capitale européenne de l’innovation («iCapital») récompense les villes qui s’efforcent de promouvoir l’innovation et d’améliorer la qualité de vie de leurs citoyens.Avec ce prix, la Commission européenne reconnaît le rôle moteur des villes en tant que lieux d’innovation, de dialogue et d’échanges mutuels.

    «iCapital», le prix de la Capitale européenne de l'innovation

    Union de l'innovation: une initiative Europe 2020

    Base de données des projets phares financés par le FEDER

  • Le Portugal s’engage sur le chemin de la croissance et de l’emploi: les fonds et les programmes européens au service de l’économie portugaise

    (11/04/2014)

    La Commission européenne organise aujourd’hui une conférence au Portugal. Elle analysera les perspectives de croissance et d’emploi du pays et s’interrogera sur l’importance des fonds et des programmes européens pour stimuler l’économie portugaise.Le Président José Manuel Barroso et le président de la République Anibal Cavaco Silva doivent donner ensemble le coup d’envoi de l’événement.Le Premier ministre portugais Padro Passos Coelho conclura la conférence.

    Le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, participe aussi à l’événement en compagnie du vice-président et Commissaire à l’industrie et à l’entrepreneuriat Antonio Tajani, du Commissaire à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse Androulla Vassiliou, du Commissaire aux affaires maritimes et à la pêche Maria Damanaki, du Commissaire à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion Laszlo Andor et du Commissaire à l’agriculture et au développement rural Dacian Ciolos.

    Le Portugal a reçu plus de 70 milliards d’euros de financement pour la politique de cohésion depuis qu’il a rejoint l’UE en 1986. Ces fonds l’ont aidé à investir dans des secteurs qui ont joué un rôle déterminant dans la croissance économique du pays.Pour 2014-2020, un budget d’environ 21,46 milliards d’euros a été attribué au Portugal pour la politique de cohésion. Il servira à renforcer encore la compétitivité économique, à favoriser l’entreprenariat, à stimuler l’innovation et à enrayer le chômage.

    L’événement aura lieu cet après-midi à 14 h dans la Grande Salle de la Fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne.Les participants pourront suivre les débats en ligne en utilisant le hashtag officiel # PTCrescimento.

    Programme de la Conférence

    «EU Cohesion Policy putting Portugal on the Path to Growth» (La politique de cohésion de l’UE: placer le Portugal sur le chemin de la croissance) en pt

  • Protéger l'utilisation des investissements de l'UE en Bulgarie: la Commission européenne, les autorités nationales et la société civile unissent leurs efforts

    (09/04/2014)

    Un séminaire visant à améliorer la gouvernance et à garantir l’emploi avisé des Fonds européens structurels et d’investissement est prévu aujourd’hui à Sofia.La Commission européenne organise l’événement en collaboration avec les autorités bulgares et l’antenne bulgare de l’éminent groupe d’action Transparency International.Au cours du séminaire seront présentés des outils et des instruments utiles à la gestion des fonds et l’on discutera des mesures envisagées pour renforcer les capacités administratives et former les fonctionnaires nationaux afin de garantir le bon acheminement des fonds.Les débats porteront aussi sur les mesures de prévention de la fraude et de la corruption, des pratiques qui privent les citoyens des bénéfices réels des investissements européens.

    Au cours de la période actuelle (2014-2020), la politique de cohésion de l’UE prévoit d’investir 7,6 milliards d’euros dans les régions bulgares. Cela représente près de 70 % du total de l’investissement public national.La nouvelle période de financement met davantage l’accent sur l’amélioration de la gouvernance et des capacités de gestion des fonds afin d’en optimiser l’impact.Le nouveau cadre juridique stipule explicitement pour la première fois l’obligation pour les autorités nationales d’instaurer des mesures de prévention de la fraude afin d’identifier et de juguler les risques potentiels.

    C’est une nouveauté majeure car, d’après les derniers sondages Eurobaromètre et Transparency International, la majorité des Bulgares interrogés (84 %) pensent que la corruption est très répandue dans leur économie.

    Ce séminaire s’inscrit dans une série d’événements organisés par la Commission pour aider les États membres à tirer le meilleur parti des Fonds européens structurels et d’investissement.Les représentants des institutions européennes, des autorités nationales bulgares et des organisations de la société civile partageront leur expérience et des exemples de bonnes pratiques mises en œuvre pour responsabiliser les autorités publiques et garantir la bonne utilisation des fonds.

    Communiqué de presse

    Séminaire sur les mesures anti-fraude et anti-corruption dans le cadre des Fonds européens structurels et d'investissement

  • Panorama présente la politique de cohésion réformée pour la période 2014-2020

    (08/04/2014)

    L’édition d’hiver du magazine Panorama est consacrée à la politique de cohésion réformée pour la période 2014-2020, et analyse en détail les implications de cette politique pour toutes les parties prenantes. Dans un entretien exclusif accordé au magazine, le président de la Commission européenne, M. Barroso, explique comment cette politique réformée contribuera à la croissance et à la création d’emplois, et comment elle nous aidera à atteindre les objectifs de la stratégie Europe 2020.

    Nos lecteurs apportent, eux aussi, leur contribution au débat via la rubrique «La parole est à vous», étendue pour l’occasion. Des représentants d’États membres, de régions et d’associations européennes y partagent leur point de vue sur la réforme et expriment leurs attentes pour la nouvelle période de financement.

    Ce nouveau numéro présente également les principaux points de la réforme ainsi que les priorités thématiques; décrit le processus d’approbation du budget du point de vue du Parlement européen; fournit des informations sur les démarches à suivre pour solliciter un financement et passe en revue les stratégies et obligations en matière de communication. Enfin, vous retrouverez la sélection habituelle de sujets d’actualité et la description de projets issus de toute l’UE.

  • Transformer les villes en pôles d’opportunités: le Commissaire Hahn partage l’expérience de l’Union européenne lors du Forum urbain mondial à Medellin

    (08/04/2014)

    Le Commissaire Johannes Hahn, en charge de la politique régionale et urbaine, a déclaré lors du Forum urbain mondial à Medellin (Colombie) que les villes ne pouvaient plus être considérées comme secondaires dans nos décisions politiques mais devaient constituer une priorité explicite.

    En tant que représentant de l’UE pendant cet événement organisé par ONU-Habitat, le programme des Nations unies pour les établissements humains, le Commissaire Hahn s’est adressé à plus de 80 ministres nationaux lors d’une table ronde spéciale.

    Il a déclaré:«Créer des conditions de vie et de travail décentes pour les populations du XXIe siècle est un défi qui concerne de plus en plus les villes. Le message que je veux transmettre aujourd’hui, c’est que si nous voulons réussir, nous devons mettre en place une gouvernance à plusieurs niveaux réellement efficace de façon à concilier les dimensions internationales, nationales et urbaines. Je pense qu’il n’y a pas de modèle unique pour les villes de demain, mais que nous pouvons apprendre les uns des autres.»

    «Aujourd’hui, près des trois quarts des 500 millions d’habitants de l’UE vivent en ville. Nous somme le deuxième continent le plus urbanisé après l’Amérique latine, mais nos villes sont en moyenne plus petites et mieux réparties sur l’ensemble du territoire. L’une de mes priorités depuis que je suis Commissaire européen, c’est de renforcer l’efficacité de nos politiques urbaines. L’UE suit une stratégie, baptisée Europe 2020, qui tente d’instaurer une croissance intelligente, inclusive et verte. Il est clair qu’Europe 2020 ne peut pas être mise en œuvre sans les villes. C’est dans les centres de peuplement que la stratégie sera déployée, et si nous ne réussissons pas dans les villes, nous ne réussirons nulle part.»

    «Coordonner l’action dans les villes est un défi au sein de chaque administration.Personne ne peut se permettre le luxe d’œuvrer en fonction de limites sectorielles, avec des ministères ou des départements agissant chacun de son côté. Pour que les villes soient des pôles d’opportunités, nous devons faire mieux.Il faut donner davantage la parole aux villes elles-mêmes. J’ai insisté pour que les villes aient davantage leur mot à dire sur la programmation des fonds européens. En outre, je pense qu’elles devraient être plus présentes dans les débats nationaux et internationaux sur le développement humain. Les villes sont en première ligne et nous devons les écouter.»

    «Tous ensemble, à l’échelon mondial aussi bien que local, nous devons nous assurer que les villes ne sont plus considérées comme secondaires dans nos décisions politiques mais qu’elles constituent une priorité explicite.»

    Pour consulter le texte intégral du discours, cliquez ici

    Pour plus d’informations, consultez le communiqué IP/14/379

    Programme urbain pour l'UE - Document d'analyse

  • Partager l’expérience des villes européennes avec le monde: le commissaire Hahn participe au Forum urbain mondial de Medellin

    (07/04/2014)

    Le Commissaire européen en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, représentera l’Union européenne aujourd’hui et demain, à l’occasion de la 7e édition du Forum urbain mondial, qui se tiendra à Medellin, en Colombie.Il partagera les enseignements tirés dans les villes d’Europe face aux défis planétaires communs que sont la pollution, la pauvreté, la mobilité durable et la justice sociale avec 80 ministres du monde entier.

    En amont de la conférence, le Commissaire a déclaré: «Il n’y a pas de modèle unique de ville qui fonctionne bien, mais parmi les ingrédients communs figurent:un engagement en faveur de l'égalité des chances, la création d'emplois, la promotion de l'innovation et une utilisation efficace des ressources naturelles, ainsi que la volonté d'améliorer la qualité de vie des jeunes et des personnes âgées, hommes et femmes.Nous avons besoin d’une approche globale pour développer des villes où il fait bon vivre et notre expérience en Europe a montré qu’elles sont bâties sur les fondements de la bonne gouvernance et de la démocratie.»

    Le Forum urbain mondial est le premier forum du genre. Il s’agit d’un forum technique non–législatif organisé par UN-Habitat tous les deux ans dans une ville différente afin d’examiner les problèmes mondiaux les plus urgents dans le domaine des établissements humains.

    ONU-habitat est le programme des Nations unies pour les établissements humains, mandaté par l’Assemblée générale de l’ONU pour promouvoir des villes et des agglomérations durables sur le plan social et environnemental.Dans l’organigramme des Nations unies, c’est le point de contact pour toutes les questions d’urbanisme et d’établissement humain.

    Communiqué de presse

  • Un apport de 389 millions d’euros des Fonds régionaux de l’UE pour diffuser le numérique en Grèce

    (03/04/2014)

    La Commission européenne a approuvé trois grands investissements de 389,4 millions d’euros du Fonds européen de développement régional (FEDER) pour aider la Grèce à se remettre sur pied. Ils serviront à moderniser l’ensemble de l’administration publique, à mettre en ligne les systèmes d’éducation primaire et secondaire et à raccorder au réseau internet à haut débit plus de 600 000 personnes vivant dans des zones rurales et reculées.

    Ces trois projets relatifs aux technologies de l’information et de la communication représentent de grands bénéfices pour les citoyens et devraient créer plus de 1 100 emplois pendant la phase d’exécution et 280 postes à durée indéterminée une fois les infrastructures terminées et mises en service.

    Le Commissaire européen en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, qui a approuvé individuellement les trois investissements, a déclaré : «Plus de 825 000 enfants en âge scolaire devraient bénéficier de ces investissements dans les nouvelles technologies au sein du système éducatif.La modernisation et le meilleur fonctionnement de l’administration publique, ainsi que l’accès des zones rurales et reculées à l’internet à haut débit marqueront un vrai progrès pour les citoyens et les entreprises grecques.Ces projets montrent comment la politique régionale de l’UE investit dans l’avenir:dans les gens et dans les entreprises.Ils seront un facteur de croissance et d’emploi et contribueront à la mise sur pied d’une administration publique plus efficace en Grèce.Ces investissements stimuleront le marché domestique des TIC, qui constitue un véritable facteur de croissance.Les gains d’efficacité générés par ces projets se traduiront aussi par de réelles économies sur les frais de fonctionnement.Ce sera un bénéfice très appréciable dans un pays contraint à une extrême rigueur budgétaire.J’invite maintenant les autorités grecques à assurer la mise en œuvre correcte et efficace de ces projets.»

    Informations complémentaires

  • RegioStars 2014: des récompenses prestigieuses pour les projets régionaux les plus novateurs d’Europe

    (31/03/2014)

    Johannes Hahn, le Commissaire en charge de la politique régionale, et Luc Van den Brande, l’ancien président du Comité des régions, ont révélé l’identité des lauréats des prestigieux prix RegioStars 2014 qui récompensent les projets européens les plus novateurs et inspirants.Durant cette 7e édition des RegioStars, le jury a choisi 19 finalistes parmi 80 projets sur la base de quatre critères clés:le caractère novateur de ces projets, leur impact, leur durabilité et les partenariats mis en œuvre.Quatre projets ont éclipsé la concurrence:ceux de la municipalité de Paredes (nord du Portugal), du comté de Cornouailles (Royaume‑Uni), de la région West Wales and the Valleys (Royaume‑Uni) et de la région polonaise de Gdynia.

    Les lauréats de l’édition 2014 sont:

    Cette année, l’événement a eu lieu à un moment crucial puisque les États membres sont en train de finaliser leurs plans d’investissement stratégiques, appelés «accords de partenariat», qui définissent la manière dont seront dépensés les Fonds structurels et d’investissement européens au cours des sept prochaines années.Durant la cérémonie de remise des prix, les premiers projets mettant en œuvre la réforme de la politique de cohésion ont été présentés.

    Pour en savoir plus:

  • «Le développement des villes “intelligentes” favorise la croissance» – Les solutions durables d’un finaliste RegioStars

    (26/03/2014)

    Plus de la moitié des habitants du monde vivent aujourd’hui en ville (en Europe, ils sont plus de deux tiers) et au cours des prochaines années, ce chiffre pourrait atteindre 75 %.Caractérisées par leur innovation et leur créativité débordantes, les villes stimulent la croissance économique.Toutefois, elles posent aussi d’importants défis en matière de changement climatique et d’efficacité énergétique et abritent des îlots de misère, de pauvreté et d’exclusion sociale.Ni les États membres, ni l’UE ne peuvent réaliser les objectifs de leur politique économique ou sociale sans s’impliquer dans les villes.

    Le Commissaire Johannes Hahn s’est fait l’ardent défenseur de la cause des villes pendant toute la durée de son mandat et la récente réforme de la politique régionale de l’UE s’est focalisée sur la dimension urbaine:durant la période 2014-2020, la moitié des investissements du Fonds européen de développement régional devrait être allouée aux villes et aux milieux urbains, et les États membres sont obligés d’investir au moins 5 % dans des actions durables et intégrées en milieu urbain.

    Cet épisode de l’émission «REAL ECONOMY» se concentre sur les villes d’Europe. Martin Powell, le responsable du développement urbain chez Siemens, analyse les dynamiques et les défis en jeu dans ces villes.Les maires de Lisbonne, de Rome et de Venise, et le Commissaire Johannes Hahn évoquent également la nécessité d’élaborer un programme urbain pour l’UE.Par ailleurs, le projet de trolleybus durables et écologiques de la ville de Gdynia, en Pologne, est considéré comme un modèle de transport urbain durable. Ce projet, financé par le Fonds européen de développement urbain, fait partie des finalistes du prix RegioStars 2014.Les noms des lauréats de ce prix seront divulgués le 31 mars.

    Pour en savoir plus:

  • Comment les stratégies régionales de croissance et d’innovation peuvent-elles accroître la prospérité de l’Europe durant la période 2014-2020? Les projets de trois régions européennes permettent de le démontrer.

    (24/03/2014)

    Les régions de la Catalogne en Espagne, de la Scanie dans le sud de la Suède et de l’Aquitaine en France ont exposé jeudi dernier les résultats qu’il est possible d’obtenir grâce aux stratégies de spécialisation intelligente.Le cabinet du Commissaire Johannes Hahn a invité les trois régions à venir présenter leurs stratégies devant la Commission car leur aptitude à créer des stratégies de spécialisation intelligente leur confère une position de modèle vis-à-vis des autres régions.

    Les stratégies de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente (RIS3) constituent une approche stratégique du développement économique, qui repose sur un soutien ciblé de la recherche et de l’innovation.Avant que les fonds régionaux ne soient investis dans la recherche et l’innovation, les régions doivent mettre sur pied des «stratégies de spécialisation intelligente».Chaque région doit se concentrer sur un nombre limité de domaines prioritaires dans lesquels elle dispose déjà d’un avantage concurrentiel.Ces stratégies aideront les régions à exploiter au mieux leurs forces et atouts spécifiques.Elles devraient se traduire par de nouveaux modes d’exploitation des connaissances et de nouvelles méthodes commerciales.

    Le succès de la Catalogne repose sur le partenariat fécond entre les acteurs publics et privés.Même si cette région dispose de centres de R&D et d’universités de premier ordre ainsi que d’une tradition industrielle indéfectible, son transfert de technologies n’est pas au point.Par conséquent, créer un lien entre le système de recherche et d’innovation et le tissu industriel et commercial existant constitue sa priorité stratégique dans le cadre de la «RIS3CAT – Stratégie de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente de la Catalogne».La nouvelle coopération entre les entreprises et les instituts de recherche est considérée comme un moteur de la transformation économique du système de production régional.Cette collaboration devrait effectivement favoriser la croissance économique et l’emploi grâce aux investissements dans la recherche et l’innovation.

    En Aquitaine, trois secteurs principaux ont été choisis pour adopter la stratégie de spécialisation intelligente.Le secteur agroalimentaire est considéré comme le «géant endormi», un pôle traditionnel d’excellence où l’innovation se fait très rare.Le secteur de la sous-traitance aéronautique est le «nain affamé», alors que les jeunes entreprises sont qualifiées de «farfadets» qui devraient être mieux soutenus.Dans cette région, la stratégie de spécialisation intelligente se concentre sur la stimulation de l’innovation grâce à une méthode basée sur l’objectivité, la transparence et l’inclusion.Afin de poursuivre son objectif de spécialisation intelligente, la région de l’Aquitaine a établi des règles sélectives et mis en place des mécanismes permanents de supervision et de contrôle.

    L’objectif principal de l’IISS, la stratégie d’innovation internationale de la Scanie, est de devenir la région la plus novatrice d’Europe en 2020. Afin de renforcer sa capacité d’innovation, la Scanie se concentre essentiellement sur la collaboration entre les universités, les chercheurs et les entrepreneurs.Durant la procédure, trois domaines d’innovation ont été identifiés:les matériaux intelligents, la santé, et les villes intelligentes et durables.Le Conseil «Recherche & Innovation» de la Scanie constitue une garantie à long terme de ce processus d’innovation.Le Conseil, qui n’est pas un organe régulateur, constitue la principale plateforme de discussion permettant de développer le potentiel important de cette petite région.

    RIS3CAT – Stratégie de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente de la Catalogne, par Albert Carné, directeur général de promotion économique et Miquel Barceló, conseiller RIS3 - Présentation

    La stratégie de spécialisation intelligente de l’Aquitaine:méthodologie, thématiques retenues, gouvernance, par Didier Dareys, Directeur des Grands Programmes pour le Développement Économique et l’Emploi au Conseil régional d’Aquitaine

    La stratégie d’innovation internationale de la Scanie:notre point de vue sur la spécialisation intelligente régionale, par Filippa Arva Olsson, directrice générale du bureau régional de la Scanie - Présentation

    Vidéos sur la spécialisation intelligente

  • Régions de démonstration modèles souhaitant développer des stratégies modernes de cluster: appel à manifestation d’intérêt

    (19/03/2014)

    Les organisations régionales sont invitées à profiter des services de conseil et de soutien proposés par l’Observatoire européen des clusters en vue de mieux exploiter le concept de cluster, vecteur de modernisation industrielle, d’entreprenariat et de croissance des PME.L’objectif est d’aider les régions à élaborer des politiques modernes de groupement d’entreprises, aptes à optimiser le pouvoir transformateur de l’innovation au sein des chaînes de valeur industrielles, des secteurs et des industries émergeantes.Cet appel informel lancé par la direction générale des entreprises et de l’industrie de la Commission européenne pourrait leur permettre de se positionner en tant que régions modèles en matière de stratégies de spécialisation intelligente et de clusters.Six régions de démonstration modèles seront sélectionnées.La priorité sera donnée aux régions les plus ambitieuses et imaginatives, sachant tirer parti de la collaboration intersectorielle et de l’innovation pour élaborer leurs futures stratégies. 

    Appel informel à manifestation d’intérêt pour les régions de démonstration modèles

    Appel à manifestation d’intérêt – Sélection de six régions de démonstration modèles qui pourront bénéficier des services de conseil et de soutien de l’Observatoire européen des clusters

  • Le premier séminaire national sur les mesures anti-fraude et anti-corruption dans le cadre des Fonds structurels et d’investissement européens s’est déroulé à Bratislava

    (17/03/2014)

    Le 13 mars, la Commission européenne a organisé un séminaire sur la prévention de la fraude et de la corruption dans le cadre des Fonds structurels et d’investissement européens avec la collaboration du Bureau du gouvernement de la République slovaque et de l’organisation Transparency International Slovakia. 

    Ce séminaire fait partie des préparatifs concernant la mise en œuvre des programmes des Fonds structurels et d’investissement européens pour la période 2014-2020.Le cadre juridique de la nouvelle période de programmation requiert explicitement que les autorités chargées de la gestion de ces fonds mettent en place des mesures de prévention de la fraude.Dans ce contexte, des représentants des institutions européennes, des autorités nationales slovaques et d’organisations de la société civile se sont rencontrés en vue d’un échange d’expériences et d’idées afin d’éviter les abus en matière d’investissement.  

    L’événement prônait une politique claire de «tolérance zéro» à l’égard de la fraude et de la corruption.Les Fonds structurels et d’investissement européens constituent une part significative des investissements publics en Europe.En Slovaquie, ils représentent plus de 80 % de l’investissement public total.Il est donc important que cet argent soit investi dans la croissance durable et l’emploi et qu’il ne finisse pas dans de mauvaises mains. 

    La Commission a insisté sur la nécessité de garantir l’adéquation de la capacité administrative des autorités impliquées.Elle a également présenté de nouveaux documents d’orientation destinés à aider les autorités de gestion dans l’évaluation du risque de fraude et le choix des mesures d’atténuation.Un autre atelier a aussi été organisé pour faire connaître ARACHNE, un nouvel outil informatique qui permet d’identifier et de surveiller les projets risqués. 

    Les autorités slovaques ont également présenté les mesures nationales mises en place pour lutter contre la fraude et la corruption dans le cadre des Fonds structurels et d’investissement européens. Ces mesures incluent la toute nouvelle stratégie nationale de protection des intérêts financiers de l’UE et de publication en ligne des contrats publics.Des mesures supplémentaires seront mises en œuvre afin d’augmenter la transparence et l’impartialité des procédures de sélection des projets.Au cours d’une autre séance, l’organisation Transparency International Slovakia a présenté différents projets nationaux de bonnes pratiques en matière de lutte contre la fraude et la corruption sur les marchés publics. 

    Séminaire sur les mesures anti-fraude et anti-corruption dans le cadre des Fonds structurels et d'investissement européens

  • Ne manquez pas la cérémonie de remise des prix RegioStars 2014!

    (12/03/2014)

    Le 31 mars au BOZAR (Bruxelles), la Commission révèlera le nom des lauréats des prix RegioStars 2014, qui récompensent les projets les plus novateurs d’Europe parmi ceux qui ont bénéficié du soutien de la politique de cohésion européenne.

    L’objectif des prix RegioStars est d’identifier les bonnes pratiques de développement régional et de mettre en évidence des projets originaux et novateurs susceptibles d’intéresser et d’inspirer d’autres régions.Pour cette 7e édition de remise des prix, la Commission européenne a reçu un grand nombre de candidatures excellentes et dignes d’être mentionnées, et le jury a sélectionné 19 finalistes dans quatre catégories.

    1 - Croissance intelligente:l’innovation dans les PME;

    2 – Croissance durable:croissance verte et création d’emplois grâce à la bioéconomie;

    3 – Croissance inclusive:créer des emplois pour les jeunes générations;

    4 – CITYSTAR:investir dans des transports publics urbains durables.

    Un jury indépendant sélectionnera les lauréats, qui recevront leur prix des mains du Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, et du Président du jury RegioStars, Luc Van den Brande, lors d’une cérémonie à Bruxelles. La cérémonie de remise des prix RegioStars commencera à 19 h 00 (ouverture des portes à 18 h 30) au Palais des Beaux-Arts (BOZAR), Rue Ravenstein 23, 1000 Bruxelles.

    Inscription

    Site internet

  • Une Europe plus innovatrice, présentant encore de fortes disparités régionales

    (04/03/2014)

    L’Europe est en train de combler son retard en matière d’innovation par rapport aux États–Unis et au Japon, mais les écarts de performance entre les États membres de l’Union européenne restent très importants et ne se réduisent que lentement. Au niveau régional, les écarts se creusent même, puisque près d’un cinquième des régions de l’UE ont accusé une détérioration de leurs performances. Telles sont les principales conclusions du tableau de bord de l’Union de l’innovation 2014 et du tableau de bord régional de l’innovation 2014 publiés par la Commission européenne. Le classement général au sein de l’Union reste relativement stable, les premières places revenant aux quatre pays qui investissent le plus dans la recherche et l’innovation, à savoir la Suède, suivie du Danemark, de l’Allemagne et de la Finlande. Les pays qui ont connu l’amélioration la plus notable de leur situation sont le Portugal, l’Estonie et la Lettonie. Globalement, ces progrès ont été accomplis grâce à l’ouverture et à l’attractivité du système de recherche de l’UE, à la collaboration inter–entreprises en matière d’innovation et à la commercialisation des connaissances, telle que mesurée par les revenus tirés de la vente de licences et de brevets à l’étranger. Toutefois, l’augmentation des dépenses publiques de R&D a été annulée par une baisse des investissements en capital-risque et des investissements consacrés à l’innovation hors R&D.

     

    Press Release

    Memo

    Full report of the Innovation Union Scoreboard 2014

    Full report of the Regional Innovation Scoreboard 2014

  • Journée de la coopération européenne 2014: faisons-en un succès

    (21/02/2014)

    Le 21 septembre 2014, la coopération territoriale européenne et les programmes de voisinage célèbrent la Journée de la coopération européenne.

    Sous le slogan «Partager les frontières pour mieux se rapprocher», des centaines d’événements locaux seront organisés dans toute l’Europe lors de la semaine du 21 septembre, touchant des milliers de personnes.

    La campagne est coordonnée par le programme INTERACT, avec le soutien de la Commission européenne, du Parlement européen et du Comité des régions.

    L’objectif de la campagne est de faire connaître au grand public lesréalisationsde la coopération européenne transfrontalière.

    Les programmes européens de coopération territoriale et externe et les parties intéressées sont invités à participer à cette campagne.

    Journée de la coopération européenne 2014

  • Financer la rénovation énergétique des bâtiments avec les fonds de la politique de cohésion

    (19/02/2014)

    Aider les autorités de gestion à planifier et déployer des investissements en faveur de l’énergie durable dans les bâtiments dans le cadre des programmes opérationnels de la politique de cohésion: tel est l’objectif principal de l’orientation technique dénommée «Financer la rénovation énergétique des bâtiments avec les fonds de la politique de cohésion». La gestion de la consommation d’énergie dans les bâtiments de l’Europe constitue une priorité. En effet, près de 40 % de la consommation d’énergie finale - et 36 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre - sont imputables au logement, commerces, bureaux et autres bâtiments des secteurs public et privé. Une augmentation considérable et soutenue des investissements publics et privés est donc nécessaire pour permettre à l’Union européenne d’atteindre ses objectifs à horizon 2020 en matière de climat et d’énergie. Au cours de la période 2014-2020, le financement de la politique de cohésion jouera un rôle essentiel dans la rénovation des bâtiments. 23 milliards d’euros d’investissements seront ainsi alloués pour permettre la transition vers une économie sobre en carbone, caractérisée par l’efficacité énergétique et l’utilisation des énergies renouvelables dans les bâtiments.

    Le guide informe les autorités de gestion sur les exigences européennes relatives aux bâtiments et à l’efficacité énergétique. Il fournit en outre une liste de bonnes pratiques et d’études de cas et examine les différents mécanismes dont les autorités de gestion disposent pour soutenir les projets en matière d’énergie durable dans le but de lancer des investissements à grande échelle dans le domaine de la rénovation énergétique des bâtiments et pour stimuler les investissements privés.

    Financer la rénovation énergétique des bâtiments avec les fonds de la politique de cohésion

  • L’atelier «Cities and Business» (Villes et entreprises) à la conférence CiTIEs: comment les entreprises et les villes peuvent coopérer au mieux pour une politique urbaine de l’UE intégrée

    (18/02/2014)

    Parmi les nombreux ateliers qui se tiennent aujourd’hui dans le cadre de la conférence CiTIEs à Bruxelles, celui dénommé «Cities and Business» était présidé par le Commissaire Hahn en personne. Le commissaire en charge de l’énergie Guenther Oettinger, le directeur général de BUSINESSEUROPE Markus Beyrer, le responsable du développement urbain chez Siemens Martin Powell, le président du Comité européen de l’Union internationale des transports publics Nicolas Blain et le responsable de l’innovation à la Banque mondiale Chris Vein ont participé à cet atelier.

    Ils ont discuté de la meilleure manière dont les entreprises peuvent participer à la mise en œuvre d’un agenda urbain de l’UE et de l’approche la plus adaptée pour intégrer les points de vue des entreprises à la politique urbaine. Le Commissaire a souligné comment la conception d’un développement et d’une gestion efficaces des villes relève de l’intérêt tant des villes que des entreprises. Une étroite collaboration est donc de mise pour élaborer une stratégie urbaine de l’UE qui puisse servir de modèle à d’autres régions du monde. Le Commissaire a ajouté que les fonds de la politique régionale de l’UE pour la période 2014-2020 serviront à promouvoir une approche intégrée du développement urbain en Europe, qui tienne compte des aspects sociaux, économiques et environnementaux.

  • Au forum CiTIEs, le Commissaire Johannes Hahn déclare que «la voix des villes doit être entendue»

    (17/02/2014)

    Le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, a ouvert le forum «Les villes de demain: investir dans l’Europe» (17 et 18 février), dont l’objectif est d’élaborer le futur agenda urbain de l’UE.

    Face à un parterre de plus de 700 participants qui comptait des ministres, des maires, des représentants de municipalités et de régions ainsi que des spécialistes de l’urbanisme, le Commissaire Hahn a rappelé le besoin d’établir un agenda urbain de l’UE et de placer les villes au cœur de la politique de l’UE. Il s’est exprimé ainsi:

    «En tant que Commissaire en charge de la politique régionale, je me suis employé à accroître la visibilité des villes, dont l’importance est primordiale pour l’Europe et qui ne peuvent dès lors être reléguées au second plan.»

    «À n’en pas douter, les villes sont des moteurs de développement, les services et infrastructures qu’elles offrent aux communautés dépassent leurs propres frontières. Soutenir le développement urbain, c’est soutenir également les zones rurales qui les entourent.»

    «L’objectif de ce forum est le renforcement de la dimension urbaine des politiques de l’UE. Si nous souhaitons établir un agenda urbain de l’UE, tel devra certainement être le but recherché.»

    «Nos discussions marquent également un premier pas vers la coordination d’une réponse de l’UE dans le cadre du débat mondial. Aussi est-ce pour moi un honneur de compter parmi nous Juan Clos, ancien maire de Barcelone, qui nous expliquera pourquoi UN-Habitat a demandé à l’UE de partager son expérience en matière de développement urbain pour aider les villes à travers le monde. C’est là un défi qu’il nous faut relever avec détermination.»

    «Selon moi, le point essentiel est que les villes doivent être davantage entendues.»

    «Les objectifs de la politique européenne ne peuvent être accomplis sans la participation active des villes. C’est pourquoi les responsables politiques à tous les niveaux doivent davantage tenir compte de la dimension urbaine.»

    «J’estime que la création d’un agenda urbain de l’UE pourrait permettre une meilleure élaboration des politiques, tant au niveau européen que national, et je suis persuadé qu’il ferait des villes des partenaires plus stables pour les décideurs européens et nationaux.»

    Le texte complet du discours est disponible ici

    Twitter:#EUCiTIES

  • Élaborer un programme urbain de l’UE pour les villes de demain

    (14/02/2014)

    Donner plus de poids aux villes européennes et placer le programme urbain au cœur de l’élaboration des politiques de l’UE constituera un objectif essentiel du forum «CiTIES - Villes de demain: Investir dans l'Europe», qui se tiendra à Bruxelles les 17 et 18 février.

    M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, réunit des personnalités importantes du domaine de la politique urbaine pour définir la marche à suivre vers un nouveau programme urbain de l’UE. Plus de deux Européens sur trois vivant en ville, cette réunion a pour objectif d’examiner la manière de donner aux villes une plus grande importance dans la politique européenne et de débattre de cette question, afin de veiller à ce que les besoins des villes soient mieux compris et les politiques davantage coordonnées. Elle vise à mettre en évidence le rôle essentiel que les villes peuvent jouer dans la réalisation des objectifs européens de plus grande envergure, comme la lutte contre le changement climatique, le chômage et l’exclusion sociale.

    La discussion sera axée sur un document de travail élaboré par la Commission européenne. Toute une série de manifestations seront organisées; elles rassembleront des acteurs clés, notamment de nombreux experts des questions urbaines et des représentants d'associations de villes, de collectivités locales ainsi que des ministères nationaux. Les maires de 16 capitales de l’UE réunis à l’occasion du forum devraient également se joindre aux appels lancés par les États membres en faveur d’un programme urbain de l’UE cohérent.

    Pour en savoir plus:

  • Le commissaire Hahn fixe un calendrier pour la nouvelle stratégie de l’UE pour la région alpine

    (10/02/2014)

    Lors d’une réunion avec les ministres des affaires étrangères et des affaires européennes qui s’est tenue le 10 février à Bruxelles, le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, a annoncé le lancement d’une consultation publique sur la nouvelle stratégie pour la région alpine en juillet 2014.Après une proposition officielle de la Commission, l’adoption devrait intervenir à l’été 2015.

    Le commissaire Hahn a expliqué aux ministres d’Italie, de Slovénie, d’Autriche, d’Allemagne et de France ainsi qu’aux ambassadeurs de Suisse et du Lichtenstein quelles conditions étaient indispensables au succès de la stratégie: «Je ne pense pas que nous devions réinventer la roue.Nous devons bien réfléchir à ce que sera la plus-value de cette stratégie.Nous devons veiller à ce qu’elle se concentre sur certains objectifs de manière à garantir son efficacité, et assurer une dotation en personnel suffisante dès le départ».

    Le commissaire a ajouté: «L’une des principales caractéristiques de cette nouvelle stratégie pour la région alpine est que l’initiative émane des régions elles-mêmes.Il faut maintenant qu’il y ait aussi une volonté politique forte au niveau national.»La stratégie macrorégionale pour la région alpine serait la quatrième de l’UE,après les stratégies pour la mer Baltique et le Danube (déjà mises en place), et la stratégie pour la région adriatico-ionienne dont le processus d’élaboration a été lancé à Athènes la semaine dernière.

    Pour en savoir plus

  • Real Economy: «Les défis du vieillissement démographique en Europe»

    (07/02/2014)

    S’il est vrai qu’un nombre croissant d’Européens vivent jusqu’à un âge avancé et créent de nombreuses opportunités via l’«économie des seniors», les tendances démographiques observées actuellement dans les différents pays de l’UE mettent sous pression les finances publiques, notamment les dépenses en matière de retraites, de soins de santé et de soins de longue durée.Les projections démographiques actuelles indiquent que la proportion de personnes en âge de travailler par rapport aux personnes âgées de plus de 65 ans, aujourd’hui de 4 pour 1, est appelée à diminuer de moitié. À mesure que la proportion de personnes âgées dans la population totale augmentera, les personnes en âge de travailler devront travailler plus pour permettre de faire face aux dépenses liées au vieillissement de la population. 

    Le dernier épisode de l’émission Real Economy d’Euronews est consacré aux défis liés au vieillissement et passe en revue les solutions proposées par l’UE.Il nous emmène en Finlande, où a été mis en œuvre un projet financé par le FEDER, sélectionné parmi les finalistes des prix RegioStars.Baptisé «Living Lab on Wellbeing Services and Technology», ce projet de deux ans était destiné à tester des services et technologies de bien-être dans des situations de la vie réelle, notamment dans des maisons de repos pour personnes âgées.Axé sur trois régions de la Finlande occidentale, il a réuni des acteurs publics et privés autour d’un objectif: élaborer un modèle nouveau et innovant favorisant l’autonomie. 

    Euronews s’entretient également avec Sandra Polaski, directrice générale adjointe de l’Organisation internationale du travail, qui explique la situation de l’Europe face au phénomène du vieillissement par rapport aux autres régions du monde.

    Regarder - Real Economy: «Les défis du vieillissement démographique en Europe»

    Living Lab on Wellbeing Services and Technology (en anglais)

    La prochaine cérémonie de remise des prix RegioStars (19 finalistes en compétition dans quatre catégories) se déroulera à Bruxelles le 31 mars 2014.

  • Décollage en vue: pour réussir, la nouvelle stratégie macrorégionale de l'Union pour la région adriatico-ionienne devra être bien ciblée

    (05/02/2014)

    Les préparatifs pour la mise en place d’une toute nouvelle stratégie macrorégionale visant à favoriser la coopération entre les huit pays de la région adriatique et ionienne ont franchi une étape décisive. Organisée par la présidence grecque du Conseil de l’Union européenne et la Commission européenne, une conférence des parties prenantes de haut niveau a lieu à Athènes les 6 et 7 février. Elle marque la fin d’une large consultation à laquelle ont participé les parties prenantes et la société civile de l’ensemble des huit pays.

    Les résultats de cette consultation seront intégrés dans le courant de l'année à une proposition formelle de M. Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique régionale, visant à établir une stratégie sur mesure tenant compte des besoins et des capacités de la région. Elle fait suite à une demande formulée par les dirigeants de l’Union européenne en décembre 2012 visant à mettre en place la nouvelle stratégie macrorégionale d’ici la fin de 2014.

    C’est la première fois, dans le cadre d'une stratégie macrorégionale, que des pays de l’UE (Croatie, Grèce, Italie, Slovénie) et des pays tiers (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Serbie) collaborent à parts égales pour relever des défis communs en s’appuyant sur des atouts partagés. Dans une région qui a incontestablement connu quelques-uns des plus importants conflits d’Europe, la stratégie permettra de rapprocher les Balkans occidentaux de l’Union européenne. L’accent sera mis en particulier sur la croissance bleue, le transport, le tourisme durable et la protection de l’environnement. L'objectif est de contribuer à la prospérité et la création d’emplois dans la région.

    La stratégie maritime pour la mer Adriatique et la mer Ionienne, adoptée par la Commission le 30 novembre 2012, est intégrée à la stratégie qui s'articulera autour de quatre piliers fondamentaux: la croissance des secteurs marin et maritime, l'interconnexion de la région (réseaux de transport et d'énergie), la qualité environnementale et le tourisme durable. En outre, le renforcement des capacités, de même que la recherche, l’innovation et les petites et moyennes entreprises contribueront aux quatre domaines prioritaires.

    Les consultations des parties prenantes ont été réalisées entre septembre et décembre 2013. Deux pays, un État membre et un pays tiers, ont été chargés de la coordination de la consultation pour chacun des quatre piliers: la Grèce et le Monténégro pour la croissance marine et maritime, l’Italie et la Serbie pour les transports et l’énergie, la Slovénie et la Bosnie-Herzégovine pour l’environnement, et la Croatie et l’Albanie pour le tourisme. D'octobre 2013 à janvier 2014, une large consultation publique en ligne sur la stratégie a également été lancée par la Commission. 

    Informations complémentaires

    Communiqué de presse

    Vers une stratégie maritime pour la mer Adriatique et la mer Ionienne

    Conférence des parties prenantes sur la stratégie de l'Union pour la mer Adriatique et la mer Ionienne

    Une stratégie maritime pour la mer Adriatique et la mer Ionienne

    Twitter: @EU_Regional @JHahnEU #EUSAIR

     

  • Échanges d’expériences en matière de bonne gouvernance

    (05/02/2014)

    Deux réunions multilatérales sont prévues dans le cadre de l’étude de la DG REGIO sur le thème «Multi-level governance in support of Europe 2020» (La gouvernance multi-niveaux pour soutenir la stratégie Europe 2020):

    • Governance in support of energy efficiency policies (La gouvernance en faveur des politiques d’efficacité énergétique) - Milan - 26-27 mars 2014
    • Governance of social inclusion in urban areas (La gouvernance de l’inclusion sociale dans les zones urbaines) - Stockholm – 1-2 avril 2014

    L’étude, financée par la DG REGIO et menée par un consortium sous la direction de Spatial Foresight, entend tirer des enseignements des expériences politiques et stimuler l’apprentissage et les échanges interrégionaux.Quatre études de cas seront présentées à chacune de ces réunions, en présence des autres régions intéressées.Pour en savoir plus sur le contexte de l’étude et les réunions multilatérales, voir l’Inception report (rapport initial)

    Si vous souhaitez participer à l’une des réunions, veuillez prendre contact avec:Frank.holstein@spatialforesight.eu

  • Publication du rapport de synthèse sur la consultation en ligne concernant la stratégie européenne pour la région adriatique et ionienne!

    (04/02/2014)

    La Commission a organisé une consultation générale en ligne sur la stratégie de l’UE pour la région adriatique et ionienne entre le 25 octobre 2013 et le 17 janvier 2014. L’objectif de ce processus était de recueillir des idées sur les futurs projets et actions dans la région susceptibles de bénéficier d’une approche de coopération macro-régionale. Pour connaître les principales conclusions de la consultation, voir le rapport de synthèse sur la consultation en ligne.

     

  • Lancement du Prix "Région européenne entreprenante" 2015

    (03/02/2014)

    Le Comité des régions lance le prix de la "Région européenne entreprenante" (REE) 2015, qui vise à récompenser les villes et les régions d'Europe les plus tournées vers l'avenir. Les candidatures peuvent être introduites jusqu'au 31 mars 2014. Luc Van den Brande, président du Bureau de liaison Flandre-Europe, a inauguré cette 5e édition au cours de l'assemblée des PME à Vilnius. 

    La REE repère et récompense les régions qui, quelles que soient leur taille, leur richesse et leurs compétences, se distinguent par des visions entrepreneuriales d'exception, matérialisées par des actions concrètes et mesurables qui contribuent à la mise en œuvre du "Small Business Act" pour l'Europe dans le cadre d'une utilisation optimale des fonds publics. Le titre de "Région entreprenante de l'année" sera décerné aux régions qui affichent la stratégie la plus convaincante. L'initiative a pour ambition de susciter et promouvoir l'émergence de régions dynamiques, vertes et entreprenantes. 

    "Les PME constituent la force motrice de la relance économique en Europe. Les autorités nationales, régionales et locales doivent unir leurs forces afin d'instaurer les conditions propices au développement des entreprises. L'initiative de la REE vise à honorer les régions européennes qui s'engagent à créer des environnements favorables aux entreprises. Si vous êtes désireux de réaliser le potentiel entrepreneurial de votre région, je vous invite à soumettre votre candidature pour le Prix REE 2015," a déclaré M. Van den Brande. 

    La stratégie régionale ainsi distinguée sera évaluée au cours des deux années suivantes et ses résultats et réalisations seront partagés par les collectivités locales et régionales, au sein du réseau REE. 

    La date limite pour le dépôt des candidatures est le 31 mars 2014. Le formulaire de candidature, une fiche d'information sur le Prix, ainsi que des informations plus détaillées, sont disponibles sur www.cor.europa.eu/eer

    Contact: eer-cdr@cor.europa.eu.

  • Le Commissaires Hahn s’exprime devant les eurodéputés au sujet des accords de partenariat pour 2014-2020: «Nous ne choisirons pas la vitesse au détriment de la qualité»

    (23/01/2014)

    Le 22 janvier, s’adressant aux membres de la commission des affaires régionales du Parlement européen, le Commissaire Hahn a fait le bilan de la planification des programmes de la nouvelle politique de cohésion pour 2014-2020.

    Il a insisté sur l’importance de ces documents, qui mettront la réforme en pratique et garantiront une concentration des investissements dans des secteurs clés particulièrement propices à la croissance.

    Il a aussi souligné que suite à cette réforme, pour la prochaine période, le budget consacré à la promotion économique via le soutien aux petites et moyennes entreprises devrait doubler et passer de 70 à 140 milliards d’euros.«Le principal changement, a-t-il déclaré, c’est que ce sont les projets qui suivront les stratégies et non l’inverse.Les accords de partenariat sont un outil pour garantir cela. Nous ne choisirons pas la vitesse au détriment de la qualité.»

  • Conférence des parties prenantes sur la stratégie de l’UE pour la région de la mer Adriatique et de la mer Ionienne: extension du délai d’inscription au 27 janvier 2014

    (21/01/2014)

    Aux côtés de la présidence hellénique du Conseil de l’Union européenne, la Commission européenne a le plaisir d’inviter toutes les parties intéressées à une conférence des parties prenantes sur la stratégie de l’UE pour la région de la mer Adriatique et de la mer Ionienne, organisée à l’hôtel Divani Caravel à Athènes (Grèce) les 6 et 7 février 2014.

    La date limite d’inscription à cet événement a été reportée au 27 janvier.

    L’objectif de la conférence est de présenter les résultats d’une ample consultation des parties prenantes réalisée de septembre à décembre 2013. La conférence encouragera aussi les participants à débattre des défis et opportunités futurs dans une perspective macrorégionale.Ce débat viendra étayer la préparation du futur plan de communication et d’action de la stratégie, que la Commission doit présenter avant la fin 2014.

    Parmi les intervenants conviés à l’événement figurent Johannes Hahn, Commissaire en charge de la politique régionale, Maria Damanaki, Commissaire en charge des affaires maritimes et de la pêche, et Antonis Samaras, Premier ministre de la Grèce, ainsi que les ministres des affaires étrangères des 8 pays participants.

    Pour en savoir plus:

  • Programmation 2014-2020: le calendrier

    (20/01/2014)

    Accords de partenariat

    La réglementation stipule que chaque État membre doit transmettre son accord de partenariat (AP) à la Commission dans les 4 mois qui suivent l’entrée en vigueur de la réglementation.

    À compter de la date de soumission de l’AP par l’État membre, la Commission dispose alors de 3 mois pour faire des observations et de 4 mois pour adopter l’AP, à condition que l’État membre ait pris en compte de manière satisfaisante les observations de la Commission.

    Cela signifie qu’en règle générale, les accords de partenariat seront adoptés au plus tard à la fin août 2014.

    Programmes opérationnels

    La réglementation stipule que les programmes opérationnels (PO) doivent être soumis par les États membres dans les 3 mois qui suivent la soumission de l’AP.

    À compter de la date de soumission du PO, la Commission dispose alors de 3 mois pour faire des observations et de 6 mois pour adopter le PO, à conditionque l’État membre ait pris en compte de manière satisfaisante les observations de la Commission.

    Par conséquent, en règle générale, les PO seront adoptés au plus tard à la fin janvier 2015.

  • Programme et priorités de la présidence grecque

    (07/01/2014)

    Pour la cinquième fois depuis son adhésion à l’Union en 1981, la Grèce vient de prendre les rênes du Conseil européen. Selon les termes de la présidence:«Le principal objectif est de concilier l’échéancier de la consolidation fiscale avec la mise en œuvre d’un Pacte pour la croissance et l’emploi beaucoup plus recherché et réaliste, pouvant être transformé en un programme d’investissement européen varié, modelé conformément à la politique de cohésion, dans une perspective d’emploi.»

    Les grands principes qui guideront le travail de la présidence sont les suivants:

    • le renforcement de l’engagement civique/social dans l’UE, grâce à des politiques et des initiatives visant à encourager la reprise économique, l’emploi, la cohésion, la mobilité des citoyens de l’Union et la sécurité européenne;
    • l’approfondissement de l’Union, en particulier l’Union économique et monétaire, par la promotion de politiques et de mesures visant à améliorer les déficiences initiales dans l’architecture de la zone euro, dévoilées par la crise actuelle;
    • le renforcement de la légitimité démocratique et de la responsabilité dans l’UE.

    Les élections au Parlement européen en mai 2014 détermineront aussi le contexte de la présidence.Le programme complet et les priorités seront présentés au collège des commissaires européens le 8 janvier.

    http://gr2014.eu/

  • Stimuler la croissance en Europe dans un contexte de mondialisation

    (23/12/2013)

    Le dernier épisode de la série Real Economy d’Euronews s’interroge sur le rêve de l’Europe d’accroître sa compétitivité dans un contexte marqué par la diminution des distances et la mondialisation.Il analyse le fonctionnement réel des échanges internationaux et prend l’exemple du géant européen Airbus et de la façon dont il soutient la croissance morose de l’Europe.

    Les relations étroites entre mondialisation et compétitivité font l’objet d’une discussion avec le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, tandis que les attraits et les handicaps des marchés européens sont mis en lumière.Dernière étape: Paris, la capitale française, où vous apprendrez pourquoi les multinationales désirent tellement s’établir en Europe.

    Regarder - Stimuler la croissance en Europe dans un contexte de mondialisation (en anglais)

  • Prochaine entrée en vigueur des réglementations de la politique de cohésion

    (18/12/2013)

    La nouvelle réglementation et la législation régissant le prochain cycle d’investissement de la politique de cohésion de l’UE en 2014-2020 ont reçu l’approbation officielle du Conseil de l’Union européenne et entreront en vigueur dès leur publication au «Journal officiel de l’UE».Après des mois de préparation, les États membres sont sur le point de finaliser leurs plans stratégiques stipulant les priorités d’investissement pour le développement régional.Ces accords de partenariat devraient être adoptés début 2014. 

    Voir le Journal officiel L 347 ( 20 décembre) pour consulter les nouvelles réglementations. 

  • Sur la voie de la reprise: le Commissaire Hahn approuve les grands projets d’infrastructures autoroutières de la Grèce

    (16/12/2013)

    Le Commissaire européen en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, a approuvé aujourd’hui un soutien financier de l’Union d’un montant de 2,97 milliards d’euros pour permettre la construction de quatre autoroutes en Grèce.

    Suite au vote positif du Parlement grec, le Commissaire Hahn a déclaré: «Je suis heureux d’approuver ces investissements, parmi les plus importants projets d’infrastructures en Grèce. Ils seront déterminants pour le redressement économique du pays et permettront de relier ses régions grâce à des autoroutes rapides et sûres.»

    Ces autoroutes sont considérées comme des «projets prioritaires» par la Commission européenne et les autorités grecques: ces projets sont un facteur clé pour la création d’emplois et le développement du pays et de ses régions.

    Plus de 6 000 emplois devraient être créés pendant la phase de construction des autoroutes. Les projets devraient être terminés pour la fin 2015; 1 700 personnes travailleront alors à la gestion des nouvelles infrastructures. La Commission a par ailleurs confirmé que le soutien financier octroyé à la Grèce est conforme aux règles de l’Union en matière d’aides d’État.

    Communiqué de presse

  • Comment parler des Fonds structurels et d’investissement européens 2014-2020

    (12/12/2013)

    811 participants issus de 28 États membres se sont réunis à Bruxelles cette semaine pour voir comment améliorer la communication sur les Fonds structurels et d’investissement européens. La conférence avait pour objectif de:

    • débattre des moyens d’améliorer le discours sur l’Europe;
    • stimuler la collaboration entre les représentants européens, nationaux et régionaux participant aux efforts de communication sur les Fonds structurels et d’investissement européens;
    • fournir une base solide pour les stratégies de communication qui accompagneront les programmes des Fonds structurels et d’investissement européens au cours de la période de financement 2014-2020;
    • partager les bonnes pratiques de communication et faciliter l’apprentissage mutuel entre les différents pays et les différents fonds.

    L’événement a réuni des chargés de communication d’autorités nationales et régionales, des responsables d’autorités de gestion, des journalistes, des réseaux européens comme Europe Direct et des collègues d’institutions européennes. Cette conférence a innové sur trois points:

    1) c’était la première fois qu’une conférence concernant la communication sur les fonds de l’UE était organisée conjointement par 4 départements de la Commission:les directions générales «Politique régionale et urbaine», «Emploi, affaires sociales et inclusion», «Agriculture et développement rural» et «Affaires maritimes et pêche»;

    2) des méthodes participatives ont été utilisées dans plus de 24 ateliers pour rendre les discussions interactives et répondre aux besoins des participants;

    3) des cartes de facilitation graphique ont été préparées pour capturer l’essence des débats sous une forme intuitive.

    Les photos, les vidéos, les annonces dans les médias sociaux et les présentations sont disponibles sur le site internet de la conférence. Une synthèse graphique de la conférence sera publiée en début de semaine prochaine.

  • La lutte de l’Europe dans un monde de plus en plus compétitif

    (11/12/2013)

    Améliorer la compétitivité est un l’un des grands défis à relever pour l’Union européenne sur le chemin de la reprise économique.C’est pourquoi la nouvelle politique de cohésion oblige les États membres et les régions à investir dans ce domaine en s’intéressant en particulier aux PME.Le dernier épisode du magazine «Real Economy» d’Euronews met à jour la signification du terme «compétitivité» dans son sens le plus pur, à la fois pour les entreprises et pour les pays. Il explique aussi pourquoi la compétitivité est essentielle si l’Europe veut conserver sa position de leader sur la scène internationale.

    L’épisode illustre les efforts de compétitivité mis en œuvre à Amsterdam et à Bruxelles en présentant la plus ancienne chocolaterie installée dans ces villes, la société Leonidas, et en étudiant sur quoi repose sa compétitivité.La présidente de Business Europe et directrice adjointe du groupe Marcegaglia, Emma Marcegaglia, est également interviewée. Elle donne son analyse des problèmes de compétitivité de l’Europe dans le contexte de l’économie mondiale.

    Regarder - Real Economy - La lutte de l’Europe dans un monde de plus en plus compétitif

  • Eurobaromètre: 77 % des citoyens reconnaissent l’impact positif de l’investissement régional de l’UE

    (06/12/2013)

    Tandis que les dernières enquêtes réalisées à l’échelle européenne révèlent une opinion publique de moins en moins favorable à l’Union européenne, l’impact perçu de l’investissement régional de l’UE est quant à lui de plus en plus positif.

    Ce soutien massif de la principale politique d’investissement de l’UE a été mis en évidence par l’enquête Eurobaromètre Flash 384, «Connaissances et perceptions de la politique régionale de l’Union européenne», publiée aujourd’hui.Parmi les personnes au courant des investissements réalisés dans leur zone, plus des trois quarts ont exprimé leur confiance envers les projets cofinancés, estimant qu’ils auraient un impact positif sur le développement économique et sociale de leur région ou de leur ville.

    La part de la population ayant entendu parler de cette politique est de 34 %, un chiffre équivalent au résultat d’une enquête similaire menée en 2010. Cette proportion est plus élevée en Pologne (80 %), ainsi qu’en Lituanie et en République tchèque (67 % dans les deux cas).

    La télévision demeure la principale source d’information sur les projets cofinancés au titre de la politique régionale de l’UE, mais dans certains pays comme l’Allemagne et la Finlande, les journaux locaux et régionaux jouent un rôle central.En Irlande et en Hongrie, ce sont les panneaux d’affichage qui ont été cités comme principale source d’information initiale.En revanche, Internet est la principale source d’information citée par les 15-24 ans.

    Le rapport souligne qu’il est nécessaire et utile que, parallèlement à la Commission européenne, les autorités en charge de la politique régionale de l’UE et les bénéficiaires fassent part de leurs réalisations aux citoyens et racontent leur expérience.

    • Eurobaromètre Flash 384:«Connaissance et perceptions de la politique régionale de l’Union européenne»:Résumé du rapport (22 pages)
    • Flash Eurobaromètre 384:Rapport complet (67 pages)

    L’enquête a été réalisée par le réseau TNS Political & Social dans les 28 États membres de l’Union européenne, entre le 23 et le 25 septembre 2013. Quelque 28 065 personnes issues de différents groupes sociaux et démographiques ont été interrogées par téléphone (fixe ou mobile) dans leur langue maternelle au nom de la Direction générale de la politique régionale et urbaine de la Commission européenne.

  • Partage d’expériences en matière de lutte anti-fraude et anti-corruption dans le cadre de l’utilisation des Fonds structurels et des Fonds d’investissement européens

    (05/12/2013)

    La conférence sur les mesures anti-fraude et anti-corruption liées à l’utilisation des Fonds structurels et des Fonds d’investissement européens, organisée par la DG REGIO en coopération avec d’autres services de la Commission, a eu lieu le 3 décembre à Bruxelles.Elle a rassemblé plus de 400 participants représentant des autorités de gestion, des autorités d’audit, des organismes spécialisés dans la lutte contre la corruption et des organisations de la société civile de tous les États membres de l’UE. 

    L’objectif de cette conférence était de présenter différents outils et instruments utiles pour sensibiliser et identifier les risques liés à la fraude et à la corruption.Les participants ont examiné des exemples de bonnes pratiques mises en œuvre pour réduire la fraude et la corruption liées à la gestion des fonds de l’UE.La conférence tombait à point nommé puisque les nouvelles règles régissant les cinq fonds structurels et fonds d’investissement imposent aux autorités de gestion d’appliquer des mesures anti-fraude plus efficaces et proportionnées, en identifiant les domaines à risque et en apportant des réponses appropriées. 

    Durant la conférence, Transparency International a publié son indice 2013 de perception de la corruption, qui mesure les niveaux de corruption dans le secteur public tels qu’ils sont perçus dans 117 pays.L’indice classe les pays sur une échelle de 0 (très corrompu) à 100 (très peu corrompu). 

    Par rapport à la moyenne mondiale, les États membres de l’UE se maintiennent à un bon niveau.Quelques-uns des meilleures élèves sont des pays européens, comme le Danemark, qui se classe en première position avec le score le plus élevé, suivi de la Finlande et de la Suède.Dans les pays situés dans le bas du classement, la Commission organisera des séminaires personnalisés.

    Plus d’informations

    Indice 2013 de perception de la corruption

    Conférence sur les mesures anti-fraude et anti-corruption liées à l’utilisation des Fonds structurels et des Fonds d’investissement européens

  • Consultation publique sur les futurs investissements de l’UE en Croatie

    (04/12/2013)

    Le mercredi 4 décembre, la Commission européenne participera au lancement d’une vaste consultation publique sur les futures priorités d’investissement en Croatie, dans le but d’optimiser l’utilisation des subventions communautaires durant la période 2014-2020.

    Cette consultation en ligne, qui restera ouverte au public pendant deux mois, est la plus vaste du genre qui ait jamais été organisée en Croatie.Normunds Poppens, directeur général adjoint pour la politique régionale et urbaine à la Commission européenne, se rendra à Zagreb afin de manifester son soutien à ce processus, qui sera intégré dans la stratégie d’investissement de l’UE à l’égard de ce nouvel État membre pour la période 2014-2020.La consultation contribuera non seulement à la définition de priorités d’investissement plus ciblées et plus stratégiques, qui répondent aux besoins du pays en matière de développement, mais aussi à l’adéquation de ces priorités avec les objectifs généraux de l’UE, à savoir une croissance intelligente, inclusive et durable pour tous.

    À ce sujet, Johannes Hahn, le Commissaire en charge de la politique régionale, a déclaré:«Cette consultation est cruciale pour établir un partenariat durable et une communication à double sens avec tous les partenaires intéressés.J’invite les citoyens croates à faire entendre leur voix et à nous aider à définir les futures priorités d’investissement dans leurs régions.L’expérience a démontré que la création de liens de partenariat permet d’améliorer de manière significative la qualité et la mise en œuvre des politiques publiques»

    La Commission européenne se félicite des efforts déployés par l’administration croate pour préparer la mise en œuvre de la politique européenne de cohésion pour la période 2014‑2020.L’UE injectera en Croatie les fonds dont elle a cruellement besoin et qui, s’ils sont mis en œuvre suivant une approche stratégique et conjointe, pourront aider le pays à relever les défis sociaux et économiques auxquels il est confronté.

    Les stratégies sont primordiales pour pouvoir utiliser les subventions européennes de manière ciblée, par exemple dans les domaines de l’innovation, du transport ou de l’environnement.Les stratégies en matière d’approvisionnement en eau et de déchets sont clairement des priorités pour parvenir à une gestion durable des ressources de la Croatie.La Commission européenne se réjouit des progrès accomplis en vue de l’installation de centres de gestion des déchets modernes, comme le centre Kaštijun actuellement en cours de construction dans le comitat d’Istrie.

    L’objectif du projet Kaštijun, dont le coût total s’élève à un peu plus de 35 millions d’euros et auquel l’UE contribue à hauteur de plus de 25 millions d’euros, est la mise en place d’un système de gestion des déchets intégré dans le comitat d’Istrie, ce qui permettra de réduire l’utilisation des décharges.Plus de 200 000 habitants de la région bénéficieront des retombées de ce projet, qui améliora durablement leur qualité de vie.

    La construction du centre de gestion des déchets Kaštijun, qui comprend une usine de traitement des eaux usées ainsi qu’un centre de recyclage, a déjà commencé et le centre devrait être opérationnel d’ici la fin de 2014.

    Consultation en ligne

  • Le Commissaire Hahn discute avec les citoyens à Eisenstadt

    (02/12/2013)

    Le Commissaire européen Johannes Hahn, en charge de la politique régionale, a participé le 29 novembre à un dialogue avec les citoyens organisé par la région autrichienne du Burgenland, le Parlement européen et la Commission européenne au centre de congrès culturel d’Eisenstadt.Dans la perspective des élections européenne du 25 May 2014, le dialogue a abordé différents thèmes, notamment les questions suivantes: Quelles sont les attentes des citoyens du Burgenland vis-à-vis de l’Union européenne? Comment l’UE peut-elle faire face aux difficultés générées par la crise financière et économique? Qu’est-ce que l’UE nous a apporté dans le Burgenland? Quel est l’avenir de l’Europe?

    Le Commissaire Hahn a insisté sur l’importance de la participation citoyenne dans les politiques européennes:«Il existe toutes sortes de moyens et d’initiatives pour ceux qui veulent participer à la construction de l’Europe. Il est important que vous les utilisiez.Je suis heureux d’avoir l’occasion de discuter avec vous ici, à Eisenstadt, car le Burgenland a mis en œuvre une politique régionale et de coopération exemplaire en Europe.»

    Ce débat fait partie d’une série de dialogues avec les citoyens, organisés par la Commission dans des villes de chaque pays de l’UE. Ces dialogues donnent aux citoyens ordinaires l’occasion de discuter directement avec des dirigeants politiques européens de leurs droits, de l’Europe dans laquelle ils voudraient vivre et de leurs attentes concernant l’Union européenne.Ils s’intègrent dans un projet:l'Année européenne des citoyens 2013, consacrée aux droits qui résultent de la citoyenneté de l’Union.

  • Stimuler la croissance régionale en Europe à travers l’innovation

    (02/12/2013)

    Tandis que les préparatifs pour la mise en œuvre de la nouvelle politique de cohésion vont bon train dans les États membres et les régions de l’UE, le magazine «Real Economy» d’Euronews met en lumière le rôle de l’innovation comme catalyseur de la croissance et de la compétitivité, et interroge le Commissaire Johannes Hahn sur les changements significatifs que les fonds structurels et d’investissement européens peuvent apporter.Sachant qu’un quart du budget actuel de la politique régionale européenne est déjà consacré aux projets d’innovation, le Commissaire souligne la nécessité de mettre en place des conditions favorables aux investissements régionaux, notamment une stratégie d’innovation et des objectifs stratégiques clairs et réalistes.

    Partant du principe que «l’innovation, c’est finalement une façon d’ouvrir de nouvelles perspectives», l’épisode intitulé «L'Europe s'active pour promouvoir la croissance régionale et l'innovation» jette un œil sur les réalisations et les difficultés de régions comme l’Andalousie en Espagne, et s’interroge sur les raisons du succès des projets ayant opté pour une stratégie transfrontalière.Voir - Real Economy: L'Europe s'active pour promouvoir la croissance régionale et l'innovation.

  • Le Commissaire Hahn à la conférence 2013 d’Eurocities: «une nouvelle stratégie urbaine pour l’Europe»

    (29/11/2013)

    S’adressant aux participants à la conférence 2013 d’Eurocities, «Citoyens intelligents», qui s’est déroulée à Gand, Belgique, le commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, a déclaré: «Grâce à l’adoption du cadre pluri-financier et de la nouvelle politique de cohésion sociale, le budget et la réforme des Fonds structurels sont assurés.Nous avons le feu vert pour nous mettre au travail.L’un des éléments de cette réforme est le renforcement de la dimension urbaine.

    Cela signifie que nous devons investir dans des priorités telles que la durabilité de la mobilité urbaine, la revitalisation des villes et le renforcement des capacités de recherche et d’innovation dans les zones urbaines.D’après mes estimations, 40 % des fonds structurels de la période de programmation actuelle sont investis dans des villes, et ce pourcentage devrait atteindre 50 % au cours de la prochaine période. Les objectifs européens ne pourront être atteints qu’avec la coopération des villes:par exemple, l’efficacité énergétique, l’innovation et la lutte contre la pauvreté.Tout ce qui est important pour l’Europe est concentré dans les villes.Les villes sont des acteurs à part entière, et pas seulement la scène sur laquelle se joue la vie moderne.Elles doivent faire entendre leur voix.En février, nous entamerons des discussions en vue d’une nouvelle stratégie urbaine pour l’Europe».

    Texte intégral du discours

  • Rapport financier de l’UE 2012: les fonds de la politique de cohésion de plus en plus considérés comme un outil d’investissement au sein de l’UE

    (27/11/2013)

    Le Rapport financier 2012, publié aujourd’hui par la Commission européenne, révèle que 94 % du budget de l’UE pour 2012, d’un montant total de 135,6 milliards d’euros, ont été attribués à différents bénéficiaires dans toute l’Europe tels que chercheurs, étudiants, petites et moyennes entreprises, villes et régions et ONG.En 2012, le budget européen a augmenté les financements prévus dans les secteurs favorables à la croissance et à l’emploi et investissant dans la recherche et l’innovation.C’est ainsi que les investissements issus du Fonds européen de développement régional ont obtenu d’excellents résultats et ont contribué, malgré la crise économique de ces dernières années, à la mise en œuvre des objectifs de la stratégie «Europe 2020» jusqu’à fin 2012. En effet:

    Croissance intelligente:

    • création de près de 400 000 emplois(dont 200 000 depuis 2010), incluant plus de 15 600 postes dans la recherche et près de 170 000 emplois dans des PME;
    • soutien à plus de 142 000 PME;
    • aide à la création de plus de 53 000 entreprises (28 000 depuis 2010);
    • raccordement de près de 1,9 million de personnes aux services de connexion à haut débit;
    • soutien à plus de 53 000 projets de RDT et près de 16 000 projets de coopération entre des entreprises et des organismes de recherche.

    Croissance durable:

    • mise en œuvre de plus de 23 000 projets en matière d’énergie renouvelable;
    • réduction des émissions de gaz à effet de serre de 33 400 kt;
    • augmentation de la capacité de production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelables: 3 000 mégawatts supplémentaires depuis 2007;
    • amélioration des transports urbains pour près de 3,4 millions de personnes.

    Croissance inclusive:

    • soutien à plus de 19 000 projets d’infrastructures éducatives, au profit de 3,4 millions d’étudiants.

    Pour en savoir plus

  • Recherche de 16 partenaires pour travailler sur la gouvernance à plusieurs niveau à l’appui d’Europe 2020

    (22/11/2013)

    Un appel à propositions a été lancé pour sélectionner 16 régions ou villes intéressées par un partenariat autour de 8 études de cas régionales sur l’amélioration de la gouvernance à plusieurs niveaux:l’échéance est fixée au 22 janvier 2014. L’étude, financée par la DG REGIO et menée par un consortium sous la direction de Spatial Foresight, entend tirer des leçons des expériences politiques et stimuler l’apprentissage et les échanges interrégionaux.L’étude porte sur deux domaines politiques liés à la stratégie Europe 2020: les mesures d’efficacité énergétique, en particulier celles axées sur le parc immobilier existant, et l’inclusion sociale en milieu urbain.Ce partenariat d’une durée de 12 mois sera encadré par le consortium, qui fournira une assistance technique, des moyens d’études, des analyses de cas et des services de réseautage.

    Informations complémentaires sur l’appel à propositions et le processus de candidature: http://www.spatialforesight.eu/2020.html

    Termes de référence: http://ec.europa.eu/regional_policy/tender/pdf/2013019/specifications.pdf

  • ADOPTION DE LA POLITIQUE DE COHÉSION: la Commission se félicite du soutien du Parlement européen vis-à-vis de réformes fondamentales

    (20/11/2013)

    Les Commissaires européens Johannes Hahn et László Andor, en charge de la politique régionale pour le premier et de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion pour le second, se sont chaudement félicités du vote du Parlement européen, qui a ratifié aujourd’hui la réforme de la politique de cohésion.

    Le Parlement a approuvé la nouvelle réglementation, qui recentre les investissements dans l’économie réelle sur des domaines clés générateurs de croissance et d’emploi.Les réformes définissent aussi de nouvelles conditions de financement et insistent sur la nécessité de mesurer les résultats.De plus, elles mettent en place pour la période 2014-2020 des règles communes pour les cinq fonds structurels et d’investissement (le Fonds européen de développement régional, le Fonds social européen, le Fonds de cohésion, le Fonds européen agricole pour le développement rural et le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche) et simplifient les formalités de recours à ces fonds.La nouvelle réglementation doit être adoptée officiellement sous peu par le Conseil des Ministres de l’UE.

    À l’issue du vote, le Commissaire Johannes Hahn a déclaré:

    «Après de longues négociations, le Parlement a consenti à des réformes qui font de la politique de cohésion le principal outil d’investissement de l’UE pour mettre en œuvre les objectifs d’Europe 2020:promouvoir l’économie réelle, créer de la croissance et de l’emploi, lutter contre le changement climatique et éviter la dépendance énergétique.

    Il s’agit de réformes fondamentales.Elles visent à maximiser l’impact de chaque euro investi au bénéfice des citoyens.La solution consiste à concentrer les investissements sur quelques priorités clés pour la croissance.Par exemple, nous nous sommes fixé comme objectif de doubler le soutien apporté aux petites et moyennes entreprises, force vive de l’économie européenne, par le biais du Fonds européen de développement régional: de 70 milliards d’euros pour la période en cours, cette aide devrait atteindre 140 milliards d’euros en 2014-2020.Les domaines prioritaires sont ceux susceptibles de créer des emplois viables et durables.

    Concernant l’économie réelle, l’innovation, la recherche et le soutien aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, la politique de cohésion de l’UE est au cœur du nouveau budget de l’UE approuvé hier par les eurodéputés.Ce vote libère la voie pour les États membres, qui peuvent accélérer la planification des programmes. C’est ainsi que les citoyens ordinaires pourront bientôt ressentir les bénéfices de ces investissements

    Le Commissaire László Andor s’est exprimé en ses termes:

    «Le Fonds social européen, associé à l’Initiative pour l’emploi des jeunes, sera un instrument clé du soutien aux investissements des États membres en faveur de l’emploi, du capital humain et de l’efficacité administrative.Plus de 74 milliards d’euros seront investis pour aider des millions de personnes à trouver du travail et à améliorer leurs compétences.Ce financement appuiera les efforts des États membres qui cherchent à améliorer leurs politiques de stimulation du marché du travail, par exemple en renforçant l’efficacité des services d’emploi publics, et à réduire la pauvreté en aidant les personnes les plus vulnérables à renforcer leurs compétences, à trouver un emploi et à s’intégrer dans la société dans les mêmes conditions que les autres.J’ai hâte d’étudier avec chaque État membre dans les mois qui viennent comment optimiser l’allocation des fonds du FSE pour mettre en œuvre ses objectifs sociaux et d’emploi

    Un tiers du budget de l’UE pour 2014-2020 (voir IP/13/1096) sera consacré à stimuler l’économie européenne et à créer des emplois au travers de la nouvelle politique de cohésion de l’UE.Les 325 milliards d’euros alloués aux États membres de l’UE, à leurs régions et à leurs villes financeront des priorités clés telles que la lutte contre le chômage des jeunes, le soutien aux PME, l’innovation et l’économie sobre en carbone.

    Par le biais du Fonds social européen (FSE), qui offre plus de 70 milliards d’euros, la politique de cohésion contribuera de façon sensible à la mise en œuvre des priorités de l’UE dans les domaines de l’emploi (au travers de l’éducation et de la formation tout au long de la vie, par exemple), de l’éducation et de l’inclusion sociale.La nouvelle initiative pour l’emploi des jeunes (dotée de 3 milliards d’euros, auxquels s’ajoutent au moins 3 milliards d’euros du FSE) soutiendra financièrement la mise en œuvre de la «garantie pour la jeunesse».

    La réglementation sur l’utilisation des fonds de la politique de cohésion dans le cadre budgétaire 2014-2020 de l’UE a été simplifiée pour faciliter et améliorer la coordination.La relation entre les fonds de l’UE et la gouvernance économique a aussi été définie beaucoup plus clairement, notamment dans les recommandations spécifiques à chaque pays.

    Informations complémentaires:

    La réforme de la politique de cohésion en 10 points

    Infographie sur la nouvelle politique de cohésion

    Politique de cohésion 2014-2020: répartition des allocations totales

    Communiqué de presse du Parlement européen sur l’adoption de la nouvelle politique de cohésion et du cadre stratégique

    Principaux changements apportés par les réformes du FSE

  • Réorientation de la politique de cohésion de l’Union européenne en vue de maximiser son impact sur la croissance et l’emploi: la réforme en 10 points

    (19/11/2013)

    Dans le cadre de son budget 2014-2020, l'Union européenne investira 325 milliards EUR au titre de la politique de cohésion dans les États membres, leurs régions et leurs villes afin d'atteindre ses objectifs en matière de croissance et d’emploi et de lutter contre le changement climatique, la dépendance énergétique et l’exclusion sociale. Si l'on tient compte de la contribution nationale des États membres et de l’effet de levier des instruments financiers, l’incidence globale dépassera vraisemblablement les 500 milliards EUR. La réforme de la politique de cohésion garantira une incidence maximale pour ces investissements, qui seront adaptés aux besoins individuels des régions et des villes. Les principaux éléments de la réforme sont les suivants:

    1. Investir dans l'ensemble des régions de l’Union et adapter le niveau de soutien et la participation nationale (taux de cofinancement) à leur niveau de développement:

    Régions en retard de développement (PIB < 75 % de la moyenne de l’UE-27)

    Régions en transition (PIB de 75 % à 90 % de la moyenne de l’UE-27)

    Régions plus développées (PIB > 90% de la moyenne de l’UE-27)

    2. Orienter les ressources vers les principaux secteurs de croissance: les investissements au titre du Fonds européen de développement régional (FEDER) seront concentrés sur quatre priorités principales: l'innovation et la recherche, la stratégie numérique, le soutien aux petites et moyennes entreprises (PME) et l'économie à faibles émissions de CO2, en fonction de la catégorie de la région (régions en retard de développement: 50%; régions en transition: 60%; régions plus développées: 80%). Environ 100 milliards EUR seront affectés à ces secteurs, dont au moins 23 milliards EUR soutiendront le passage à une économie à faibles émissions de CO2 (efficacité énergétique et énergies renouvelables). Dans ce domaine, l'affectation des ressources du FEDER est soumise à des obligations différenciées (régions en retard de développement: 12 %; régions en transition: 15 %; régions plus développées: 20 %).

    Environ 66 milliards EUR seront consacrés au financement par le Fonds de cohésion des réseaux transeuropéens de transport prioritaires et des principaux projets d’infrastructure environnementale.

    Par l’intermédiaire du Fonds social européen (FSE), la politique de cohésion fournira une contribution importante aux priorités de l’Union dans le domaine de l’emploi, par exemple par la formation et l’apprentissage tout au long de la vie, l’éducation et l’inclusion sociale (un minimum de 20 % des crédits du FSE dans chaque État membre devront servir à soutenir cet objectif). La dotation du FSE sera établie en fonction des besoins de chaque État membre, avec un minimum prédéfini, ce qui donne un total de 70 milliards EUR au moins. La nouvelle initiative pour l’emploi des jeunes liée au FSE, qui représente au moins 6 milliards EUR, sera consacrée à la mise en œuvre de la «garantie pour la jeunesse».

    3. Fixer des objectifs clairs, transparents et mesurables en matière de responsabilité et de résultats: les pays et régions devront indiquer dès le départ quels objectifs ils visent au moyen des ressources disponibles et déterminer précisément de quelle manière ils mesureront les progrès accomplis dans la réalisation de ces objectifs. Cela permettra un suivi régulier et un débat sur la façon dont les ressources financières sont utilisées. De cette manière, des fonds supplémentaires pourront être consacrés à des programmes plus performants (par une «réserve de performance») vers la fin de la période.

    4. Instaurer des conditions à remplir avant que les fonds puissent être affectés afin de garantir des investissements plus efficaces. Par exemple, les stratégies «de spécialisation intelligente» permettant d'identifier des potentialités et atouts particuliers, les réformes favorables aux entreprises, les stratégies de transport, les mesures visant à améliorer les systèmes de marchés publics, le respect des législations environnementales, les stratégies de lutte contre le chômage des jeunes et le décrochage scolaire ou destinées à promouvoir l'égalité des sexes et la non-discrimination sont toutes des conditions préalables nécessaires.

    5. Établir une stratégie commune pour une meilleure coordination et une réduction des chevauchements: un cadre stratégique commun constitue la base d’une meilleure coordination entre les Fonds structurels et d’investissement européens (FEDER, Fonds de cohésion et FSE, les trois Fonds au titre de la politique de cohésion, ainsi que le Fonds de développement rural et le Fonds européen de la pêche). Il permet également d'établir de meilleurs liens avec d'autres instruments de l’UE, par exemple Horizon 2020, le mécanisme pour l’interconnexion en Europe ou le programme en faveur de l’emploi et de l’innovation sociale.

    6. Réduire la bureaucratie et simplifier l’utilisation des investissements de l’UE au moyen d’un ensemble de règles communes pour tous les Fonds structurels et d'investissement européens, simplifier les règles comptables, établir des exigences plus ciblées en matière d'information et utiliser davantage la technologie numérique («cohésion électronique»).

    7. Renforcer la dimension urbaine de la politique, en affectant un minimum de ressources au titre du FEDER à des projets intégrés dans les villes — en plus des autres dépenses dans les zones urbaines.

    8. Renforcer la coopération transfrontalière et faciliter la mise en place d’un plus grand nombre de projets transfrontaliers. Veiller également à ce que les stratégies macrorégionales, comme celle du Danube et de la mer Baltique, soient soutenues par des programmes nationaux et régionaux.

    9. Faire en sorte que la politique de cohésion soit mieux liée à une plus large gouvernance économique de l’Union: les programmes devront être compatibles avec les programmes nationaux de réforme et devraient s'attaquer aux réformes pertinentes recensées à travers les recommandations par pays formulées dans le cadre du Semestre européen. Le cas échéant, la Commission peut demander aux États membres – en vertu de la «clause de conditionnalité macroéconomique» - de modifier les programmes pour soutenir les principales réformes structurelles. En dernier ressort, elle peut suspendre les crédits si des violations graves et répétées surviennent à l'encontre des recommandations économiques.

    10. Encourager l’utilisation accrue des instruments financiers afin de fournir aux PME un soutien renforcé et un meilleur accès au crédit: prêts, garanties et fonds propres/capital-risque seront soutenus par l’UE en application de règles communes, par un élargissement de la portée de leur utilisation et au moyen de mesures incitatives (par exemple, des taux de cofinancement plus élevés). L’accent mis sur les prêts plutôt que sur les subventions permettra d'améliorer la qualité des projets et de décourager la dépendance à l'égard des subventions.

  • Mille milliards d’euros à investir dans l’avenir de l’Europe: le cadre budgétaire de l’UE pour 2014-2020

    (19/11/2013)

    Aujourd’hui, le Parlement européen a voté le cadre financier pluriannuel (CFP) de l’UE pour les années 2014 à 2020. L'aval du Parlement ouvre la voie à l'approbation définitive du Conseil dans les semaines à venir. C'est ainsi que s'achèvent deux années et demie d’intenses négociations, entamées le 29 juin 2011 à l'occasion de la présentation des propositions de la Commission.

    Le cadre financier pluriannuel de l’UE pour 2014-2020 permet à l’Union européenne d’investir jusqu’à 960 milliards d’euros en engagements (soit 1,00 % du RNB de l’UE) et 908,4 milliards en paiements (0,95 % du RNB de l’UE). Les instruments destinés à faire face à des événements imprévus (comme la réserve d’aide d’urgence, le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation, le Fonds de solidarité ou l’instrument de flexibilité) et le Fonds européen de développement ne sont pas soumis aux plafonds du CFP. S'ils sont mis en œuvre intégralement, ces instruments représentent 36,8 milliards d’euros supplémentaires (soit 0,04 % du RNB de l’UE). Les priorités en matière de dépenses définies par le cadre budgétaire de l’UE pour 2014-2020 sont axées sur la croissance durable, l’emploi et la compétitivité, conformément à la stratégie de croissance «Europe 2020» de l’UE. Par exemple, par rapport au cadre financier actuel, les ressources de la rubrique 1a (Compétitivité pour la croissance et l’emploi) passent de 91,5 milliards d’euros (soit 9,2 % du budget) à 125,6 milliards (13,1 % du budget).

    Dans l’ensemble, la politique de cohésion réformée permettra d'investir jusqu’à 366,8 milliards d’euros1 dans les régions et villes d’Europe, ainsi que dans l’économie réelle. Elle constituera le principal outil d'investissement de l'UE pour atteindre les objectifs d'Europe 2020: créer de la croissance et des emplois, s'attaquer au changement climatique et à la dépendance énergétique et réduire la pauvreté et l'exclusion sociale. Pour ce faire, le Fonds européen de développement régional sera concentré sur des priorités essentielles, comme le soutien aux petites et moyennes entreprises, l’objectif étant de doubler les crédits en les faisant passer de 70 à 140 milliards d’euros sur les 7 années de la période. À cela s'ajoutent une plus forte orientation sur les résultats et une nouvelle réserve de performance, pour l'ensemble des fonds structurels et d'investissement européens, qui encourage les projets de qualité. Enfin, l’efficacité de la politique de cohésion, du développement rural et du fonds pour la pêche sera également liée à la gouvernance économique afin d’inciter les États membres à suivre les recommandations formulées par l’UE dans le cadre du semestre européen.

    1. Aux prix courants. Montant équivalent aux prix de 2011: 325 milliards d’euros.

    Infographie : A reformed Cohesion Policy for Europe : the main investment policy for growth and jobs

    Réorientation de la politique de cohésion de l’Union européenne en vue de maximiser son impact sur la croissance et l’emploi: la réforme en 10 points

    Communiqué de presse : le cadre budgétaire de l’UE pour 2014-2020

  • Résultats de la conférence de haut niveau sur la spécialisation intelligente

    (15/11/2013)

    Le 8 novembre, la direction générale de la politique régionale de la Commission européenne et le gouvernement de Flandre ont organisé conjointement une conférence de haut niveau sur la spécialisation intelligente à Bruxelles. Les quelque 500 participants se sont penchés sur les moyens que les régions pourraient mettre en œuvre pour identifier, développer et exploiter leurs atouts régionaux de manière à accroître leur avantage concurrentiel. Les stratégies dites «de spécialisation intelligente» ont pour but d’aider les différentes régions d’Europe à exploiter pleinement leur potentiel d’innovation en concentrant leurs ressources sur un nombre limité de priorités de croissance.

    Dans son allocution inaugurale, Herman Van Rompuy, Président du Conseil européen, a souligné que l’Europe devait faire une avancée décisive dans le domaine de l’innovation, et a félicité la DG REGIO pour son initiative de spécialisation intelligente. Il a également annoncé que la réunion du Conseil européen qui doit avoir lieu en février prochain serait en grande partie consacrée à la compétitivité industrielle. M. Van Rompuy a par ailleurs invité tous les acteurs concernés, tels que chercheurs, responsables politiques ou entreprises, à contribuer à l’élaboration de stratégies régionales de spécialisation intelligente.

    D’autres orateurs de haut niveau était présents à la conférence, notamment le Commissaire Hahn, la Commissaire Geoghegan-Quinn, Kris Peeters, ministre-président de la Région flamande, et Danuta Hübner, eurodéputée, présidente de la commission du développement régional du Parlement européen. Tous ont insisté sur la nécessité d’exploiter la valeur ajoutée que représente la spécialisation intelligente, qui ne doit pas rester lettre morte mais au contraire devenir un processus de changement à part entière.

    La conférence a aussi été l’occasion de présenter une toute nouvelle série de vidéos promotionnelles très innovantes de la DG REGIO, qui illustrent des découvertes d’entreprises et des exemples de spécialisation intelligente dans certaines régions, parmi lesquelles un film d’animation intitulé «The Kingdom of Smart».

    Un rapport final contenant les conclusions de la conférence sera publié prochainement. Le programme, les discours et la retransmission de la conférence sont disponibles en ligne.

  • Forum annuel de la Baltique: accélérer le rythme dans la première macrorégion d’Europe

    (11/11/2013)

    Quatre ans après le lancement de la stratégie de l’Union pour la région de la mer Baltique, qui a institué la première macrorégion de l’Union, les représentants des huit pays de l’Union concernés se réunissent aujourd’hui à Vilnius aux côtés du commissaire chargé de la politique régionale, Johannes Hahn, pour le Forum annuel de la stratégie de l’Union pour la région de la mer Baltique. Des représentants de la Russie et de la Norvège se joindront également à eux.

    Les acteurs clés examineront les moyens de faire progresser la stratégie en s’appuyant sur ce qui a déjà été fait. L’accent sera mis en particulier sur la manière dont les défis environnementaux dans la région peuvent procurer des avantages sur le plan de la croissance et de l’emploi.

    En prélude à cet événement, le commissaire Hahn a déclaré ce qui suit: «La stratégie pour la mer Baltique, qui a créé la première macrorégion d’Europe, a inauguré une nouvelle approche de la coopération, que d’autres observent de près, en Europe comme ailleurs dans le monde. Nous enregistrons déjà de très bons résultats grâce à la coopération des pays et régions concernés, qui cherchent à recenser les intérêts, problèmes et solutions communs qu’une approche purement nationale ou locale ne permet pas de prendre en compte aussi efficacement.»

    Et M. Hahn d’ajouter: «Mais nous devons accélérer le rythme de notre coopération. Il est temps que les membres de la stratégie agissent comme des capitaines et non comme de simples passagers, et que les pays et régions riverains de la mer Baltique intensifient et mobilisent les fonds européens disponibles ainsi que les ressources nationales, régionales et privées pour influencer l’orientation de la macrorégion. »

    Communiqué de presse

    Discours

    Pour en savoir plus

  • Mobiliser le potentiel d’innovation en faveur de la croissance: le Commissaire Hahn invite les régions de l’Union à agir

    (08/11/2013)

    La compétitivité des régions de l’UE peut être renforcée par des investissements de l’Union et une planification ciblée, a souligné aujourd’hui M. Johannes Hahn, membre de la Commission européenne responsable de la politique régionale. S’exprimant aujourd’hui à Bruxelles lors de la conférence consacrée au rôle des «régions en tant que moteurs d’une nouvelle croissance, grâce à une spécialisation intelligente», M. Hahn invite les régions à déterminer leurs principaux atouts et à concentrer sur eux leurs ressources, afin de renforcer leur avantage concurrentiel. Cette conférence de haut niveau, organisée par la direction générale de la politique régionale et urbaine de la Commission européenne ainsi que par la Région flamande, fait le point sur la manière dont ces stratégies de «spécialisation intelligente» progressent dans les pays et régions d’Europe. Elles sont un élément central de la nouvelle politique de cohésion de l’Union ainsi qu’une condition préalable à l’utilisation des investissements relevant du Fonds européen de développement régional.

    La conférence intervient à un moment crucial, puisque les propositions relatives à la nouvelle politique de cohésion pour 2014-2020 sont en phase finale d'élaboration. Le point clé de la nouvelle réforme est l’introduction de conditions qui doivent être remplies avant que les fonds puissent être dépensés. L’une d’entre elles est l’élaboration d’une «stratégie de spécialisation intelligente», claire et bien conçue, dans les domaines de la recherche et de l’innovation. Il convient que cette stratégie guide l'utilisation des fonds investis au cours des sept prochaines années et assure que des objectifs précis sont poursuivis sur le terrain.

    Le président du Conseil européen, M. Herman Van Rompuy, prononcera le discours d'ouverture de cette conférence. Outre M. Hahn, Mme Danuta Hübner, présidente de la commission du développement régional du Parlement européen, et M. Kris Peeters, ministre-président de la Région flamande, prendront également la parole. Destinée essentiellement aux responsables politiques, aux chercheurs et aux acteurs du secteur industriel dans les domaines de la recherche, de l’innovation et du développement régional, cette conférence vise à explorer la coopération transfrontalière et les synergies mises en place entre les stratégies existantes.

    Videos on Smart Specialisation

    The Kingdom of Smart
    The Kingdom of Smart
    Technological advancement in Flanders' health care system through Smart Specialisation
    Technological advancement in Flanders' health care system through Smart Specialisation
    Smart Specialisation for the shoe business in the Marche Region
    Smart Specialisation for the shoe business in the Marche Region
    Smart Specialisation in Poland takes off for the future through the Flaris project
    Smart Specialisation in Poland takes off for the future through the Flaris project
    Smart Specialisation: PLOCAN Oceanic Research Centre on the Canary Islands
    Smart Specialisation: PLOCAN Oceanic Research Centre on the Canary Islands

    Communiqué de presse

    En savoir plus

  • Une nouvelle politique de cohésion pour favoriser la croissance et l’emploi en Europe: Johannes Hahn, Commissaire en charge de la politique régionale, se réjouit du vote du Parlement européen

    (07/11/2013)

    Prenant la parole aujourd’hui à l’issue du vote de la commission des affaires régionales du Parlement européen sur la réforme de la politique de cohésion et la mise en place d’une réglementation commune pour les fonds structurels et les fonds d’investissement européens, le Commissaire Hahn s’est exprimé en ces termes:

    «Aujourd’hui, nous avons fait un pas important qui contribue à donner à l’UE les moyens de soutenir l’économie réelle en Europe: création d’emploi grâce au soutien aux PME, coup de fouet à l’innovation et promotion d’une économie sobre en carbone.L’accord qui vient d’être confirmé par la Commission REGI, l’organe en charge de ces questions au Parlement européen, fait de la politique de cohésion de l’UE un instrument vital au service de la stratégie européenne en faveur de la croissance.»

    Puis d’ajouter:«C’est maintenant au tour du Parlement européen de confirmer le vote d’aujourd’hui de la commission.Je suis convaincu qu’il va le faire.L’accord d’aujourd’hui fait aussi dépendre tous les fonds de l’UE d’un cadre commun simplifié, ce qui les rend plus faciles à utiliser et en fait un outil plus stratégique pour ancrer l’Europe sur le chemin de la reprise.Les investisseurs attendent, les régions attendent.Il est vital que ces programmes démarrent en temps utile.C’est aussi une condition préalable à l’approbation du prochain budget septennal de l’UE.J’exhorte le Parlement européen et le Conseil à assumer au plus vite leurs responsabilités.»

    Texte intégral du discours

    Recentrer la politique de cohésion pour maximiser son impact sur la croissance et l’emploi: la réforme en 10 points

  • Une économie plus intelligente, plus verte, plus inclusive? Des indicateurs pour soutenir la stratégie Europe 2020

    (04/11/2013)

    La publication «Une économie plus intelligente, plus verte, plus inclusive? — Des indicateurs pour soutenir la stratégie Europe 2020» est la première d’un nouveau type de publications phares d’Eurostat fournissant des analyses statistiques relatives à des cadres politiques importants de la Commission européenne ou à des grands phénomènes économiques, sociaux ou environnementaux. Elle apporte un soutien statistique à la stratégie Europe 2020 et renforce le suivi de ses cinq grands objectifs. L’analyse présentée dans cette publication est fondée sur des indicateurs clés d’Europe 2020 choisis pour suivre les objectifs de la stratégie. D’autres indicateurs portant sur des sous groupes de la société ou des problèmes associés montrant les tendances sous-jacentes contribuent à approfondir l’analyse et à donner une image plus large. La publication présente les statistiques officielles produites par le système statistique européen et diffusées par Eurostat. Elles couvrent la période de 2000 ou 2005 jusqu’à l’année la plus récente pour laquelle des données sont disponibles (2011 ou 2012).

    Une économie plus intelligente, plus verte, plus inclusive? Des indicateurs pour soutenir la stratégie Europe 2020

  • Vidéo – Comment insuffler un nouvel élan aux régions d’Europe?

    (31/10/2013)

    Europarl TV a émis un bref documentaire qui s’interroge sur les retombées des financements du FEDER dans les États membres qui ont rejoint l’Union européenne en 2004. Ce documentaire pose la question suivante:la politique régionale de l’UE a-t-elle réellement bénéficié à ces pays?Il s’intéresse à la Pologne, en particulier à la région de Poméranie occidentale dans le nord-ouest du pays qui a reçu 3 milliards d’euros d’investissements du FEDER pour la période 2007-2013.La région à mis à profit ces investissements pour améliorer ses infrastructures de base (routes, transports publics, chemin de fer), accroître les taux d’emploi et attirer les investisseurs, mais aussi promouvoir le tourisme local et les activités culturelles.Dans l’ensemble, le bilan est très positif. La Pologne a manifestement tiré d’énormes bénéfices de la politique régionale de l’UE puisqu’elle a pu rattraper son retard par rapport au reste de l’Europe.

    Vidéo Europarl TV Comment insuffler un nouvel élan aux régions d’Europe?

  • Des prêts qui répondent aux besoins

    (29/10/2013)

    Tandis que les effets de la crise financière et économique persistent, les ménages et les entreprises de l’UE, notamment dans les pays du sud, se retrouvent au cœur des problèmes de liquidités.Cet épisode de la série «Real Economy», intituléDécryptage : la fragmentation financière en Europe étudie le sentiment de fragmentation financière éprouvé sur le terrain en dépit des nombreuses mesures européennes et gouvernementales prises pour réduire les formalités administratives et baisser le coût du crédit pour les banques au bénéfice final du consommateur.Ce documentaire évoque l’importance de la circulation du crédit pour faciliter la croissance et présente d’autres méthodes possibles dont disposent les institutions européennes pour relancer les prêts. Il examine par ailleurs les différents taux d’intérêts pratiqués par les banques selon les pays et analyse notamment les écarts de taux entre les PME et les grandes entreprises en Espagne et en Italie, où ils sont particulièrement prononcés.

    Cet épisode énumère les actions et les outils dont disposent les institutions européennes pour aider les entreprises à accéder au crédit. Il cite, par exemple, l’instrument financier JEREMIE, financé par le FEDER, et des mesures pour inciter les banques à concéder des prêts aux PME et autres entités.

    Visionner - Real Economy: «Décryptage : la fragmentation financière en Europe»

  • Bucarest: utilisation efficace des ressources et volonté politique au centre des discussions entre le commissaire chargé de la politique régionale, M. Hahn et les États riverains du Danube

    (25/10/2013)

    Cette année, les 14 pays de la macrorégion européenne du Danube se réuniront à Bucarest le lundi 28 octobre à l'occasion du forum pour le Danube. Présidé par le commissaire européen chargé de la politique régionale, M. Johannes Hahn, et par le premier ministre roumain M. Victor Ponta, le Forum portera sur les moyens de renforcer l’impact de la stratégie de l’Union européenne pour la région du Danube, afin de relever certains des défis les plus urgents pour la région, tels que la sécurité énergétique, la pollution, la criminalité, les chaînons encore manquants dans les réseaux de transport, le manque de compétitivité et la fuite des cerveaux.

    Les ministres des affaires étrangères et du développement régional rejoindront le commissaire Hahn pour faire le point sur les réalisations et les défis actuels, pour évaluer les progrès accomplis à ce jour et réfléchir à la future mise en œuvre de la stratégie pour la région du Danube.

    La rencontre fait suite à la récente approbation par les États membres de l’Union du rapport d’évaluation de la Commission européenne sur la valeur ajoutée des stratégies macrorégionales. Ce rapport a jugé positive l'approche macrorégionale, mettant en exergue ses centaines de nouveaux projets, les initiatives conjointes et l'importance des réseaux qui rapprochent les pays, qu'ils soient ou non membres de l'UE, en vue de résoudre les problèmes communs. Le rapport rappelle toutefois également aux gouvernements que leur engagement et leurs initiatives politiques doivent être plus forts et qu'il importe de faire de la stratégie une priorité dans tous les domaines d'action concernés.

    Pour plus d'informations:

     

  • Deuxième édition du concours européen de l’innovation sociale

    (24/10/2013)

    Vous avez des idées pour lutter contre le chômage, vous pensez pouvoir améliorer les conditions de travail de ceux qui doivent se contenter d'un emploi mal rémunéré en raison de leur sexe, de leur âge, de leur statut social ou d'un handicap? Vous savez comment ouvrir des perspectives aux 27 millions d'Européens actuellement au chômage? Si la réponse est «oui», ce concours est fait pour vous!

    Lancé à la mémoire de Diogo Vasconcelos, le concours européen de l'innovation sociale invite les citoyens européens à proposer de nouvelles idées pour réduire le chômage et ses effets néfastes sur la société et l'économie. Il repose sur le principe que l'innovation sociale est non seulement souhaitable, mais nécessaire.

    Peu importe que vous n'ayez pas encore trouvé l'investisseur idéal pour votre projet. Nous, nous pouvons vous aider à le réaliser dans le cadre de notre académie sociale de l'innovation. Les trois projets gagnants recevront chacun une enveloppe de 30 000 euros.

    Mais il ne s'agit pas seulement d'argent. Ainsi, les lauréats de la première édition n'ont de cesse de dire que, grâce au concours, ils ont pu donner corps à leur idée, qu'il leur a permis de légitimer leur travail et, cerise sur le gâteau, de faire connaître leur projet à un public plus large.

    Deuxième édition du concours européen de l’innovation sociale

  • Donnez votre avis sur la stratégie Europe 2020!

    (24/10/2013)

    Aidez le Comité des régions à réaliser l'évaluation à mi-parcours de la stratégie Europe 2020 du point de vue des villes et des régions de l'UE.Il suffit de vous rendre sur le site Web du CdR et de choisir votre langue. Le questionnaire du CdR est disponible dans les 23 langues de l'UE.

  • Les stratégies macrorégionales de l’UE «se consolident progressivement», déclare le Commissaire Hahn, en charge de la politique régionale, suite à l’approbation de l’étude de la Commission européenne par les États membres

    (22/10/2013)

    Une évaluation de la Commission européenne, qui analyse comment les pays affrontent, au travers des stratégies macrorégionales de l’UE, divers problèmes courants tels que la pollution, la criminalité, l’insuffisance des liaisons de transport ou le manque de compétitivité, a été approuvée aujourd’hui par les représentants des gouvernements nationaux réunis au sein du Conseil des affaires générales au Luxembourg.

    L’étude a été sollicitée par les États membres, qui ont renouvelé aujourd’hui leur appui à l’approche macrorégionale et aux stratégies existantes pour le Danube et la mer Baltique.Ces deux stratégies rassemblent 15 États membres et plusieurs pays voisins n’appartenant pas à l’UE.

    Les gouvernements nationaux de l’UE ont déjà demandé à Johannes Hahn, Commissaire en charge de la politique régionale, de présenter d’ici l’année prochaine des propositions pour une troisième stratégie macrorégionale qui concernerait la zone adriatique et ionienne.

    Le Commissaire Hahn a affirmé: «Le débat et les conclusions d’aujourd’hui ne sont pas uniquement des marques de reconnaissance de la part des États membres.J’ai constaté un véritable engagement que je trouve extrêmement encourageant.Notre étude, approuvée aujourd’hui, montre que notre approche macrorégionale se consolide progressivement.Les stratégies pour la mer Baltique et le Danube, bien que relativement récentes, délivrent déjà des résultats concrets.Les États membres, les régions et les villes se rendent progressivement compte que l’intérêt d’une coopération aussi étroite pour résoudre les problèmes courants ne tient pas seulement à la grande efficacité de l’approche sur le plan des résultats mais aussi, en ces temps de ressources limitées, à son excellente rentabilité.»

    Le texte intégral de la déclaration est disponible sous le lien suivant: MEMO/13/917

  • Développer pleinement le potentiel des régions ultrapériphériques: le Commissaire Hahn participe aux discussions sur les prochaines étapes

    (17/10/2013)

    M. Johannes Hahn, Commissaire européen chargé de la politique régionale, se rendra sur l’île française de La Réunion où il rejoindra, plus tard dans la journée, les présidents des régions ultrapériphériques européennes qui y sont réunis à l'occasion de leur conférence annuelle. Le Commissaire Hahn se félicitera de l'engagement pris par les régions ultrapériphériques à fournir des plans d’action - initialement proposés par la Commission - sur la manière dont ils comptent faire le meilleur usage des fonds de l’Union pour la période 2014-2020. Pendant cette visite de quatre jours, le Commissaire Hahn se rendra ensuite à Mayotte, qui obtiendra le statut de région ultrapériphérique en janvier 2014.

    La conférence, qui se tiendra le 18 octobre, est organisée par Didier Robert, président du Conseil régional de La Réunion, et actuellement président du groupe des huit régions ultrapériphériques (Guadeloupe, Guyane française, La Réunion, Martinique, collectivité française d’outre-mer de St-Martin, Açores, Madère et îles Canaries). Les gouvernements de l’Espagne, du Portugal et de la France, ainsi que la présidence lituanienne de l’Union européenne, seront représentés à la conférence.

    S'exprimant avant la conférence, le Commissaire Hahn a déclaré: «Les plans d’action présentés ici par les régions ultrapériphériques se révèlent déjà très utiles pour la réflexion stratégique, et je suis ravi que chacune des huit régions ultrapériphériques, ainsi que Mayotte, qui en deviendra une en janvier, en ait un.»

    «Dans le contexte des plans d’action, les régions ont travaillé d'arrache-pied pour présenter des stratégies de croissance et d’investissement pour la période 2014-2020, non seulement pour les fonds disponibles au titre de la politique régionale, mais aussi pour tous les fonds structurels d’investissement de l’Union européenne. Les plans d’action ont également encouragé une évolution dans notre façon de voir les choses: nous ne définissons plus les régions ultrapériphériques uniquement en fonction de leurs handicaps mais aussi en fonction de leurs multiples atouts et avantages. À présent, nous devons nous assurer que ces plans s'intègrent dans les accords et programmes de partenariat, et veiller à ne pas relâcher nos efforts.»

    À propos de Mayotte, où il se rendra pour la première fois, le Commissaire a ajouté: «Je me réjouis à l’idée d'accueillir Mayotte en tant que membre de la nouvelle famille de régions ultrapériphériques à partir de janvier 2014. Mayotte devra relever de grands défis et notamment accélérer les préparatifs relatifs à la manière dont il conviendra d'utiliser les investissements de l’Union et assurer qu'elle a la capacité de dépenser et de gérer un volume nettement plus important de fonds disponibles. Il est vital qu'elle y parvienne pour aider à améliorer le quotidien de ses habitants et rendre la région plus prospère.»

    Pour en savoir plus:

    Communiqué de presse

    Ordre du jour - La Réunion

    Ordre du jour - Mayotte

     

     

  • La croissance verte à la danoise: solution pour l’Europe?

    (16/10/2013)

    En 2050, la population mondiale devrait atteindre 9 milliards d’individus. Parallèlement, la demande énergétique mondiale affichera une hausse de 80 % et nos émissions de CO2 augmenteront de moitié.

    Le dernier épisode de la série «Real Economy» d’Euronews explore comment la «croissance verte» peut favoriser une croissance économique durable en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et en minimisant le gaspillage des ressources naturelles.
    Au menu de cet épisode figure un excellent exemple de technologie verte, le groupement Cleantech de Copenhague pour une économie sobre en carbone, qui a bénéficié d’un investissement du Fonds européen de développement régional (FEDER).
    Le projet a abouti à la création de 700 emplois dans le secteur des technologies vertes et a permis le lancement d’entreprises dans ce secteur qui ont pu concrétiser leurs projets.

    Visionner Real Economy – La croissance verte à la danoise: solution pour l’Europe?

  • Discours d’ouverture de la conférence sur le cadre de référence pour les villes durables, prononcé par le Commissaire Hahn

    (09/10/2013)

    À l’occasion des OPEN DAYS 2013, Johannes Hahn, Commissaire en charge de la politique régionale, a prononcé aujourd’hui à Bruxelles le discours d’ouverture de la conférence sur le cadre de référence pour les villes durables (RFSC), une allocution intitulée «Towards Sustainable Cities in Europe» (pour des villes durables en Europe).Le RFSC est un outil web interactif conçu pour les villes, qui les aide à promouvoir et à renforcer leur action en faveur d’un développement urbain durable intégré.Il a été lancé le 28 janvier 2013.

    La ministre française de l’égalité des territoires et du logement, Cécile Duflot (par liaison vidéo), et Jean-Marc Michel, directeur général du ministère français de l’égalité des territoires et du logement, ont commenté leur expérience du RFSC en France, tandis qu’Harald Herrmann, directeur et professeur de l’institut de recherche fédéral sur le bâtiment, les affaires urbaines et le développement du territoire (BBSR) a partagé son expérience du RFSC en Allemagne.

    Le site Internet du RFSC, mis gratuitement à la disposition des villes européennes, a été lancé avec succès le 28 janvier 2013. Fin septembre 2013, 405 comptes avaient été créés dont 113 par des organes municipaux,les autres correspondant à des universités, des organisations, des particuliers, etc. L’outil est déjà disponible dans 18 langues communautaires et le sera bientôt dans toutes les langues de l’Union européenne.

  • Enquête d’opinion sur la qualité de vie dans les villes européennes: un aperçu des craintes et des espoirs des citoyens dans les centres urbains

    (08/10/2013)

    La Commission européenne a publié aujourd’hui les résultats de l’enquête d’opinion Eurobaromètre sur la qualité de vie dans les villes européennes, réalisée tous les trois ans. Ce sondage a été mené dans 79 villes de tous les États membres de l’UE, ainsi qu’en Islande, en Norvège, en Suisse et en Turquie. Quelque 41 000 citadins ont évalué leur degré de satisfaction concernant divers aspects de la vie urbaine, notamment les services publics.

    Voici les résultats de l’enquête:

    1. Comme en 2009, la santé, l’emploi, l’éducation et la formation sont les questions de politique urbaine considérées prioritaires par la majorité de la population.
    2. Le sondage révèle que dans la plupart des villes européennes, les citoyens estiment qu’il est difficile de trouver du travail. En effet, ceux qui affirment que cela est facile ne sont majoritaires que dans 9 villes seulement. Par rapport à 2009, l’insécurité de l’emploi accuse une hausse importante même si dans certaines villes, les perspectives sont aujourd’hui meilleures.
    3. Dans 50 villes, au moins une personne sur deux conteste qu’il soit facile de trouver un bon logement à un prix raisonnable.
    4. L’enquête enregistre aussi un faible taux de satisfaction vis-à-vis des écoles et des établissements d’enseignement dans de nombreuses capitales.
    5. Sur une note plus positive, l’enquête révèle que dans toutes les villes sondées sauf 5, la majorité des personnes interrogées est d’accord pour affirmer que la présence d’étrangers est souhaitable pour la ville et que les étrangers sont bien intégrés.
    6. On constate une grande disparité entre les villes concernant l’évaluation par les répondants de la qualité des transports publics, des services de santé ou de leur situation financière personnelle.
    7. Il semble que les taux de satisfaction élevés associés aux espaces publics, aux espaces verts, à la propreté et à la sécurité soient étroitement liés à la satisfaction globale que les habitants ressentent vis-à-vis de leur ville. Lorsqu’on leur demande s’ils sont «satisfaits» de vivre dans leur ville, la majorité (au moins 80 % dans 71 villes) répond par l’affirmative.
    8. L’enquête indique également que les personnes sont aujourd’hui plus nombreuses que dans les enquêtes précédentes à penser que leur ville prend part à la lutte contre le changement climatique. C’est surtout le cas dans les capitales.

    Le lancement officiel de l’enquête d’opinion sur la qualité de vie dans les villes européennes se fera aujourd’hui à Bruxelles à l’occasion des OPEN DAYS 2013, un événement de quatre jours portant sur la future politique régionale et urbaine de l’UE.

    Le Commissaire en charge de la politique régionale, M. Johannes Hahn, a déclaré avant l’événement: «Cette enquête fournit un aperçu utile de l’opinion des Européens sur les villes dans lesquelles ils vivent. Elle nous rappelle les nombreux éléments qui contribuent au sentiment de bien-être et à la qualité de vie en milieu urbain. J’espère que les résultats inspireront les décideurs politiques, les urbanistes et la société civile et les amèneront à envisager les problèmes urbains de façon plus globale et plus intégrée, conformément à ce que nous préconisons pour la politique régionale et urbaine de 2014-2020.»

    En 2014-2020, la politique régionale et urbaine de l’UE renforcera son soutien aux villes. Actuellement, près de 40 % du Fonds européen de développement régional sont investis dans les villes. Ce chiffre devrait augmenter en fonction des priorités des États membres. Par ailleurs, au cours de la prochaine période, les pays de l’UE devront encourager les investissements qui associent différents types de mesures pour résoudre les problèmes économiques, environnementaux, climatiques et sociaux propres aux zones urbaines. Les États membres devront réserver au moins 5 % de ces investissements à ce type d’approche intégrée.

    Pour plus d’informations:

    1. Enquête d’opinion sur la qualité de vie dans 79 villes européennes
    2. Enquête d’opinion sur la qualité de vie dans 75 villes européennes (2009)
    3. Enquête d’opinion sur la qualité de vie dans 75 villes européennes (2007)
    4. Sondages Eurobaromètre
    5. Open Days 2013 - #euopendays
    6. Twitter: @EU_Regional - @JHahnEU
  • Les régions européennes sont encouragées à offrir aux PME des chèques d’un montant maximal de 10 000 EUR pour passer au numérique

    (07/10/2013)

    La Commission européenne publie un projet visant à aider les micro-entreprises et les petites entreprises des régions d’Europe à se développer à l'aide des technologies numériques. Pour faire en sorte que les fonds alloués aux PME afin qu'elles améliorent leurs capacités en matière de commerce électronique et de TIC soient rapidement et intégralement utilisés, des chèques-innovation d’un montant maximum de 10 000 EUR seront mis à disposition des PME en vue d'acheter des services numériques (TIC) et d'apprendre à les utiliser. Ces systèmes de chèques pour l'innovation TIC font l'objet d'expériences pilotes dans les régions espagnole de Murcie et Extremadura.

    Le travail en ligne et l'utilisation d’autres technologies numériques augmentent la compétitivité et les exportations, et multiplient les opportunités sur le marché intérieur. Dans les pays du G20,les petites entreprises connectées au Web affichent une croissance de leurs recettes de 22 % supérieure à celle des petites entreprises qui n'utilisent pas, ou peu, le web En Allemagne, 93 % des petites et moyennes entreprises activement présentes sur le web ont créé des emplois sur trois ans, contre seulement 50 % de celles qui n'y sont pas.

    Les systèmes de chèques régionaux permettraient aux petites entreprises d’échanger leurs chèques contre des services TIC spécialisés tels que développement de sites web, une formation au commerce, ou l'adoption d’outils TIC plus sophistiqués pour les processus d’entreprises, notamment la gestion de la chaîne d’approvisionnement et la gestion des relations clients.

    La Commission propose aux régions un projet détaillé visant à les aider à mettre le système en œuvre, avec un atelier les Journées ouvertes, 11ème semaine européenne pour les régions et les villes.

  • 100 solutions urbaines de l'Union européenne

    (04/10/2013)

    Plus de 2/3 des Européens vivent en ville, faisant ainsi de l’Europe l’un des continents les plus urbanisés au monde. Aujourd’hui, les villes font partie intégrante de la vie quotidienne des citoyens. Elles sont les piliers de notre Europe moderne, le lieu où des solutions sont trouvées à bon nombre de problématiques qui nous tiennent à cœur.

    L’exposition «100 EUrban solutions», du 7 au 31 octobre sur la Place Jean Rey à Bruxelles, met à l’honneur des dizaines de projets cofinancés par le Fonds européen de développement régional (FEDER) qui ont chacun abordé à leur manière les défis rencontrés à l’heure actuelle par les villes européennes.  Le Commissaire chargé de la politique régionale Johannes Hahn inaugurera cette exposition le mardi 11 octobre à 17h30.

    Dans les domaines de la compétitivité, de l’emploi, de l’éducation, des transports, de l’environnement et de l’innovation, les progrès accomplis dans les villes sont synonymes de solutions pour l’ensemble de la société. Les villes ont un rôle crucial à jouer pour sortir l’Europe de la crise. En dépit de ces atouts, les villes connaissent le chômage, la ségrégation et la pauvreté Les villes doivent affronter bon nombre de défis : mobilité, environnement, logements adéquats... L’Union européenne (UE) apporte son soutien aux projets qui améliorent les conditions de vie en milieu urbain.

  • OPEN DAYS: les régions et les villes d’Europe donnent le coup d'envoi vers 2020 et investissent dans la croissance

    (04/10/2013)

    Plus de 5 500 représentants des régions et des villes de toute l’Europe échangeront leurs points de vue et leurs idées sur la manière dont la nouvelle génération d'investissements au titre de la politique régionale de l’Union peut aider l'Europe à renouer avec la croissance, ce qui créerait des emplois et stimulerait la compétitivité.

    La 11e édition des «OPEN DAYS - Semaine européenne des régions et des villes» se déroulera du 7 au 10 octobre, à Bruxelles. D'une durée de quatre jours, cet événement annuel, le plus important dans son genre, réunira des décideurs politiques, des hommes politiques et des experts, qui débattront des questions essentielles qui se posent aujourd'hui dans le contexte de la politique régionale de l’Union. Cet événement intervient alors que des réformes fondamentales de cette politique ont été décidées et que la planification des programmes pour la période 2014-2020 entre dans une phase critique. Organisé par Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique régionale de la Commission européenne, et Ramón Luis Valcárcel, président du Comité des régions, il sera inauguré par José Manuel Barroso, président de la Commission européenne. Une table ronde consacrée au rôle central que doit jouer la politique régionale de l'Union pour stimuler la relance et la croissance en Europe sera organisée lors de la séance d'ouverture.

    En prélude à cet événement, le commissaire Hahn a déclaré: «Les OPEN DAYS organisées cette année serviront de point de départ pour déterminer la manière dont nous investirons et planifierons nos investissements au cours des sept prochaines années. Ces OPEN DAYS 2013 se déroulent à un moment décisif pour la politique régionale de l’Union. Les négociations sur la réforme de cette politique sont entrées dans leur phase finale et les régions travaillent en étroite collaboration avec les services de la Commission afin de préparer le terrain et présenter leurs stratégies pour la prochaine génération de programmes. Notre nouvelle politique réformée offre aux régions une réelle opportunité d’investir dans la croissance et la prospérité futures. Il s’agit de cibler des priorités d'investissement tout en exploitant les points forts de chacune de nos villes et de nos régions. J'attends avec intérêt notre discussion sur la manière dont la politique régionale peut contribuer à transformer nos villes et régions afin de les rendre plus compétitives et de générer de la croissance et des emplois.»

    Et le président du Comité des régions, Ramón Luis Valcárcel, d’ajouter: «La politique de cohésion réformée prend son envol et est appelée à offrir dans les meilleurs délais des instruments efficaces pour soutenir la relance et stimuler l’emploi. Les régions et les collectivités locales livrent une course contre la montre pour s’assurer que les plans d’investissement pour la période 2014-2020 seront mis en œuvre dans le courant de l'année prochaine. Le Comité des régions s’est pleinement engagé à aider les régions à gagner cette course, tout en garantissant que les projets et les stratégies présenteront la plus haute qualité. Dans cette perspective, les OPEN DAYS 2013 offriront aux acteurs clés de la politique régionale une excellente occasion de se familiariser avec les nouvelles règles et les nouveaux instruments, ainsi que d'échanger les meilleures idées pour générer de la croissance dans nos régions».

    Organisées sous le slogan «Les régions et les villes d'Europe donnent le coup d'envoi vers 2020», les OPEN DAYS accueilleront cette année 100 ateliers consacrés aux thèmes suivants:

    • La gestion du changement 2014-2020: des approches innovantes pour répondre aux priorités futures en matière d'investissements (par exemple les investissements territoriaux intégrés, les plans d’action communs, les questions de gouvernance, les instruments financiers, etc.).
    • Les synergies et la coopération entre différentes politiques de l'UE, nationales et régionales, et la combinaison de diverses sources de financement. Plusieurs formules de coopération seront examinées, telles que des stratégies macrorégionales, ainsi que des coopérations entre administrations nationales, régionales et municipales, d'une part, et institutions spécialisées, d'autre part.
    • Les défis et solutions: les défis communs que doivent relever les régions et les villes d'Europe seront évalués et des solutions pratiques seront proposées, et notamment l’accès des PME au crédit et aux marchés mondiaux, le chômage des jeunes, les défis démographiques, la gestion des déchets, de l’eau et des risques naturels, la congestion, la pollution ou la consommation importante d’énergie.

    Temps forts du programme

    Le président Valcárcel et le Commissaire Hahn assisteront à une table ronde au Comité des régions le 7 octobre, à 13 h 30.

    Les 19 finalistes se disputant les Prix RegioStars 2014 dans quatre catégories différentes seront présentés lors d'un atelier d'une journée, organisé au Charlemagne, à Bruxelles.

    La présentation des principaux résultats de l'enquête sur «La qualité de vie dans les villes européennes» menée auprès de 41 000 citoyens dans 79 villes aura lieu le mardi 8 octobre, de 16 h 30 à 17 h 15, au Berlaymont, dans la salle Schuman.

    Le mardi 8 octobre, à 17 h 00, place Jean Rey, à Bruxelles, le commissaire Hahn et Rudi Vervoort, ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, procéderont à l'inauguration de l'exposition en plein air baptisée «100 solutions urbaines» et, le 8 octobre en soirée, plusieurs événements de mise en réseau se dérouleront en 12 autres lieux situés sur le parcours de l'exposition.

    Le mercredi 9 à 11 h 15, au Charlemagne, les lauréats du concours photos L'Europe dans ma région, originaires de Grèce, de Hongrie, et de Malte, recevront leur prix des mains du commissaire Hahn.

    Les OPEN DAYS innovent cette année en organisant une «classe de maître» pour 77 candidats sélectionnés parmi des étudiants en doctorat et des chercheurs en début de carrière dans le domaine de la politique régionale et urbaine.

    Outre le séminaire organisé à Bruxelles, plus de 300 événements se dérouleront jusqu’au mois de décembre 2013 sur le thème de «L’Europe dans ma région/ville».

    Pour en savoir plus

    @EU_Regional / @EU_CoR / @JHahnEU: #euopendays - Toutes les photos sur Flickr

    OPEN DAYS, European week of regions and cities

    Programme Media:

    Régions partenaires par pays

  • Fonds de solidarité de l’UE: la Commission veut venir en aide à l’Allemagne, l’Autriche, la République tchèque et la Roumanie, frappées par la sécheresse et les inondations

    (03/10/2013)

    Le commissaire européen chargé de la politique régionale, M. Johannes Hahn, a annoncé aujourd’hui que la Commission européenne propose d’allouer plus de 360 millions € à l’Allemagne en réponse aux graves inondations qui ont frappé ce pays à la fin du printemps, en mai et juin derniers.

    L’Autriche et la République tchèque, pays voisins qui ont subi des dommages moindres en conséquence directe de ces inondations, bénéficieront respectivement de 21,6 millions € et de 15,9 millions €. En outre, la Roumanie recevra plus de 2,4 millions €, qui l'aideront à couvrir les coûts des dommages causés par la sécheresse et les incendies de forêt de l’été 2012.

    Ce soutien, accordé au titre du Fonds de solidarité de l’Union européenne, doit encore être approuvé par le Parlement européen et le Conseil. Si tel est cas, il contribuera à couvrir les dépenses urgentes exposées par les autorités publiques de ces quatre États membres en raison des catastrophes. Il permettra notamment de rétablir les infrastructures et services essentiels, de rembourser le financement des opérations d'urgence et de sauvetage et de couvrir une partie des coûts de nettoyage des régions touchées, y compris les zones naturelles.

    Le commissaire Hahn, qui supervise le Fonds et a signé la proposition présentée aujourd’hui, a déclaré à ce propos: «Cette décision montre comment l’Europe peut aider ses pays et régions à se relever après des catastrophes naturelles. Le Fonds de solidarité européen est là pour soutenir ces pays lorsqu’ils ont le plus besoin d’aide pour retrouver la stabilité économique à la suite de catastrophes naturelles. Le montant du financement proposé permettra à l’Allemagne, à l’Autriche, à la République tchèque et à la Roumanie de se remettre des catastrophes qui les ont touchées, et de fournir ainsi des conditions de vie normales aux habitants des régions touchées.»

    «En juillet dernier, j’ai promis à la population des régions touchées par les inondations que le budget de l’Union leur viendrait en aide aussi rapidement et efficacement que possible», a pour sa part déclaré Janusz Lewandowski, commissaire européen chargé de la programmation financière et du budget. «Aujourd’hui, nous tenons parole: nous proposons de modifier le budget 2013 de l’Union afin d’apporter une aide à ces pays, et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour faire en sorte que les États membres et le Parlement européen approuvent rapidement notre proposition.»

    En mai et juin 2013, une grande partie de l’Europe centrale a été touchée par des inondations catastrophiques dans de nombreuses régions, qui ont endommagé les habitations et les infrastructures et perturbé les services. Bien que les inondations aient été plus graves et plus étendues qu'en 2012, le montant global des dommages a été inférieur à celui enregistré cette année-là, notamment en Autriche et en République tchèque. C’est en partie dû à l’efficacité des mesures de protection contre les inondations et de contrôle des risques mises en place depuis 2002, mais davantage d'efforts restent nécessaires pour l’avenir.

    Dans le courant de l’été 2012, de vastes parties de la Roumanie ont connu des températures très élevées qui ont entraîné une sécheresse, à l'origine d’importantes pertes de récoltes, de nombreux feux de forêts et de végétation et d'une grave pénurie d’eau pour la population.

    Communiqué de presse

     

  • Déclaration du Commissaire Johannes Hahn lors du Conseil des affaires générales: Les États membres doivent parvenir de toute urgence à un accord avec le Parlement européen concernant la réforme de la politique de cohésion

    (30/09/2013)

    S’adressant aux ministres des affaires étrangères et européennes de l’UE réunis aujourd’hui à Bruxelles pour le Conseil des Affaires générales, le Commissaire en charge de la politique régionale, M. Johannes Hahn, a déclaré que les États membres et le Parlement européen devaient résoudre leurs différends concernant la réforme de la politique de cohésion avant les négociations cruciales prévues cette semaine.

    Il est également nécessaire de se mettre d’accord sur les projets de réforme de la politique et d’élaborer un ensemble de règles communes pour les fonds de l’UE en vue de l’approbation finale du budget de l’UE pour la période 2014-2020.

    Le Commissaire Hahn a souligné: «Il est vraiment urgent de parvenir à un accord et de trouver un compromis raisonnable.Chaque institution (les États membres, le Parlement et nous-même, la Commission) est tenue de progresser en vue d’un accord.»

    «Plus nous retardons les choses, plus nous compromettons l’impact de plus de 400 milliards d’euros d’investissements en Europe et la possibilité d’une reprise de la croissance.»

    «L’accord n’est pas loin.Concernant les questions restantes (la conditionnalité macroéconomique, la réserve de performances, le cofinancement et le préfinancement), j’exhorte les États membres et le Parlement, qui doivent se rencontrer pour des négociations cruciales dans le cadre du «trilogue» organisé mercredi prochain, de trouver au plus vite un terrain d’entente, de résoudre leurs différends et de sceller l’accord.»

    La déclaration complète sera disponible sur Rapid très prochainement: MEMO/13/834

  • Prix RegioStars 2014 – Présentation des finalistes

    (27/09/2013)

    Le jury des prix RegioStars, qui récompensent les projets régionaux les plus mobilisateurs et novateurs d’Europe, a révélé les noms des finalistes de l’édition 2014.Le jury des prix RegioStars a sélectionné 19 finalistes parmi 80 projets ayant bénéficié du soutien financier de la politique de cohésion de l’UE, sur la base de quatre critères clés:le caractère novateur de ces projets, leur impact, leur durabilité et les partenariats mis en œuvre.

    Les finalistes sont issus de régions et de villes appartenant à 17 États membres:l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni et la Suède.

    Ces finalistes présenteront leur projet le 8 octobre devant un jury présidé par l’ancien président du Comité des régions, M. Luc Van den Brande, lors de la 11e semaine européenne annuelle des régions et des villes – OPEN DAYS 2013.Les lauréats seront désignés lors de la cérémonie de remise des prix présentée par le Commissaire Hahn le 31 mars 2014 à Bruxelles.

    Présentation des finalistes

  • «La force de l’Europe réside dans ses régions», affirme le Commissaire Hahn lors du 40e anniversaire de la Conférence des régions périphériques et maritimes

    (26/09/2013)

    Le Commissaire Hahn a assisté aujourd’hui au 40e anniversaire de la Conférence des régions périphériques et maritimes (CRPM) en Bretagne, France.La CRPM représente les intérêts de 200 millions de personnes réparties sur 28 pays. Elle plaide en faveur d’une politique régionale européenne forte et d’une politique maritime intégrée pour favoriser la croissance européenne.

    «La force de l’Europe réside dans la capacité des régions à innover et à se réinventer», a-t-il déclaré aux représentants des plus de 160 régions périphériques et maritimes européennes.Concernant les réformes de la future politique régionale de l’UE, sur le point d’être approuvées par les institutions européennes, le Commissaire souligne que la politique va au-delà de son rôle traditionnel consistant à aider les régions les plus pauvres à rattraper leur retard et «assume de plus en plus la mise en œuvre des objectifs de l’Europe au sens large, comme les objectifs de la stratégie Europe 2020.

    Enfin, le Commissaire Hahn remercie le président sortant, M. Jean Yves Le Drian, de sa contribution énergique dans l'élaboration de la future politique de l’UE.

    Discours

  • Le numéro 47 de Panorama est disponible

    (20/09/2013)

    L’édition d’automne du magazine Panorama est désormais consultable en ligne.

    L’article central est un dossier qui explique le rôle leader des régions de l’UE dans le domaine de l’éco-innovation.Les Fonds structurels et d’investissement de l’UE visent à promouvoir une croissance intelligente et durable au travers de projets écologiques et sobres en énergie, dont le profil est présenté dans cet article.D’autres articles mettent en avant les principaux ateliers et séminaires organisées cette année à l’occasion des OPEN DAYS. Cela va de cours magistraux proposés par l’université des OPEN DAYS à l’étude des relations entre l’UE et la Chine ou le Japon.

    Ce numéro présente également un aperçu des stratégies macrorégionales contribuant à la coordination des projets dans les régions du Danube et de la Baltique, une description des derniers travaux des Fonds structurels de l’UE en matière de secours en cas de catastrophe et une explication du processus d’évaluation ex post pour la période de programmation 2007-2013.Vous retrouverez enfin la sélection habituelle de sujets d’actualité et la description de projets issus de toute l’UE.

  • Le modèle économique allemand à la loupe

    (19/09/2013)

    Tandis que les électeurs allemands se rendent aux urnes pour choisir leur nouveau parlement, le dernier épisode de la série «Real Economy» d’Euronews étudie les questions économiques clés mises en exergue lors des débats entourant ces élections et leur impact probable dans l’ensemble de l’UE.

    Cet épisode traite du modèle économique du pays, avec notamment une analyse de l’importance accordée aux exportations, à l’immigration et à la politique de l’emploi, et évoque sa position clé dans la zone euro.

    Regarder – Real Economy: l’Allemagne, un moteur de croissance pour l’Europe

    La série «Real Economy», un magazine bimensuel, s’intéresse aux politiques macroéconomiques de l’Europe qui ont une incidence sur la vie quotidienne des citoyens, et recherche des solutions qui fonctionnent.Les épisodes précédents se sont penchés sur le chômage, «dilemme de la croissance» dans l’économie européenne et grecque.

  • La politique régionale transfrontalière: parlons de son importance!

    (18/09/2013)

    À l’occasion la «Journée européenne de la coopération», le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, répond à vos questions sur twitter.

    Le 19 septembre, de 14 h 00 à 15 h 00 HEC, le Commissaire Hahn (@JHahnEU) proposera une conversion via twitter sur les avantages et l’avenir de la coopération entre les régions européennes.Vous êtes invité(e) à nous rejoindre pour un échange de points de vue sur ce thème ample et important.Vous pouvez déjà poser des questions sur twitter.N’oubliez pas de mentionner #EUChat and #ecday dans votre tweet.

    Si vous voulez plus d’informations sur les différentes formes de coopération entre les pays et régions de l’UE, rendez-vous à la page «Coopération» du site de la Commission européenne sur la politique régionale.

    En outre, des centaines d’événements auront lieu en septembre pour célébrer la Journée européenne de la coopération. Si vous voulez savoir ce qui se passe près de chez vous, consultez le site web de la Journée européenne de la coopération.

  • Partager les frontières pour mieux se rapprocher: célébration de la coopération territoriale européenne

    (18/09/2013)

    L'importance que revêtent les projets et programmes transfrontaliers, transnationaux et interrégionaux menés dans le cadre de la politique régionale de l’UE pour les communautés, les régions et les États membres est mise à l'honneur cette semaine. Cette campagne, qui précède la Journée de la coopération européenne du 21 septembre, intervient à un moment décisif.

    La coopération territoriale européenne ne constitue qu'un volet relativement modeste de la politique régionale de l’UE. Cependant, si l’accord actuel sur le financement de la politique régionale pour la période 2014-2020 est approuvé par le Parlement européen et le Conseil, son budget passerait à 8,9 milliards d’euros. Dans le cadre des nouvelles réformes visant la politique régionale, qui sont actuellement en phase finale de négociation, les programmes relatifs à la coopération territoriale européenne se concentreront davantage sur les investissements qui créent les conditions nécessaires à une croissance future.

    Le 19 septembre, le commissaire Hahn sera sur Twitter de 14 h à 15 h afin de débattre de l'importance de la politique régionale de l'UE par delà les frontières. Des questions peuvent déjà être twittées en mentionnant #EUchat et #ecday à @JHahnEU.

    Communiqué de presse

  • Le Commissaire Johannes Hahn, en charge de la politique régionale de l’UE, annonce un investissement de plus de 108 millions d’euros dans des projets favorisant la croissance en Pologne

    (16/09/2013)

    Aujourd’hui, à l’occasion de sa visite à Varsovie pour discuter des investissements de la politique régionale de l’UE en Pologne, le Commissaire Johannes Hahn a annoncé l’approbation par la Commission européenne de trois grands projets qui renforceront la capacité de recherche et d’innovation du pays, amélioreront la productivité et créeront des emplois.

    Les investissements en Pologne, financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER), s’élèvent à 108,5 millions d’euros.Ils contribueront à la création du centre de recherche CEZAMAT à Varsovie et de deux nouvelles usines de production pour Pilkington Automotive Poland dans la région de Świętokrzyskie et HS Wrocław dans la région de Dolnośląskie.

    Une fois terminés, ces projets devraient aboutir à la création d’au moins 700 emplois.Ils sont tous financés au titre du programme polonais de politique régionale «Économie innovante».

    En qualité de Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn a ratifié les projets.Depuis Varsovie, où il a engagé les discussions sur les Fonds structurels en Pologne, le Commissaire a déclaré: «Investir dans la recherche, le développement et l’innovation est l’une des grandes priorités de la politique régionale.Ces trois projets sont un excellent exemple du type d’initiatives que nous aimerions voir se multiplier à l’avenir.Non seulement ils favoriseront la croissance à l’échelon local en créant des possibilités d’emplois, mais ils auront une incidence économique globale positive dans les régions concernées, voir dans l’ensemble du pays, car ils introduiront des innovations dans les secteurs de l’automobile et de l’aviation et feront progresser les sciences appliquées en Europe et au niveau international.J’espère vraiment qu’ils contribueront également à inverser la tendance à la fuite des cerveaux.»

    Plus d’informations

  • Discours prononcé lors de la réunion informelle d’ECOFIN à Vilnius

    (13/09/2013)

    Aujourd’hui, à l’occasion d’une réunion informelle du Conseil ECOFIN à Vilnius, le Commissaire Hahn a présenté aux ministres de l’économie et des finances de l’UE l’initiative PME proposée par l’Union européenne.Cette initiative entend fournir aux petites et moyennes entreprises un soutien financier supplémentaire afin de favoriser la reprise au sein de l’UE.

    Le Commissaire, aux côté d’Olli Rehn, vice-président de la Commission, a exposé l’initiative aux ministres dans le contexte de la politique régionale, sachant que les Fonds structurels apportent déjà aux PME un soutien direct de plus de 70 milliards d’euros, y compris par le biais d’instruments financiers.Pour la prochaine période, qui entend faire des PME l’un des 4 secteurs clés d’investissement, cette contribution pourrait doubler. Discours

  • La Commission européenne cherche sa «capitale de l’innovation»

    (03/09/2013)

    La Commission européenne ouvre aujourd’hui le concours pour le prix de la première capitale européenne de l’innovation, ou «iCapitale». Ce prix récompensera la ville qui offre le meilleur «écosystème d’innovation» en connectant les citoyens, les organismes publics, les établissements d’enseignement et les entreprises. Comme 68 % de la population de l’UE vit aujourd’hui dans des zones urbaines, ce sont ces zones qui contribueront le plus à faire progresser l’innovation en Europe. Les villes encouragent l’innovation par leurs propres offres de service, mais l’enjeu principal est de créer un environnement favorable permettant également à d’autres d’innover et de faciliter l’interconnection entre les sphères publique et privée. Un jury indépendant composé d’experts sélectionnera le gagnant au printemps 2014. La ville retenue recevra 500 000 euros destinés à l’aider à intensifier son action. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 3 décembre 2013.

    Lien: www.ec.europa.eu/icapital

    Communiqué de presse

  • La Commission approuve le plan de la Croatie relatif à l’investissement de 450 millions d’euros de la politique de cohésion de l’UE pour générer croissance et emplois.

    (26/08/2013)

    La Commission européenne a approuvé aujourd’hui le plan d’investissement de la Croatie visant à utiliser 449,4 millions d’euros de fonds de la politique de cohésion de l’UE alloués au pays au moment de son adhésion à l’UE, le premier juillet 2013. Le cadre de référence stratégique national (CRSN) préparé par les autorités croates définit les investissements prioritaires pour les régions croates dans le but d’accélérer la croissance économique et créer des emplois et stimuler ainsi la compétitivité globale du pays. Il convient d’identifier des projets stratégiques avec des objectifs clairs et prédéfinis répondant à ces priorités, de sorte à utiliser au mieux ces investissements précieux d’ici la date limite de 2016.

    Le commissaire Johannes Hahn s’est exprimé sur la question : « Ceci est un premier pas essentiel pour la Croatie sur la voie de la compétitivité. Les fonds de la politique de cohésion doivent être investis dans les secteurs qui en ont le plus besoin afin de consolider l’économie locale, accroître la participation au marché du travail et tirer parti des atouts du pays, par exemple à travers la préservation et la promotion des ressources naturelles pour stimuler le secteur du tourisme et l’aide aux entreprises pour soutenir l’essor des PME ».

    Les investissements du Fonds de cohésion (149,8 millions d’euros) seront affectés à la gestion des déchets et des eaux usées, ainsi qu’à l’amélioration de l’approvisionnement en eau. Les investissements du Fonds européen du développement régional (228,4 millions d’euros) seront quant à eux destinés à l’aide aux PME, à la recherche et à l’innovation ainsi qu’aux infrastructures plus essentielles telles que les chemins de fer et les voies navigables. Le Fonds social européen (60 millions d’euros) soutiendra la création d’emplois et investira dans des projets d’inclusion sociale et d’éducation.

    La Croatie rejoint l'exercice financier en cours de la politique de cohésion à seulement six mois de son terme. C’est pourquoi tous les projets sélectionnés pour des investissements devront être complétés d’ici la fin 2016, conformément aux règles de l'UE.

    Plus d’informations

  • Politique de cohésion 2014-2020 : budgets d’investissement pour les États membres

    (23/08/2013)

    La répartition financière de la politique de cohésion par État membre pour 2014-2020 reflète l’état d’avancement des négociations en juillet 2013. Les chiffres sont sujets à modification dans l'accord final entre le Conseil et le Parlement.

    La politique de cohésion 2014-2020 représente environ 1/3 du budget de l’UE, renforçant son rôle de principale politique d’investissement de l’Union pour la croissance et l'emploi et la mise en œuvre des politiques de l’UE. La Commission travaille actuellement avec les autorités nationales et locales à la définition des priorités d’investissement de chaque pays pour la prochaine période financière, afin de garantir un impact maximum sur la compétitivité et la création d’emplois et renforcer la concentration thématique et l’attention pour les résultats de la politique réformée.

  • Panorama souhaite la bienvenue à la Croatie!

    (21/08/2013)

    Le numéro été 2013 du magazine Panorama est à présent consultable en 22 langues. L’article de fond, long de 6 pages, est consacré à l’adhésion de la Croatie à l’UE. Il revient sur le processus d’adhésion, présente dans les grandes lignes les principales industries croates et quelques-uns des projets fructueux dont elles sont porteuses et, enfin, propose un entretien avec Branko Grčić, vice-Premier ministre de Croatie et ministre du Développement régional et des Fonds européens.

    Parmi les autres sujets traités, citons le processus de vérification conjoint entre la Commission européenne et les autorités nationales qui atteste que les fonds octroyés dans le cadre de la politique de cohésion ont été correctement dépensés. Les lecteurs découvriront également une synthèse du Rapport stratégique sur la politique de cohésion, un aperçu des journées portes ouvertes du mois d'octobre et un article sur la réglementation applicable aux aides d’État.

  • Les meilleurs projets de politique régionale dans l’UE à l'honneur: les finalistes du Prix RegioStars 2014 ont été sélectionnés

    (06/08/2013)

    Les noms des finalistes du prix RegioStars 2014, qui récompense les projets régionaux les plus mobilisateurs et novateurs d'Europe, ont été publiés aujourd’hui à Bruxelles. Le jury du prix RegioStars a choisi 19 finalistes parmi les 80 projets soutenus par les fonds régionaux de l’UE, sur la base de quatre critères clés: le caractère novateur de ces projets, leur impact, leur durabilité et les partenariats mis en œuvre.

    Les finalistes sont issus de régions et de villes appartenant à 17 États membres: l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, l’Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni et la Suède.

    Ces finalistes présenteront leurs projets le 8 octobre devant un jury présidé par l'ancien président du Comité des régions, M. Luc Van den Brande, lors de la 11e Semaine européenne annuelle des régions et des villes - OPEN DAYS 2013. Les lauréats seront désignés lors de la cérémonie de remise des prix présidée par le commissaire Hahn à Bruxelles le 31 mars 2014.

    Les catégories de prix qui sont le reflet des priorités de la stratégie Europe 2020 sont les suivantes:

    • croissance intelligenteInnovation des PME: soutenir la compétitivité et la croissance des petites et moyennes entreprises

    • croissance durable — croissance et emplois verts grâce à la bioéconomie: investissements durables dans le secteur de la bioéconomie

    • croissance inclusive — créer des emplois pour la jeune génération: contribuer à la lutte contre le chômage des jeunes

    • CityStar — projets d’investissement dans des transports publics urbains durables: soutenir la mise au point de stratégies en vue de résoudre les problèmes de transport dans nos villes

    En 2013, les prix RegioStars 2013 avaient récompensé des projets phares à Porto (Portugal), dans le nord-ouest de l’Angleterre (Royaume-Uni), à Warmińsko-mazurskie (Pologne), à Berlin (Allemagne) et en Lituanie. Ces prix ont été décernés pour les catégories concernant la recherche et développement, l’efficacité des ressources dans les PME, l’innovation sociale, le développement durable des villes, ainsi que l’utilisation de vidéos pour promouvoir la politique régionale de l’UE.

    Contexte

    L’objectif des prix RegioStars est de reconnaître les bonnes pratiques en matière de développement régional et de mettre en valeur des projets originaux et mobilisateurs qui puissent servir de modèles à d’autres régions.

    Les prix annuels RegioStars s'adressent à toutes les régions de l'UE souhaitant soumettre des projets ayant bénéficié d'aides financières au titre de la politique régionale de l’UE depuis le 1er janvier 2000. Depuis sa création en 2008, ce sont l'Autriche, la Belgique, les États Baltes et le Pays de Galles, au Royaume-Uni qui ont présenté le plus grand nombre de candidatures.

    Les OPEN DAYS 2013, qui se dérouleront du 7 au 10 octobre 2013 à Bruxelles, donneront aux finalistes l'occasion de présenter et d'expliquer leurs projets. Les manifestations organisées à l'occasion de ces journées rassemblent des centaines de représentants politiques, d'experts et de spécialistes, autour de débats sur la politique régionale. Cette année, les OPEN DAYS auront lieu à un moment très important, puisque les régions et les villes d’Europe portent la dernière main à leurs préparatifs pour la politique de cohésion récemment modifiée de l’Union européenne pour la période 2014-2020.

    Pour de plus amples informations:

  • Version provisoire du rapport sur l’indice de compétitivité régional de l’UE: RCI 2013

    (05/08/2013)

    L’indice de compétitivité régionale (RCI) a été mis au point pour mesurer les différentes dimensions de la compétitivité au niveau régional. La première édition a été publiée en 2010. RCI 2013 révèle une forte dimension régionale de la compétitivité, qui n’est pas captée par les indicateurs nationaux. Le RCI montre les atouts et les faiblesses de toutes les régions NUTS2 de l’Union européenne. Il peut permettre d’orienter les choix de chaque région concernant ses priorités compte tenu de sa situation et de son niveau global de développement.

    Les pays de l’UE présentant un fort manque de compétitivité régionale ou une variabilité élevée doivent évaluer dans quelle mesure ces écarts nuisent à la compétitivité nationale et s’ils peuvent être réduits. Par exemple, l’écart entre la capitale et la deuxième région la plus compétitive est très important en Roumanie, en Slovaquie et en France, tandis qu’en Allemagne, la compétitivité régionale n’affiche pas d’écarts significatifs. Déjà dans l’édition 2010 du RCI, le manque de diffusion régionale était manifeste, surtout autour des capitales de certains pays de l’UE moins développés. Bien que la crise ait limité la croissance potentielle de la diffusion régionale, à moyen terme, celle-ci devra être renforcée. La compétitivité globale d’un pays dépend des performances de toutes ses régions et pas seulement de sa capitale.

    Lire la version provisoire de l'étude

    La Commission souhaite recevoir vos commentaires sur cette version provisoire du rapport pour la fin du mois de septembre 2013. Ceux-ci seront pris en compte pour l'élaboration du rapport final.

    Merci d'envoyer vos commentaires à l'adresse suivante: REGIO-B1-HEAD-OF-UNIT@ec.europa.eu

  • Un guide sur les investissements de la politique de cohésion en faveur de la nature et des infrastructures vertes et sur les multiples bénéfices qu’ils engendrent

    (01/08/2013)

    La politique de cohésion contribue activement à aider les régions à gérer et préserver leurs atouts naturels dans une optique de durabilité. Sur tout son territoire, l’Union européenne a cofinancé des projets dans les zones Natura 2000, la réhabilitation de marais et de plaines inondables, le développement de corridors verts et des systèmes d'information pour le contrôle de la biodiversité. D’autres investissements similaires ont été réalisés entre 2014 et 2020. Dans ce contexte, ce guide met en exergue les interconnexions vitales qui existent entre la nature, la société et l’économie. En particulier, il explique que les investissements dans la nature, la biodiversité et les infrastructures vertes sont importants pour la politique de cohésion. Il démontre que les investissements du FEDER et du Fonds de cohésion dans la nature et les infrastructures vertes peuvent vraiment contribuer à la réalisation de plusieurs objectifs politiques et générer de multiples bénéfices, notamment sur le plan du développement socioéconomique. Enfin, il propose aux décideurs et aux parties prenantes des recommandations pratiques pour améliorer la mise en œuvre des programmes et des projets cofinancés.

    Un guide sur les investissements de la politique de cohésion en faveur de la nature et des infrastructures vertes et sur les multiples bénéfices qu’ils engendrent

  • Lancement de l’enquête du CdR sur l’initiative phare «Une Union pour l’innovation

    (31/07/2013)

    Trois ans après le lancement de l’initiative phare «Une Union pour l’innovation», le Comité des Régions (CdR) en dresse le bilan. Au travers de sa plateforme de suivi Europe 2020, le CdR a lancé une enquête pour évaluer cette initiative phare selon un perspective locale et régionale.

    Échéance: 27 septembre 2013

    Les résultats de l’enquête seront présentés lors d’une conférence consacrée à l’initiative phare «Une Union pour l’innovation», qui aura lieu à Bruxelles le 27 novembre 2013.

  • Euronews diffuse le 3e épisode de la série «Real Economy - Les réformes économiques de la Grèce sont-elle suffisantes?»

    (30/07/2013)

    Euronews a diffusé cette semaine le 3e épisode de la série «Real Economy». Cet épisode porte sur les réformes en Grèce et explique comment on compte, grâce à elles, faire émerger le pays de six années de récession. Il informe aussi de la façon dont la task-force de la Commission pour la Grèce (TFGR) et la Troïka (Union européenne, Banque centrale européenne et FMI) aident la Grèce à mettre en œuvre les réformes et à attirer davantage d’investissements étrangers pour reconstruire son économie. Figure également une interview de Kyriakos Mitsotakis, ministre grec de la réforme administrative, portant sur le programme de mobilité et les restrictions budgétaires dans le secteur public.

    Episode 3 – Économie réelle: les réformes économiques de la Grèce sont-elles suffisantes? (EN)

  • Qualité de vie au niveau infra-national: un exemple opérationnel pour l’UE

    (26/07/2013)

    Le rapport sur la qualité de vie au niveau infra-national analyse deux critères importants de la qualité de vie à cet échelon: le niveau de vie et la santé. Ce rapport associe des données «objectives» et des données «subjectives», c’est-à-dire des données observables et d’autres fondées sur des perceptions. Concernant le niveau de vie, le rapport distingue pauvreté absolue, pauvreté relative et gains et revenus. Quant au critère de santé, il porte sur des questions objectives et subjectives en la matière. Enfin, le rapport propose une méthode d’analyse des inégalités au sein des régions. Ce rapport est le premier du genre à traiter des enjeux de la qualité de vie au niveau régional dans l’ensemble de l’Union européenne. Il révèle des différences significatives de qualité de vie entre les régions, au sein des pays et d’un pays à l’autre. L’analyse indique également que si en matière de santé, les indicateurs objectifs et les indicateurs subjectifs sont généralement en accord, dans certaines régions, les seconds sont bien meilleurs ou bien pires que les premiers. Le rapport réunit des informations émanant de différentes sources dont le SILC, les enquêtes britanniques (USS) ou allemandes (SOEP) auprès des ménages, l’Eurobaromètre et Eurostat, entre autres.

    Rapport: Qualité de vie au niveau infranational: un exemple opérationnel pour l’UE (en anglais)

  • Accélération et simplification de l'intervention du Fonds de solidarité de l'Union après une catastrophe

    (25/07/2013)

    M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, a présenté aujourd'hui une proposition de réforme du Fonds de solidarité de l'Union. Les projets, adoptés ce jour par la Commission européenne, permettront une intervention mieux adaptée et plus simple du Fonds, assortie de critères plus clairs concernant les bénéficiaires potentiels.

    Depuis sa création en 2002, le Fonds de solidarité a été mobilisé dans le cadre de 52 catastrophes sur l'ensemble du territoire de l'Europe, incluant des tremblements de terre, des incendies de forêts, des sécheresses, des tempêtes et des inondations. 23 pays ont bénéficié d'une aide pour un montant de plus de 3,2 milliards €. Si les propositions présentées aujourd'hui sont approuvées par le Parlement européen et les États membres de l'Union, des améliorations considérables pourraient être apportées au mode de fonctionnement du Fonds pour les pays et les régions touchés par une catastrophe.

    La nouvelle proposition législative simplifie les règles existantes de sorte que l'aide puisse être versée plus rapidement. Les projets introduisent également pour la première fois la possibilité de verser des avances. Elles énoncent plus clairement les bénéficiaires et les dépenses admissibles, en particulier pour les catastrophes régionales. De même, la réforme encourage les États membres à accorder une plus grande importance aux stratégies en matière de prévention des catastrophes et de gestion des risques. Les principes du Fonds restent inchangés, de même que son mode de financement, en marge du budget normal de l'Union.

    Principales réformes:

    • Précision du champ d'application du Fonds de solidarité en le limitant aux catastrophes naturelles et en l'étendant aux sécheresses.
    • Définition de règles plus claires en matière d'admissibilité pour les catastrophes régionales, en instaurant un seuil unique d'intervention en cas de dommages, équivalent à 1,5 % du produit intérieur brut régional.
    • Possibilité de verser des avances pour la première fois: 10 % de la contribution prévue, plafonnée à 30 millions €.
    • Raccourcissement des procédures administratives grâce à la fusion des deux étapes d'approbation et de mise en œuvre en une seule (accord).
    • Introduction de mesures visant à encourager les stratégies en matière de prévention des risques de catastrophes, à savoir des exigences en matière de communication d'informations et des conditions éventuelles à l'octroi de l'aide.

    Pour de plus amples informations

    Proposition de Règlement du Parlement Européen et du Conseil modifiant le règlement (CE) n° 2012/2002 du Conseil instituant le Fonds de solidarité de
    l’Union européenne

    Communiqué de presse

    MEMO/13/723

    Fonds de solidarité de l'Union

  • 10 millions d'euros de fonds régionaux pour le rétablissement du caractère maritime du Mont Saint Michel

    (19/07/2013)

    La Commission européenne a approuvé un investissement de l'ordre de 10 millions d'euros provenant du Fonds européen de développement régional (FEDER) pour le rétablissement du caractère maritime du Mont Saint-Michel en Basse-Normandie.

    L'objectif de la restauration du site est de préserver la biodiversité et protéger l'écosystème ainsi que de réduire les émissions de CO2 sur le site. Les travaux devraient également contribuer à renforcer l'activité touristique en améliorant l'attractivité du lieu. Le projet prévoit des aménagements hydrauliques en amont du barrage afin de renforcer la capacité de stockage, la destruction du parking au pied du Mont ainsi que le remplacement de l'actuel barrage et la construction d'un nouveau pont passerelle intégré au paysage.

    Plus d'information

  • La politique de cohésion de l’UE, un facteur d’emploi et de croissance en Europe

    (19/07/2013)

    La Commission a publié un document d’information sur le rôle de la politique de cohésion dans la relance de l’emploi et de la croissance.

    La politique de cohésion de l’Union, financée à hauteur de 346 milliards d’euros par le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Fonds social européen (FSE) et le Fonds de cohésion, représente 35 % du budget de l’UE pour la période 2007-2013. Couplée aux cofinancements apportés par les États membres, la politique de cohésion représente une part significative des investissements publics en Europe. Dans le cadre des politiques économiques essentielles de stabilité macroéconomique et fiscale, des réformes structurelles et des mesures de relance de la croissance, la politique de cohésion de l’UE contribue de façon considérable aux investissements en faveur de l’emploi et de la croissance.

    Cette politique génère déjà des résultats importants. Les PME, le soutien aux entreprises et l’innovation pour la croissance sont notamment des domaines d'investissement capitaux dans tous les États membres, financés par les Fonds structuraux, en particulier le FEDER. Les PME et les autres entreprises bénéficient à la fois des investissements directs dans leurs activités et d’autres contrats et services financés par le biais de la politique de cohésion de l'UE.

    La prochaine période de programmation (2014-2020) renforcera la cohérence entre les priorités d’investissement et les priorités des réformes structurelles et insistera sur la nécessité de promouvoir la croissance et l’emploi pour favoriser la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020.

    La politique de cohésion de l’UE, un facteur d’emploi et de croissance en Europe

  • Débat: la politique régionale est-elle un moteur de croissance dans la crise actuelle? Le Commissaire Hahn participe au débat avec Open Europe à Berlin.

    (18/07/2013)

    La représentation de la Commission européenne à Berlin et Open Europe Berlin organisent ensemble un débat sur le thème de la politique régionale de l’UE comme politique d'investissement et de croissance dans la crise actuelle, avec la participation du Commissaire Johannes Hahn et du professeur Michael Wohlgemuth. Il s’agit de lancer une réflexion sur les réformes radicales de cette politique, bientôt finalisées, et sur le bon usage des fonds régionaux dans les différents États membres et régions d’Europe. Intitulé «Politique régionale: moteur de croissance ou gaspillage d’argent?», ce déjeuner-débat organisé au siège de la représentation de la Commission européenne comptera avec la participation d'un public nombreux dont des représentants d'ONG, des ministres, des parlementaires, des journalistes et des universitaires. Un nouveau document sur la politique de cohésion de l’UE comme facteur d’emploi et de croissance en Europe («EU Cohesion Policy, Contributing to Employment and Growth in Europe») doit  aussi être présenté à Berlin.

    Le débat aura lieu le vendredi 19 juillet entre 11 h et 12 h 30 au siège de la représentation de la Commission européenne à Berlin.

    Informations complémentaires:

    Débat: «Politique régionale: moteur de croissance ou gaspillage d’argent?»

    Questions et réponses sur le paquet législatif de la politique de cohésion 2014-2020

  • Euronews émet le 2e épisode de la série «Real Economy» intitulé «Finding work for a lost generation»

    (16/07/2013)

    Euronews émet cette semaine le 2e épisode de la série «Real Economy», qui aborde la problématique de l’emploi au sein d’une «génération perdue». Les effets de la crise économique sur l’emploi frappent de plein fouet les jeunes Européens. Au sein de l’Union européenne, les jeunes enregistrent un taux de chômage plus de deux fois plus élevé que celui des adultes. Dans certains pays comme l’Espagne ou la Grèce, les chiffres du chômage des jeunes atteignent des seuils inacceptables qui compromettent sérieusement la cohésion sociale et auraient à long terme un impact négatif sur la croissance et la compétitivité.

    Cet épisode analyse les initiatives actuellement mises en œuvre par l’Union européenne pour favoriser l’esprit d’entreprise chez les jeunes. Les Fonds structurels de l’UE ont déjà fortement contribué à la lutte actuelle contre le chômage des jeunes. Dans une interview, Laszlo Andor, Commissaire en charge de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion, commente la proposition de l’initiative pour l’emploi des jeunes (IEJ). Proposée en février 2013, elle vise à soutenir toutes les régions affichant un taux de chômage des jeunes supérieurs à 25 %. Il est prévu d’allouer à cette initiative un budget de 6 milliards d'euros.

    Épisode 2 – Économie réelle: trouver du travail pour une génération perdue

  • les États membres et les régions doivent entreprendre sans délai la préparation de la prochaine génération de programmes de l’Union européenne pour la croissance

    (10/07/2013)

    À l'issue du vote des députés européens sur une réforme radicale de la politique régionale de l’Union européenne, le commissaire Hahn déclare que les États membres et les régions doivent entreprendre sans délai la préparation de la prochaine génération de programmes de l’Union européenne pour la croissance.

    Le commissaire européen chargé de la politique régionale, M. Johannes Hahn, a indiqué aux États membres et aux régions qu'il fallait se hâter de planifier les programmes des Fonds structurels de l’Union européenne pour la période 2014-2020. Cet appel a été lancé après l'adoption, par les membres de la commission du développement régional du Parlement européen, d'un ensemble de rapports favorables en principe à une réforme radicale de la politique régionale.

    Les principaux éléments de la réforme confirmés par le vote d’aujourd’hui sont les suivants:

    • concentrer les investissements sur les éléments essentiels pour la croissance et l’emploi exposés dans la stratégie Europe 2020, grâce à un ensemble de règles communes applicables aux cinq Fonds structurels et d’investissement européens (Fonds européen de développement régional, Fonds social européen, Fonds de cohésion, Fonds européen agricole pour le développement rural et Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche);

    • concentrer la majeure partie du budget sur un nombre restreint de priorités étroitement liées à la stratégie de croissance Europe 2020. En particulier:

    • consacrer entre 50 % et 80 % du budget du FEDER au financement de mesures destinées à soutenir l’innovation et la recherche et le développement, la stratégie numérique, la compétitivité des PME et la transition vers une économie à faible intensité de carbone;

    • en ce qui concerne l'économie à faible intensité de carbone, imposer une obligation supplémentaire consistant à allouer au moins 12 % à 20 % du budget à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables;

    • obliger les États membres et les régions à établir des objectifs clairs et mesurables en ce qui concerne les effets des investissements. Les progrès doivent être mesurés et communiqués;

    • définir des mesures visant à réduire les formalités administratives et à simplifier l’utilisation des fonds de l’UE: établir davantage de règles communes à tous les fonds, fixer un nombre plus restreint d'exigences plus ciblées en matière de présentation de rapports, utiliser davantage la technologie numérique («cohésion électronique»)

    Communiqué de presse

    Q&A on the legislative package for EU Cohesion Policy 2014-2020

    Politique régionale de l'UE pour la période 2014-2020: propositions législatives

  • «Innova Saude» et «Hospital 2050», des projets de référence financés par le FEDER

    (09/07/2013)

    Trente-deux villes et régions européennes ont été récompensées pour avoir mis au point de nouveaux moyens d'aider les personnes âgées.Les collectivités lauréates, qui ont mis en place des solutions techniques, sociales ou structurelles afin de renforcer l'efficacité des systèmes de soins de santé et de protection sociale, se sont vu remettre leurs étoiles par la vice-présidente de la Commission européenne, Mme Neelie Kroes, chargée de la stratégie numérique.

    Ces collectivités sont situées en République tchèque, au Danemark, en Finlande, en France, en Allemagne, en Irlande, en Italie, au Portugal, en Espagne, en Suède, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.Treize sites de référence ont reçu trois étoiles, douze autres 2 étoiles et sept autres 1 étoil.

    Le site du ministère galicien de la santé est l’un des sites de référence ayant reçu un prix. Ce ministère régional gère le système de santé publique. Au fil des ans, il a mis au point plusieurs stratégies pour répondre aux besoins des personnes âgées, qui représentent une part importante de la population (23 % des citoyens ont plus de 65 ans). Les actions mises en œuvre portaient en particulier sur la gestion intégrée des patients atteints de maladies chroniques.

    «Innova Saude» et «Hospital 2050», deux programmes stratégiques menés en Galice, se sont traduits respectivement par le lancement de 9 et 14 projets d’innovation. Ces projets (qui s’étalent sur la période 2011-2015) représentent un investissement de plus de 90 millions d’euros, dont 79,2 millions proviennent du Fonds européen de développement régional (FEDER). Ces programmes visent principalement à construire le futur modèle du système de santé galicien et à fournir un modèle viable de services de santé axés sur le patient.

    Informations complémentaires:

    Communiqué de presse

    Des villes et des régions de l’Union européenne récompensées par des étoiles pour leurs projets d’excellence liés au vieillissement actif et en bonne santé

    Innova Saude – Hospital 2050

  • Découvrez les critères des marchés publics écologiques concernant les infrastructures d'eaux usées

    (03/07/2013)

    Des critères ont été définis pour les marchés publics écologiques concernant les infrastructures d’eaux usées. Ils visent notamment à réduire les coûts de ces installations tout au long de leur vie utile. Le cas échéant, ces critères pourraient aider les autorités publiques à construire ou améliorer leurs infrastructures d’eaux usées au cours de la période de programmation 2014-2020 au travers de la politique de cohésion.

    Lire l’étude

  • Euronews émet le premier épisode de la série «Real Economy» intitulé « Croissance dans l’Union européenne»

    (02/07/2013)

    Euronews diffuse cette semaine le premier épisode de la série «Real Economy». Cette série s’intéresse aux politiques macroéconomiques de l’Europe qui ont une incidence sur la vie quotidienne des citoyens, et recherche des solutions qui fonctionnent. La série démarre par un épisode sur la croissance dans l'Union européenne.

    Cet épisode offre un aperçu des cycles de croissance dans l’UE et analyse les facteurs qui influencent cette croissance et les différences dans les trajectoires de croissance des pays européens, ainsi que les raisons qui expliquent ces différences. Il examine aussi les diverses orientations et mesures prises jusqu’à aujourd’hui par les décideurs politiques et le secteur privé pour améliorer la productivité et faire face à la concurrence.

    L’épisode présente un projet financé par le FEDER: le projet «UPTEC», Parc scientifique et technologique de l’Université de Porto. C’est un excellent exemple illustrant comment rapprocher le monde de la recherche de celui des entreprises par le biais d’une stratégie de partage des résultats de recherche et de promotion de l’esprit d’entreprise à l’échelon local. Ce projet cofinancé par le Fonds européen de développement régional vise à créer des emplois et des entreprises dans les secteurs de la connaissance au nord du Portugal. L’objectif de créer 300 emplois dans les cinq premières années a été largement dépassé puisque le projet emploie aujourd’hui 900 spécialistes.

    Ce premier épisode accueille aussi un invité de choix: Olli Rehn, le Commissaire européen en charge des affaires économiques et monétaires. Olli Rehn répond à des questions précises sur les mesures prises au sein de l’UE pour lutter contre la crise et sur la nécessité d’une action coordonnée des institutions européennes.

    Épisode 1 – Économie réelle: la croissance dans l'Union européenne (en anglais)

    Lauréat 2013 des prix REGIO STARS – Croissance intelligente: Parc scientifique et technologique de l'Université de Porto (UPTEC) – Nord du Portugal

    Projet de la semaine: L’UPTEC, catalyseur du changement structurel dans la région Norte au Portugal

  • Bienvenue à la Croatie, nouvel État membre de l’Union européenne

    (01/07/2013)

    L’Union européenne accueille la Croatie, son 28èmeÉtat membre. La Croatie a posé sa candidature à l’adhésion à l’Union européenne en 2003 et est parvenue à mener à bien toutes les réformes nécessaires pour rejoindre l’UE le 1er juillet 2013.

    La Croatie recevra 450 millions d’euros provenant de fonds structurels pour les 6 premiers mois de son adhésion. La proposition budgétaire, actuellement en discussion entre les institutions européennes, prévoit l’octroi de 8 milliards d’euros à la Croatie pour la période 2014-2020. Cet investissement servira à renforcer la mise en œuvre et l’exécution des réformes actuellement entreprises par les autorités nationales. Elles seront utilisées avec des objectifs prédéterminés clairs en vue de renforcer la croissance économique, environnementale et inclusive dans le pays et les régions dans le sens des objectifs de la stratégie Europe 2020.

    Les fonds seront investis dans des secteurs où les besoins se font le plus sentir, en particulier le renforcement de la compétitivité du pays, l’augmentation de la participation au marché du travail et une meilleure adaptation de l’éducation et de la formation professionnelle aux besoins actuels du marché. La Croatie est également encouragée à utiliser les fonds pour le renforcement des ses propres atouts comme la préservation et la promotion de ses ressources naturelles exceptionnelles, ce qui peut n’avoir que des conséquences positives sur le secteur du tourisme.

    La Croatie est actuellement impliquée dans des programmes de coopération financés par l’UE avec, entre autres, la Slovénie et la Hongrie et conjuguera ses efforts à ceux de ses voisins des Balkans au cours de la période de financement 2014-2020. Elle est déjà un membre actif de la stratégie européenne pour la région du Danube.

     

  • Expérience macrorégionale de l'Europe: première évaluation

    (01/07/2013)

    La Commission européenne a publié aujourd'hui la première étude permettant d'évaluer la réussite des deux stratégies macrorégionales de l'Union et de formuler des recommandations pour l'avenir.

    Les stratégies de l'Union pour les régions du Danube et de la mer Baltique, auxquelles plus de vingt États, membres ou non de l'Union européenne, ont participé, ont instauré une forme de coopération unique, fondée sur le principe selon lequel il est préférable de relever collectivement les défis communs de régions spécifiques, qu'ils soient liés à l'environnement, à l'économie ou à la sécurité, et logique de planifier conjointement la répartition la plus efficace des fonds disponibles.

    Le rapport accorde une appréciation globalement positive aux stratégies existantes à ce jour. Il met l'accent sur la manière dont elles ont permis la création de centaines de nouveaux projets et contribué à la définition d'objectifs stratégiques communs dans des domaines d'une importance capitale pour les régions concernées. L'approche macrorégionale s'est également traduite par un grand nombre d'initiatives et de réseaux communs ainsi que par des décisions politiques prises collectivement.

    Selon le rapport, la coopération entre les pays participants de l'Union européenne et les pays tiers voisins s'est considérablement renforcée et a conduit à une utilisation plus efficace des ressources disponibles.

    Néanmoins, le rapport rappelle aux gouvernements la nécessité d'un engagement politique et donner la priorité à ces stratégies dans tous les domaines concernés, garantissant ainsi qu'elles s'inscrivent dans les futurs programmes des Fonds structurels et d'investissement européens, ainsi que dans d'autres cadres stratégiques régionaux, nationaux et de l'Union. Il souligne également l'importance des ressources administratives pour la réalisation de ces objectifs.

    Pour ce qui est des futures stratégies macrorégionales, le rapport précise que de nouvelles initiatives ne devraient être lancées que pour répondre à des besoins particuliers d'amélioration de la coopération de haut niveau. Les participants doivent être disposés à concrétiser leur engagement politique en apportant un soutien administratif et les nouvelles stratégies devraient clairement démontrer leur valeur ajoutée spécifique pour l'ensemble de l'Union.

    Communiqué de presse

    Rapport de la Commission au Parlement Européen, au Conseil,au Comité Économique et Social Européen et au Comité des Régions concernant la valeur ajoutée des stratégies macrorégionales

    Projets phare

    Stratégie de l'Union européenne pour la région de la mer Baltique

    www.balticsea-region-strategy.eu

    Stratégie de l’Union européenne pour la région du Danube

    http://www.danube-region.eu/

     

  • Les nouvelles lignes directrices concernant les aides d’État à finalité régionale pour la période 2014-2020 ont été approuvées par la Commission.

    (27/06/2013)

    Les lignes directrices établissent les critères qu’utilisera la Commission afin de déterminer si les aides à finalité régionale sont compatibles avec le marché intérieur. Pour les aides d’État versées dans le cadre des programmes opérationnels, elles prévoient une simplification des conditions d’octroi.  De plus, pour la première fois, la coopération territoriale européenne y est spécifiquement abordée.

    Les nouvelles lignes directrices seront d’application dès le 1er juillet 2014, les présentes dispositions restant en vigueur pour la période comprise entre le 1er janvier et le 30 juin 2014.

    Législation concernant les aides à finalité régionale

  • Huitième rapport d’étape : La politique de cohésion est plus que jamais nécessaire pour promouvoir des emplois et une croissance durables

    (26/06/2013)

    Entre 2008 et 2012, le taux de chômage a augmenté dans quatre régions sur cinq dans l’Union européenne. En outre, le PIB s’est contracté dans deux régions sur trois entre 2007 et 2010. Cette crise a un effet très ample, touchant tant les régions plus développées que moins développées. Aussi les disparités entre régions de l’UE ont-elles commencé à se creuser à nouveau, après une longue période de convergence.

    Ce revers de fortune grave est souligné dans le 8ème rapport d’étape sur la cohésion économique, sociale et territoriale, « La dimension régionale et urbaine de la crise », adopté aujourd’hui par la Commission européenne. Ce rapport relève en effet les diminutions très préoccupantes au niveau régional de l’emploi et du produit intérieur brut, ainsi que des prix de l’immobilier et du revenu disponible des ménages. Il indique par ailleurs que si d’une part le volume des investissements directs étrangers et des exportations s’est rapidement redressé, d’autre part celui des exportations demeure à un niveau considérablement inférieur à celui d’avant-crise.

    Huitième rapport d'étape sur la cohésion économique, sociale et territoriale

  • Partenariat en action: les régions ultrapériphériques de l’Union Européenne présentent leurs plans d’investissement et de croissance pour la période 2014-2020 à la Commission européenne

    (25/06/2013)

    Le commissaire européen à la politique régionale, M. Johannes Hahn, recevra aujourd’hui les plans de développement stratégique des huit régions ultrapériphériques européennes. Le commissaire, chargé de la coordination de toutes les politiques de l’Union européenne pour ces régions, discutera des plans d’action à Bruxelles avec les présidents et vice-présidents des Açores, des îles Canaries, de la Guadeloupe, de la Guyane française, de Madère, de la Martinique, de la Réunion et de St. Martin. C’est la première fois que les régions ultrapériphériques sont invitées à présenter ce type de stratégies individuelles, qui porteront non seulement sur la manière dont elles envisagent d'utiliser au mieux les fonds structurels de l’Union européenne, mais aussi sur la manière dont, selon elles, d’autres politiques de l’UE peuvent contribuer à leur développement. Les plans recensent les caractéristiques et les atouts spécifiques qu’elles visent à exploiter en vue de diversifier et de moderniser leurs économies.

    Les plans d’action ont été demandés par la Commission il y a un an dans la communication: «Les régions ultrapériphériques de l’Union européenne: vers un partenariat pour une croissance intelligente, durable et inclusive».

    Les stratégies constituent des outils pour la période 2014-2020: non seulement dans l’utilisation des Fonds structurels, mais également en ce qui concerne la manière dont les régions ultrapériphériques peuvent bénéficier plus largement des politiques de l’Union européenne. Elles définissent les mesures individuelles à prendre par les régions en vue d'atteindre les objectifs de croissance de la stratégie «Europe 2020», en abordant des aspects tels que le chômage des jeunes et la stimulation de la compétitivité locale. Des représentants d’un certain nombre de directions de la Commission responsables de la politique maritime, de l’emploi, de l’agriculture, des transports, du commerce, du développement et du marché unique participeront également à cet événement.

    Parmi les principaux thèmes couverts dans les plans d’action figurent:

    • l’amélioration de l’accès au marché unique de l’UE — en accordant une attention particulière aux réseaux de transport, à la mobilité des citoyens, à la dimension maritime et aux besoins en infrastructures;

    • l’amélioration de la compétitivité par la modernisation et la diversification économiques en mettant l’accent sur l’agriculture, la recherche et l’innovation et le tourisme;

    • une meilleure intégration géographique régionale;

    • le développement social — la création d’emplois, en renforçant les compétences et les qualifications en mettant fortement l'accent sur la jeunesse, l’éducation et l’emploi; et enfin

    • l'intégration de la lutte contre le changement climatique dans toutes les politiques.

    Pour de plus amples informations:

  • Un portail unique aide les entreprises à obtenir un financement européen, y compris, depuis aujourd’hui, auprès des Fonds structurels

    (25/06/2013)

    Les entreprises européennes auront désormais plus de facilité à obtenir les fonds dont elles ont tant besoin, car la Commission européenne étend le portail unique des instruments de financement de l’Union européenne (UE) aux Fonds structurels de l’UE, à savoir le Fonds européen de développement régional (FEDER) et le Fonds social européen (FSE). Ouvert le mois dernier, ce portail unique permet aux entrepreneurs et aux PME d’accéder à des informations simples, complètes et actualisées sur la manière d’obtenir un financement au titre de l’un des programmes de l’UE s’étalant sur la période 2007-2013, dont les ressources dépassent 100 milliards d’euros. Le nombre de banques et de Fonds auquel le portail donnera désormais accès sera multiplié par deux et dépassera le millier de partenaires; les PME auront ainsi plus facilement accès à des informations vitales sur les moyens de se financer (garanties, prêts et capital-risque) (MEMO/13/606).

    L’accès au financement est l’un des problèmes les plus pressants auxquels les PME doivent faire face en Europe. Au cours des deux dernières années, près d’un tiers des PME ayant demandé un prêt bancaire ne l’a pas obtenu ou a finalement obtenu un montant inférieur à celui demandé. Le document European Small Business Finance Outlook (Perspectives financières des petites entreprises européennes), publié au début de ce mois par le Fonds européen d’investissement, confirme que l’environnement des PME européennes se détériore et que les banques de la zone euro ont durci les conditions d’octroi des crédits. Plus que jamais, l’information et l’accès aux financements de l’UE sont vitaux pour les entreprises. L’aide fournie par les Fonds structurels aux PME s’élève déjà à quelque 70 milliards d’euros pour la période 2007-2013.

    IP/13/387-MEMO/13/393 Faciliter l’accès des PME au financement:la clé de la reprise économique

    Le nouveau point d'accès unique à tous les instruments financiers de l'UE destinés aux PME

  • Le film promotionnel de la Journée européenne de la coopération 2013 a été publié!

    (24/06/2013)

    La deuxième Journée annuelle européenne de la coopération se tiendra le 21 septembre et réunira quelque 70 pays voisins et participant à la Coopération territoriale européenne pour illustrer les avantages d’une coopération transfrontalière.

    Différents événements locaux se tiendront également en Europe du 9 au 22 septembre. Pour plus informations, visitez le site de la European Cooperation Day (Journée de la coopération européenne)

    Pour commencer la promotion de la campagne, INTERACT a produit une bande-annonce reprenant la devise de cette année : « J’en suis ». Les futures productions prévues présenteront d’autres projets de coopération en matière de bonnes pratiques.

  • Inauguration du siège roumain du consortium de recherche de pointe ELI

    (21/06/2013)

    Le vendredi 14 juin, Johannes Hahn a assisté à l’inauguration d’un site de recherche scientifique en Roumanie abritant le laser le plus puissant du monde. Baptisé ELI-NP (Extreme Light Infrastructure – Nuclear Physics / infrastructure de la lumière extrême –physique nucléaire), ce projet a été cofinancé par les fonds régionaux à hauteur de 150 millions d’euros.

    Il s’agit d’un projet de recherche paneuropéen et pluridisciplinaire. C’est aussi le seul centre européen de recherche de pointe sur la radiation à très haute intensité et sur l’interaction entre laser et matière. L’objectif est de fournir aux chercheurs, aux ingénieurs et aux médecins une puissance laser 100 000 fois plus élevée que la somme de l’énergie produite par toutes les centrales électriques de la planète. Le site de recherche ELI-NP attirera des chercheurs et des étudiants des quatre coins du globe qui viendront étudier les applications de la lumière extrême pour le bien de toute la société. Ce projet fera aussi figurer l’Europe sur la carte de la recherche en physique nucléaire utilisant les technologies laser de pointe.

    Le projet ELI-NP, principalement basé en Roumanie (dans la banlieue de Bucarest), comprend aussi deux autres structures, l’une en Hongrie et l’autre en République tchèque. Il fait partie d’un consortium de recherche réunissant 40 partenaires de 13 États membres. En 2018, ELI-NP emploiera 262 chercheurs dont 36 membres du personnel de soutien. Le coût total du projet dépasse les 356 millions d’euros, cofinancés par les fonds régionaux de l’UE et les fonds nationaux. Cette structure devrait être mise en service en 2015.

    Pour en savoir plus:

  • Découvrez des projets cofinancés par l’UE et gagnez !

    (19/06/2013)

    Nous voulons célébrer avec vous les projets qui améliorent réellement la vie des citoyens et apportent des bienfaits manifestes à l’échelon local.

    Vous pouvez tenter votre chance et gagner 1 000 euros de matériel photographique et un séjour à Bruxelles en octobre. Il vous suffit de prendre une photo d’un projet sur laquelle apparaisse une plaque ou un panneau attestant d’un financement européen. Le drapeau de l’UE doit également être visible.

    Rendez-vous ensuite ici pour soumettre jusqu’à 3 photos pour participer à l’édition 2013 du concours de photographies «L’Europe dans ma région».

    Les gagnants seront choisis par vote populaire et par un jury de professionnels du monde de la communication et de la photographie.

    Le concours débute aujourd'hui et la date limite de candidature est fixée au 23 août 2013, 12 h (heure d’Europe centrale).

    Vous trouverez sous les liens suivants des informations complémentaires sur la politique régionale de l’UE et les autres financements européens. Vous pouvez aussi vous rendre directement sur le site du concours de photos «L'Europe dans ma région».

  • Regional Studies Association: appel à contributions pour des conférences en 2013

    (18/06/2013)

    La Regional Studies Association, qui organise deux conférences en novembre 2013, recherche des orateurs et leur demande de soumettre un résumé de leur contribution.

    La première conférence, intitulée «Looking Forward: the Future of Regional Studies» (perspectives sur l’avenir des études régionales), aura lieu le vendredi 1er novembre 2013 à l’Université de Manchester, au Royaume-Uni. Elle s’adresse en particulier aux chercheurs en début de carrière; c’est pour eux l’occasion d’identifier les futures lignes de recherche et d’action des études régionales et d’en discuter. Les résumés doivent porter sur l’un des domaines de recherche suivants: l’innovation et la connaissance, la financiarisation et le développement régional, les nouveaux défis de la planification urbaine, les réseaux de production mondiaux, la géographie économique évolutive, l’investissement étranger direct et le développement régional, le changement climatique et la durabilité, la gouvernance régionale et urbaine.

    La deuxième conférence, intitulée «Mobilising Regions: Territorial Strategies for Growth» (mobiliser les régions: les stratégies territoriales de croissance), se tiendra le 22 novembre 2013 au Holiday Inn London Bloomsbury de Londres, au Royaume-Uni. Elle portera sur les mécanismes de mobilisation des régions pour ou contre des modèles et stratégies de développement territorial particuliers. Elle établira aussi les besoins et la nature des futurs impératifs de recherche et abordera les problèmes et les défis que rencontrent les décideurs politiques et les parties prenantes. Les contributions abordant principalement l’un des sujets suivants sont les bienvenues: les nouveaux sites et les nouvelles formes de coopération territoriale, la coopération et la résistance vis-à-vis de certains modèles et stratégies de développement territorial, l’étude empirique et conceptuelle des mécanismes de mobilisation des régions, la mobilité/l’immobilité des modèles de développement territorial, le rôle du leadership dans la mobilisation des régions.

    La date limite de soumission des résumés pour les deux événements est fixée au 12 juillet 2013.

    Appel à contributions – «Looking Forward – the Future of Regional Studies», 1er novembre 2013

    Appel à contributions – «Mobilising Regions: Territorial Strategies for Growth», 22 novembre 2013

  • Le commissaire Hahn salue l’ouverture du «pont de la nouvelle Europe», symbole puissant de la coopération européenne

    (14/06/2013)

    Le commissaire européen chargé de la politique régionale, M. Johannes Hahn, présidera aujourd’hui à un moment historique entre la Bulgarie et la Roumanie, et les régions voisines de Vidin et de Calafat, en participant à l'ouverture inaugurale d’un pont reliant les deux pays. Le commissaire Hahn sera accompagné du président et du Premier ministre bulgares, M. Plevneliev et M. Oresharski, ainsi que du Premier ministre roumain, M. Ponta. Le pont nouvellement baptisé «pont de la nouvelle Europe» a reçu 106 millions d'euros d'investissements de l’UE et n’est que le deuxième pont le long de la frontière de 630 km entre les deux pays. Il est d’une importance stratégique vitale pour l’Union européenne: un maillon crucial sur une liaison qui pourrait s'étendre depuis l'Europe du Nord et les pays baltes, en passant par l'Europe centrale, la Roumanie et la Bulgarie, pour parvenir à terme jusqu'en Grèce.

    Le projet de construction du pont a commencé en 2007, mais le plan était déjà en discussion depuis près de 15 ans. La stratégie de l’UE pour la région du Danube, avec sa méthode de coopération unique, combinée à l’intervention du commissaire Hahn, a favorisé l'achèvement du projet.

    Communiqué de presse

    Fiche Projet

  • Évaluez le travail de communication de la DG REGIO

    (14/06/2013)

    Nous tenons à informer les citoyens sur les principes et les règles qui gouvernent la politique de cohésion de l'UE et les tenir au courant de ses apports et de ses réalisations. À cette fin, nous élaborons différents produits (publications, vidéos, événements). Si vous voulez bien les évaluer au travers de notre enquête en ligne, vous nous aiderez à les améliorer. Répondre à cette enquête ne devrait pas vous prendre plus de 5 minutes. Merci beaucoup pour votre aide!

  • La Commission et le Parlement travaillent ensemble pour le développement urbain

    (13/06/2013)

    La Commission européenne, le Parlement européen et URBACT unissent leur force pour présenter le 18 juin une étude récemment publiée, intitulée «Urban Development in the EU: 50 Projects Supported by the ERDF in 2007-2013» (le développement urbain dans l’Union européenne: 50 projets soutenus par le FEDER en 2007-2013) et une collection de 6 rapports thématiques: «Cities of Tomorrow: Action Today» (villes de demain: agir aujourd’hui).

    L’étude, réalisée par la direction générale de la Commission en charge de la politique régionale et urbaine et l’intergroupe Urban du Parlement européen, présente 50 projets ayant reçu l’investissement du FEDER et propose un dossier d’information sur les villes sélectionnées, accompagné de détails sur leurs projets et résultats. Elle dresse un état des lieux de la mise en pratique des politiques urbaines locales grâce à l’investissement du FEDER pour la période 2007-2013. Les villes citées révèlent des idées, des solutions et des méthodes de coopération ou de collaboration intéressantes pouvant inspirer d’autres zones urbaines et autorités de gestion. Une présentation détaillée de l’étude est prévue, suivie d’une table ronde.

    Le deuxième événement présente 6 publications qui répondent aux principaux défis urbains du 21e siècle, décrits dans le rapport sur les villes de demain. Ces ouvrages démontrent qu’il est indispensable d’adopter une approche intégrée et participative, en lien avec les piliers environnementaux, sociaux et économiques de la stratégie Europe 2020. Les participants auront l’occasion d’en savoir plus sur le vaste travail de capitalisation entrepris par URBACT et de prendre part à une table ronde avec les experts d’URBACT et les représentants politiques de l’UE.

    Pour en savoir plus:                         

    Rapport sur le développement urbain dans l’UE: 50 projets soutenus par le FEDER en 2007-2013 (en anglais)

    Série de rapports thématiques, produits par URBACT et publiés sur son site, sur le thème: villes de demain, agir aujourd’hui (en anglais)

    Informations à propos de l’événement sur le site web d’URBACT

  • «Les Fonds structurels doivent être utilisés pour promouvoir et stimuler l’économie grecque», déclare le Commissaire Hahn devant les membres du parlement du pays

    (13/06/2013)

    Le Commissaire Hahn a poursuivi aujourd’hui sa tournée dans les 13 régions grecques pour aider les entreprises et les représentants locaux à faire le meilleur usage possible des Fonds structuraux de l’UE et contribuer ainsi à la reprise du pays.

    Après une visite dans la région de Macédoine orientale et Thrace, l’une des plus reculées du pays, le Commissaire Hahn est aujourd’hui à Athènes où il doit rencontrer le Premier ministre, M. Samaras, et le ministre du développement, M. Hatzidakis, et assister à 3 commissions parlementaires. 

    Il a déclaré devant les députés: «Depuis le tout début, la politique régionale de l’UE est axée sur la croissance… promouvoir l’économie par le biais de projets durables, qui contribueront à la transformation de la Grèce.» S’adressant aux membres des commissions Environnement, Affaires européennes et Développement régional, le Commissaire a insisté sur la nécessité d’accélérer l’utilisation des investissements de l’UE au cours de la période actuelle et d’éviter toute perte de temps dans la planification de la nouvelle période de programmation.

    Discours

  • La Commission propose de modifier le règlement général

    (06/06/2013)

    Le 21 mai, la Commission a adopté une proposition de modification du règlement général visant à prolonger la mesure prévoyant un financement complémentaire de 10 % jusqu’à la fin de la période 2007-2013 et à donner à la Roumanie et à la Slovaquie plus de temps pour dépenser leurs subventions.

    Cette proposition, COM(2013)301, doit maintenant être débattue avec le Parlement européen et le Conseil.

    Informations complémentaires:
    Proposition, COM(2013)301 pdf de en fr  bg cs da el es et fi hu it lt lv nl pl pt ro sk sl sv
    Communiqué de presse

  • L’édition de printemps du magazine Panorama, intitulée «Rapprocher les communautés», est maintenant disponible en ligne.

    (28/05/2013)

    Le sujet phare de cette édition est le rôle de la politique de cohésion dans le retour de la croissance en Europe. La politique de cohésion est le bras financier du budget de l’Union et vise à renforcer la croissance et la compétitivité en exploitant les atouts des régions. À l’avenir, cette politique renforcera davantage encore la réalisation des objectifs de la stratégie «Europe 2020» et se concentrera sur l’investissement durable grâce à une utilisation plus efficace des investissements régionaux, nationaux et de l’Union.

    Les autres sujets abordés sont notamment le programme PEACE de l’Union européenne, qui cherche la réconciliation des communautés divisées d’Irlande du Nord et dans la région frontalière de l’Irlande, ainsi que le rôle clé des villes – les moteurs de l’économie européenne. La Commission a récemment créé une importante base de données sur les meilleures pratiques en matière de développement urbain, de façon à fournir un aperçu détaillé des projets, laquelle pourrait servir de source d’inspiration pour les villes, les pouvoirs publics et les autres parties prenantes.

    Panorama: Rapprocher les communautés

  • Solidarité et flexibilité: la Commission décide d'aider les États membres frappés par la crise à utiliser les fonds de la politique de cohésion

    (21/05/2013)

    La Commission européenne a proposé aujourd’hui des mesures pour aider les pays frappés par la crise à utiliser les fonds de l'UE dont ils ont tant besoin. Les mesures aideront ces États membres à lutter contre le chômage des jeunes, à soutenir les petites et moyennes entreprises et à financer de grands projets d'infrastructure. En l’absence de telles mesures, les investissements en faveur de la croissance prévus dans le cadre de la politique de cohésion pourraient être perdus faute de temps pour dépenser les fonds ou faute de cofinancement national ou privé, difficiles à trouver en raison de la conjoncture actuelle. La proposition, élaborée en réponse aux demandes formulées par les gouvernements de l’UE et par le Conseil européen, va être envoyée au Parlement européen et au Conseil de l’UE pour adoption.

    Johannes Hahn, membre de la Commission chargé de la politique régionale, a commenté la proposition en ces termes: «La Commission européenne est disposée à faire preuve de solidarité et de souplesse pour aider les pays qui sont durement frappés par la crise à retrouver le chemin de la croissance. La politique de cohésion est l’un des principaux instruments à la disposition de l’Union pour y parvenir. Les mesures spécifiques que nous avons adoptées aujourd’hui aideront ces pays à utiliser ces investissements ô combien nécessaires pour créer des emplois durables en soutenant les petites et moyennes entreprises et en les aidant à avoir accès au financement, pour aider les jeunes à trouver du travail, et pour encourager l’innovation et la recherche. Ces mesures seront non seulement bénéfiques pour les pays concernés, mais aussi pour l’Europe, dans son ensemble. Je me dois toutefois de préciser que, si elle offre une bouffée d’oxygène, cette proposition ne peut pas se substituer à des réformes ni à une accélération dans l'utilisation des fonds.»



     

  • «Les régions montrent la voie: la recherche et l’innovation au service de la croissance et de la compétitivité».

    (21/05/2013)

    La 4e conférence WIRE, qui aura lieu au Collège universitaire de Cork les 6 et 7 juin 2013, est organisée conjointement par Enterprise Ireland et la Commission européenne, avec le soutien du septième programme-cadre pour la recherche et le développement technologique (7e PC). 

    L’objectif de la conférence est de rassembler, d’une part, les représentants des réseaux et groupements régionaux européens, des communautés du 7e PC («Potentiel de recherche» et «Régions de la connaissance») ou d’InterReg et des groupes et entreprises industriels et, d’autre part, les décideurs politiques et les groupes de mise en œuvre, ainsi que les représentant de la Commission européenne, afin d’alimenter le débat sur la recherche, l’innovation et le développement de la politique régionale. Cela devrait permettre de mieux positionner les acteurs régionaux et d’étayer ainsi la décision politique en vue d’un développement régional efficace.

    Pour plus d’informations sur la conférence et les modalités d’inscription, veuillez consulter le site www.wire2013.eu.

  • Comprendre la restructuration des PME en Europe

    (16/05/2013)

    Les petites et moyennes entreprises (PME) représentent 99 % des entreprises européennes. Elles sont donc un moteur économique essentiel. Comme toutes les entreprises, les PME sont amenées à évoluer, mais les restructurations sont souvent menées dans une optique de grande envergure qui néglige les caractéristiques spécifiques de ces entreprises.

    Eurofound, la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, a examiné les principales difficultés que rencontrent ces entreprises de façon à expliquer aux décideurs politiques la complexité de cet enjeu, notamment lorsqu’il s’agit d’établir des plans et des mesures de soutien. La fondation a réalisé une recherche comparative portant sur 85 entreprises et a présenté les résultats aux membres du Parlement européen. L’étude analyse différentes possibilités de restructuration des PME et conseille aux décideurs politiques de réviser les critères d’éligibilité et de proposer des systèmes de financement et un guichet unique d’aide aux PME.

    Rapport général, document de synthèse et rapports nationaux sur 85 études de cas

  • Lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale

    (13/05/2013)

    Le 29 mai, le Comité des régions organise une conférence sur le rôle des villes et des régions d’Europe dans la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale. Cet événement d’un jour abordera les thèmes suivants: les caractéristiques locales du dernier train de mesures adopté en matière d’investissement social, les dimensions urbaines et rurales de la pauvreté et de l’exclusion sociale et la coopération transnationale entre les autorités régionales et locales autour de ces problématiques. Parmi les intervenants figureront des membres du CdR, des collègues de la Commission européenne, des représentants des autorités locales, des organisations de parties intéressées et des universitaires. Ils présenteront leur position, des études de cas et des possibilités de financement pour la période 2014-2020. Programme et inscription: http://cor.europa.eu/fr/news/events/Pages/poverty-social-exclusion.aspx.

    Cet événement sera retransmis en direct sur internet le 29 mai, entre 9 h 30 et 16 h HEC: www.cor.europa.eu.

     

  • Investir dans les régions et les villes d’Europe

    (07/05/2013)

    Le 13 mai 2013, le Comité des régions et la Banque européenne d’investissement tiendront une conférence sur l’état des finances publiques territoriales et tenteront d’identifier comment maximiser l’impact du budget de l’UE pour 2014-2020 en regard des besoins d’investissement à l'échelon local. Parmi les intervenants de marque figureront M. Juncker, Premier ministre, M. Hoyer, président de la BEI, le Commissaire Barnier et M. Valcàrcel, président du CdR, ainsi que Walter Deffaa, directeur général de la DG Politique régionale et urbaine. Programme, inscription et informations générales: www.cor.europa.eu/finances

    Cet événement sera retransmis en direct sur internet entre 9 h 30 et 15 h 30 HEC:  www.cor.europa.eu

  • Qu’est-ce que RegioNetwork peut faire pour vous?

    (07/05/2013)

    N’avez-vous jamais rêvé d’une façon plus efficace de travailler avec vos partenaires, sans réunions interminables ou échanges incessants de messages électroniques?  Pensez-vous que votre travail serait plus satisfaisant si vous pouviez échanger vos expériences avec d’autres personnes confrontées aux mêmes difficultés?

    RegioNetwork est une communauté en ligne de professionnels de la politique régionale et urbaine européenne.  La participation est gratuite et vous permet d’accéder à de nombreuses fonctionnalités conçues pour vous aider dans votre travail:

    • Utilisez les groupes pour collaborer en vue d’objectifs spécifiques.
    • Recherchez et filtrez facilement les informations et les conversations qui vous intéressent.
    • Partagez vos réalisations et prenez contact avec d’autres professionnels ayant les mêmes centres d’intérêt.
    • Testez différentes opinions ou options en organisant un sondage.

    Parmi les professionnels de la politique régionale et urbaine européenne qui utilisent déjà RegioNetwork figurent les responsables de la communication des autorités de gestion, ainsi que les experts chargés d’évaluer l’impact des programmes opérationnels.

    N’hésitez pas à rejoindre RegioNetwork dès aujourd’hui!

  • Environnement: investir dans l'infrastructure verte offrira de multiples avantages pour la nature, la société et la population

    (06/05/2013)

    La Commission européenne a adopté aujourd'hui une nouvelle stratégie visant à encourager le recours à l'infrastructure verte et à promouvoir la prise en compte systématique des processus naturels dans le cadre de l'aménagement du territoire. L'infrastructure verte est un outil éprouvé qui utilise la nature pour générer des avantages écologiques, économiques et sociaux. Ainsi, avec l'infrastructure verte, plutôt que de construire des infrastructures de protection contre les crues, une solution consisterait à utiliser des zones humides naturelles pour absorber l'excès d'eau dû aux fortes précipitations.

    Lien vers la communication et le résumé à l’intention des citoyens (en anglais)

  • Des chercheurs d’un institut cofinancé par l’UE font une découverte génétique importante sur le cancer

    (03/05/2013)

    Un jeune chercheur d’un institut de recherche tchèque créé en 2011 avec l’aide financière de l’Union européenne qui souhaitait en faire un centre scientifique européen de premier plan, a fait une découverte génétique importante qui pourrait aboutir à de nouveaux traitements efficaces contre certaines formes héréditaires du cancer du sein et de l’ovaire.

    Ces recherches menées par Michal Zimmermann, étudiant de troisième cycle du Dr Ctirad Hofr du CEITEC (Central European Institute of Technology), ont révélé que la perte du gène Rif1, ou une mutation le rendant inactif, pouvait rendre les cellules cancéreuses plus résistantes au traitement standard de ces deux cancers en stoppant et en inversant les effets de la chimiothérapie.

    Situé à Brno, en République tchèque, et subventionné par le Fonds européen de développement régional, le CEITEC est un centre d’excellence scientifique européen dans les domaines des sciences de la vie et des matériaux et technologies de pointe.

    Michael Zimmermann a fait sa découverte tandis qu’il travaillait à la prestigieuse université new-yorkaise Rockefeller, dans le cadre de ses études de troisième cycle. Il a publié ses recherches dans le journal Science en janvier 2013.

    À propos du CETEC: De grandes ambitions pour le nouveau centre d’excellence européen

  • Des projets du FEDER remportent le Prix européen de la promotion de l’esprit d’entreprise 2012

    (02/05/2013)

    Des projets du FEDER remportent le Prix européen de la promotion de l’esprit d’entreprise 2012

     

    Le projet Outset, mis en œuvre au Royaume-Uni, a obtenu le Grand prix du Jury et a été choisi en raison de son approche unique du soutien au démarrage d’entreprise qui consiste à aider les groupes les plus vulnérables dans la recherche d’emplois indépendants et la création d'entreprises. Le service Outset a été mis en exploitation en Cornouaille au travers de l’approche définie au titre de l’objectif «Convergence» du FEDER, un modèle qui a ensuite été reproduit avec succès dans la zone sud-ouest du Royaume-Uni couverte par le programme en faveur de la compétitivité et dans d’autres régions du pays. En trois ans à peine, Outset a créé plus de 1 200 entreprises et 1 400 emplois, permettant aux groupes défavorisés et sous-représentés de mobiliser plus d’un million de livres sterling de financements. Un grand nombre de ces programmes sans but lucratif a été financé par le FEDER. Les dernières statistiques font état d’un succès indéniable: www.outset.org  

    http://www.convergencecornwall.com/what-is-convergence/news.php?id=1896

    http://ec.europa.eu/enterprise/policies/sme/best-practices/european-enterprise-awards/2012/index_fr.htm 

  • Deux pays et des centaines d’événements autour d’un objectif commun – présentation des projets financés par l’UE en Belgique et aux Pays-Bas

    (30/04/2013)

    En mai 2013, plusieurs centaines de projets financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER) seront présentés au public en Belgique et aux Pays-Bas afin de montrer aux citoyens européens l’impact positif de la politique de cohésion de l’UE sur leur quotidien.

    En Belgique, la province d’Anvers présentera les projets mis en œuvre cette année grâce au financement de l’UE. Cet événement, intitulé «Europe in your Neighbourhood (L’Europe à votre porte)», sera parrainé conjointement par Enterprise Flanders et la ville et la province d’Anvers. Le point d’orgue sera un dialogue des citoyens avec le Commissaire européen en charge du commerce, Karel de Gucht, ainsi que la présentation des projets financés par l’UE au Park Spoor Noord, à Anvers. Le parc lui-même, qui est un site de loisirs très fréquenté, est un excellent exemple de la contribution de la politique de cohésion à la transformation sociale et économique des villes. Durant la période de programmation actuelle, la ville et la province d’Anvers ont bénéficié d’un investissement de quelque 80 millions d’euros.

    Ces activités se dérouleront le 8 mai 2013 au Park Spoor Noord d’Anvers, en Belgique.

    Site web consacré à l’événement

    Programme

    Les projets financés par le FEDER et par d’autres fonds communautaires seront aussi mis à l’honneur aux Pays-Bas: au mois de mai, 140 projets ouvriront leurs portes au public gratuitement à l’occasion d’une série d’événements, appelés «Europe Open Days (Portes ouvertes sur l’Europe)». Il s’agit de la troisième édition de cette initiative de grande envergure, organisée par l’Alliance des provinces du nord des Pays-Bas (SNN) pour présenter au public les projets les plus durables et les plus innovants mis en œuvre à travers le pays au cours des six dernières années et pour sensibiliser le citoyen à ces réalisations. L’un des moments forts sera l’événement de trois jours organisé dans le complexe du Drents Museum, à Assen. Les Pays-Bas ont bénéficié d’un financement de près de 2 milliards d’euros pour la période 2007-2013 dans le cadre de la politique de cohésion.

    Les différentes activités se dérouleront du 10 au 12 mai 2013, aux quatre coins des Pays-Bas.

    Site web et programme de l’événement

  • Fonds de solidarité de l’UE: la Commission propose d'accorder une aide de 14,6 millions € à la Slovénie, la Croatie et l'Autriche à la suite d'inondations catastrophiques

    (30/04/2013)

    Le commissaire européen chargé de la politique régionale, M. Johannes Hahn, a annoncé aujourd'hui l'octroi d'une aide de plus de 14,6 millions € par le Fonds de solidarité de l'UE (FSUE) après les graves inondations qui ont eu lieu en Slovénie en octobre et novembre 2012. Les pays voisins de la Slovénie, l'Autriche et la Croatie, ont également subi des dégâts, quoique de moindre importance, en conséquence directe des inondations et bénéficieront de l'aide afin de financer les opérations d'urgence effectuées à la suite de la catastrophe.

    Le commissaire Hahn, qui est également responsable du FSUE, a déclaré à ce sujet: «La proposition que nous présentons aujourd'hui est une démonstration de la solidarité de l'Union envers la Slovénie et les régions croates et autrichiennes qui ont été touchées. Le financement que nous entendons octroyer contribuera à alléger la charge financière que ces pays ont dû supporter pour remettre les infrastructures en état et prendre des mesures d'urgence, et permettra aux régions touchées de se rétablir. La Commission propose un budget rectificatif grâce auquel le Conseil et le Parlement pourront rendre les ressources disponibles afin de réduire les conséquences négatives sur l'économie de la Slovénie et sur ses voisins.

    À l’automne 2012, en raison de pluies diluviennes qui ont fait sortir les cours d’eau de leur lit, une grande partie des régions du nord de la Slovénie, ainsi que du territoire de la Croatie se sont retrouvés inondés. En Autriche, la ville de Lavamünd sur la rivière Lavant a été particulièrement sinistrée. Il ressort de l’analyse de la Commission que les inondations dans les trois pays ont pour origine un seul et même phénomène météorologique. De ce fait, le FSUE peut être mobilisé non seulement pour la catastrophe majeure qui s'est produite en Slovénie, mais également, à titre exceptionnel, pour les pays voisins qui ont été touchés.

    Conformément aux règles du Fonds de solidarité, la Commission propose un montant total de 14,6 millions € à octroyer aux trois pays, dont 14,08 millions € pour la Slovénie, 286 587 € pour la Croatie et 240 000 € pour l’Autriche.

    Pour en savoir plus


  • La Commission adopte un plan pour reprogrammer 21 millions € de fonds régionaux en faveur de la croissance et de l’emploi à Chypre

    (26/04/2013)

    La Commission européenne a adopté aujourd’hui un plan de reprogrammation qui contribuera à soutenir la croissance à Chypre et à renforcer les effets des fonds régionaux de l’Union dans ce pays. Par sa décision de réorienter un montant de 21 millions € de fonds régionaux, la Commission entend aider le pays à faire face à la crise socio-économique qu'il traverse actuellement et faire en sorte que les investissements disponibles se concrétisent plus rapidement, particulièrement en ce qui concerne le soutien aux petites et moyennes entreprises et l’emploi des jeunes. Cette révision, qui a été demandée par Chypre au début de l'année, a bénéficié d'une attention politique accrue au cours des dernières semaines. Elle permettra de réorienter des fonds actuellement consacrés à des domaines de la politique régionale donnant des résultats mitigés vers des domaines où ils sont susceptibles d’avoir une incidence plus importante sur la croissance et l’emploi à court terme.

    Communiqué de presse

  • Coopération entre l’UE et l’Amérique latine en matière d’innovation régionale: une affaire qui rapporte!

    (26/04/2013)

    Suivant l’orientation prescrite par le projet pilote du Parlement européen sur le «renforcement de la coopération régionale et locale par la promotion de la politique régionale de l’UE à une échelle mondiale», les actions de la DG REGIO dans le domaine de la coopération internationale sont de plus en plus axées sur la promotion d’une coopération plus décentralisée, rassemblant les pouvoirs régionaux et urbains de l’UE et des pays tiers. Cette coopération ne se limite pas à faire comprendre aux pays tiers le fonctionnement du modèle socioéconomique européen. Elle a un autre effet important: mettre en relation les acteurs des pays tiers et les fournisseurs européens publics et privés (entreprises) d’investissements et de services pour le développement régional et urbain.

    Pour illustrer ce phénomène, prenons l’exemple du projet d’assistance technique intitulé «EU-Latin America cooperation on regional systems of innovation» (coopération entre l’UE et l’Amérique latine sur les systèmes régionaux d’innovation). Ce projet, qui vient de s’achever, a réuni les régions latino-américaines de Córdoba (Argentine) et de Santa Catarina (Brésil) et les régions européennes d’Émilie-Romagne et de Baden-Württemberg. Inspiré des travaux réalisé par l’UE sur les systèmes d’innovation régionaux, il entendait aider les régions d’Amérique latine à améliorer les dispositifs de gouvernance en réunissant les principaux acteurs de l’innovation, et favoriser l’accès des PME à l’innovation. Deux pôles sectoriels étaient visés: le secteur agroalimentaire et la biotechnologie, en particulier la biotechnologie appliquée à l’agriculture et à l’agroalimentaire, aux TIC et à l’énergie. Ces secteurs occupent une place importante dans l’économie locale des régions participantes européennes et latino-américaines et présentent en outre un bon potentiel de développement.

    Les interventions lors de la conférence de clôture du projet, qui s’est déroulée à Chapecó (Santa Catarina, Brésil) du 5 au 8 mars 2013, ont démontré que les autorités de l’UE et d’Amérique latine souhaitaient poursuivre et renforcer les échanges interrégionaux et la coopération en matière de politiques d’innovation régionale. L’événement a confirmé l’intérêt suscité par le projet au sein du secteur privé, de nombreuses entreprises des deux bords ayant choisi d’y participer. En effet, plus de 40 entreprises des deux continents étaient présentes et de nombreuses agences et entreprises de l’UE ont exporté des services et un savoir-faire vers des entreprises latino-américaines de Córdoba et de Santa Catarina. Bien entendu, ces agence et entreprises de l’UE étaient attirées par ce projet en partie parce qu’elles souhaitaient mieux comprendre le fonctionnement du marché dans ces deux régions émergentes et dynamiques d’Amérique latine dans l’intention de tisser des relations d’affaires et des liens commerciaux.

    Par exemple, la province de Córdoba a déjà envisagé une série d’activités de suivi intéressantes pour les acteurs locaux: promouvoir, grâce aux services de Reggio Emilia Innovazione, la mise en place de liens entre les entreprises latino-américaines et les secteurs de l’agroalimentaire et de la mécatronique en Émilie-Romagne; renforcer et formaliser les liens entre des pôles d’activités spécifique d’Amérique latine (par exemple, le pôle industriel fromager de Villa María, Córdoba) et les laboratoires et consortiums de recherche industrielle (par exemple le consortium Parmigiano-Reggiano); faciliter la participation des PME latino-américaines du secteur agroalimentaire dans les foires européennes (par exemple, le salon «R2B – Research to business» à Bologne ou le salon «Nutrire il pianeta, energia per la Vita» à Milan); promouvoir l’inclusion et la participation des entreprises latino-américaines dans le réseau européen d’entreprises avec le soutien des institutions de Baden-Württemberg. Parallèlement, plusieurs projets communs de biotechnologie et de développement sont actuellement débattus. L’idée est de présenter à l’UE et à l’Allemagne une demande conjointe de soutien en matière de recherche.

    Les politiques et pratiques régionales visant à favoriser le développement et la participation des régions joueront un rôle de plus en plus important au Brésil et en Argentine une fois ce projet particulier confirmé. Selon cette même tendance, les politiques d’innovation régionale s’avèrent capitales pour composer des politiques locales associant, entre autres, des mesures d’éducation, de formation, de services aux PME, de recherche industrielle appliquée et de transfert technologique.

  • Une meilleure gestion du carbone dans la politique régionale de l’UE

    (23/04/2013)

    Le modèle CO2MPARE aide les pouvoirs nationaux et régionaux à prendre des décisions d’investissement avisées dans le cadre des programmes opérationnels (PO) de la politique régionale de l’UE en estimant les émissions de carbone que ces investissements vont générer. En évaluant l’impact des émissions par euro dépensé pour un type donné d’activité et en multipliant ce chiffre par le montant dépensé pour mener l’activité en question, il est possible de comparer les émissions de CO2 de différents scénarios de dépenses pour un programme opérationnel.

    Rapport final de CO2MPARE pdf
    Didacticiel de l’utilisateur CO2MPARE pdf
    Aspects techniques de CO2MPARE pdf
    Instructions d’installation doc
    CO2MPARE Model.zip pdf

  • EuroSME2013 - Innovation: une ouverture commerciale pour les PME

    (23/04/2013)

    Les petites et moyennes entreprises (PME), qui représentent 99 % des entreprises de l’UE, sont un moteur essentiel de croissance durable et de création d’emploi. C’est pourquoi la Commission européenne a toujours considéré comme une priorité d’aider les PME en assurant un environnement commercial compétitif. Dans la situation économique actuelle, ces puissants moteurs économiques dans les États membres méritent encore plus d’attention si l’on veut qu’ils aient les moyens de développer tout leur potentiel et de générer une croissance intelligente, durable et inclusive, principales priorités de la Stratégie Europe 2020. Pour relever ce défi et maintenir la compétitivité, l’innovation et les projets d’entreprises d’avant-garde jouent un rôle déterminant.

    La conférence EuroSME2013, organisée sous la présidence irlandaise du Conseil de l’UE et intitulée «Innovation: A business Opportunity for SMEs» (Innovation: une ouverture commerciale pour les PME), s’interrogera sur la façon dont ces entreprises peuvent intégrer ces méthodes innovantes dans leur activité commerciale pour réaliser l’objectif de l’UE. L’événement, coparrainé par Enterprise Ireland et la Commission, réunira des centaines de chefs d’entreprise, de décideurs politiques et d’organismes publics et privés de soutien aux PME pour leur permettre de tisser des réseaux et d’échanger des idées sur la façon dont les petites entreprises peuvent contribuer à la croissance en dépit des difficultés du XXIe siècle. Horizon 2020, le prochain programme-cadre de l’UE pour la recherche et l’innovation, sera également un thème important de la conférence, avec des présentations axées sur les aspects du programme relatifs aux PME.

    L’événement se déroulera les 11 et 12 juin 2013 à Dublin, en Irlande.

     Date limite d'inscription: 9 mai 2013

     Site web d’EuroSME2013

     Programme de la conférence

  • Selon le rapport stratégique de 2013 de la Commission, la politique de cohésion de l'Union européenne contribue à surmonter la crise et à générer de la croissance

    (18/04/2013)

    La Commission européenne a présenté aujourd'hui une vue d'ensemble de la manière dont les Fonds structurels de l'Union européenne fonctionnent dans les États membres. Le «rapport stratégique» sur la mise en œuvre des programmes relatifs à la politique de cohésion pour la période 2007-2013 rassemble les informations disponibles provenant des États membres et allant jusqu'à la fin de 2011 dans la plupart des cas. Il reste encore plus de quatre ans avant que les programmes arrivent à terme en 2015 et les investissements effectués au titre du Fonds européen de développement régional, du Fonds de cohésion et de Fonds social européen ont déjà permis d'accomplir des progrès et d'améliorer la situation pour bon nombre de citoyens.

    Les rapports présentés par les 27 États membres à la fin de 2012 (reposant principalement sur les données de 2011) permettent pour la première fois à la Commission d'établir, pendant une période de programmation, un rapport sur les progrès accomplis en matière de résultats et de mettre en évidence des éléments d'information importants et actuels concernant le potentiel de la politique de cohésion à jouer son rôle dans la relance économique de l'Union. La Commission recense les domaines d'investissement pour lesquels des mesures doivent être prises en vue d'accélérer la sélection et l'exécution des projets cofinancés sur la période 2007-2013 afin d'atteindre les objectifs fixés.

    Pour en savoir plus:

    Communiqué de presse

    Rapports annuels de mise en œuvre des 27 États membres

    Pour de plus amples informations sur la politique européenne de cohésion

    #cohesionpolicy @EU_Regional @JHahnEU

  • Projet de la semaine: FIN-EN pour optimiser l’utilisation des instruments d’ingénierie financière en Europe

    (17/04/2013)

    Le projet FIN-EN, lancé dans 13 régions et pays de l’UE et qui porte sur le partage des méthodologies d’ingénierie financière pour les entreprises («sharing methodologies on FINancial ENgineering for enterprises»), encourage la coopération entre les pouvoirs régionaux et nationaux. Il s’agit de déterminer comment les Fonds structurels de l’UE peuvent soutenir de façon optimale les instruments d’ingénierie financière (IIF) comme les fonds de capital-risque, les fonds de garantie et les fonds de prêts pour financer les petites et moyennes entreprises (PME).

     

     

    Le programme FIN-EN, qui bénéficie d’une contribution de l’UE de 1 567 194 EUR au titre du programme de coopération interrégional Interreg IV C, a été lancé en janvier 2012. D’une durée de trois ans, il vise à mettre sur pied un réseau vaste et stable au sein duquel les États membres et les régions de l’UE puissent confronter et échanger leurs expériences de façon à maximiser l’utilisation des Fonds structurels de l’UE et à accroître le soutien aux PME.

     

    Le projet a été initié par Finlombarda, une institution affiliée de Lombardie, dans l'intention de répondre au besoin de partager, avec d'autres institutions financières publiques, les problèmes et les solutions concernant la gestion des instruments d'ingénierie financière après le lancement de l'initiative JEREMIE (Ressources européennes conjointes pour les PME et les micro-entreprises) par la Commission européenne.

     

    Au cours du projet, on renforcera l’efficience et l’efficacité de la mise en œuvre des instruments financiers et l’on expliquera comment les fonds de l’UE permettent de remédier aux défaillances du marché, notamment en stimulant les coinvestissements privés. En tant qu’instruments renouvelables, destinés par nature à vivre au-delà du projet, les IIF génèrent des emplois en permettant la création de PME. Le développement des entreprises et des nouveaux investissements s’effectue également en coopération avec les institutions financières publiques.

     

    Paolo Zaggia, responsable du département européen de Finlombarda S.p.A., chef de file de FIN-EN, commente le projet en ces termes:

     

    «Les 45 instruments d’ingénierie financière cartographiés dans le projet FIN-EN représentent presque 50 % des ressources européennes, nationales et privées investies dans ces instruments. Partager les méthodologies est un bon moyen d’assoir les bases de la promotion des instruments financiers à l’avenir. Cela permettra de maximiser l’utilisation des fonds de l’UE en augmentant l’effet de levier et de stimuler les coinvestissements et la participation du secteur privé, en soutenant un plus grand nombre de PME, en accélérant le processus de décaissement et en renforçant les principes de subsidiarité et la responsabilité mutuelle dans toute l’UE grâce à une implication directe des bénéficiaires dans les opérations.»

     

    Site web du projet

  • Politique de cohésion: un outil essentiel pour la relance de la croissance en temps de crise

    (15/04/2013)

    La Commission européenne vient de publier une évaluation à mi-parcours des résultats de la vérification de l’«additionnalité» dans les programmes de la politique de cohésion de l’UE pour la période 2007-2013. L’additionnalité est un principe fondamental de la politique de cohésion qui vise à assurer que les investissements de l’UE génèrent une valeur ajoutée par rapport aux investissements nationaux, mais aussi et surtout que les Fonds structurels de l’UE complètent mais ne remplacent pas les dépenses publiques assimilables engagées par les États membres. Ce principe garantit que la politique de cohésion a un véritable impact, les investissements européens servant à renforcer les actions nationales.

    Ce rapport souligne l’importance de ce principe, surtout dans le climat économique actuel, les budgets nationaux faisant l’objet d’un contrôle strict et les ressources se faisant rares. Les conséquences budgétaires et fiscales de la crise ont inévitablement engendré une réduction des investissements publics dans plusieurs États membres. Mais malgré cela, les États membres tentent de maintenir un volume important d’investissement public dans leurs régions de convergence et bien sûr, le cofinancement qu’offre la politique de cohésion joue un rôle essentiel, représentant une part significative des investissements publics dans de nombreux États membres. La politique de cohésion s’avère donc indispensable pour préserver de hauts niveaux d’investissement permettant de financer des mesures de nature à stimuler la croissance dans toute l'Europe.

    Lire le rapport

  • Rapport d’étape sur la stratégie pour la région du Danube: après un bon départ, un changement de vitesse s’impose

    (09/04/2013)

    La Commission européenne a publié le premier rapport d'étape sur la stratégie de l'Union européenne pour la région du Danube, près de deux ans après son lancement.

    Johannes Hahn, le Commissaire en charge de la politique régionale, a commenté les conclusions du rapport en ces termes: «La stratégie de l'UE pour la région du Danube est la preuve que les États membres sont plus performants quand ils travaillent ensemble. Il nous faut maintenant passer à la vitesse supérieure. Je souhaite que les priorités de la Stratégie du Danube soient de rigueur dans la prochaine période de programmation des fonds régionaux et qu’elles soient fermement ancrées dans les priorités nationales, régionales et locales des 14 pays concernés. La stratégie doit consister à informer tous les domaines politiques pertinents via des structures de soutien politiquement stables et correctement financées.»

    Le rapport d'aujourd'hui fait état de progrès considérables dans la résolution de problèmes divers tels que l’insuffisance des liaisons de transport, le manque de compétitivité, la pollution ou la criminalité. Les 14 pays participants, dont 8 États membres de l'UE, travaillent ensemble avec succès sur de nombreux projets et initiatives communs reposant sur les quatre piliers de la stratégie: désenclaver la région, protéger l'environnement, développer la prospérité et renforcer la région.

    Le Commissaire Johannes Hahn appelle les gouvernements de la région du Danube à donner suite à leurs engagements politiques et à faire de la stratégie une priorité dans tous les domaines politiques pertinents. Il exhorte les 8 États membres de l'UE concernés et la Croatie à intégrer la stratégie dans la prochaine génération des programmes relevant de la politique régionale (2014-2020).

    Lire le texte intégral du rapport

    Communiqué de presse

  • Journée internationale des Roms: le Commissaire Hahn réclame une action décisive en faveur de la plus grande communauté d’Europe

    (08/04/2013)

    À l’occasion de la Journée internationale des Roms, le Commissaire Johannes Hahn s’est uni à ses collègues commissaires pour exhorter les États membres à renforcer la lutte contre la discrimination à l’encontre des Roms, qui sont près de 12 millions en Europe, et à améliorer leur accès à l’emploi, à l’éducation et à la santé.

    Dans une déclaration commune avec la vice-présidente Viviane Reding (Commissaire européenne chargée de la Justice) et László Andor (Commissaire en charge de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion), le Commissaire Hahn s’est exprimé en ces termes: «La question de l’intégration des Roms ne peut être réservée aux sermons du dimanche et tomber dans l’oubli le lundi. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un véritable engagement politique de la part des États membres, qui doivent prévoir la mise en œuvre de stratégies nationales. L’élaboration des projets de stratégies nationales est certes un bon début, mais ce n’est pas suffisant pour faire changer les choses.»

     

    Puis d’ajouter: «La politique régionale contribue à favoriser l’insertion des Roms sur le marché de l’emploi et de la formation.»

    Les Fonds structurels sont venus compléter les budgets nationaux pour intensifier les efforts d’inclusion socioéconomique des communautés roms. Mais il faut encore s’assurer que les investissements bénéficient directement aux Roms. C’est pourquoi la Commission réclame la participation étroite des points de contact pour les questions Roms dans la planification des futurs programmes d’investissement. Pour 2014-2020, la Commission a proposé de consacrer une priorité d’investissement spécifique à l'intégration des communautés marginalisées telles que les Roms et d’exiger la mise en place d’une stratégie d’inclusion des Roms appropriée, prévoyant de dépenser les fonds européens à cet effet.

    Cliquez ici pour consulter le texte intégral de cette déclaration.

    Twitter: @JHahnEU @EU_Regional

  • Développement urbain dans l’UE

    (25/03/2013)

    La Commission a publié une étude sur les projets du Fond européen de développement régional visant à améliorer les conditions de vie et de travail dans les villes européennes. Intitulée «Urban development in the EU» (développement urbain dans l’UE), cette étude présente 50 projets ayant reçu l’investissement du FEDER et propose un dossier d’information sur les villes sélectionnées, accompagné de détails sur leurs projets et résultats. Elle rassemble une série de pratiques urbaines et dresse un état des lieux de la mise en pratique des politiques urbaines locales grâce à l’investissement du FEDER pour la période 2007-2013. De nombreux projets de cette étude seront présentés à Bruxelles lors de l’édition 2013 de la semaine européenne des régions et des villes (OPEN DAYS) qui aura lieu du 7 au 10 octobre.

    Urban development -50 projects map

  • Projet de la semaine: promotion de l’emploi pour les habitants de Lituanie souffrant de déficiences auditives

    (22/03/2013)

    Le projet «Vers l’emploi: services de médiation pour le recrutement de personnes malentendantes» vise à développer des services de médiation pour favoriser le recrutement des malentendants, est un projet vidéo à vocation sociale. Ce projet de trois ans, qui bénéficiait d’un financement de l’Union européenne de 891 100 euros, a été lancé en mars 2009 par le Centre républicain de réinsertion des sourds de Lituanie.

     

    Les vidéos s’adressent aux personnes entendantes, plus particulièrement aux employeurs. Elles les encouragent à découvrir l’atout que représentent les personnes sourdes et ce qu’elles peuvent apporter dans le domaine de l’emploi. Leur message clé est le suivant:

    les personnes sourdes vivent parmi nous et sont exactement comme nous. La communication et la collaboration requièrent simplement un peu plus d’attention de notre part.

     

    Au cours du projet, des agents de recrutement ou «médiateurs pour l’emploi» ayant reçu une formation spéciale et travaillant dans divers centres pilotes pour l’emploi ont aidé les personnes malentendantes à trouver un poste approprié. Ils sont restés en contact avec ces personnes pendant six mois et leur rendaient régulièrement visite sur leur lieu de travail pour les aider à résoudre divers problèmes en jouant souvent le rôle de médiateurs entre l’employeur et l’employé.

     

    Parmi plus de 600 personnes malentendantes ayant choisi de participer aux activités du projet, plus de 400 ont réussi à trouver un emploi.

     

    Ces vidéos ont été diffusées en 2010 sur une série de chaînes de télévision nationales lituaniennes et sur Internet.

     

    Le projet «Towards Work – development of mediation services in recruiting people with hearing disabilities» a remporté le Prix RegioStars 2013 dans la catégorie «Communication: promouvoir la politique régionale de l’UE à l’aide de courtes vidéos».

     

    Vidéos

    Site web du projet

  • Orientations indicatives concernant la clôture de la période 2007-2013

    (21/03/2013)

    Le 20 mars 2013, la Commission a adopté les lignes directrices concernant la clôture des programmes de la politique de cohésions 2007-2013. Cela met fin à 14 mois de propositions et de consultations et ouvre la voie à la préparation effective de la clôture des programmes de la période actuelle.

     

    Ces lignes directrices fournissent aux États membres un cadre méthodologique pour la préparation de la clôture. Elles sont disponibles dans toutes les langues de l’UE.

    Elles tiennent compte de l’expérience acquise lors de la clôture de la période 2000-2006 et tentent d’éviter les lacunes et les goulets d’étranglement détectés à cette occasion.

    Les lignes directrices ont pu être élaborées assez rapidement, bien avant le lancement du processus de clôture. Elles ont fait l’objet d’amples discussions et ont été clarifiées par les représentants des États membres lors des trois réunions du COCOF, puis massivement acceptées pour servir de référence transparente et garantir le succès du processus de clôture. Pendant la consultation du COCOF, environ 400 questions formulées par les États membres ont été traitées. Elles seront reprises dans un document de questions et de réponses qui fournira des informations techniques plus détaillées comme lors du précédent exercice de clôture.

    La Commission est prête à participer aux ateliers de clôture organisés par les États membres.

    Orientations adoptées concernant la clôture de la période 2007-2013

  • « Un accord sur le cadre financier pluriannuel prouve la capacité de décision de l’Europe »

    (19/03/2013)

    Le Commissaire européen Johannes Hahn a fait face aujourd’hui, lors de la Commission sur le développement régional (REGI) du Parlement européen, aux débats concernant le cadre financier pluriannuel européen, avec les élus européens. L’entente des États membres à propos du cadre financier pluriannuel joue un rôle capital dans la capacité de décision de l’Europe et la sécurité pour les marchés, les investisseurs privés et les citoyens, et ce, dès aujourd’hui.

     

    Extraits de son discours :

    L’étude politique du cadre financier pluriannuel se fait sous plusieurs angles : nettes augmentations de budget, toutefois pas aussi élevées que la Commission ne le souhaitait, pour la recherche et le développement, moyens supplémentaires pour lutter contre le chômage des jeunes, et en revanche moins d’argent pour les régions ou l’agriculture.

    Il faut impérativement souligner que les dotations budgétaires soutiennent en principe la nouvelle architecture (transition des régions), permettant également une nouvelle orientation stratégique de la politique régionale.

    Il m’est impossible de cacher que je désapprouve certains points, simplement parce qu’ils nuisent à la nouvelle approche orientée sur les résultats. Par exemple, la règle n+3 ne prend pas en compte le concept du ‘Better spending’. Je regrette également la dotation financière limitée de la coopération territoriale. Pour être bref, lorsque la plus-value européenne semble être la plus évidente, je considère qu’il s’agit d’une fausse alerte. Le Parlement définira donc un plan européen clair dans les négociations.

    En somme, l’entente des chefs d’État et de Gouvernement constitue une base solide pour les négociations entre le Conseil et le Parlement. Nous avons besoin d’une solution rapide à ce problème, afin de ne pas retarder les autres négociations concernant les politiques sectorielles et de ne pas nuire à un programme solide. Tous les États membres, y compris la Croatie, ont conclu un accord de partenariat avec la Commission afin de concrétiser les choses de manière formelle pour assurer une transition fluide d’une période à une autre.

    Je n’ai pas besoin de vous expliquer que l’interruption du financement pluriannuel au profit d’une budgétisation annuelle représente un risque extrêmement sérieux pour la politique régionale. Une politique d’investissement naît de la sécurité d’investissement !

    Merci au Parlement/à vous pour l’immense engagement dans les négociations en trio actuelles, durant lesquelles la plupart d’entre vous ont fait preuve d’une grande implication directe, et qui semblent prendre une orientation très favorable. L’espoir de trouver un accord avant l’été semble donc justifié. La Commission, mes collaboratrices et collaborateurs et moi-même restons à votre disposition à tout moment.

    Pour finir, je souhaite aborder deux points rapidement :

    Part FSE : nous avons besoin rapidement d’une solution claire et ambitieuse pour la part minimale du FSE. Il est donc capital de tenir compte des particularités des régions et États membres et d’admettre une flexibilité adéquate. La conception de base ne doit toutefois pas être remise en question.

    Concentration thématique : elle permet d’établir des objectifs à l’échelle européenne. Focalisation sur chaque élément relevant des objectifs de croissance Europe 2020. Appliquer la flexibilité à tous peut être une mauvaise interprétation, il s’agit de mesures orientées sur les objectifs. J’ai toujours favorisé et défendu le principe de la concentration thématique. Si nous souhaitons mettre en œuvre les moyens de sorte qu’ils aient un effet optimal, nous devons les concentrer sur certains domaines qui ont une importance majeure pour la croissance et l’emploi. Autrefois, la politique structurelle était touchée par l’absence d’orientation. Nous voulons prouver que nous nous améliorons.

  • Johannes Hahn, Commissaire européen en charge de la politique régionale: 'Les gouvernements de l’UE doivent mettre en pratique leurs principes lorsqu’il s’agit de répondre aux attentes des citoyens de l’UE souffrant d’un handicap'

    (19/03/2013)

    Après une réunion avec l’un des principaux groupes européens de défense des droits des personnes handicapées, le Commissaire Hahn a expliqué comment la politique de cohésion de l’UE pouvait répondre aux attentes des citoyens européens souffrant d’un handicap. Il a déclaré à l’issue de la réunion avec Miguel Carbelleda Piniero, président de l’organisation espagnole ONCE:

    «Concernant la protection des droits des personnes handicapées et l’amélioration de leur qualité de vie au sein de l’UE, je crois que la politique de cohésion pourrait jouer un rôle déterminant. Des mesures concrètes ont été proposées dans le cadre de la réforme de notre politique pour améliorer cette situation. Ces mesures, actuellement en cours de négociation, sont soutenues par le Parlement européen et les organisations européennes de défense des droits des personnes handicapées. Toutefois, le soutien des gouvernements de l’UE est également nécessaire. Je leur conseille vivement de mettre en pratique les principes qu’ils se sont engagés à respecter. En effet, ces gouvernements, appuyés par l’ensemble de l’UE, ont ratifié la «Convention des Nations unies sur les droits des personnes handicapées». Nous ajoutons que la mise en œuvre de cette Convention devrait constituer une condition sine qua non au financement de l’UE.»

    CONTEXTE: dans le cadre de la réforme de sa politique de cohésion, la Commission européenne a également proposé des mesures pour lutter contre la discrimination et garantir l’accessibilité. Elle suggère d’en faire une condition préalable à l’approbation des programmes soutenus par les fonds de l’UE. Les autorités de gestion des régions et des villes devront également prendre en considération les besoins et les droits des personnes handicapées lors de la sélection des projets, conformément à la législation européenne. Pour élaborer un nouveau code de conduite et de nouveaux «accords de partenariat» sur le financement de la politique de cohésion pour la période 2014-2020 dans les États membres, la participation des groupes de la société civile, notamment des ONG de défense des droits des personnes handicapées, s’avère indispensable lors de la planification, de la mise en œuvre et du suivi des décisions de financement.

  • Projet de la semaine: surmonter les obstacles à la source du chômage de longue durée dans le nord de la Pologne

    (15/03/2013)

    De nombreux obstacles entravent la recherche d’un emploi pour les personnes de plus de 45 ans, sans emploi depuis un certain temps ou souffrant d’un handicap ou de problèmes de santé. Le projet «Individual Employment Paths» (chemins individuels vers l’emploi) de la ville d’Elblag, dans la région de Warmińsko-Mazurskie, offre l’aide spécialisée nécessaire à ces personnes pour qu’elles puissent surmonter ces obstacles et trouver un poste épanouissant. Ce modèle innovant, mis au point en Finlande puis importé en Pologne par le Conseil consultatif sur le handicap de la ville d’Elblag (Erkon), propose un travail individualisé avec les personnes devant résoudre des problèmes psychologiques, sociaux ou de santé.

    Trente-deux participants au projet (27 femmes et 5 hommes), tous chômeurs de longue durée, ont reçu un diagnostic à profils multiples établi au moyen de ce nouveau modèle. Pour 28 d’entre eux, ce diagnostic a conduit à l’élaboration d’un «plan de développement personnel», prévoyant notamment une formation professionnelle, un soutien psychologique et l’aide d’un «tuteur». Près de 80 % de ces participants ont trouvé ensuite du travail, alors que ce taux n’atteignait que 30 % pour les personnes recrutées par les organismes d’emploi traditionnels. Dans neuf cas sur dix, le tuteur est parvenu à aider le bénéficiaire fraîchement recruté à conserver son emploi plus de 15 mois en améliorant la communication et en trouvant des solutions aux problèmes survenus entre l’employeur et son employé.

    La coopération avec les employeurs locaux, notamment les écoles, est la clé dela réussite. Parmiles employeurs impliqués dans le projet, 60 % ont déclaré avoir changé d’attitude vis-à-vis du recrutement des personnes plus âgées.

    En aidant ces personnes à se réinsérer dans la vie active, ce projet, qui a bénéficié d’un financement européen de 393 700 euros, contribue nettement aux objectifs de croissance économique et de création d’emplois de la politique de cohésion de l’UE. Le modèle a déjà été diffusé aux niveaux régional et national en Pologne. Du fait de sa grande efficacité et de son coût peu élevé, et parce qu’il ne nécessite que peu d’aménagements de la législation sur le travail, il peut aussi être adapté et appliqué dans d’autres États membres de l’UE et à d’autres groupes de personnes nécessitant une aide à l’emploi.

     

    Le modèle d’emploi «Individual employment paths» a remporté le Prix RegioStars 2013 dans la catégorie «croissance inclusive».

     

    Eliza Popławska-Jodko, coordinatrice du projet au Conseil consultatif sur le handicap de la ville d'Elblag, s’est exprimée à ce propos:

     

    «La plus grande réussite de ce projet est d’avoir donné naissance à un modèle d’emploi qui modifie de manière permanente la qualité de vie des chômeurs de longue durée, y compris des personnes handicapées.»

     

    Henryk Chudziński, 61 ans, concierge dans une école d’Elblag, chômeur depuis 4 ans, est l’un des bénéficiaires du projet:

    «Je me sens très bien. Mes vœux ont été exaucés. Ce travail représente un défi pour moi et j’en suis satisfait.»

     

     

    Site web du projet

    Portrait

    Vidéo

  • Les DG REGIO et EMPL publient un Guide de l’Innovation sociale

    (14/03/2013)

    Les DG REGIO et EMPL ont élaboré ensemble un «Guide de l’Innovation sociale», téléchargeable dès à présent. Dans leur avant-propos commun, les Commissaires Hahn et Andor attirent l’attention sur la nécessité de faire face aux conséquences sociales de la crise économique actuelle: «…nous devons porter un regard neuf sur les politiques sociales, sanitaires et de l’emploi, mais également sur l’éducation, la formation et le développement des compétences, l’aide aux entreprises, la politique industrielle, le développement urbain, etc., pour garantir une croissance durable sur le plan écologique et social, des emplois et une bonne qualité de vie en Europe.» Dans ce guide, l’«innovation sociale» fait référence à toutes les mesures innovantes dont les objectifs sont explicitement sociaux (et non simplement technologiques et commerciaux).  

    Le guide décrit le travail des nombreuses initiatives existantes de l’Union européenne, allant de la stratégie numérique aux fonds structurels, qui visent à atteindre ces objectifs. Il fournit également de nombreux exemples pertinents de projets cofinancés, tout en les situant dans le contexte de la stratégie Europe 2020. Il propose des informations pratiques détaillées destinées aux autorités publiques régionales pour les aider à encourager et à favoriser l’innovation sociale tout en intégrant les objectifs sociaux aux autres politiques. Un résumé est proposé à la fin de la publication sous la forme d’un guide pratique en dix étapes. Nous espérons que vous trouverez ce guide utile et que vous n’hésiterez pas à le partager avec vos collègues et autres contacts.

  • La Commission propose des dispositions visant à concrétiser l’Initiative pour l’emploi des jeunes

    (12/03/2013)

    L’Initiative pour l’emploi des jeunes a été proposée lors du Conseil européen des 7 et 8 février 2013 et bénéficie d’un budget de 6 milliards d’euros pour la période 2014-2020.

    L’Initiative pour l’emploi des jeunes vise en particulier à aider les jeunes sans emploi qui ne suivent ni études ni formation dans les régions de l’Union qui accusaient un chômage des jeunes supérieur à 25 % en 2012 en vue de leur intégration professionnelle.

    Communiqué de Presse

    Propositions de règlements

  • La région West Wales & The Valleys entre dans l’ère de l’économie numérique: la Commission accorde 100 millions d’euros de fonds régionaux à un grand projet d’infrastructure à haut débit

    (07/03/2013)

    La Commission européenne a approuvé un investissement de 100 millions d’euros du Fonds européen de développement régional (FEDER) pour garantir que d’ici 2015, tous les bâtiments à usage professionnel ou résidentiel dela région West Walesand the Valleys puissent bénéficier d’un accès aux services à haut débit de prochaine génération. Le projet contribue directement à la réalisation des objectifs de la «stratégie numérique pour l’Europe» concernant l’accès aux infrastructures à large bande de base et de prochaine génération. Il ouvre aussi la voie au développement de l’économie numérique dans la région.

    M. Johannes Hahn, Commissaire en charge de la politique régionale, a commenté la décision en ces termes: «Les projets de ce type génèreront des bénéfices énormes pour les entreprises et les citoyens. Cette initiative en particulier permettra au pays de Galles de saisir les opportunités qu’offre l’économie numérique. C’est un exemple parfait d’une politique régionale qui aide l’Europe à sortir de la crise et contribue directement aux objectifs de relance de la stratégie Europe 2020. Pour favoriser le développement économique des régions, il est essentiel de leur fournir un accès rapide et fiable à Internet.»

    Pour en savoir plus

  • Concours d’affiches pour les jeunes chercheurs pendant les OPEN DAYS

    (06/03/2013)

    Les étudiants de troisième cycle et les chercheurs en début de carrière intéressés par la politique européenne de cohésion sont invités à présenter leurs recherches sous forme d’affiches dans le cadre d’un concours d’affiches organisé à l’occasion de la 11e édition de la semaine européenne des villes et régions (OPEN DAYS 2013) qui aura lieu du 7 au 10 octobre 2013. Ce concours donnera un aperçu des recherches en cours et des résultats des projets entrepris par des chercheurs en début de carrière au sujet de la politique de cohésion. Les candidats seront sélectionnés sur la base de résumés de 1000 mots maximum, et six finalistes seront retenus. Chaque finaliste se verra offrir une entrée aux OPEN DAYS Master Class, ainsi que deux nuits d’hébergement et le trajet aller-retour. Le grand gagnant recevra la somme de 750 EUR et le deuxième, la somme de 250 EUR. Tous les finalistes deviendront membres honoraires de la Regional Studies Association pour une durée d’un an. Pour vous inscrire, cliquez ici.

  • Projet de la semaine: ENWORKS aide les petites entreprises du Nord-Ouest de l’Angleterre à économiser les ressources et à améliorer leur compétitivité

    (06/03/2013)

    ENWORKS est un réseau d’organisations locales qui offre aux entreprises des zones urbaines et rurales du Nord-Ouest de l’Angleterre une source unique de soutien et de conseils environnementaux professionnels. Ce projet cofinancé par l’UE a remporté le prix RegioStars 2013 dans la catégorie «croissance durable».

     

    ENWORKS cherche à améliorer la compétitivité et la productivité des petites et moyennes entreprises (PME) de la région du Nord-Ouest en limitant leur exposition aux risques environnementaux et en améliorant leur efficacité dans l’utilisation des ressources. Le réseau entend aussi renforcer les compétences et les connaissances de la région en matière de gestion environnementale et à démontrer que les pratiques respectueuses de l’environnement sont aussi rentables.

     

    ENWORKS, qui bénéficie d’un financement européen de 7 380 000 EUR, propose un soutien dans différents domaines comme la gestion des risques environnementaux, les incitations à l’économie d’énergie, d’eau et de matériaux ou l’amélioration de la gestion des déchets. Le projet s’intéresse à tous les enjeux actuels des entreprises, notamment l’écoconception, l’efficacité des processus, l’approvisionnement durable, l’empreinte carbone et l’adaptation au changement climatique.

     

    Chaque entreprise peut accéder librement à la boîte à outils en ligne d’ENWORKS pour une utilisation efficace des ressources. Il s’agit d’un logiciel personnalisé qui aide les dirigeants à comprendre, hiérarchiser, suivre et évaluer les économies et les progrès réalisés.

     

    ENWORKS organise également des formations et des réunions de travail en réseau, et publie régulièrement des bulletins et autres ressources en ligne, notamment des études de cas, afin de faciliter le transfert des connaissances et des compétences vers les PME.

     

    Au travers des deux derniers programmes financés par l’UE, ENWORKS a permis à des PME de la région du Nord-Ouest de calculer qu’une utilisation plus efficace des ressources permettrait des économies annuelles de 79 millions de livres, dont 13 millions ont déjà été réalisées. Ces améliorations ont permis jusqu’à présent de réduire de 47 000 tonnes les émissions de CO2 et d’économiser 413 000 m3 d’eau et 9 300 tonnes de matériaux. En outre, les progrès environnementaux ont permis de créer ou de préserver 960 emplois et ont généré un volume de ventes évalué à plus de 113 millions de livres sterling.

     

    Samantha Nicholson, directrice des programmes ENWORKS, commente le projet en ces termes:

     

    «Ces dernières années, notre soutien pratique individualisé a permis à près de 4 000 PME de réduire leur consommation d’énergie, de combustibles, d’eau et de matériaux et, le cas échéant, d’utiliser des ressources de substitution plus respectueuses de l’environnement. Les économies réalisées grâce à la mise en place de mesures simples n’entraînant que peu ou pas de coûts ont un impact direct sur le bénéfice net des entreprises. Nous les encourageons ensuite à réinvestir en apportant de nouvelles améliorations qui, à leur tour, généreront des économies à long terme encore plus substantielles.»

     

    Site web du projet

    Vidéo

    Portrait

  • Atelier ESPON: «Affaires maritimes: nouveaux éléments sur le développement territorial et risques et opportunités pour les mers européennes et les régions maritimes»

    (04/03/2013)

    Bruxelles, le 15 mai 2013

    Les représentants et décideurs de la sphère politique sont invités à participer à cet atelier qui vise à fournir des informations sur les interactions terre-mer dans les six mers régionales européennes. De nouveaux éléments sur les risques et opportunités du développement maritime en Europe seront présentés en regard des arrangements en vigueur en matière de gouvernance côtière et maritime. Ces éléments peuvent s’avérer utiles à l’élaboration des futurs programmes des Fonds structurels mais aussi des autres stratégies de développement. Les approches politiques et leur adaptation aux différents milieux maritimes d’Europe seront soumises à discussions. Ces débats seront d’un grand intérêt pour tirer parti des futures possibilités de financement de l’UE.

    La date limite d’inscription est fixée au 29 avril 2013 à 14 h 00.

    Pour en savoir plus:



  • Croissance intelligente, durable et inclusive: les capitales de l'Union européenne sont des partenaires incontournables pour la stratégie Europe 2020

    (03/03/2013)

    Les capitales jouent un rôle essentiel pour le bien-être de l'UE et de ses États membres. Non seulement les capitales européennes contribuent pour beaucoup à promouvoir l'image de l'Union européenne à l'étranger, son identité culturelle et son attractivité, mais elles stimulent également fortement la compétitivité, l'emploi et l'innovation. Parallèlement, les problèmes de l'Europe se concentrent dans les capitales, où les inégalités sociales et économiques, par exemple, s’aggravent. Les capitales sont les laboratoires dans lesquels les solutions aux problèmes sociaux et économiques de l'UE doivent être trouvées.   

    Nous, les maires des capitales européennes accueillons donc favorablement l'initiative prise par la Commission européenne d’ouvrir un dialogue direct avec les capitales et de leur donner ainsi une plus grande visibilité en tant que partenaires directs de l'Union européenne. Sans notre participation active, les objectifs d'Europe 2020 ne pourront pas être atteints. Les capitales encouragent l'innovation et la croissance intelligente, et jouent souvent un rôle déterminant au niveau des réseaux du monde scientifique et éducatif. Les capitales sont indispensables à la croissance durable puisque leurs politiques dans les domaines des transports, de l’énergie et de l’environnement ont une incidence décisive. Centres de diversité sociale, culturelle et ethnique, nos capitales sont au cœur des efforts déployés en faveur d’une croissance inclusive.

    Nous continuerons également à prendre notre part dans la promotion de la compétitivité, de la croissance durable, de l'innovation et de l'inclusion, afin de surmonter la crise économique, financière et sociale actuelle.

    À la lumière des discussions en cours relatives au cadre financier pluriannuel pour la période 2014-2020, aux nouveaux règlements sur les Fonds structurels et d'investissement européens et aux autres programmes de l'UE:

    * Nous sommes convaincus que les problèmes urbains doivent être traités d’une manière intégrée, qui prend en considération simultanément les dimensions environnementales, sociales, culturelles et démographiques. Dès lors, nous nous félicitons de l’engagement pris par la Commission européenne d’adopter une approche intégrée.  

    * Nous sommes convaincus que les futures politiques et actions de l'Union européenne en matière de transport, d'environnement, d'énergie, d'entreprises, d'emploi, de recherche, d’action pour le climat, de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, ainsi que de stratégie numérique, devraient ne pas perdre de vue la dimension urbaine. Il importe que la direction générale de la politique régionale et urbaine assure une meilleure coordination des problèmes urbains; nous allons donc suivre de près cette question.

    * Nous saluons le fait que, concernant le paquet législatif sur la politique de cohésion, la Commission est disposée à expérimenter de nouvelles idées et manières de travailler pour mener à bien les actions urbaines innovatrices proposées.

    * Nous sommes convaincus que les propositions de la Commission en faveur d’une délégation de compétences plus importantes aux villes en matière de gestion, y compris de gestion des Fonds structurels européens, sont essentielles à une bonne compréhension des défis auxquels les villes sont confrontées et à une mise en œuvre adaptée aux besoins réels.

    Nous sommes convaincus que les thèmes prioritaires ciblés par les projets de règlement (efficacité énergétique, énergies renouvelables, chômage des jeunes, innovation et compétitivité des PME) sont des enjeux stratégiques pour nos villes. Nous constatons avec satisfaction qu’il sera possible de traiter ces questions de manière intégrée et espérons que la Commission mettra en œuvre la nouvelle législation dans un esprit de flexibilité et en respectant les spécificités locales.

    * Nous nous réjouissons à l’idée de continuer à dialoguer avec la Commission européenne.

  • Concours national bulgare de dessin sur le thème «How I want the European Union to change my town»

    (01/03/2013)

    Le concours national bulgare de dessin, intitulé «How I Want the European Union to Change My Town», a été financé au titre du projet nº 0103-CIO-3.1, qui concerne la promotion des meilleures pratiques dans le cadre des programmes opérationnels cofinancés par les Fonds structurels et de cohésion de l’UE, ainsi que la préparation de la période de programmation 2014-2020. Ce projet fait partie du programme opérationnel «Assistance technique», cofinancé par l’UE au travers du Fonds européen de développement régional.

    Le concours, lancé au niveau régional le 17 septembre 2012, s’est achevé le 1er novembre 2012. L’initiative a été organisée par le réseau chargé de promouvoir la politique de cohésion de l’Union européenne, composé du bureau central d’information et de coordination et de 27 bureaux d’information de district.

    Quelque 8 130 enfants (âgés de 6 à 12 ans) ont participé au concours. Les lauréats sont Jordan Karpachev de la ville de Velingrad et Mladen Iliev de la ville de Lom. Aux côtés des 50 autres lauréats régionaux, ils ont reçu un prix et un certificat des mains du ministre en charge de la gestion des fonds de l’Union européenne, Tomislav Donchev, et du ministre de la culture, Vezhdi Rashidov.

    Lors de l’ouverture de la cérémonie de remise des prix, le ministre Tomislav Donchev a remercié les enfants de leurs suggestions et leur a promis de les soumettre aux représentants de la Commission européenne, aux ministres et aux gouverneurs de district. Le ministre Vezhdi Rashidov a proposé d’exposer dans un musée les dessins de tous les lauréats régionaux dans le cadre d’une exposition spéciale. Il a aussi offert d’organiser une exposition des peintures à Bruxelles à l’occasion de la fête nationale bulgare.

  • Projet de la semaine: Un projet de gestion des quartiers mis en œuvre à Berlin confère aux habitants un pouvoir de décision

    (27/02/2013)

    Le projet «Neighbourhood Management Berlin» (ou «Quartiersmanagement Berlin» en allemand) est une stratégie lancée par les autorités municipales de Berlin en 1999 afin de revitaliser les zones socialement défavorisées dela ville. Ceprojet, qui intervient dans des quartiers confrontés à des problèmes variés allant du mauvais entretien des lieux publics et des espaces verts aux difficultés d’intégration ethnique, en passant par le chômage des jeunes, mise sur la participation des acteurs du quartier, qu’il implique dans le processus démocratique de prise de décision.

     

    Des conseils de quartier (composés de représentants des institutions et associations de citoyens locales: écoles, églises, forces de police locales, sociétés de logement et habitants) ont été créés pour permettre aux citoyens de forger leur propre destin et les encourager à prendre en charge l’amélioration des conditions de vie de leur propre quartier. 

     

    Parmi les mesures les plus populaires mises en œuvre dans le cadre du projet, citons le soutien apporté aux écoles, la réhabilitation des lieux publics de façon à renforcer la cohésion sociale ou la promotion d’une culture de quartier commune. Le champ d’action du projet s’est élargi, couvrant aujourd’hui l’accompagnement professionnel; il est aussi plus axés sur l’intégration sociale et ethnique, surtout dans les quartiers renfermant une forte proportion d’immigrés (jusqu’à 79 % dans certains cas).

     

    Ce projet, qui a bénéficié d’un investissement de 83,5 millions d’euros de la part de l’UE, a remporté le prix RegioStars 2013 dans la catégorie «CityStar».

     

    Philipp Mühlberg, du Département sénatorial du développement urbain et de l’environnement, commente le projet en ces termes:

    «Le projet Neighbourhood Management Berlin rapproche le processus de prise de décision des habitants des quartiers. La création de conseils de quartier dans les districts défavorisés de Berlin a permis d’accroître la participation des habitants en leur donnant la responsabilité de décider eux-mêmes du développement de leur quartier. Le succès de ce projet montre qu’il est possible de motiver les habitants à prendre en charge leur quartier et leur propre avenir.»

    Pour en savoir plus:

    Site web du projet (en allemand)

    Portrait

    Vidéo

  • Atelier du projet ESPON TANGO: «Towards Better Territorial Governance»

    (26/02/2013)

    L’équipe ESPON TANGO invite les décideurs, acteurs et responsables politiques concernés par le développement territorial a participer a l’atelier intitulé «Towards Better Territorial Governance», organisé le 20 mars 2013 a Bruxelles.

    Les objectifs spécifiques de cet événement sont les suivants:

    • identifier, dans le cadre de discussions, les éléments caractéristiques d’une bonne gouvernance territoriale et la façon de les transférer en se référant à 12 études de cas réalisées dans toute l’Europe;
    • sélectionner les bonnes pratiques de gouvernance territoriale afin de promouvoir une croissance intelligente, inclusive et durable;
    • aider les participants a repérer les filières et mécanismes permettant d’acquérir des connaissances utiles;
    • recevoir des suggestions pour l’élaboration d’un manuel pertinent et convivial sur la bonne gouvernance territoriale.

    Le nombre de participants étant limité, nous vous prions de vous inscrire par e-mail avant le 1er mars 2013 à l’adresse suivante: nordregio@nordregio.se.

    Lieu: Commission européenne, DG politique régionale et urbaine
    Avenu Beaulieu 29, 1160 Auderghem, Bruxelles

    Informations complémentaires dans l'agenda

  • Le Commissaire Hahn exhorte les maires des capitales européennes à aider l’Europe à sortir de la crise en stimulant la croissance et la reprise

    (25/02/2013)

    Le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, organise le 28 février à Bruxelles les premières négociations directes entre la Commission européenne et les capitales de l’UE. Une réunion est aussi prévue entre les maires d’une vingtaine de capitales et les commissaires Neelie Kroes, en charge de la stratégie numérique, et Janez Potocnik, en charge de l’environnement, pour discuter des mesures à prendre pour mettre en œuvre la stratégie Europe 2020 en faveur de la croissance et aider l’Europe à sortir de la crise.

    Les débats actuels sur le prochain budget septennal de l’UE, de même que les réformes de la politique régionale et des autres programmes européens, mettent en lumière la nécessité de trouver des solutions intégrées et plus efficaces aux problématiques urbaines. La nouvelle politique régionale défend ce type d’approche intégrée. C’est pourquoi M. Barroso, Président de la Commission, a attribué un nouveau rôle à l’organe récemment rebaptisé «Direction de la politique régionale et urbaine», la chargeant de coordonner les initiatives de l’UE en matière de politique urbaine.

    Pour plus d’informations

  • RegioStars 2014: date limite d’inscription fixée au 19 avril 2013

    (22/02/2013)

    Au lendemain de l’édition 2013 des prix RegioStars, un événement qui célèbre l’innovation dans la politique régionale de l’UE et qui a remporté cette année un grand succès, la date limite d’inscription à la prochaine édition des prix approche rapidement. Si vous avez monté un projet innovant financé au travers des fonds structurels de l’UE, pourquoi ne pas participer à ce prestigieux événement? Nous recherchons des projets qui, à leur façon, contribuent aux objectifs de la stratégie Europe 2020 de l’UE: une croissance intelligente et verte pour tous. Cette année, les prix récompensent les actions en faveur de l’emploi des jeunes et des solutions de transport urbain intelligentes, mais proposent aussi pour la première fois une catégorie dédiée aux grands projets de l’UE, c’est-à-dire représentant un investissement total supérieur à 50 millions d’euros (TVA incluse).

    Chaque programme peut soumettre une candidature par catégorie. Les cinq catégories de prix pour 2014 sont les suivantes:

    • CROISSANCE INTELLIGENTE: l’innovation dans les PME;
    • CROISSANCE DURABLE: croissance verte et création d'emplois grâce à la bioéconomie;
    • CROISSANCE INCLUSIVE: créer des emplois pour les jeunes générations;
    • CITYSTAR: investir dans des transports publics urbains durables;
    • Grands projets d'investissement: efficacité énergétique et économie sobre en carbone.

    La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 19 avril 2013.

    Les finalistes sélectionnés présenteront leur projet devant un jury indépendant à l’occasion de la prochaine édition des JOURNÉES PORTES OUVERTES de la Semaine européenne des régions et des villes, à Bruxelles, début octobre 2013.

    Pour consulter le guide du candidat et vous inscrire, rendez-vous sur le site web RegioStars.

    Informations complémentaires: REGIO-STARS@ec.europa.eu

  • Projet de la semaine: L’UPTEC, catalyseur du changement structurel dans la région Norte au Portugal

    (20/02/2013)

    La région Norte dépendait traditionnellement d’industries de basse technologie orientées vers l’exportation, comme le textile, la chaussure et l’ameublement. Sous la pression de la mondialisation, de nombreuses entreprises de la région s’efforcent de donner à leurs produits une valeur ajoutée en améliorant leurs processus. D’autres cherchent à se spécialiser dans des secteurs émergents tels que les équipements scientifiques, les moulages et les systèmes d’information. La région est également confrontée à un autre défi: le faible développement des activités de R&D dans ses entreprises. C’est ce qui a incité les autorités régionales à adopter le plan d’innovation de la région Norte, qui recentre la politique de développement régional sur des atouts spécifiques tels que la santé, les TIC et les technologies de production, les industries créatives, les technologies marines et d’autres activités du secteur maritime.

     

    C’est dans ce contexte qu’a été lancé le projet UPTEC (Parc scientifique et technologique de l’Université de Porto). Ce projet, qui bénéficiera d’un financement européen de 15,4 millions d’euros, est structuré autour de quatre pôles: technologie, industries créatives, technologie marine et biotechnologie. Deux structures de soutien pour les entreprises (des pépinières et des centres pour l’innovation dans les entreprises) ont été mises en place pour stimuler la création d’entreprises et de centres d’innovations, avec l’aide de l’université.

     

    Le Centre de technologie UPTEC TECH accueille un groupe d’entreprises et de centres d’innovation actifs dans des domaines tels que l’énergie, l’efficacité énergétique, les polymères et matériaux composites, les TI et les communications et la robotique. L’UPTEC PINC (Centre d’industries créatives) tire parti de l’expertise créative et culturelle de l’université pour aider les entreprises actives dans des domaines économiques tels que le cinéma, la vidéo et l’audiovisuel, la télévision et la radio, l’imprimerie, la conception, les arts visuels et du spectacle, l’architecture, la musique, le divertissement et les logiciels éducatifs.

     

    À ce jour, le projet UPTEC a aidé 110 entreprises, dont 95 en phase de démarrage, cinq grandes entreprises et cinq centres d’innovation privés. Il a créé quelques 800 emplois qualifiés, contribuant à la forte croissance économique de la région. C’est l’un des lauréats des prix RegioStars 2013, dans la catégorie «croissance intelligente».

     

    Clara Gonçalves, directrice adjointe de l’UPTEC, commente le projet en ces termes:

    «En soutenant un transfert efficace des connaissances et des technologies entre l’université et les entreprises, l’UPTEC entend devenir un parc scientifique et technologique de renommée internationale, capable de transformer et de revitaliser l’économie portugaise. En ces temps d’austérité et de crise, son existence n’aurait pas été possible sans l’aide des fonds européens. Sa consécration lors de la remise des prix RegioStars représente l’espoir que l’UPTEC entend véhiculer, non seulement dans la région Norte du Portugal mais dans tout le pays.»

     

    UPTEC – Parc scientifique et technologique, Université de Porto

    Portrait

     

  • La Commission accorde 66,5 millions d’euros, puisés dans les fonds régionaux, à un grand projet d’infrastructure à haut débit en Pologne

    (19/02/2013)

    La Commission européenne a accepté d’investir 66,5 millions d’euros, financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER), dans la construction d’une infrastructure à haut débit de 2 908 km de long dans la région polonaise de Lubelskie. Ce projet contribue directement à la réalisation des objectifs fixés par la stratégie numérique pour l’Europe concernant l’accès de base et l’accès de nouvelle génération aux infrastructures à haut débit. Il ouvre également la voie au développement de l’économie numérique dans la région. Grâce à ce projet, 316 000 personnes supplémentaires pourront bénéficier d’un accès au haut débit dans l’une des régions les moins développées de Pologne et 92,7 % de la population sera couverte par les infrastructures à large bande de base, ce qui représente une augmentation d’environ 15 %.

    Communiqué de presse

  • Visite du Commissaire Hahn en Grèce occidentale et dans le Péloponnèse pour promouvoir une politique européenne d’investissement favorable à l’emploi

    (14/02/2013)

    Le Commissaire Johannes Hahn est en Grèce les 14 et 15 février pour promouvoir une efficacité maximale dans l’utilisation des fonds régionaux de l’UE, principale source d’investissement public du pays. Il met à profit cette étape de sa tournée des 13 régions du pays pour exhorter les entreprises locales et les représentants régionaux à utiliser les fonds régionaux en vue de stimuler la croissance et l’innovation. Il évoque également la nécessité de mieux cibler les dépenses pour créer de l’emploi, en privilégiant notamment la recherche et le développement, le soutien aux petites et moyennes entreprises et le tourisme durable. Il plaidera aussi pour l’élimination des décharges illégales, qui découragent les investisseurs potentiels et nuisent à la qualité de vie de la population, et la construction d’installations modernes de traitement des déchets, dont le coût pourra être cofinancé au travers de la politique régionale de l’UE. Le Commissaire Hahn doit rencontrer à Patras Apostolos Katsifaras, gouverneur régional de la Grèce occidentale, ainsi que des représentants régionaux, des ONG et de représentants des entreprises dans la région du Péloponnèse pour discuter de la meilleure façon d’utiliser les investissements européens et d’exploiter les atouts régionaux afin de créer un impact maximal.

    Couverture vidéo et photographies

    Informations complémentaires:

    http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/hahn/index_fr.cfm

    http://ec.europa.eu/ellada/index_el.htm

  • Rendre la Croatie compétitive grâce à la politique de cohésion de l’UE

    (12/02/2013)

    Johannes Hahn, Commissaire en charge de la politique régionale, est à Zagreb pour rencontrer des représentants du monde des affaires, des commissions parlementaires clés et des membres importants du gouvernement. Il doit aussi déterminer les opportunités que la future politique régionale de l’UE offre au pays et identifier les défis à venir. À partir du 1er juillet, date où la Croatie rejoindra l’UE, les fonds régionaux représenteront 70 % des investissements publics du pays, soit environ 1 milliard d’euros en faveur de l’emploi et de la croissance. Cette somme sera destinée à financer certains secteurs clés aptes à garantir l’efficacité de l’investissement.

    Concernant le recentrage sur un nombre réduit de priorités, mot d’ordre de cette réforme politique, Le Commissaire Hahn est chargé de l’ouverture officielle d’un séminaire sur la «spécialisation intelligente», qui s’adresse aux entreprises et aux acteurs locaux mais aussi à des représentants d’Autriche et de Slovénie. Il s’agit d’étudier les domaines dans lesquels la Croatie pourrait obtenir des résultats tangibles et de l’aider à réaliser les objectifs du programme de croissance de l’UE, la stratégie Europe 2020. Il s’agit aussi de préparer le terrain en vue d’élaborer, d’ici la fin de l’année, l’accord de partenariat de la Croatie.

    Document de synthèse de la Commission pour la Croatie

    Discours: Johannes Hahn – Séminaire sur la spécialisation intelligente («Smart Specialisation») – Zagreb, 12 février 2013

  • Déclaration du Commissaire Johannes Hahn, en charge de la politique régionale, à propos du cadre financier pluriannuel 2014-2020 à l’issue du Conseil européen

    (11/02/2013)

    Je sais que ces négociations ont été difficiles et je suis soulagé que nous soyons arrivés à un accord du Conseil européen concernant le budget de l’UE pour la période 2014-2020. Sous réserve de l’approbation du Parlement européen, nous pouvons poursuivre sans délai nos préparatifs pour la prochaine période de programmation de la politique de cohésion. Il s’agit de canaliser les investissements de l’UE vers les projets les plus aptes à créer de l’emploi et à favoriser la relance de l’Europe. Il faut donner aux investisseurs des garanties là où les investissements privés peuvent aussi appuyer nos efforts.

    La proposition d’origine de la Commission aurait davantage servi les intérêts de l’Europe. Avec le texte actuel, nul doute qu’il sera plus difficile de financer toutes les priorités de l’UE exposées dans nos propositions.

    Le budget de la politique de cohésion a été réduit par rapport à la première proposition de la Commission mais les 325 millions d’euros alloués pour sept ans financeront une politique modernisée: plus efficace, plus transparente, plus européenne et au cœur de la stratégie Europe 2020 en faveur de la croissance et de la compétitivité. La politique de cohésion est le principal outil d’investissement dont dispose l’UE pour accomplir les objectifs d’Europe 2020 et je me suis engagé à les réaliser. Cet accord confirme aussi les éléments clés d’une autre réforme visant à recentrer encore la politique et améliorer son efficacité. Soulignons qu’en acceptant notre nouvelle catégorie des «régions en transition» et le principe qui permet d’allouer également des fonds aux régions plus développées, l’accord reconnaît que les investissements en faveur de la croissance et de la création d’emploi sont nécessaires dans toutes les régions de l’UE.

    Néanmoins, en dépit de l’exigence de «meilleure maîtrise des dépenses», certaines dispositions de cet accord risquent de retarder des investissements indispensables pour relancer la croissance sur le terrain.

    Je ferai tout mon possible pour défendre une nouvelle politique de cohésion axée sur l’avenir, favorisant la création d’emploi et les investissements dans l’innovation, la recherche, les petites et moyennes entreprises et une économie sobre en carbone. Je compte sur le Parlement européen pour agir de même et défendre un budget apte à répondre aux enjeux d’aujourd’hui et à soutenir nos prochaines réformes de la politique de cohésion de façon à ce que chaque euro dépensé contribue à créer des emplois dans les régions d’Europe.

  • Investir dans notre avenir: les bons exemples de projets financés par l’UE

    (11/02/2013)

    Le budget de l’Union européenne est relativement réduit (environ 1 % du RNB de l’UE), mais il peut générer de grands changements. Environ 94 % du budget de l’Union européenne soutient la recherche, les entreprises, les agriculteurs, les régions, les jeunes et bien d’autres bénéficiaires.

    Les projets concrets menés sur le terrain restent méconnus, de même que la façon dont ils génèrent des résultats et avantages tangibles pour les citoyens et les entreprises et pour l’ensemble de l’économie européenne. Cette liste non exhaustive des bons projets européens vous en donnera une idée. Saviez-vous, par exemple, que l’UE soutient des solutions aux problèmes environnementaux et de trafic dans les villes européennes, aide à la préservation de notre environnement, favorise les économies d’énergie et travaille à renforcer la viabilité de notre économie? Saviez vous qu’elle appuie le processus de réconciliation en Irlande du Nord, qu’elle rassemble les universités et les chercheurs ou aide les agriculteurs locaux? Elle encourage le développement économique et social des régions les plus pauvres et aide les chômeurs. Les patients atteints de cancer bénéficient des progrès réalisés dans la recherche et des nouveaux traitements qui en découlent. Les chercheurs les plus éminents peuvent mettre en commun leurs connaissances et économiser de l’argent grâce à des projets de recherche transnationaux qui renforcent la compétitivité européenne. Les petites et moyennes entreprises bénéficient d’un soutien à l’innovation. Les risques qu’engendrent le changement climatique et les catastrophes naturelles sont atténués. Les jeunes ont la possibilité d’étudier, de se former ou de faire du bénévolat à l’étranger. L’UE apporte son soutien aux enfants qui vivent dans des zones conflictuelles, fournit une aide humanitaire et améliore la sécurité alimentaire mondiale.

    Voir des exemples illustrant la façon dont la politique régionale et tous les autres investissements de l'UE améliorent la vie quotidienne des citoyens.

  • La spécialisation intelligente, les réalisations du Fonds de cohésion et l’histoire du succès polonais au sommaire du dernier numéro du magazine saisonnier Panorama

    (08/02/2013)

    L’édition hiver 2012 du magazine Panorama, intitulée «Spécialisation intelligente», est maintenant disponible en ligne. L’article central est un dossier de 6 pages sur les stratégies de spécialisation intelligente comme moteur de la croissance économique régionale. Il analyse les définitions et les possibilités de la spécialisation intelligente, le soutien qu’offre la plateforme S3, ainsi que les rapports de l’atelier de la Commission européenne organisé à Bari en septembre 2012, qui a aidé les régions italiennes à se préparer pour être en mesure d’utiliser ces stratégies au cours de la période de programmation 2014-2020.

    Autre thème important, une interview exclusive de la ministre polonaise du développement régional, Elżbieta Bieńkowska, qui décrit les progrès réalisés par la Pologne depuis son adhésion en 2004: développement de ses infrastructures, création d’emplois et augmentation du PIB. Concernant l’avenir, elle prévoit pour la prochaine période de programmation une augmentation des investissements dans la recherche et l’innovation, l’énergie durable et les solutions de transport.

    Par ailleurs, le magazine analyse la dernière enquête Eurobaromètre, «L’opinion publique dans les régions de l’UE», qui a obtenu des résultats positifs surprenants concernant la qualité de vie et les perspectives d’avenir, et présente les lauréats du concours photographique «L’Europe dans ma région». Une affiche détachable expose sous forme de mosaïque quelques unes des nombreuses photographies soumises.

    Figurent aussi un aperçu des prix RegioStars 2014 et une autre sélection de profils de projets régionaux réussis dans l’Union européenne.

    Vous trouverez toutes ces informations, et bien d’autres encore, dans Panorama 44.

  • Sauver Pompéi avec l’aide de l’investissement européen

    (06/02/2013)

    Le Commissaire européen en charge des affaires régionales, Johannes Hahn, a donné le coup d’envoi des travaux de sauvetage du site réputé de Pompéi, classé au patrimoine de l’UNESCO, dans la région italienne de Campanie. Ce projet, qui bénéficiera d’un cofinancement de 41,8 millions d’euros des fonds régionaux de l’UE (FEDER) sur un investissement total de 105 millions d’euros, pourrait servir de modèle dans le reste de l’Italie et de la Campanie.

    Il utilise les technologies les plus modernes et sophistiquées pour conserver les ruines du site, gravement endommagées dans les dernières années. Le projet prend aussi diverses mesures pour se protéger de l’influence du crime organisé (Camorra) qui infeste une bonne partie de la région. En étroite collaboration avec la Commission européenne, les autorités italiennes ont institué un «prefetto» spécialement nommé par le ministère de l’intérieur italien pour contrôler de bout en bout les questions de sécurité et de légalité du projet. Actuellement, environ 2,3 millions de touristes visitent Pompéi chaque année. On estime qu’en 2017, avec la restauration du site, ce chiffre devrait augmenter d’au moins 300 000 personnes, ce qui aura des bénéfices directs et indirects énormes pour la région sur le plan de l’emploi et du développement d’activités commerciales.

    Le projet Pompéi prévoit les travaux suivants:

    • consolidation des structures du site archéologique en commençant par les zones les plus «à risque» de la «carte des risques archéologiques»;
    • construction d’un système de canalisation et d’évacuation des eaux dans la zone qui n’a pas encore fait l’objet de fouilles et qui surplombe les anciens édifices;
    • réalisation de travaux de consolidation, de restauration et de rénovation au moyen de la méthode de préservation programmée;
    • formation du personnel travaillant sur le site pour le compte du SANP (Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici  di Napoli e Pompei), l’institut responsable de l’administration du patrimoine archéologique de Naples et de Pompéi.

    MEMO/13/68

    EbS

    Reportage photographique

  • L’article du Focus régional sur les évaluations d’impact contrefactuelles désormais disponible en ligne

    (05/02/2013)

    Le dernier article du Focus régional, intitulé «What are counterfactual impact evaluations teaching us about enterprise and innovation support?» (Que nous apprennent les évaluations d’impact contrefactuelles sur le soutien aux entreprises et à l’innovation?), est désormais disponible en ligne. Ce rapport de 16 pages au format PDF, rédigé par l’unité d’évaluation de la DG REGIO, fait le bilan des 40 milliards d’euros accordés à 235 000 entreprises au titre de 12 programmes de soutien mis en œuvre dans 7 États membres de l’UE. Les effets sont évalués en termes d’investissement, de productivité, d’emploi et d’innovation.

    Les résultats montrent que les PME ont beaucoup à gagner d’un soutien financier. Elles peuvent ainsi accroître leurs investissements et créer des emplois durables, même si le soutien non financier sous forme de conseil ou de réseaux peut s’avérer tout aussi efficace. On espère que ces résultats seront pris en compte dans la préparation des programmes de la période 2014-2020.

    L’article complet peut être téléchargé à l’adresse: http://ec.europa.eu/regional_policy/information/focus/index_fr.cfm

  • RegioStars 2013: La Commission récompense l’innovation dans l’utilisation des investissements européens

    (31/01/2013)

    Johannes Hahn, Commissaire européen en charge de la politique régionale, et Luc van den Brande ont révélé l’identité des lauréats des prestigieux prix RegioStars 2013 qui récompensent les projets européens les plus novateurs et inspirants. La 6e édition de remise des prix a enregistré un taux de participation record, avec un total de 149 candidatures. Parmi les finalistes figurent 27 projets particulièrement méritants. Mais cinq d’entre eux ont éclipsé la concurrence: des projets d’innovation phare à Porto, dans le nord-ouest de l’Angleterre, dans la région de Warmińsko-Mazurskie, à Berlin et en Lituanie ont remporté les prix et occupé les devants de la scène cette année à Bruxelles.

    Vidéo de la céremonie RegioStars Awards 2013

    Voir les lauréats:

    Category 1: “UPTEC – Parque de Ciência e Tecnologia da Universidade do Porto” and Portrait
    More information on the project

    Category 2: ENWORKS Resource Efficiency Support and Portrait
    More information on the project

    Category 3: Individual Employment Paths and Portrait
    More information on the project

    Category 4: Neighbourhood Management Berlin and Portrait
    More information on the project

    Category 5: Towards Work – development of mediation services in recruiting people with hearing disabilities

  • Politique régionale de l'UE: renforcer la confiance entre des communautés divisées

    (30/01/2013)

    Peu de temps après l'attribution du prix Nobel de la paix à l'Union européenne, la Commission européenne invite des communautés divisées, dans l’UE et au-delà, à réfléchir à l'opportunité et à la manière de tirer parti de l'expérience acquise dans le cadre du déroulement du programme PEACE de l'Union européenne en Irlande du Nord et dans la région frontalière de l'Irlande.

    M. Johannes Hahn, membre de la Commission chargé de la politique régionale, accueillera la conférence intitulée «Rapprocher les communautés divisées — partager l'expérience du programme PEACE de l'UE», qui se tiendra le jeudi 31 janvier, à partir de 9 heures, au bâtiment Charlemagne.

    M. Peter Robinson, Premier ministre d’Irlande du Nord, ainsi que M. Martin McGuinness, Premier ministre adjoint, et M. Brendan Howlin, ministre des dépenses publiques et de la réforme d’Irlande, se joindront à lui. Cette conférence réunira des représentants des États membres de l'UE, des pays voisins, des pays candidats et d'autres pays.

    Webstreaming

    Video on the projects co financed by the EU PEACE III Programme

  • Projet de la semaine: Le football comme vecteur de paix et de réconciliation en Irlande du Nord

    (30/01/2013)

    Mis sur pied par l’Irish Football Association en 2000, le projet «Football For All» vise à éradiquer le sectarisme et le racisme dans le football et à encourager à tous les niveaux une pratique sure et inclusive de ce sport dans une optique de divertissement. Relancé le 23 janvier, ce projet sera présenté à Bruxelles le 31 janvier, lors d’une conférence sur le thème du rapprochement des communautés divisées et du partage de l’expérience acquise grâce au programme européen PEACE («Bringing Divided Communities Together - Sharing the Experience of the EU PEACE Programme»).

     

    Aux échelons local, national et international, les services d’éducation, d’assistance et de communication fournis par le projet «Football For All» ont renforcé l’engagement des supporters, des joueurs, des entraîneurs et de la population. Des séminaires, formations et ateliers permettent de sensibiliser l’opinion aux problèmes communautaires. Les solutions aux différents problèmes émanent directement des clubs et des supporters. Il peut s’agir d’encourager un soutien non sectaire pendant les matchs, d’organiser des ateliers de sensibilisation animés par des volontaires, de fournir dans les gradins des services d’autosurveillance, de former des clubs au sein des communautés ou de constituer des équipes multiculturelles (World United) composées de réfugiés et de demandeurs d’asile du monde entier.

     

    À ce jour, le projet «Football For All» a reçu 760 000 EUR du Fonds européen de développement régional au titre du programme européen PEACE, spécialement conçu pour promouvoir la paix et la réconciliation en Irlande du Nord.

     

    Le projet a réussi à démontrer que le sport pouvait avoir un impact important et durable au sein des communautés locales. Il a su motiver la participation des populations locales d’une façon totalement novatrice. De plus, il a été mis en place directement à l’échelon local par des personnes qui se sont efforcées d’intégrer les communautés marginalisées et de mettre un terme aux craintes et préjugés.

     

    Michael O’Neill, le gérant de Northern Ireland International, décrit le projet en ces termes: “Grâce au précieux soutien du programme PEACE III, l’IFA a pu tisser des partenariats avec des groupes locaux, des clubs, des supporters et des volontaires et promouvoir le projet «Football For All» à tous les niveaux. Les initiatives locales comme Street League et Limestone United montrent comment le sport peut, à partir d’une passion commune, promouvoir l’apprentissage, le respect de la diversité et le développement personnel.»

     

    Site web du projet

  • Conférence européenne 2013 de la Regional Studies Association

    (29/01/2013)

    L’idée centrale de la conférence 2013 de la RSA à Tampere est qu’il est aujourd’hui urgent de mieux comprendre comment les régions et les localités peuvent s’adapter aux enjeux actuels et appréhender les questions épineuses de durabilité en développant de nouvelles capacités de prise de décision, de leadership et de gouvernance multi-acteurs. La conférence offre aux chercheurs et aux professionnels du développement local et régional une chance d’explorer ensemble ces questions clés et d’en débattre depuis une multitude de perspectives, en partant de différents points de vue théoriques et d’observations empiriques issues de diverses régions du globe.

    Inscrivez-vous avant le 17 février à la conférence intitulée «Shape and be Shaped: The Future Dynamics of Regional Development», qui abordera la dynamique future du développement régional.

  • Le Commissaire Johannes Hahn signale les importants progrès réalisés dans l’utilisation des Fonds structurels en Grèce mais insiste sur la nécessité de redoubler d’efforts

    (23/01/2013)

    Aujourd’hui à Bruxelles, le Commissaire Johannes Hahn et Kostis Hatzidakis, le ministre grec du développement, de la compétitivité, des infrastructures et des transports, se sont réunis pour discuter des moyens d’améliorer l’utilisation des Fonds structurels de l’UE pour favoriser la reprise en Grèce. Lors d’une conférence de presse commune à l’issue de la réunion, le Commissaire Hahn a déclaré: «Je suis très impressionné par la capacité de la Grèce à présenter des demandes de paiement atteignant 3,2 milliards d’euros, soit 87 % de la somme cible fixée par le protocole d’accord pour cette dernière année. C’est un grand succès dont je me réjouis fortement.» Le ministre Hatzidakis a ajouté: «Nous comptons poursuivre nos efforts, nous savons ce que nous pouvons obtenir sur l’ensemble de l’exercice. Concernant les projets prioritaires, nous travaillons jour et nuit pour réaliser les objectifs convenus avec la Commission européenne».

    Voir le communiqué de presse du Commissaire Hahn et du ministre Hatzidakis.


  • Projet de la semaine: Une usine de produits de revêtement inaugure l’utilisation de la nanotechnologie en Lettonie

    (22/01/2013)

    Naco Technologies est la première entreprise lettone de produits de revêtement à utiliser la nanotechnologie. Cette jeune entreprise innovante, qui a bénéficié d’un financement européen, a ouvert ses portes pendant l’été 2012 à Riga. Une unité de production a été installée et un brevet a été déposé pour un nouveau procédé haute vitesse de pulvérisation magnétron par ions plasma.

    La nouvelle technologie brevetée présente plusieurs avantages. Premièrement, les produits de revêtement peuvent être fabriqués dix fois plus vite qu’avec les technologies antérieures, et les équipements utilisés, efficaces sur le plan énergétique, permettent de remplacer des méthodes de revêtement chimiques nocives pour l’environnement par des technologies écologiques.

    Deuxièmement, grâce à ses propriétés universelles, cette nouvelle technologie permet de fabriquer des produits de revêtement sur mesure et une même machine peut produire une grande variété de solutions techniques pour différentes industries. Naco Technologies travaille avec plusieurs multinationales du secteur automobile en quête de procédés permettant d’améliorer l’efficacité de leurs produits.

    Cette entreprise a pu être créée avec succès grâce à l’obtention de capitaux propres dès le démarrage. En particulier, deux fonds ont été créés dans le cadre de JEREMIE, une initiative qui mobilise des fonds européens pour financer des fonds de capital-risque à gestion privée en vue d’encourager la création et le développement de jeunes entreprises technologiques innovantes à forte croissance.

    Actuellement, Naco Technologies emploie huit personnes, dont quatre chercheurs titulaires d’un doctorat en sciences des matériaux. L’entreprise entend au moins doubler sa capacité de production en 2013 et continuer de recruter des diplômés en sciences des matériaux.

    Alexander Parfinovics, PDG et cofondateur de Naco Technologies, décrit le projet en ces termes:

     

    «Naco Technologies compte devenir un acteur important dans l’industrie internationale du revêtement, en Lettonie et dans le reste du monde. Grâce à l’aide apportée par l’investissement européen, nous disposons des principaux éléments qui nous permettront d’atteindre cet objectif: une technologie leader, des scientifiques de talent et une équipe d’envergure internationale. Grâce à cela, l’entreprise sera en mesure de fournir des produits de revêtement, des équipements et un support technique, depuis la Lettonie dans un premier temps puis dans le monde entier.»

     

    Pour en savoir plus:

    Site web du projet

  • La Commission accorde 35 millions d’euros, puisés dans les fonds régionaux, à un grand projet d’infrastructure à haut débit

    (22/01/2013)

    La Commission européenne a accepté d’investir 34,7 millions d’euros, financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER), dans la construction d’une infrastructure à haut débit de 1 410 km de long dans la région polonaise de Swietokrzyskie. Ce projet aura pour effet direct de faire bénéficier plus de 220 000 personnes d’une connexion Internet à haut débit dans l’une des régions les moins développées de Pologne. Il aidera le pays à réaliser les objectifs fixés par la stratégie numérique pour l’Europe concernant les infrastructures haut débit de base et l’accès de nouvelle génération. Il ouvre également la voie au développement de l’économie numérique dans la région.

    Pour plus d’informations, voir le site web de la représentation polonaise.

  • Débat avec le Commissaire Hahn: en direct sur Internet

    (18/01/2013)

    Le 22 janvier 2013 aura lieu la première réunion biannuelle entre la direction générale de la politique régionale et urbaine de la Commission (DG REGIO) et les représentants des bureaux régionaux à Bruxelles. Le Commissaire européen en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, présentera un état des lieux des négociations budgétaires et législatives sur l’avenir de la politique de cohésion pour 2014-2020 et fera le point sur la préparation des nouveaux programmes. Cet exposé sera suivi d'un débat. Les inscriptions à cet événement sont closes mais vous pouvez le suivre en direct sur Internet de 11 h 00 à 12 h 00 en anglais, français et allemand.

    Transmission en direct sur Internet

  • Enquête du CdR sur l’initiative phare «Une politique industrielle à l’ère de la mondialisation»

    (16/01/2013)

    L’initiative intitulée «Une politique industrielle à l’ère de la mondialisation» est l’une des sept initiatives phare élaborées dans le cadre de la stratégie Europe 2020, adoptée par la Commission européenne en 2010 dans le but de favoriser la croissance grâce à la création d’une base industrielle stable avec, en premier lieu, une forte implication des PME. Dans le cadre des préparatifs pour la révision à mi-parcours de la stratégie en 2014, le Comité des régions (CdR) invite les parties prenantes locales et régionales de tous les États membres à exprimer leur point de vue sur le processus de mise en œuvre des mesures de politique industrielle afin d’enrichir l’évaluation. Les résultats de l’enquête seront discutés lors de la conférence du CdR prévue le 10 avril 2013 à Bruxelles.

    Date limite pour participer à l’enquête: 1 mars 2013

    Pour en savoir plus:

    Questionnaire

    Europe 2020, initiatives phare et processus de suivi du CdR

  • Lancement des prix RegioStars 2014

    (10/01/2013)

    Nous avons le plaisir de vous annoncer que la DG Politique régionale vient de donner le coup d’envoi des prix RegioStars 2014.

    Les prix RegioStars, décernés dans le cadre de l’initiative «Les régions, actrices du changement économique», récompensent l’identification, la communication et la diffusion des bonnes pratiques novatrices financées au titre de la politique de cohésion de l’Union européenne.

    L’appel à candidatures pour les prix RegioStars 2014 est à présent ouvert. Les catégories de prix pour l’édition 2014 sont les suivantes:

    1. CROISSANCE INTELLIGENTE: l’innovation dans les PME

    2. CROISSANCE DURABLE: croissance verte et création d'emplois grâce à la bioéconomie

    3. CROISSANCE INCLUSIVE: créer des emplois pour les jeunes générations

    4. CITYSTAR: investir dans des transports publics urbains durables

    5. Grands projets d'investissement: efficacité énergétique et économie sobre en carbone

    Les candidatures devront être envoyées au plus tard le 19 April 2013 par courrier électronique à l’adresse REGIO-STARS@ec.europa.eu. Les finalistes sélectionnés pourront présenter leurs projets devant un jury indépendant lors de la onzième Semaine européenne annuelle des régions et des villes – JOURNÉES PORTES OUVERTES 2013. La cérémonie de remise des prix aura lieu à Bruxelles en début d’année 2014. 

    Pour plus d’informations sur les modalités de dépôt d’une candidature, notamment les critères d’éligibilité des projets et d’attribution des prix, veuillez consulter le site web RegioStars.

  • 7e séminaire de haut niveau dans le cadre du dialogue politique régional UE-Chine

    (09/01/2013)

    Juste avant la pause de fin d’année, les 20 et 21 décembre, le directeur général Walter Deffaa s’est rendu à Guangzhou, en Chine, dans le cadre du dialogue politique régional 2012. Il a notamment participé à la septième édition du séminaire de haut niveau sur la politique régionale UE-Chine. M. Deffaa était accompagné de Ronnie Hall, conseiller principal, et de Ramon Lopez, responsable des relations internationales. La mission prévoyait la visite de projets de coopération sino-européens et des réunions avec le vice-gouverneur de Guangdong, l’adjoint au maire de Guangzhou et la Chambre de commerce européenne en Chine sur le chapitre du delta de la rivière des Perles. Ceci a permis d’obtenir des renseignements intéressants sur le fonctionnement des échanges commerciaux avec la Chine (lourdeur des procédures de création d’entreprise, pénuries de main-d’œuvre, croissance rapide des salaires minimums de 13% par an, exode des travailleurs qualifiés vers Beijing et Shanghai), mais aussi sur les nombreuses possibilités concernant, par exemple, l’exportation des technologies vertes.

    Le dialogue politique régional 2012 a permis de s’entendre sur un programme de coopération pour 2013 qui donnera la priorité aux thèmes suivants: développement territorial urbain-rural intégré; instruments et pratiques de législation et de gouvernance dans le domaine de la politique régionale; définition des régions et définition de l’éligibilité à l’aide régionale; coopération entre les régions européennes et chinoises en matière d’innovation régionale et de développement économique; mécanismes de financement; partenariats public-privé et financement des infrastructures innovantes. Lire la déclaration commune sur les conclusions (en anglais).

    C’est le vice-gouverneur de la province de Guangdong qui a prononcé le discours d’ouverture du séminaire de haut niveau sur le développement urbain. M. Deffaa et M. Fang Hengshan, directeur général de la Commission nationale de développement et de réforme, ont également prononcé des allocutions liminaires (en anglais). Les différentes interventions des experts chinois et européens ont porté sur les principaux problèmes des zones urbaines et les relations avec l’arrière-pays rural.

  • Programme et priorités de la présidence irlandaise

    (09/01/2013)

    L’Irlande, qui vient de prendre la relève à la tête du Conseil européen, a présenté le 9 janvier sont programme de travail et ses priorités pour le premier semestre 2013. Le programme détaillé, intitulé «For Stability, Growth and Jobs» (Pour la stabilité, la croissance et l’emploi), définit pour la présidence irlandaise les principes fondamentaux suivants:

    • une reprise centrée sur les personnes et conçue pour durer;
    • l’investissement dans une croissance favorable à l’emploi et dans les ressources de l’Europe;
    • l’Europe et le monde: un engagement gagnant-gagnant avec nos partenaires.

    Parvenir à un accord sur le cadre financier pluriannuel, qui fait des propositions sur le futur financement de l’UE pour la période 2014-2020, est une priorité absolue. La présidence considère donc comme prioritaire la conclusion d’un accord sur des propositions législatives générales pour que la politique de cohésion 2014-2020 puisse bénéficier à tous les citoyens et à toutes les entreprises de l’UE au cours des prochaines décennies. Tout au long des six mois que dure son mandat, la présidence compte aussi mettre en exergue le chômage des jeunes pour éviter de créer une «génération perdue». Ce sujet sera le thème principal d’une réunion ministérielle informelle prévue à Dublin en février.

    http://eu2013.ie

  • Projet de la semaine: un centre d’innovation pour une société florissante de systèmes d’éclairage en Andalousie

    (21/12/2012)

    La société Light Environment Control S.L. (LEC) est basée dans la ville andalouse de Barbate, en Espagne. Elle a été fondée en 2005 par José Luis Garcia Moreno, qui a débuté avec une première équipe de recherche et développement et d’innovation afin d’élaborer un système d’éclairage alternatif plus respectueux de l’environnement et permettant d’économiser davantage d’énergie par rapport au système traditionnel. En 2007, LEC est devenu la première entreprise européenne à éclairer une ville entière à l’aide de la technologie LED.

    Le principal investissement réalisé par LEC est son centre de recherche et développement et d’innovation, qui a bénéficié d’un cofinancement européen de près de 1,32 million d’euros. La construction de ce centre permet à la société de créer et de développer de nouveaux projets. L’ensemble de la chaîne de production, à commencer par la recherche, la conception, le développement et la fabrication, est réalisée au sein de l’entreprise. Grâce à son centre d’innovation, la société s’est érigée en référence dans le secteur LED et est devenu un des leaders mondiaux, offrant à ses clients des solutions efficaces et sur mesure.

    LEC se situe dans une des régions les plus défavorisées d’Espagne, affichant un taux de chômage de 40 % en 2012. Depuis l’installation de son nouveau centre de production pour la conception, la recherche et la fabrication de systèmes d’éclairage LED, LEC a créé 100 emplois directs et près de 150 emplois indirects. La société a également réussi à retenir des professionnels hautement qualifiés dans la région. 

    José Luis García Moreno, directeur général de LEC, à propos du projet:

    «Grâce aux fonds européens, nous avons conçu ce nouveau site de production, où nous avons installé tout notre matériel. Désormais, notre plan stratégique consiste à terminer l’expansion du marché national et à commencer le développement d’une nouvelle stratégie visant à internationaliser l’entreprise et à proposer nos produits au monde entier».

     

    Pour en savoir plus:

    Site web de LEC: www.lecsl.com

    Facebook: http://es-es.facebook.com/pages/LEC-Iluminaci%C3%B3n-eficiente/161992387172213

    Twitter: https://twitter.com/MariarriazaG

    YouTube: http://www.youtube.com/user/LECSL

    Autorité de gestion: Ministère espagnol de l'économie et des finances, gestion des fonds européens

    Organisme intermédiaire: Junta de Andalucía CONSEJERÍA DE ECONOMÍA, INNOVACIÓN, CIENCIA Y EMPLEO

  • Ne manquez pas la cérémonie de remise des prix RegioStars!

    (18/12/2012)

    Le 31 janvier, la Commission révèlera le nom des lauréats des prix RegioStars 2013, qui récompensent les projets les plus novateurs d’Europe parmi ceux qui ont bénéficié du soutien de la politique régionale européenne.

    L’objectif des prix RegioStars est d’identifier les bonnes pratiques de développement régional et de mettre en évidence des projets originaux et novateurs susceptibles d’intéresser et d’inspirer d’autres régions. Pour cette 6e édition de remise des prix, la Commission a enregistré un taux de participation record, avec un total de 149 candidatures. Un jury indépendant sélectionnera les lauréats, qui recevront leur prix des mains du Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, et du Président du jury RegioStar, Luc Van den Brande, lors d’une cérémonie à Bruxelles.

    Inscription

  • Un pas de plus vers la mise en place d’une macrorégion adriatique et ionienne

    (17/12/2012)

    Au Conseil européen du 14 décembre, les chefs d’État et de gouvernement de l’UE ont invité la Commission européenne à élaborer d’ici fin 2014 une proposition pour une nouvelle stratégie macrorégionale concernant la région adriatique et ionienne. Forte du succès actuel des macrorégions du Danube et de la mer Baltique, la Commission va à présent concevoir une proposition de stratégie pour les 8 pays concernés (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Grèce, Italie, Monténégro, Serbie et  Slovénie). Le 19 Novembre, Johannes Hahn, Commissaire en charge de la politique régionale, a rencontré les ministres des affaires étrangères des pays participants pour discuter des principaux éléments de la future coopération territoriale dans les pays adriatiques et ioniens.

    Le Conseil européen a aussi réclamé la mise en œuvre totale de la stratégie révisée de la mer Baltique et une coopération plus étroite avec la dimension septentrionale.

    Lire les Conclusions du Conseil.

  • Le magazine «Regio» à l’exploration du développement régional en Roumanie

    (14/12/2012)

    L’autorité de gestion du programme opérationnel régional en Roumanie vient de lancer une version anglaise de son magazine «Regio». Cette publication, qui apparaîtra en anglais tous les quatre mois, fait la promotion de projets financés par le FEDER en Roumanie dans le cadre du programme opérationnel régional. Comme l’indique l’éditorial, «Regio Magazine a pour but de démontrer comment notre vie de tous les jours est améliorée grâce à l’injection de fonds européens dans nos hôpitaux, nos écoles, nos routes, de nouvelles technologies et de nouvelles idées commerciales».

    La première édition présente un entretien avec Eduard Hellvig, ministre du développement régional et du tourisme, ainsi que des récits sur une série de projets menés en Roumanie et le calendrier des événements à venir.

    Le magazine est envoyé à plusieurs institutions en Roumanie (bureau du Parlement européen à Bucarest, ministère des affaires étrangères, etc.) et 20 exemplaires de la première édition sont disponibles au centre d’information DG REGIO. Il peut également être téléchargée au format PDF sur son site à l’adresse suivante: http://www.inforegio.ro/sites/default/files/Revista%20Regio%20nr.%201%20ENG%20site_0.pdf

  • OPEN DAYS 2013: annonce des thèmes

    (13/12/2012)

    «Europe’s regions and cities taking off for 2020» (les régions et les villes d’Europe décollent pour 2020): telle est la thématique principale de la prochaine édition des OPEN DAYS, l’événement majeur de la politique de cohésion en Europe, lancées hier lors de la réunion avec les partenaires de l’événement. Des ateliers et des débats seront organisés autour de 3 sous-thèmes :

    • la gestion des changements sur la période 2014-2020;
    • les synergies et la coopération;
    • les défis et les solutions.

    L’appel à inscription pour la DG REGIO et les autres services de la Commission, ainsi que pour l’Université OPEN DAYS, sera lancé le 15 janvier. Le formulaire d’inscription sera disponible sur le site web des OPEN DAYS 2013.

    Twitter: #euopendays.

  • Allocation de solidarité record pour les travaux de réparation en Émilie-Romagne

    (12/12/2012)

    La Commission a donné son feu vert pour que soit versé à l’Italie une somme record de 670 millions d’euros du Fonds de solidarité de l’Union européenne (FSUE) afin de financer les opérations de reconstruction en Émilie Romagne suite aux tremblements de terre qui ont dévasté la région l’an dernier.

    De violentes secousses atteignant 5,9 sur l’échelle de Richter ont ravagé la région le 20 mai 2012, suivies de centaines de répliques qui ont eu des retombées dans les régions voisines de Vénétie et de Lombardie. Les tremblements de terre ont fait 27 morts, environ 350 blessés et plus de 45 000 personnes ont dû être évacuées. Le sinistre a provoqué des dégâts importants et étendus qui ont affecté les bâtiments, les infrastructures, les entreprises, les locaux industriels, le secteur agricole et le riche patrimoine culturel.

    C’est le montant le plus élevé jamais octroyé par le Fonds depuis sa création en 2002, ce qui témoigne de l’étendue des dommages infligés par ces tremblements de terre à des milliers de familles, de foyers, d’existences et à l’économie de la région en général.

    Étant donné que le FSUE est financé en sus du budget normal de l’UE, la Commission a proposé le 19 septembre un budget rectificatif pour couvrir la somme concernée, qui a été soumis à l’approbation des ministres des finances de l’UE et du Parlement européen. Les autorités italiennes ont annoncé que l’essentiel du montant (338 millions) devrait servir à couvrir les coûts de l’aide d’urgence et des opérations de sauvetage, ainsi que les frais de logement temporaire. Quelque 292 millions d’euros sont réservés à la restauration immédiate des installations d’éducation et de santé et à la réparation des réseaux d’électricité et d’eau. Le montant total de l’allocation devrait être versé dans les jours qui viennent.

  • Projet de la Semaine « Louvre-Lens » : Le développement local via une action culturelle forte et ambitieuse

    (12/12/2012)

    Le musée “Louvre-Lens” ouvre ses portes au public aujourd’hui. L'implantation du Musée du Louvre à Lens dans la région du Nord-Pas-de-Calais été décidée en novembre 2004 et constitue une première expérience dans ce domaine. Louvre-Lens est né de la rencontre entre une volonté du gouvernement français d'engager une nouvelle étape de décentralisation, le souhait du Musée du Louvre de renouveler sa tradition d'action territoriale, et la conviction des collectivités locales du Nord-Pas de Calais que le développement local passe par une action culturelle forte et ambitieuse.

     

    Le projet Louvres-Lens, qui a bénéficié d’un co-financement UE de 35 millions d’euros - 20% de l’investissement total - est un investissement de grande envergure qui comprend le musée composé de 5 corps de bâtiments, les espaces d’exposition qui se répartissent entre 3 bâtiments – la galerie du temps, l’exposition temporaire et le pavillon de verre – et le parc autour du musée. Il répond au souhait d’être un musée de haute qualité accessible à tous -l’accès à la galerie du temps sera d’ailleurs gratuit.

     

    L’implantation de l’antenne décentralisée du prestigieux musée du Louvre parisien sur un ancien site minier de Lens est aussi une opportunité de développement économique exceptionnelle pour cette région fortement affectée par la désindustrialisation. En plus des 500 000 visiteurs attendus et des 100 emplois directement créés, le musée du Louvre à Lens constitue un accélérateur pour les projets urbains préexistants et un générateur de projets qui se développeront nécessairement autour du musée. C'est dans ce contexte qu'a été créée Euralens, une structure fédératrice de projets impulsée par la région Nord-Pas-de-Calais.

     

     

     

     

    Pour en savoir plus sur le projet Louvre-Lens:

     

    - Projet Louvre-Lens

    - Région Nord-Pas-de-Calais (corps intermédiaire)

    - Actions européennes en Nord-Pas-de-Calais

    - Site de la Préfecture de Région Nord-Pas-de- Calais (autorité de gestion)

     

  • Stratégies de recherche et d'innovation pour une spécialisation intelligente, Séville, Espagne, 13-14 décembre 2012

    (10/12/2012)

    La Direction générale de la politique régionale et urbaine de la Commission européenne organise, conjointement avec l’Institut de prospective technologique du Centre commun de recherche (IPTS-JRC), un séminaire  consacré aux stratégies de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente 2014-2020, qui se tiendra dans les locaux de l’IPTS.

    Cet événement, auquel collaborent également le Ministère espagnol des finances et de l’administration publique et la Junte d’Andalousie (gouvernement régional), réunira des experts de renommée internationale qui contribueront au développement de ces stratégies en Espagne. Plus de 120 représentants des administrations régionales ont d’ores et déjà confirmé leur participation.

    La «spécialisation intelligente» est une approche stratégique du développement économique qui repose sur un soutien ciblé de la recherche et de l’innovation. Elle a été présentée, dans le cadre de l’initiative phare «Union de l’innovation» de la stratégie Europe 2020, comme l’action clé de la politique de cohésion dans le domaine de l’innovation. L’élaboration de «stratégies de recherche et d’innovation pour la spécialisation intelligente» a été proposée comme condition préalable à l’accès des pays et des régions aux subsides du Fonds européen de développement régional (FEDER) et du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER). L'objectif est de renforcer l’efficacité des stratégies d’innovation aux échelons national et régional de façon à maximiser l’impact des investissements de l’UE.

  • Comment les subventions de l’UE sont-elles utilisées en France?

    (07/12/2012)

    Le portail du Gouvernement français L'Europe s'engage en France peut désormais être consulté en anglais.  Ce portail fournit des informations sur les fonds investis en France par l’UE au titre du Fonds européen de développement régional, du Fonds social européen, du Fonds européen agricole pour le développement rural et du Fonds européen pour la pêche. Il propose notamment des informations sur la façon dont les subventions sont utilisées dans chaque région, des exemples de projets faisant l’objet d’un cofinancement et des conseils à destination des bénéficiaires potentiels.

  • Projet de la semaine: Des services d’urgence très performants dans la région Centre en Roumanie

    (07/12/2012)

    La région Centre en Roumanie englobe six comtés, soit 14 % du territoire roumain et 2,5 millions d’habitants. Bien que souvent confrontée à de grandes catastrophes comme les incendies de forêt en été ou les accidents de montagne en hiver, la région n’était desservie que par un seul service d’urgence souvent saturé, insuffisant pour venir en aide à toutes les personnes en situation d’urgence.

     

    En 2008, l’association pour le développement intercommunautaire «Transylvania Centre» a reçu une subvention européenne de près de 7,9 millions d’euros pour améliorer les équipements des unités d’intervention d’urgence dans chacun des six comtés.

     

    Elle a pu acheter 24 véhicules spéciaux d’intervention complexe pour le dégagement et les premiers soins médicaux, 6 camions d’extinction à mousse pour les incendies, 6 véhicules spéciaux pour le dégagement d’objets lourds, 3 véhicules spéciaux pour la recherche nucléaire, biologique, chimique et radiologique, ainsi que l’équipement nécessaire pour le commandement mobile et le centre de contrôle. 647 personnes ont été formées et le nombre d’unités mobiles équipées pour les interventions d’urgence est passé de 87 à 127.  

     

    Depuis la mise en œuvre de ce projet en mai 2010, le temps de réaction moyen des unités d’intervention mobile est passé de 48 à 27 minutes en zone rurale et de 25 à 13 minutes en zone urbaine. Il est désormais possible de sauver bien plus de vies!

     

    Simion Cretu, directeur général de l’agence pour le développement régional de la région Centre, commente le projet en ces termes:

     

    «Grâce à l’aide financière de l’UE et à un partenariat fécond entre les six comtés, les services d’urgence ont pu être étendus dans toute la région Centre. Ils desservent aujourd’hui 2,5 millions d’habitants, intervenant dans les situations dangereuses: incendies de forêt, opérations de dégagement en cas d’accident de la route, sauvetage de personnes ou d’animaux, élagage des arbres, construction d’éléments ou destruction de munitions non explosées. Nul doute que dans ce projet, les fonds européens ont été investis dans le développement économique et social durable d’une vaste communauté en Roumanie.»

     

     

    Pour en savoir plus:

    Site web et vidéo du projet (en roumain)

    Ministère roumain du développement régional et du tourisme (autorité de gestion)

    Conseil du comté de Mures (chef du projet)

     

  • Enquête sur l’initiative phare de la stratégie Europe 2020, «Une stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois»

    (07/12/2012)

    La stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois vise à créer les conditions propices à la modernisation des marchés du travail dans le but d'améliorer les taux d'emploi et de garantir la viabilité de nos modèles sociaux. Il convient pour cela de renforcer l'autonomie des citoyens grâce à l'acquisition de nouvelles compétences afin de permettre à la main-d'œuvre d'aujourd'hui comme de demain de s'adapter à de nouvelles conditions et à d'éventuelles réorientations de carrière, de faire baisser le chômage et d'accroître la productivité du travail. Plus de deux ans après son adoption, le Comité des régions dressera le bilan de l'initiative phare «Une stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois», lors d'une conférence qui se tiendra du 28 février au 1er mars 2013 à Dublin. Cette conférence sera la seconde d'une série de manifestations et activités de suivi lancées par le CdR autour des initiatives phare de la stratégie Europe 2020. Pour suivre la mise en œuvre de ces initiatives, la plate-forme de suivi Europe 2020 a lancé une enquête auprès des autorités locales et régionales de l’UE. Les résultats de cette enquête seront présentés à la conférence et ajoutés au 4e rapport de suivi du CdR sur la stratégie Europe 2020, qui sera publié en octobre 2013, ainsi qu’à la contribution du CdR à l’examen à mi-parcours de la stratégie Europe 2020 prévu en 2014.

    Pour participer à cette enquête, veuillez télécharger le questionnaire, le remplir et le renvoyer à l’adresse europe2020@cor.europa.eu avant le 21 janvier 2013.

  • Associer croissance intelligente et croissance durable

    (06/12/2012)

    La Commission vient de publier un guide pratique expliquant comment associer croissance intelligente et croissance durable dans le cadre des stratégies de spécialisation intelligente en cours d’élaboration au sein des régions et des États membres.

    Le passage à une économie sobre en carbone et efficace dans l’utilisation des ressources constitue à la fois un défi et une opportunité. Pour que le déploiement d’une économie verte puisse générer des bénéfices sur le plan de l’emploi et du développement économique, il doit être étroitement associé à l’innovation, à la fois technologique et non technologique.

    Ce guide pratique, qui s’adresse aux autorités de gestion des fonds européens de développement régional, présente des façons concrètes d’associer croissance intelligente et croissance durable et s’inspire d’un vaste éventail de bonnes pratiques, souvent cofinancées par la politique régionale de l’UE, dans différents domaines comme l’éco-innovation, la bioéconomie et les écosystèmes, mais aussi l’énergie renouvelable ou l’adaptation au changement climatique.

    Le guide

  • Des stratégies de spécialisation intelligente pour une croissance axée sur l’innovation

    (05/12/2012)

    Un rapport sur l’utilisation des stratégies de «Spécialisation intelligente» a été présenté au Commissaire Johannes Hahn, des stratégies qui visent à concevoir des politiques publiques plus aptes à stimuler une croissance axée sur l’innovation dans les régions de l’UE par le biais de la politique de cohésion. Ce rapport, réalisé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a aussi été transmis au Vice-président de la Commission chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, Antonio Tajani, et à la Commissaire en charge de la recherche, de l’innovation et des sciences, Máire Geoghegan-Quinn.

    Il porte sur le développement d’indicateurs et de mesures pour les stratégies de spécialisation intelligente et examine 15 études de cas sur la conception et la mise en œuvre de stratégies de ce genre, tirées d’expériences nationales et régionales.

    La «spécialisation intelligente», approche stratégique du développement économique qui repose sur un soutien ciblé de la recherche et de l’innovation, a été présentée, dans le cadre de l’initiative phare «Une Union de l’innovation» de la stratégie Europe 2020, comme l’action clé de la politique de cohésion dans le domaine de l’innovation. L’élaboration de «stratégies de recherche et d’innovation pour la spécialisation intelligente» a été proposée comme condition préalable à l’accès des pays et des régions aux subsides du Fonds européen de développement régional (FEDER) et du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER). L'objectif est de garantir des stratégies d’innovation plus efficaces et efficientes aux échelons national et régional de façon à maximiser l’impact des investissements de l’UE.

    Pour en savoir plus

    Fiche d'information sur les stratégies de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente

    Rapport sur les stratégies de spécialisation intelligente pour une croissance axée sur l’innovation (en anglais)

  • Copenhague accueille les villes européennes pour la conférence annuelle d’URBACT

    (03/12/2012)

    Copenhague accueille cette année la conférence annuelle d’URBACT, le programme européen d’échange et d’apprentissage des villes européennes pour le développement durable en milieu urbain. URBACT est une initiative de l’UE qui compte avec la participation de 300 villes et de près des deux tiers des capitales européennes. Son objectif est de créer des réseaux, favoriser les échanges d’informations et fournir une aide concrète à l’élaboration de projets financés par l’UE. La conférence de cette année émane d’une étude commandée par la direction générale de la politique régionale et urbaine, intitulée «Les villes de demain». Elle abordera les questions prioritaires dans le contexte urbain, notamment les nouvelles possibilités d’emploi, l’innovation sociale, le transport urbain, la mobilité et l’efficacité énergétique.

    Le Commissaire européen en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, assistera à la conférence et exposera une nouvelle approche de l’urbanisme et des communautés urbaines qui revendique «un rôle plus important pour la politique urbaine de l’UE» en 2014-2020.

    http://urbact.eu/fr/homepage-2/

    Les villes de demain

  • 1er forum annuel de la stratégie de l’Union européenne pour la région du Danube

    (30/11/2012)

    Le premier forum annuel de la stratégie de l’Union européenne pour la région du Danube, organisé conjointement par la Commission européenne et la Bavière, s’est déroulé les 27 et 28 novembre à Ratisbonne. Ouvrant la conférence, le Commissaire Hahn a souligné que le travail réalisé dans le cadre de la stratégie constituait, en tant que moteur de croissance, un élément clé de la politique de cohésion. Dans son importante intervention, la chancelière Angela Merkel a décrit la stratégie de l’UE pour la région du Danube comme une nouvelle façon de dépasser les divisions et les conflits du 20e siècle dans la région et comme un moteur important du développement socioéconomique global. Le forum a attiré plus de 600 participants des hautes instances régionales, y compris des ministres, ce qui témoigne de l’engagement des pays vis-à-vis de cette stratégie. 

    Voir une retransmission des allocutions de la chancelière Merkel et du Commissaire Hahn.

    Ce premier forum a offert à tous la possibilité de discuter de la mise en œuvre de la stratégie, de réfléchir sur sa valeur ajoutée et d’évaluer les meilleures trajectoires à suivre. Les débats ont été lancés lors de deux séances plénières. Il s’agissait d’analyser les forces et les faiblesses de la région et de voir ce que la stratégie pouvait apporter dans ce domaine. Le deuxième jour, les participants ont assisté à 6 ateliers traitant des problèmes et enjeux spécifiques de la stratégie. Bien qu’axée sur la stratégie, cette conférence de deux jours a aussi donné l’occasion d’élargir la discussion en considérant les enjeux régionaux d’un point de vue global. En effet, le titre de la conférence était: «Comment la région du Danube peut-elle contribuer à renforcer la compétitivité de l'Europe?».

    Comme l’a fait remarquer le Commissaire Hahn, et comme l’ont confirmé d’autres allocutions pendant les deux jours du forum, la stratégie est un facteur de croissance et de développement déterminant pour la région. Les principaux intervenants à l’échelon ministériel ont mis en exergue le rôle actuel de la stratégie de l’UE pour la région du Danube, qui favorise une meilleure coordination des investissements et le développement écologique et économique de la région. Ils ont aussi mis l’accent sur les aspects stratégiques d’une intégration plus complète de cette partie de l’Europe (y compris les pays candidats, les candidats potentiels et les pays voisins) dans les structures cadre de l’UE.  La chancelière Merkel a aussi insisté sur le rôle positif de la stratégie qui facilite l’intégration des pays avant et après leur adhésion. La chancelière a indiqué que cela s’expliquait par le niveau d’intervention de l’UE et par le fait que la politique de cohésion était un important moteur de croissance. Cette stratégie a rapproché l’UE des citoyens.

  • Le réseau européen de connaissances sur la politique urbaine (EUKN) récemment consacré GECT

    (23/11/2012)

    Le réseau européen de connaissances sur la politique urbaine  (European Urban Knowledge Network, EUKN) vient d’obtenir le nouveau statut juridique de Groupement européen de coopération territoriale (GECT). Pour célébrer cette victoire, l’organisation célèbrera le lancement du GECT EUKN le 12 décembre à Bruxelles. 

    Créé en 2005, l’EUKN a pour mission d’améliorer les échanges de connaissances dans le domaine du développement urbain en Europe à tous les échelons gouvernementaux. Ce nouveau statut juridique favorisera un renforcement de la coopération entre les acteurs du développement urbain, ce qui permettra à l’organisation d’apporter aux villes européennes une aide plus efficace.

    L’événement de lancement du GECT EUKN met en exergue la nécessité d’un partage d’expériences sur les différents aspects du développement urbain afin d’encourager la coopération entre les États membres à différents échelons et de résoudre les difficultés dans un effort commun. Le réseau est constitué de 15 États membres: Allemagne, Belgique, Chypre, Danemark, Espagne, France, Hongrie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni et Suède.

    Contact et renseignements pour l’inscription: info@eukn.org - www.eukn.org

  • Conférence Europe 2020 «Jeunesse en mouvement» le 13 décembre 2012

    (23/11/2012)

    Europe 2020, la stratégie européenne de relance, confère aux jeunes une place centrale. Elle leur consacre un programme spécial en faveur de l’éducation et de l’emploi, la crise économique ayant placé les jeunes dans une situation très difficile dans de nombreux États membres de l’UE. En moyenne, plus de 22 % des moins de 25 ans en mesure de travailler ne trouvent pas d’emploi. Ce pourcentage dépasse les 50 % dans les États membres les plus affectés.

    Quelques jours après l’adoption prévue du «paquet Emploi jeunes» par la Commission européenne, le Comité des régions (CdR) abordera les questions de l’emploi, de l’apprentissage, de la formation et de la mobilité des jeunes du point de vue des gouvernements régionaux et locaux d’Europe.

    Cet événement sera le premier d’une série de sept conférences du CdR en 2012/2013 portant sur les sept initiatives phare de la stratégie Europe 2020.

  • Projet de la semaine: trois centres d’innovation en Cornouailles pour favoriser la croissance des petites entreprises et leur collaboration mutuelle

    (19/11/2012)

    La région britannique de Cornouaille compte un pourcentage élevé de petites et moyennes entreprises (PME). On a estimé que les PME de la région pourraient prospérer sur le plan commercial en tirant parti de centres d’innovation et d’espaces d’incubation favorisant leur croissance et leur collaboration mutuelle. Les trois centres d’innovation sont dirigés par l’université de Plymouth, et les entreprises qui y ont recours font automatiquement partie de la mission entreprise de l’université, dont l’objet est de stimuler la croissance économique et le développement grâce à l’accès à la recherche et au transfert de connaissances.

    Le Pool Innovation Centre (PIC), situé dans la zone de régénération de Camborne, Pool, et Redruth, a bénéficié d’un financement européen de près de 9 millions de livres sterling. C’est le premier à avoir été construit. Fort de son succès dès son ouverture en juillet 2010, il a établi le schéma directeur du programme de centres d’innovation de Cornouaille. Ce centre, qui a atteint 50 % de sa capacité en six mois, soit deux ans avant l’échéance prévue, fonctionne aujourd’hui à un rendement optimal, abritant 44 entreprises qui génèrent un chiffre d’affaires total de plus de 12 millions de livres sterling par an. Rien que dans sa première année de fonctionnement, le PIC a aidé ses entreprises clientes à atteindre un taux de croissance moyen de 40 %, 45 emplois ont été créés et 15 autres ont été préservés. Aujourd’hui, on compte presque 80 créations d’emplois.

    Le PIC entretient une relation étroite avec un autre centre d’innovation apparenté à Tremough, qui a ouvert ses portes en janvier 2012 et a bénéficié d’une aide financière de l’UE de presque 10 millions de livres sterling. Le TIC a suivit la même trajectoire remarquable que le PIC puisqu’il abrite aujourd’hui 35 entreprises spécialisées dans les arts, les médias et les technologies créatives, environnementales et en faveur du développement durable.

    Le Health and Wellbeing Innovation Centre (HWIC) à Truro, qui a aussi reçu près de 10 millions de livres sterling de l’UE, devrait ouvrir début 2013. Il tirera parti des importantes synergies potentielles avec la création d’un nouveau cluster dans le secteur de la santé et du bien-être à proximité du campus du Royal Cornwall Hospital Trust.

     

    Chris Pomfret, président du partenariat local d’entreprises et vice-président du comité directeur local responsable de la gestion du programme Convergence, a déclaré: «Les trois centres d’innovation de Cornouaille constituent une pierre d’assise de la stratégie de développement économique de la Cornouaille et des îles Scilly. Ils soutiennent les entreprises nouvelles ou en phase de démarrage et fournissent les infrastructures nécessaires pour que les entreprises de Cornouaille puissent collaborer et effectuer ensemble des travaux de recherche et développement. L’investissement du FEDER nous a permis de concevoir et de construire ces centres dans un bref délai, tout d’abord le PIC, puis le TIC et aujourd’hui le HWIC, et de générer ainsi un climat d’effervescence économique autour des entreprises installées dans ces locaux. La création d’emplois et les prouesses du PIC, qui a atteint la capacité recherchée deux ans avant l’échéance prévue, indiquent que la Cornouaille est prête à faire des affaires, non seulement aujourd’hui, mais aussi à l’avenir.»

    Site web des projets

  • Le président Barroso assiste à une réunion des «Amis de la cohésion» au Parlement européen

    (14/11/2012)

    Le président de la Commission, José Manuel Barroso, a rencontré les dirigeants du groupe des «Amis de la cohésion» lors d’une réunion au Parlement européen le 13 novembre. Ce groupement important composé de 16 pays, qui rassemble les dirigeants de Bulgarie, Chypre, Croatie, Espagne, Estonie, Grèce, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie et Slovénie, a été créé pour coordonner les objectifs politiques à venir dans ce domaine.

    Le président de la Commission, José Manuel Barroso, a déclaré: «La cohésion revêt une importance cruciale car elle ne bénéficie pas seulement aux régions les plus vulnérables, les moins développées d’Europe, mais à l’ensemble de la croissance. … Je suis un ami de la cohésion mais je suis aussi partisan d’une meilleure maîtrise des dépenses. J’aimerais que les amis de la cohésion et les partisans d’une meilleure maîtrise des dépenses forment ensemble une grande coalition des amis de la croissance, une véritable coalition européenne pour l’Europe.»

    Le président a signalé que le budget septennal de l’UE ou «cadre financier pluriannuel» était l’instrument le plus important pour promouvoir les investissements en faveur de la croissance, et a appelé «tous les chefs d´État et de gouvernement à faire un pas de plus pour parvenir à un consensus au sein du Conseil européen extraordinaire organisé la semaine prochaine et avec le Parlement européen d’ici la fin de l’année.

    Des représentants de l’organisation d’employeurs BusinessEurope, de la Confédération européenne des syndicats (CES) et de l’Union européenne des PME étaient également présents à la réunion.

    Cliquez ici pour lire la version intégrale du discours.

  • Le Commissaire Hahn a rencontré aujourd’hui M. Kostis Hatzidakis, le ministre grec du développement, de la concurrence, des infrastructures, du transport et des réseaux

    (13/11/2012)

    L’objectif principal de la réunion était de se pencher sur les questions de mise en œuvre les plus délicates concernant notamment l’objectif d’absorption des fonds de l’UE pour 2012 et la bonne exécution des projets prioritaires. À l’issue de la réunion, le Commissaire Hahn a déclaré: «Je suis assez confiant dans la capacité de la Grèce à atteindre l’objectif d’absorption des fonds structurels fixé dans le protocole d’accord et qui s’élève en 2012 à 3,7 milliards d’euros. La Grèce doit poursuivre ses efforts pour exploiter au mieux les fonds dont dispose le pays au titre de la politique de cohésion, car ils sont source de croissance et d’emploi.»

    Le ministre Hatzidakis a aussi confirmé que les autorités grecques poursuivaient leurs efforts pour mettre en œuvre les projets prioritaires dans les délais impartis. Il a annoncé que pour les projets prioritaires en retard, des coordinateurs avaient été spécialement nommés pour faciliter l’élimination des goulets d’étranglement qui entravent l’exécution.

    Le Commissaire a aussi été informé des actions du gouvernement grec en faveur d’une simplification des procédures et des améliorations dans l’accessibilité des financements pour les PME. Concernant ce dernier point, il est nécessaire de fournir au plus vite, également avec l’aide de la BEI, des solutions aux problèmes de liquidité des PME. Le ministre Hatzidakis et le Commissaire Hahn ont aussi discuté de la nécessité d’obtenir une vision détaillée des projets touristiques en cours d’exécution et d’inciter les gouverneurs régionaux à redoubler d’efforts pour finaliser ces projets qui rendent les régions grecques plus attractives aux yeux des étrangers.

  • Le Commissaire Johannes Hahn rencontre le Premier ministre slovaque et expose les futures priorités des fonds européens en Slovaquie

    (09/11/2012)

    Le Commissaire Johannes Hahn est à Bratislava où il doit rencontrer le Premier ministre Robert Fico et discuter avec le Conseil de gouvernement de mesures concrètes dans le domaine de la politique régionale pour la prochaine période de financement de l’Union européenne. Le Commissaire Johannes Hahn et le Premier ministre discuteront de la meilleure façon de déployer les fonds européens pour favoriser la croissance et l’emploi en Slovaquie. La visite intervient à une phase critique des négociations entre les États membres et le Parlement européen concernant le prochain budget septennal de l’UE et les propositions de la Commission pour la future politique régionale. 

    Le Commissaire Hahn présentera le point de vue de la Commission européenne sur la façon dont la Slovaquie devrait définir les priorités d’investissement des fonds de l’UE pour la période budgétaire 2014-2020, dans la lignée de la stratégie «Europe 2020», le programme de croissance à long terme de l’UE. Le Commissaire rencontrera le Conseil de gouvernement, qui prépare l’accord de partenariat sur la politique régionale de l’UE en Slovaquie pour 2014-2020. Il incitera aussi les autorités slovaques à travailler d’arrache-pied à la mise en œuvre des programmes actuels pour faire face à la crise et garantir la pleine utilisation et l’efficacité des investissements de l’UE.

    Représentation de la Commission européenne en Slovaquie

    Communiqué de presse

  • Projet de la semaine: Un bâtiment «vert» haute technologie lieu de rencontre des habitants du village de Dambel

    (09/11/2012)

    Dambel est un petit village de 453 habitants situé dans le nord-ouest du Trentin, en Italie.

     

    La municipalité de Dambel, qui souhaitait se doter d’un nouvel espace multifonctionnel pour revitaliser la vie communautaire, a décidé de rénover un ancien et vaste bâtiment public en faisant appel aux techniques d’«écoconstruction».

     

    Le bâtiment rénové, qui a bénéficié d’une subvention européenne de 625 000 euros, a été inauguré en juillet 2012. Son ossature et sa structure sont en bois de provenance locale. Le toit vert est équipé de solutions innovantes permettant de récupérer la totalité des eaux de pluie. L’eau récupérée est utilisée pour irriguer les jardins qui entourent le bâtiment. Le nouvel édifice est doté d’un système domotique de pointe qui utilise des sources d’énergie renouvelables. Par exemple, le chauffage est alimenté par une chaudière à biomasse, une solution plus performante et moins polluante que les chaudières à gasoil traditionnelles.

     

    Ce nouveau bâtiment économe en énergie abrite actuellement un magasin, une crèche accueillant une vingtaine d’enfants, la mairie, le dispensaire municipal et une vaste salle de réunion à l’usage du Conseil municipal et des villageois, ce qui représente une somme de services publics importante pour un village de cette taille. D’après les prévisions, ces locaux devraient accueillir chaque année quelque 7 000 personnes du village et des alentours.

     

    M. Flavio Pedrotti, maire de Dambel, commente le projet en ces termes:

    «Nous avons sollicité des financements pour rénover un bâtiment abritant plusieurs bureaux et une crèche. Grâce au soutien financier de l’UE, l’ancien édifice a pu être entièrement rénové et devenir le point de réunion le plus important pour les villageois. Le nouveau bâtiment, équipé de technologies et systèmes verts, a obtenu la certification écologique ARCA, le système Italien d’assurance qualité pour les bâtiments utilisant du bois. Cet espace réunit en un même point de nombreux services aux habitants. C’est extraordinaire pour un village de cette taille».



    Site web du projet

  • Partenariat rural-urbain: la clé de la prospérité future de l’Europe

    (08/11/2012)

    L’Europe est un patchwork complexe de zones urbaines et rurales où les populations vivent de différentes manières mais sont confrontées à des défis communs. Les habitants de la ville et de la campagne entretiennent un lien de dépendance mutuelle et doivent donc coopérer pour arriver à mettre en place un avenir durable pour tous.

    Une nouvelle série de clips vidéo montre comment l’initiative Rurbaine de l’Union européenne encourage les partenariats formels et informels autour de toute une chaîne d’enjeux tels que la recherche et l’innovation, l’énergie, l’approvisionnement en eau, la production alimentaire, les transports, le tourisme et les loisirs et bien d’autres domaines encore.

    Par le biais de sa politique de cohésion, l’UE investit plus d’un tiers de son budget dans la promotion d’un développement durable et inclusif en Europe. L’objectif, c’est que toutes les régions, qu’elles soient urbaines ou rurales, puissent bénéficier à parts égales de la croissance.

    L’Europe offre déjà de nombreux exemples intéressants de coopération entre ville et campagne. Les clips vidéo présentent trois études de cas: la Finlande centrale, une région peu peuplée, la région métropolitaine de Nuremberg en Allemagne et la province de Forlì-Cesena dans le centre de l’Italie.

    Les clips peuvent être visionnés ici.

  • Le Commissaire européen en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, rencontre le Premier ministre portugais et met en exergue les futures priorités des fonds européens au Portugal

    (07/11/2012)

    Le Commissaire Johannes Hahn est à Lisbonne aujourd’hui et demain où il doit rencontrer le Premier ministre Passos Coehlo. Ils discuteront de la meilleure façon de déployer les fonds européens pour favoriser la croissance et l’emploi au Portugal au cours de la prochaine période de financement de l’Union européenne. Le Commissaire rencontrera aussi le ministre des finances, Vitor Gaspar, le ministre de l’économie et de l’emploi, Álvaro Santos Pereira, et le secrétaire d’État, Almeida Henriques. La visite intervient à une phase critique des négociations entre les États membres et le Parlement européen concernant le prochain budget septennal de l’Union et les propositions de la Commission pour la future politique régionale. 

    Lors de sa visite, le Commissaire présentera les idées de la Commission sur la façon dont le Portugal pourrait renforcer son économie et maximiser les bénéfices des investissements de l’UE. Il s’agit de donner la priorité aux secteurs clés présentant le plus fort potentiel de croissance, dans la lignée de la stratégie «Europe 2020», le programme de croissance à long terme de l’UE.

    Représentation de la Commission européenne au Portugal

    Communiqué de presse

  • Le Commissaire Hahn demande «une optimisation des dépenses» pour une politique régionale plus efficace

    (05/11/2012)

    Le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, assistera aujourd’hui à une réunion ministérielle informelle organisée à Nicosie sous les auspices de la Présidence chypriote. À cette occasion, il présentera aux Ministres des 27 États membres responsables de la politique régionale un ensemble de mesures destinées à optimiser les dépenses des Fonds structurels de l’UE. L’objectif de l’approche renforcée (telle que présentée dans les propositions pour 2014-2020 de la Commission) est de permettre une plus grande conformité avec les objectifs politiques plus généraux de l’UE et avec sa stratégie à long terme en faveur de la croissance et de l’emploi, «Europe2020». Le Commissaire demandera également des échanges plus réguliers et des débats politiques de haut niveau sur la future politique régionale, afin de pouvoir évaluer les progrès accomplis en vue de la réalisation des objectifs définis et d’une contribution stratégique à la croissance de l’UE grâce à des investissements plus intelligents.

    Lire l’allocution du Commissaire Hahn

  • Le Commissaire Hahn traverse le Danube sur le pont Vidin-Calafat

    (24/10/2012)

    Le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, a accompli aujourd’hui un geste historique lorsqu’il a traversé le nouveau pont reliant la région bulgare de Vidin à la région voisine de Calafat. Ce pont cofinancé par l’UE est le deuxième pont seulement sur les 630 kilomètres de frontière entre les deux pays, ce qui démontre que la stratégie du Danube de l’Union européenne fait progresser la coopération dans la région.

    Le Commissaire Hahn a déclaré: «Je suis fier que le Fonds de cohésion de l’UE ait contribué à la construction de ce pont remarquable et je suis ravi de constater l’avancée des travaux depuis ma dernière visite en juillet. C’est un symbole puissant de l’«Europe en action», c’est-a-dire de la mise en relation des communautés et des cultures et de la réalisation des objectifs que notre Union s’est fixés. C’est une liaison stratégique sur l’itinéraire des corridors transeuropéens qui relient l’Europe du Sud-Est à l’Europe centrale. Ce pont génère une kyrielle d’opportunités pour les entrepreneurs, les innovateurs, les universitaires et les jeunes professionnels des deux rives.»

    Puis d’ajouter: «À l’instar de la signature du nouveau protocole d’accord entre la Roumanie et la Bulgarie sur le développement durable du transport fluvial, le pont est une preuve de la bonne coopération entre les deux pays qui, je l’espère, se poursuivra dans le cadre de la stratégie du Danube.»

    Le Commissaire Hahn était accompagné du Premier ministre bulgare, Boyko Borisov, et du Premier ministre roumain, Victor Ponta.

    Le projet du pont Vidin-Calafat

  • Cartographie des projets régionaux

    (23/10/2012)

    Une nouvelle carte interactive présentant une sélection de projets ayant bénéficié d’un financement régional de l’Union européenne est désormais disponible sur le site Web Inforegio de la Commission européenne. Cette carte comprend des informations sur les principaux projets, les récents finalistes du concours «RegioStars» et des études de cas détaillées.

    En plus de cette carte européenne, plusieurs autorités de gestion ont publié des cartes interactives avec des informations détaillées sur les bénéficiaires de financement régional de l’UE dans certains pays. Ceux-ci incluent notamment:

    Nous serions très heureux de publier d’autres projets sur notre carte interactive et nos autres outils de communication, dont les articles se rapportant au «Projet de la semaine», que nous publions sur le site Web Inforegio. Si vous souhaitez suggérer un bon exemple pratique, n’hésitez donc pas à nous contacter.

  • Enquête auprès des autorités locales et régionales de l’Union européenne sur l’initiative «Youth on the move»

    (22/10/2012)

    Plus de deux ans après son adoption, le Comité des régions fera le point sur l’initiative phare de la stratégie Europe 2020 «Jeunesse en mouvement» à l’occasion d’une conférence qui se tiendra le 13 décembre 2012 à Bruxelles. Cette conférence sera la première d’une série d’événements et d’initiatives de suivi organisés par le CdR dans le cadre de l’évaluation à mi-parcours de la stratégie Europe 2020 en 2014.

    Pour aider le Comité des régions à suivre l’application des initiatives phares de la stratégie Europe 2020, la plate-forme de suivi Europe 2020 lance l’enquête ci-jointe auprès des autorités locales et régionales de l’UE: Évaluation de l’initiative phare «Jeunesse en mouvement».

    Les résultats de cette enquête seront ajoutés au 4e rapport de suivi du CdR sur la stratégie Europe 2020, qui sera publié en octobre 2013, ainsi qu’à la contribution apportée par le CdR à l’évaluation à mi-parcours de la stratégie Europe 2020 en 2014.

    Pour obtenir de plus amples informations et pour télécharger le questionnaire, veuillez suivre le lien suivant: http://portal.cor.europa.eu/europe2020/MonitoringFlagships/Pages/YouthOnTheMove.aspx

    Nous vous invitons également à partager des exemples de mise en œuvre réussie des projets associés à la stratégie Europe 2020 dans vos propres circonscriptions.

  • Le commissaire Johannes Hahn se rend en Grèce pour promouvoir les fonds régionaux au service de la relance

    (19/10/2012)

    Le commissaire européen à la politique régionale, M. Johannes Hahn, effectue aujourd’hui une visite en Grèce pour présenter l’utilisation optimale des fonds régionaux de l’UE en faveur de la croissance dans le prochain cadre financier pluriannuel de l’UE.

    M. Hahn rencontrera à Athènes les treize gouverneurs des régions grecques pour leur présenter les domaines dans lesquels la Commission européenne estime que la Grèce devrait porter ses efforts au cours du prochain exercice budgétaire 2014-2020; il mettra également l’accent sur les aspects nécessitant une attention particulière pour tirer le meilleur parti des fonds actuellement disponibles. Ces éléments constitueront le point de départ de discussions sur l’élaboration des programmes et, en fin de compte, sur les domaines dans lesquels concentrer les investissements.

    Le commissaire se rendra aussi à Thessalonique, où il rencontrera des acteurs du monde des affaires de Grèce septentrionale pour évaluer l’effet des fonds régionaux sur le terrain et discuter des mesures visant à créer un environnement plus favorable aux entreprises.

    Communiqué de presse

    Cadre de référence stratégique national de la Grèce

    Représentation de la Commission européenne en Grèce

  • Parution de l’Annuaire régional d’Eurostat 2012, accompagné d’un outil interactif en ligne

    (16/10/2012)

    Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, vient de publier l’Annuaire régional 2012, accompagné d’un outil interactif en ligne. Ces deux ressources permettent aux utilisateurs de consulter les statistiques sur les principaux indicateurs de développement régional comme la densité démographique, l’emploi, les dépenses de R&D et d’autres facteurs économiques. Les données proviennent des 27 États membres de l’UE ainsi que, lorsqu’elles sont disponibles, des quatre pays de l’AELE (Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse), du pays adhérent (Croatie) et de trois pays candidats (Monténégro, ancienne République yougoslave de Macédoine et Turquie).

    Comme cet annuaire comporte de nombreuses cartes, un nouvel outil en ligne a été mis au point pour afficher ces informations sous une forme graphique plus interactive et plus flexible.

    L’Annuaire régional d’Eurostat 2012 inclut quatorze chapitres sur l’économie, la population, la santé, l’éducation, le marché du travail, les statistiques structurelles d’entreprises, le tourisme, la société de l’information, l’agriculture, le transport, les sciences, la technologie & l’innovation, les villes européennes, les régions côtières et les typologies territoriales.

    Informations complémentaires

  • Étude sur la connexion à haut débit et cartographie des infrastructures

    (15/10/2012)

    La Commission a lancé un appel d’offres concernant toute initiative de cartographie sur la connexion à haut débit (par exemple, cartographie des infrastructures physiques, des services ou d’autres informations relatives à la large bande). L’étude devrait fournir aux autorités, aux consommateurs et à l’industrie des informations essentielles. Ces dernières devraient aider les décideurs politiques, les autorités de réglementation nationales et les autres entités concernées, y compris les acteurs du marché, à repérer les zones non desservies ou nécessitant des améliorations. Elles aideront aussi à tirer parti des synergies entre les réseaux de transport, d’énergie, d’eau et d’égouts afin de réduire les coûts élevés de déploiement. L’échéance pour la soumission des offres est fixée au 30 octobre 2012.

  • Étroite collaboration entre les aides d’État et le développement régional

    (11/10/2012)

    Le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, et le vice-président de la Commission européenne, responsable de la politique de concurrence, Joachim Almunia, organisent un débat de haut niveau sur les aides d’État, la politique régionale et la concurrence aujourd’hui à 10 h 00. Les discussions porteront sur les négociations en cours concernant le cadre juridique de la future politique régionale de l’UE et sur la nouvelle règlementation des aides d’État, en cours d’élaboration. L’évènement, organisé dans le cadre des OPEN DAYS 2012, offre aux partenaires régionaux une chance d’exposer leur point de vue et de se faire entendre à un moment crucial des deux politiques.

    Vous pouvez suivre le débat de haut niveau ici.

  • Les lauréats du concours de photos ont reçu leur prix des mains du Commissaire Hahn

    (10/10/2012)

    Le 9 octobre, Johannes Hahn, Commissaire européen en charge de la politique régionale, a remis un prix aux quatre lauréats du concours de photos «L’Europe dans ma région». Les quatre heureux gagnants qui ont envoyé les meilleures photos, originaires de Bulgarie, Roumanie et Pologne, ont remporté chacun 1 000 euros de matériel photographique et un voyage pour deux à Bruxelles pour venir chercher leur prix à l’occasion des OPEN DAYS.

    Ce concours de photos a été organisé en juillet et août 2012 au travers de la page Facebook de la Commission européenne. Les participants étaient invités à présenter leurs photos dans deux catégories:

    - «Mon projet» (pour les organisations ayant bénéficié d’un financement régional de l’UE);

    - «Témoignage» (pour les personnes résidant dans l’UE et ayant repéré un projet dans leur région ou lors de la visite d’une autre région).

    Sur les photos devaient figurer des éléments attestant d’un financement régional européen (p. ex. un panneau, une affiche, une plaque, etc., avec le drapeau de l’UE et des informations sur le projet).

    Les quatre lauréats sont:

    - Simeon Mitkov (Bulgarie);

    - Cristina Dumitru Tabacaru (Roumanie);

    - Boyan Ivanov (Bulgarie);

    - Marek Babula (Pologne).

    Les quatre photos gagnantes ont été choisies par un jury indépendant:

    • Dr Gillian Bristow (School of Planning and Geography, Université de Cardiff, Royaume-Uni);
    • Jef Boes (photographe indépendant, Belgique);
    • Olaf Kracht (journaliste et stratège spécialisé dans les médias sociaux, Allemagne).

    Le concours de photos a contribué à sensibiliser l’opinion à la vaste diversité des projets soutenus par la politique régionale de l'UE, qui entraînent de véritables changements pour les communautés locales de toute l'Europe. Au total, l’application Facebook a reçu plus de 500 000 visites, plus de 600 photos éligibles ont été soumises et plus de 7 000 votes ont été enregistrés.

    Voir les photos gagnantes du concours «L'Europe dans ma région»

  • Présentation de projets innovants à l’occasion des OPEN DAYS 2012

    (09/10/2012)

    La Commission européenne a récemment levé le voile sur l’identité des finalistes des prix RegioStars 2013 de l’innovation. Ces 27 projets qui concourent dans cinq catégories soulignent l’excellence et le caractère novateur du travail réalisé sur le terrain et représentent une bonne répartition géographique à travers l’Union européenne. Les finalistes sont accueillis aujourd’hui à Bruxelles pour présenter leurs projets et rencontrer le Commissaire Johannes Hahn au Comité des régions. Le Commissaire a aussi révélé les catégories des prix 2014 lors des OPEN DAYS 2012.

    Les ateliers des finalistes des prix RegioStar 2013 peuvent être suivis en ligne.

    Regiostars Finalistes 2013

  • Les présidents des institutions européennes donnent le coup d’envoi des OPEN DAYS depuis le Parlement européen

    (08/10/2012)

    Le coup d’envoi officiel des quatre jours de débats et de discussions sur la configuration future de la politique régionale de l’UE et sur la démarche à suivre pour qu’elle demeure le bras financier du budget européen, sera donné par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et le président du Parlement européen Martin Schulz, depuis le Parlement européen le 8 octobre à 16 h 00. L’événement sera retransmis EN DIRECT. Le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, accueillera l’événement aux côtés du président du Comité des régions, Ramon Luis Valcarel. Ils débattront de l’atout que représente la politique régionale pour stimuler la reprise économique de l’Europe et de la façon dont elle encourage l’adhésion à la stratégie Europe 2020, en compagnie de la députée Danuta Huebner, présidente de la commission du développement régional, et de la ministre de l’intérieur Eleni Mavrou, représentante de la présidence chypriote.

    Pour en savoir plus: www.opendays.europa.eu

    Discours:
    Président du Parlement européen Martin Schulz - DE -
    Président de la Commission européenne José Manuel Barroso - FR -
    Commissaire Johannes Hahn en charge de la politique régionale - EN -

  • Projet de la semaine: «PLUM» – Comment un investissement de la politique régionale de l’UE contribue à l’innovation et au succès commercial d’une entreprise polonaise

    (05/10/2012)

    L’entreprise PLUM, fondée il y a 20 ans à Ignatki près de Białystok en Podlachie (Podlaskie), fournit des solutions électroniques industrielles dans les secteurs du gaz, du chauffage et des systèmes d’approvisionnement en eau.

    L’entreprise est spécialisée dans le développement de dispositifs de mesure et de contrôle innovants, conformes aux normes de fonctionnement industrielles en vigueur en Pologne et dans les autres pays européens. Elle met à profit le soutien financier de l’UE pour mettre en œuvre avec succès des projets innovants. Constituant en la matière un exemple de meilleure pratique en Podlachie, elle sera présentée le 4 octobre au Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn.

    Le dernier projet, qui a bénéficié d’un financement de l’UE d’environ 600 000 EUR, a été mis en œuvre en octobre 2011. Il s’agissait d’élargir la gamme des régulateurs de température produits par l’entreprise et d’augmenter aussi sa capacité de production en construisant une nouvelle usine. L’investissement a ainsi permis à PLUM LLC de produire à grande échelle des régulateurs de température innovants, la compétitivité de l’entreprise et ses capacités technologiques se sont considérablement accrues et le processus de production a été entièrement modernisé.

    De plus, l’entreprise ne dépend désormais plus d’un seul secteur, à savoir celui du gaz naturel, et a pu accroître la flexibilité de ses activités commerciales. Elle a en outre créé 24 emplois.

    Comme l’explique M. Szumscy, propriétaire de l’entreprise PLUM:

     

    «Au tout début de notre activité, nous avons défini les deux piliers de notre développement: des technologies innovantes et une main-d’œuvre fiable. Grâce à nos actions audacieuses et à notre expérience, nous travaillons aujourd’hui dans un complexe de pointe dont les bâtiments, dotés d’équipements professionnels, couvrent une superficie de quelque 4 601 m2. Nous disposons d’une ligne de production entièrement automatisée, équipée de machines modernes fabriquées par des entreprises de renom, et nous investissons constamment dans l’amélioration et le développement de nos infrastructures de production et de recherche avec le soutien des fonds de la politique régionale de l’UE. Avec nos 200 employés, nous offrons à tous nos clients des solutions sures, qui réduisent les coûts et satisfont à toutes les exigences des normes applicables, des solutions de la plus grande qualité.»

     

    Informations complémentaires

    - Projet PLUM LLC

    - Site internet de PLUM LLC

    - Conseil de la voïvodie de Podlachie

  • OPEN DAYS 2012 – Les régions d’Europe se mobilisent pour une politique de cohésion forte comme base de financement de la croissance européenne.

    (05/10/2012)

    Bruxelles, 8-11 octobre

    Le plus gros événement annuel du monde en matière de politique régionale et urbaine célèbre son 10e anniversaire à un moment crucial pour la politique de cohésion de l’UE. Les négociations concernant le budget de l’UE et la configuration future de la politique de cohésion entrent dans leur dernière phase, un moment critique. OPEN DAYS 2012 rassembleront 6 000 praticiens de la politique régionale de toute l’Europe dans une optique de partage des meilleures pratiques et de renforcement de la politique régionale considérée comme le principal instrument qui permettra de réaliser les objectifs de croissance d’Europe 2020 et aidera l’UE à sortir de la crise. Sous la bannière «Les villes et régions d’Europe font la différence, plus de 100 séminaires et ateliers se pencheront sur les priorités des futurs financements:

    • une croissance verte et intelligente pour tous, qui encourage l’innovation, la recherche et le développement; 
    • le soutien aux PME; 
    • la coopération territoriale

    Obtention et mesure des résultats pour une politique plus efficace: les OPEN DAYS 2012 feront le point sur les réalisations de la politique à ce jour et sur sa configuration à venir.

    Vous souhaiteriez interroger la Commission européenne, le Parlement européen ou le Comité des régions au sujet de la politique régionale de l’UE? 

    Vous aurez l’occasion de poser vos questions via Twitter lors de la séance d’ouverture de la Semaine européenne des régions et des villes, le lundi 8 octobre de 16 h à 18 h. N’oubliez pas d’utiliser le hashtag #euopendays dans votre tweet. Les questions les plus pertinentes seront exposées lors du débat avec Johannes Hahn, Commissaire européen en charge de la politique régionale, Danuta Hübner, Présidente de la commission du développement régional du Parlement européen, et Ramón Luis Valcárcel, Président du Comité des régions.

    La séance d’ouverture sera retransmise en direct sur Internet le 8 octobre.

    Pour en savoir plus: www.opendays.europa.eu

    Communiqué de Presse

  • Les lauréats du concours de photos «L’Europe dans ma région»

    (02/10/2012)

    Les quatre heureux gagnants, originaires de Bulgarie, de Roumanie et de Pologne, ont remporté chacun 1 000 euros de matériel photographique et un voyage pour deux à Bruxelles. 

    C’est à l’occasion de la Semaine européenne des régions et des villes («Portes ouvertes»), le 9 octobre, qu’ils recevront leurs prix en récompense des photos qu’ils ont soumises dans le cadre du concours de photos intitulé «L’Europe dans ma région».  Ce concours de photos a été organisé en juillet et août 2012 au travers de la page Facebook de la Commission européenne.  Les participants étaient invités à présenter leurs photos dans deux catégories:

    • «Mon projet» (pour les organisations ayant bénéficié d’un financement régional de l’UE);
    • «Témoignage» (pour les personnes résidant dans l’UE et ayant repéré un projet dans leur région ou lors de la visite d’une autre région).

    Sur les photos devaient figurer des éléments attestant d’un financement régional européen (p. ex. un panneau, une affiche, une plaque, etc., avec le drapeau de l’UE et des informations sur le projet).

    Le 9 octobre, le Commissaire Hahn remettra les prix aux quatre lauréats:

    • Simeon Mitkov (Bulgarie);
    • Cristina Dumitru Tabacaru (Roumanie);
    • Boyan Ivanov (Bulgarie);
    • Marek Babula (Pologne).

    Les quatre photos gagnantes ont été choisies par un jury indépendant:

    • Dr Gillian Bristow (School of Planning and Geography, Université de Cardiff, Royaume-Uni);
    • Jef Boes (photographe indépendant, Belgique);
    • Olaf Kracht (journaliste et stratège spécialisé dans les médias sociaux, Allemagne).

    Le concours de photos a contribué à sensibiliser l’opinion à la vaste diversité des projets soutenus par la politique régionale de l’UE, qui entraînent de véritables changements pour les communautés locales de toute l’Europe.  Au total, l’application Facebook a reçu plus de 500 000 visites, plus de 600 photos éligibles ont été soumises et plus de 7 000 votes ont été enregistrés.

    Voir les photos gagnantes du concours «L'Europe dans ma région»

     

  • Rôle des transferts internationaux dans l’investissement public en faveur des EECES: l’expérience de la Commission européenne avec les Fonds structurels

    (25/09/2012)

    Les économies d’Europe centrale, de l’est et du sud (EECES) sont les principales bénéficiaires de la politique de cohésion. Dans le contexte de la crise financière et économique actuelle, il est plus important que jamais de garantir que l’argent public est dépensé à bon escient et apporte les résultats attendus. Cependant, mesurer l’impact de la politique de cohésion n’est pas une tâche facile. Vous voulez en savoir plus sur ce défi? Vous voulez en savoir plus sur nos réalisations et nos propositions pour faire encore mieux à l’avenir? Lire le document de travail.

  • Les instruments financiers, les Journées portes ouvertes et une interview exclusive de Jacques Delors au sommaire du magazine Panorama de cette saison

    (24/09/2012)

    L’édition automne 2012 du magazine Panorama intitulée 

    «Investir dans les régions» est désormais en ligne. Le thème principal est un article de six pages traitant de l’utilisation des instruments financiers en vue de soutenir la politique régionale, qui analyse les différentes formes de prêts et de capital-risque disponibles, et donne des exemples de projets efficaces au Royaume-Uni, en Suède, en Pologne et en Estonie. Cet article détaille également l’aide apportée par les initiatives JEREMIE, JASMINE et JESSICA, ainsi que certains défis posés par la mise en œuvre et l’allocation du financement et les modifications proposées pour la période 2014-2020.

    Le second temps fort du magazine est une interview exclusive accordée par l’ancien président de la Commission européenne, Jacques Delors, qui présente son point de vue sur la crise financière actuelle, ainsi que sur l’histoire et le développement de la politique de cohésion et sa vision du futur concernant l’investissement dans les régions de l’Europe.

    Les priorités de l’actuelle Présidence chypriote de l’UE sont également révélées dans la mesure où elles sont liées à la politique régionale. M. Adonis Constantinides, coordinateur du cadre financier pluriannuel et président du groupe de travail «Actions structurelles», souligne la nécessité d’une cohésion solidaire et sociale, et définit les négociations du cadre financier pluriannuel comme la première priorité de la Présidence.

    Le magazine offre également un aperçu des Journées portes ouvertes d’octobre et présente les 27 finalistes du concours RegioStars 2013.

    Vous trouverez toutes ces informations, et bien d’autres encore, dans Panorama 43, désormais consultable en ligne en anglais, français et allemand. D’autres versions linguistiques seront publiées prochainement.

    Panorama: «Investir dans les régions»

  • Interview exclusive de Jacques Delors dans Panorama 43

    (24/09/2012)

    L’édition automne 2012 du magazine Panorama propose une interview exclusive de Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne (1985 à 1995). Jacques Delors évoque l’histoire et le développement de la politique de cohésion ainsi que sa place au cœur du projet européen et souligne son importance toujours aussi cruciale pour le développement futur des régions de l’Europe. Il annonce également que la politique de cohésion ne doit pas être confondue avec la politique de compétitivité et demande la réévaluation du bien-être économique pour permettre de prendre en compte tous les avantages du développement régional.

    À propos de la réponse de l’Europe à la crise économique actuelle, il déclare: «Il est important d’établir une distinction entre la solidarité européenne face à la crise financière et le principe primordial de solidarité de l’Europe. Ce sont deux choses différentes. En effet, je pense que la politique structurelle ne doit pas être négligée sous prétexte qu’il faut faire face à la crise financière. Elle suit sa propre logique, qui peut être adaptée en fonction de l’évolution de la réalité économique.»

    Il estime que la politique régionale «représente un des principes philosophiques de la construction européenne, à savoir la subsidiarité» et pense que la politique de cohésion est une façon de rendre le projet européen plus accessible aux citoyens européens: «Nous devons construire une Union européenne de la diversité avec un maximum d’initiatives venant de la base.»

    Vous trouverez l’article intégral et bien d’autres informations, dans Panorama 43, désormais consultable en ligne en anglais, français et allemand. D’autres versions linguistiques seront publiées prochainement.

  • Projet de la semaine: «TROLLEY» - Sept villes pour promouvoir les trolleybus en tant que solution de mobilité urbaine intelligente en Europe

    (21/09/2012)

    La Journée de la coopération européenne a lieu aujourd’hui. Le projet d’Europe centrale «TROLLEY» fait partie des nombreux projets de coopération territoriale soutenus par l’UE. Il s’agit d’un consortium rassemblant sept villes européennes: Salzbourg (Autriche), Gdynia (Pologne), Leipzig et Eberswalde (Allemagne), Brno (République tchèque), Szeged (Hongrie) et Parme (Italie).

     

    Quels sont les enjeux?

     

    Le projet «TROLLEY», qui bénéficie d’un financement européen de 3,3 millions d’euros pour la période 2007-2013, couvre 25% de tous les trolleybus ainsi que 30% de toutes les lignes de trolleybus actuellement en activité en Europe centrale.

    Ce projet poursuit deux objectifs. Premièrement, la promotion du système de trolleybus auprès des 1,5 million de citoyens vivant dans les villes partenaires du projet en tant que solution de transport urbain durable, sûre et économique, ainsi que dans toutes les villes européennes. Le second objectif du projet consiste à investir dans des technologies innovantes afin de moderniser les systèmes de trolleybus existants dans les villes partenaires du projet et ainsi réaliser des économies d’énergie et utiliser l’énergie générée par les trolleybus avec plus d’efficacité.

     

    Quels sont les résultats?

     

    Grâce au renouveau des trolleybus associé à une campagne de promotion dans toute l’Europe, les villes de Vérone (Italie) et Leeds (Royaume-Uni) ont décidé de mettre en place un système de transport de trolleybus. Les villes allemandes d’Osnabrück et Bremerhaven envisagent sérieusement cette possibilité.

    En ce qui concerne les économies d’énergie et l’efficacité énergétique, les avantages de l’utilisation des trolleybus sont évidents: ils permettent d’économiser 25% de l’énergie par la récupération. Grâce à l’introduction de nouveaux systèmes de stockage d’énergie, comme les «supercondensateurs» à Parme, les trolleybus peuvent fonctionner avec leur propre énergie récupérée et sont donc autosuffisants. Dans la ville d’Eberswalde, l’utilisation du premier trolleybus hybride à batterie permettrait de diminuer 97% des émissions de CO2 par rapport aux bus diesel traditionnels.

    Enfin, le projet «TROLLEY» permet de démontrer dans toute l’Europe que les trolleybus constituent un système de transport public autonome, moderne et orienté vers le futur.

     

    Heinz Schaden, maire de la ville de Salzbourg, déclare au sujet du projet:

     

    «Salzbourg gère son système de transport par trolleybus en utilisant uniquement de l’énergie hydraulique. Il s’agit de l’option la plus respectueuse de l’environnement pour offrir un service de transport public urbain aux citoyens. Au cours des dernières années, la ville de Salzbourg a beaucoup investi dans ce système respectueux des citoyens et de la ville, particulièrement dans le cadre du projet TROLLEY cofinancé par l’UE afin d’améliorer la qualité de vie en ville. Les actions prises en coopération avec six autres villes européennes pour promouvoir les trolleybus sont très utiles pour faire connaître ce moyen de transport dans toute l’Europe.»

     

    Plus d’informations

    - Site Web du projet

    - Programme Europe centrale (Programme de coopération pour l’Europe central financé par l’UE)

    - Salzburg AG (Partenaire principal du projet)

    - Rupprecht Consult (Exécutant du projet)

    - Université de Gdansk (Partenaire de recherche du projet)

    - trolley:motion (Partenaire de communication du projet)

  • Étude sur «Les marchés publics et la politique de cohésion» (Public Procurement and Cohesion Policy)

    (20/09/2012)

    La commission du développement régional du Parlement européen a publié récemment une étude intitulée «Public Procurement and Cohesion Policy».

    Ce document étudie les relations entre deux grands domaines d’intérêt public: les marchés publics et la politique de cohésion. Dans un premier temps, il explique comment et où s’appliquent les marchés publics dans le cadre de la politique de cohésion ; il analyse ensuite la situation actuelle au sein de l’UE, le processus de transposition des règlements relatifs aux marchés publics dans les législations nationales et la réforme du cadre juridique actuellement en cours. L’objectif premier de l’étude est de déterminer l’importance des marchés publics dans la politique de cohésion de l’UE. Les informations recueillies par le biais de la recherche documentaire sont complétées par des exemples d’expériences pratiques représentatives. Par ailleurs, une série d’interviews d’acteurs de la politique de cohésion ont été réalisées, à partir desquelles plusieurs recommandations ont pu être formulées.

    L’étude peut être consultée en ligne en anglais, et sera également traduite en français et en allemand.

  • Fonds de solidarité de l’UE: un montant record de 670 millions d’euros pour l’Émilie-Romagne

    (19/09/2012)

    M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, a fait savoir aujourd’hui que la Commission proposait d’allouer une aide de 670 millions d’euros à l’Italie. Cette annonce intervient après les deux graves séismes suivis de centaines de répliques qui ont secoué la région d’Émilie-Romagne en mai et juin 2012 et se sont propagés aux régions voisines de Vénétie et de Lombardie. Ce soutien, le plus important jamais octroyé au titre du Fonds de solidarité de l’Union européenne (FSUE), vise à couvrir les frais considérables liés à la remise en état des infrastructures essentielles, à la mise à disposition d’abris et de services de secours, mais aussi à la protection du patrimoine culturel de la région.

    Pour en savoir plus

    Le communiqué de presse

    Mémo sur le Fonds de solidarité de l’Union européenne

    Vidéo du commissaire Johannes Hahn en visite dans les zones touchées par le séisme dans la région italienne d’Émilie-Romagne

  • Feu vert à un investissement important en faveur d’une plateforme européenne de recherche scientifique en Roumanie

    (18/09/2012)

    La Commission européenne a approuvé aujourd’hui une aide destinée à soutenir un centre de recherche de pointe rassemblant quarante organismes de recherche et instituts universitaires de treize États membres.

    La contribution de l’Union européenne, d’un montant de près de 180 millions d’euros, sera financée par les fonds structurels. L’opération s’inscrit dans une initiative plus large, menée avec la République tchèque et la Hongrie, qui vise à mettre en place un consortium européen de recherche sans précédent.

    M. Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique régionale, a commenté la décision en ces termes: «Voilà précisément le type d’initiatives que nous espérons voir se multiplier à l’avenir.Ce projet vise à dynamiser la recherche et l’innovation en apportant une valeur ajoutée européenne réelle et en veillant à ce que chaque euro soit dépensé à bon escient.»

    Le pan du projet qui a été approuvé aujourd’hui sera implanté en Roumanie. Baptisé Extreme Light Infrastructure – Nuclear Physics (infrastructure de la lumière extrême –physique nucléaire) ou ELI-NP, ce laboratoire paneuropéen accueillera un large éventail de disciplines scientifiques,notamment de nouveaux champs de la recherche en physique fondamentale ainsi qu’en physique et astrophysique nucléaires, de même qu’en sciences des matériaux et du vivant. Les chercheurs étudieront également de nouveaux moyens de traiter les matières nucléaires et les déchets radioactifs.

    Le projet vise à promouvoir la recherche aux niveaux national et européen grâce à la création d’une infrastructure de renommée internationale ouverte aux spécialistes tant du milieu scientifique – universitaire ou privé – que du monde de l’entreprise.

    Plus

  • Journée de la coopération européenne: Partager les frontières pour mieux se rapprocher

    (18/09/2012)

    Célébrer la réussite des régions et des pays européens travaillant ensemble de part et d’autre des frontières: voilà l’objectif de la Journée de la coopération européenne qui sera fêtée pour la première fois le même jour dans toute l’Europe, à la fois dans les États membres de l’UE et dans les pays voisins.

    S’exprimant depuis le Parlement européen à Bruxelles lors du lancement de 200 évènements dans 40 pays, Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale s’est exprimé ainsi: «Les projets de coopération territoriale aident à établir des relations de confiance.Ils encouragent la compréhension mutuelle.Ce sont des éléments essentiels de l’intégration européenne.Ces projets rapprochent les communautés – c’est l’Union européenne en marche».

    La coopération territoriale européenne est un thème de plus en plus important dans la politique régionale européenne.L’UE encourage les régions et les villes des différents États membres à travailler ensemble et à apprendre les unes des autres grâce à des programmes, des projets et des réseaux communs.Les citoyens vivant hors des frontières extérieures de l’UE bénéficient également d’une politique dont le but est d’aider à résoudre les problèmes propres aux régions frontalières en favorisant le développement de réseaux et les actions communes.

    L’initiative est coordonnée par le programme INTERACT, en association avec la Commission européenne (DG REGIO, EuropeAid, et Service européen d’action extérieure), et bénéficie du soutien du Comité des régions et du Parlement européen.

    Pour plus d’informations:

  • La Direction générale de la politique régionale parraine un séminaire à Kiev pour promouvoir le dialogue sur la politique régionale.

    (17/09/2012)

    Le directeur Ronnie Hall, responsable de l’information, de la communication, des relations avec les pays non membres de l’UE, de la coordination des régions ultrapériphériques et des questions légales, était à Kiev le lundi 10 septembre pour prendre part au dialogue en cours sur la politique régionale. Ce dialogue a été instauré conformément à un protocole d’accord signé en 2009. Après avoir rencontré Anatoliy Blyznyuk, ministre du développement régional, de la construction et de l’économie municipale, il a pris la parole lors d’un séminaire organisé conjointement par la Commission et le ministère. Il a décrit les objectifs actuels de la Commission en matière de politique régionale et ses projets pour l’avenir, tandis que le ministre a mis en exergue les réformes entreprises par le gouvernement local et la création d’un fonds public de développement régional. En outre, les 50 participants ont appris que l’OCDE travaillait à l’élaboration d’un examen territorial, qui sera publié en début d’année prochaine. Ils ont aussi obtenu des informations concrètes sur la gouvernance à plusieurs niveaux dans la voïvodie de Swietokrzyskie (Sainte-Croix) en Pologne.

    En savoir plus

  • Téléchargez l’application JOURNÉES PORTES OUVERTES pour smartphones!

    (14/09/2012)

    Vous pensez suivre ou participer à la Semaine européenne des régions et des villes («JOURNÉES PORTES OUVERTES») du 8 au 11 octobre 2012? Vous possédez un smartphone ou un autre appareil mobile?

    Si oui, n’oubliez pas de télécharger l’application mobile qui a été développée pour les JOURNÉES PORTES OUVERTES 2012. Cette application propose les fonctions suivantes:

    • Découvrez ce qui se passe où et quand
    • Localisez les sites des événements sur une carte interactive et obtenez l’itinéraire pour vous y rendre
    • Participez à des conversations en ligne et découvrez ce qui est partagé sur Twitter, Facebook et Flickr au sujet des JOURNÉES PORTES OUVERTES
    • Ne ratez aucune information pratique, y compris les annonces publiées en temps réel pendant l’événement
    • Recevez des alertes vous rappelant les horaires des événements auxquels vous voulez participer

    Vous pouvez télécharger la version Android de l’application sur Google Play.

    Vous pouvez télécharger la version iPhone et iPad de l’application sur Apple Store.

  • Projet de la semaine: un système d’enregistrement en ligne unique pour faciliter la vie des entrepreneurs polonais

    (13/09/2012)

     

    Le «Système central d’enregistrement et d’information de l’activité économique» (CEIDG) a été lancé par le ministère polonais de l’Économie en juillet 2011. Ce système fait office de guichet unique, où les entrepreneurs polonais peuvent à la fois s’enregistrer, mettre leurs données à jour et rechercher des informations sur d’autres entreprises.

     

    Le projet «CEIDG», qui a bénéficié d’un financement de l’UE de 5,8 millions EUR pour la période de programmation 2007-2013, vise à constituer une base de données centralisée des activités commerciales en Pologne et permettre l’enregistrement en ligne des entreprises. Tout en réduisant le temps nécessaire à l’enregistrement, ce nouveau service permet l’échange électronique de données pertinentes entre les différentes institutions impliquées dans le processus d’enregistrement.

     

    Comment ça fonctionne?

     

    À l’aide d’un profil électronique sécurisé ou d’une signature électronique, un citoyen peut se rendre en ligne pour compléter les formalités nécessaires à l’enregistrement de son entreprise en Pologne. Une fois son compte créé sur le site officiel, l’entrepreneur n’a plus qu’à suivre le guide étape par étape et remplir les informations requises pour enregistrer sa nouvelle entreprise. S’il le souhaite, l’entrepreneur peut également préparer sa candidature sur le site et se rendre ensuite physiquement dans un bureau municipal pour signer son inscription en personne.

    En cliquant sur le bouton d’envoi du formulaire CEIDG, l’entrepreneur sollicite simultanément l’enregistrement de son entreprise auprès de l’Administration fiscale nationale, de l’Office central des statistiques et du département en charge des assurances sociales. Cela implique

    qu’il introduira automatiquement une demande de numéro fiscal et d’enregistrement statistique. L’enregistrement de la nouvelle entreprise est publié dans les 48 heures sur le site Web national, mais l’entreprise peut commencer ses activités dès la confirmation de son enregistrement.

    Une fois enregistrés sur le système CEIDG, les entrepreneurs peuvent s’identifier en ligne pour changer leurs données d’enregistrement, suspendre provisoirement leur activité ou même y mettre un terme définitif, sans devoir pour ce faire se rendre à un quelconque guichet public.

     

    Quels sont les résultats?

     

    Le système enregistre aujourd’hui en moyenne quelque 20 000 transactions quotidiennes et jusqu’à présent, les entrepreneurs y ont inséré 3 millions d’entrées.

     

    CEIDG est l’un des maillons du réseau polonais de points de contact uniques. Le projet a été étendu afin que ses services couvrent également toutes les autres procédures associées à l’activité économique en Pologne.

     

    M. Sebastian Christow, du département d’économie électronique du ministère polonais de l’Économie, chargé de la mise en œuvre du projet:

    «Le système CEIDG s’apparente à une solution véritablement unique, qui permet la coordination de toutes les entités impliquées dans le processus d’enregistrement de l’activité économique en Pologne. Ce portail facilite la création d’une entreprise, aussi bien dans le chef des entrepreneurs polonais et que des entrepreneurs étrangers. Il propose non seulement des informations et des services relatifs à la mise sur pied d’une entreprise, mais offre également la possibilité de rechercher des informations sur d’autres sociétés, notamment à des fins de coopération. Étant donné que ce projet a bénéficié d’un financement européen à hauteur de 85%, l’Union européenne a très largement contribué à la mise en place de ce service en Pologne.

     

     

    Pour en savoir plus:

    CEIDG

    Réseau polonais de points de contact uniques

     

  • Évaluation ex post de dix projets majeurs pour la période 1994 - 1999

    (12/09/2012)

    Les dix rapports d’étude de cas sont d’ores et déjà en ligne dans INFOREGIO. Le rapport final, les conclusions générales, les enseignements tirés et les recommandations seront disponibles prochainement.

    Les projets d’investissement ayant fait l’objet de l’analyse se sont achevés il y a entre 15 et 20 ans. Ils se rapportent aux secteurs des transports (routier, ferroviaire et ports maritimes) et de l’environnement (approvisionnement en eau, traitement des eaux usées, gestion des déchets) et concernent cinq États membres: port de Gioia Tauro (Italie); autoroute M1 (Irlande); autoroute d’Egnatia (Grèce); ligne reliant le réseau de métro madrilène à l’aéroport de Barajas (Espagne); corridor méditerranéen (Espagne); approvisionnement en eau dans la ville de Palerme (Italie); traitement des déchets solides urbains au nord de Lisbonne (Portugal); traitement des déchets solides en Galice (Espagne); traitement des eaux usées à Ría de Vigo (Espagne); traitement des eaux usées à Dublin (Irlande).

    Cette évaluation se penche sur les questions suivantes:

    • «Quoi» (quels sont les effets à long terme de ces projets?): en règle générale, les cas à l’étude ont contribué directement et de manière incontestable à la croissance économique et à l’amélioration de la qualité de vie, bien que l’incidence de ceseffets puisse varier en fonction du secteur (transport ou environnement ) ou du projet.
    • «Quand» (quand les effets à long terme se concrétisent-ils et se stabilisent-ils?): dans l’ensemble, la majorité des effets détectés se sont déjà stabilisés.
    • «Comment» (de quelle manière les effets à long terme se concrétisent-ils?): les facteurs déterminants eu égard aux résultats des projets menés, tels que la conformité au contexte et la réponse managériale, ont contribué aux projets de façon généralement positive, indépendamment du secteur d’intervention. Un facteur a toutefois eu un effet généralement négatif (gouvernance du projet). La question des infrastructures a joué un rôle particulièrement important dans la conception du projet, avec des scores généralement positifs sur les projets menés dans le secteur des transports et généralement négatifs sur les projets environnementaux.

    En savoir plus

  • Le Commissaire Hahn participe à la Conférence annuelle des présidents des régions ultrapériphériques de l’UE aux Açores (Portugal)

    (12/09/2012)

    Le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, participera aujourd’hui à la 18e Conférence des présidents des régions ultrapériphériques de l’UE, dirigée par Carlos Cesar, président du gouvernement régional des Açores, et actuel président du groupe des huit régions ultrapériphériques (Guadeloupe, Guyane française, Réunion, Martinique, la collectivité d’outre-mer de St-Martin, les Açores, Madeira et les Îles Canaries). Les gouvernements de l’Espagne, du Portugal et de la France seront représentés lors de cette conférence, ainsi que la présidence chypriote de l’UE. Mayotte, qui obtiendra le statut de région ultrapériphérique en 2014 et le Premier ministre du Cap-Vert participeront également à cet événement. 

    Le Commissaire Hahn prendra part à une tournée de trois jours dans les îles des Açores (au départ de Sao Miguel avant de se rendre à Faial, Pico, Flores et Corvo), pour visiter des projets cofinancés par le Fonds européen de développement régional (FEDER), tels que:

    La Escola de Formação Turística e Hoteleira on Sao Miguel – École de formation touristique et hôtelière (EFTH), Pico Vermelho Geothermal Plant (île de Sao Miguel, Ribeira Grande) et la Tour de contrôle du trafic aérien de l’île de Corvo.

    Pour en savoir plus

  • Publication de nouveaux documents d’orientation concernant l’évaluation

    (12/09/2012)

    Deux documents d’orientation pouvant être utiles aux autorités de gestion et aux évaluateurs ont été publiés cet été sur le site Inforegio:

    • Suivi et évaluation de la politique européenne de cohésion – Document d’orientation sur l’évaluation ex-ante: Le premier porte sur les évaluations ex ante et a été publié en anglais, en français et en allemand. Il a pour but d’améliorer la conception des programmes opérationnels de la période 2014-2020 et ainsi permettre de mettre davantage l’accent sur les résultats de la politique de cohésion:
    • Évaluation des activités d’innovation – Guide sur les méthodes et pratiques: Le second dispense des conseils sur la façon d’évaluer les activités innovantes soutenues par le FEDER. Il peut être consulté en anglais, français, allemand, polonais et espagnol.
  • Journée de la coopération européenne - Sharing borders, growing closer! (Partager les frontières pour mieux se rapprocher!)

    (10/09/2012)

    Cette année aura lieu la toute première Journée de la coopération européenne, qui sera célébrée aux quatre coins de l’UE ainsi que dans des pays voisins.  Plus de 80 % de tous les programmes de coopération territoriale européenne participeront à cette Journée, et quelque 160 manifestations locales seront organisées à travers l’Europe, le 21 septembre et tout au long de la semaine: courses transfrontalières, spectacles de théâtre pour enfants, concours de photos, randonnées, présentation de projets, et beaucoup d’autres encore.

    L’objectif de cette campagne, placée sous le thème «Sharing borders, growing closer», est de mettre en valeur les réalisations de la coopération entre les différents pays et régions d’Europe. Depuis le début des années 1990, plus de 20 000 projets, cofinancés par l’UE, ont contribué à l’amélioration de la qualité de vie des citoyens européens à travers les frontières, que ce soit par la création d’emplois, la protection de l’environnement ou encore l’amélioration des services de soins de santé, des transports et de l’énergie.

    Le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, prendra une part active aux festivités. Le 18 septembre, il assistera à un événement inaugural au Parlement européen à Bruxelles. Il se rendra également le 21 septembre à Vienne, où il participera à des manifestations locales et rencontrera des personnes impliquées dans différents programmes transnationaux et transfrontaliers.

    La coordination de la Journée de la coopération européenne est assurée par le programme INTERACT, en association avec la Commission européenne, et soutenue par le Comité des régions et le Parlement européen.

    Compléments d’information:

  • La situation de l'Union européenne en 2012

    (07/09/2012)

    Posez vos questions sur la situation de l'Union européenne à José Barroso, président de la Commission européenne. Il y répondra le 19 septembre, lors d'une interview en direct.

    Où en sommes-nous et comment l'UE va-t-elle sortir de la crise économique? Voilà deux des nombreuses questions qu'abordera José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, lors du discours sur l'état de l'Union qu'il prononcera au Parlement européen, à Strasbourg, le 12 septembre à 9h00 (heure de Bruxelles).

    M. Barroso évaluera, clairement et sans détour, la situation actuelle de l'Europe et indiquera dans quelle direction l'UE devrait aller dans les années à venir. Vous pourrez suivre son discours en direct à l'adresse http://ec.europa.eu/avservices/ebs/schedule.cfm.

    Parallèlement, M. Barroso écrira au président du Parlement européen pour lui exposer les propositions d'action que la Commission européenne entend mettre en œuvre dans les mois à venir.

    Le 19 septembre à 19h00, le président Barroso répondra aux questions des citoyens sur l'état de l'Union, dans le cadre d'une interview en direct réalisée par Euronews au moyen de la technologie vidéo Google+ Hangout.

    Vous êtes invités à lui soumettre vos questions, par écrit ou en vidéo, entre le 7 septembre et le 18 septembre à midi. Les questions peuvent être envoyées via EUTube , la chaîne YouTube de la Commission européenne. Les utilisateurs peuvent voter pour désigner les meilleures questions. Parmi celles-ci, Euronews sélectionnera plusieurs participants qui pourront poser leurs questions directement au président, via le système de discussion vidéo Google+ Hangout.

    L'interview sera diffusée en direct sur le réseau et le site web d'Euronews, sur EUTube , sur la page Google+ de la Commission, sur Europe by Satellite et sur le site web du président Barroso. Le flux vidéo de l'interview sur EUTube pourra être librement intégré dans n'importe quelle page web.

    Regarder l'appel à l'action lancé par le président

  • Euronews met à l’honneur un projet grec subventionné par le FEDER

    (07/09/2012)

    Euronews va consacrer un reportage au projet grec «Corallia», cofinancé par le FEDER, dans son magazine «Business Planet», qui présente des entrepreneurs ayant pu développer leur entreprise grâce à des subventions communautaires.

    Ce programme sera diffusé sur Euronews en direct, tous les jours pendant deux semaines à partir du samedi 8 septembre, 6h15 CET. Le reportage sur Corallia pourra également être visionné en ligne à partir du vendredi 7 septembre.

    L’Initiative des clusters (pôles) Corallia met en contact représentants de l’industrie, fournisseurs, acheteurs, chercheurs, fournisseurs d’infrastructures, institutions financières, organisations du secteur public et médias. Elle couvre différents secteurs, parmi lesquels la nano- et la microélectronique, les industries spatiales et les technologies de jeux. Depuis 2006, elle a reçu du FEDER près de 40 millions d’euros à titre de subvention.

    Corallia

  • Atelier EPSON «Innovation et connaissance – Les dimensions territoriales de la future politique de cohésion de l’UE», 5 octobre 2012 à Bruxelles

    (03/09/2012)

    L’Observatoire en réseau de l’aménagement du territoire européen (European Spatial Planning Observation Network, EPSON) organise un atelier sur le thème «Innovation et connaissance» le 5 octobre 2012. Il s’agit d’étudier de plus près les stratégies d’innovation régionale et de spécialisation intelligente pouvant contribuer à la réalisation des objectifs de croissance intelligente convenus à l’échelon de l’UE. Pour atteindre les objectifs fixés, la stratégie Europe 2020 appelle les États membres à investir 3 % de leur PIB dans la recherche et le développement. L’atelier «Innovation et connaissance» d’ESPON étudiera les progrès réalisés à ce jour et ce qu’il reste à faire. Il fournira parallèlement des informations sur la dimension territoriale de l’innovation et de la connaissance et sur son impact sur l’élaboration des futurs programmes des Fonds structurels.

    Les décideurs politiques et parties prenantes sont invités à s’inscrire avant le 27 septembre 2012 à 15h00. 

    EPSON organisera aussi deux ateliers à l’occasion de la 10e éditions des Journées portes ouverts de la Semaine européenne des régions et des villes à Bruxelles (8-11 octobre) Inscrivez-vous dès à présent.

    Pour en savoir plus:

  • Inscrivez-vous dès aujourd'hui aux OPEN DAYS, Semaine européenne des régions et des villes

    (28/08/2012)

    L'inscription en ligne pour l'édition 2012 de la manifestation OPEN DAYS, Semaine européenne des régions et des villes, ouvre aujourd'hui, le 9 juillet. La participation est gratuite; il y aura le choix entre 106 séminaires spécialisés entre le 08 et le 11 octobre. Les modalités d'inscription à un événement ne pourraient être plus simples: le site Internet officiel, comporte les détails de tous les séminaires et ateliers, intervenants, dates et lieux, ainsi qu'un guide expliquant étape par étape comment s'inscrire.

  • Le Président Barroso assistera à l’inauguration de la nouvelle section du métro emblématique de Sofia financé par l’UE

    (28/08/2012)

    Le Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, se rend à Sofia en Bulgarie pour participer vendredi prochain à l’inauguration officielle de la nouvelle section «Obelya – Lozenets» du métro de la capitale. Ce projet, qui a reçu 200 millions d’euros du Fonds de cohésion et 50 millions d’euros du Fonds européen de développement régional, est un bon exemple de transport intégré et durable reliant tous les moyens de transport, trains, tramways, autobus et, à partir de 2014, l’aéroport de la ville. Le projet a aussi généré des bénéfices économiques pour des États membres plus anciens, notamment la France puisque la société SYSTRA a participé à la construction de la ligne. Le Président Barroso rencontrera aussi le Premier ministre bulgare, Boyko Borisov, à l’occasion d’une conférence de presse commune.

    Discours du Président Barroso

    Métro de Sofia

  • Forum sino-européen des maires: «La gouvernance en matière de développement durable en milieu urbain: expériences sino-européennes»

    (22/08/2012)

    Dans le cadre du Forum sino-européen des maires,la DG Politiquerégionale, le Comité des régions et Eurocities organiseront un séminaire thématique intitulé «La gouvernance en matière de développement durable en milieu urbain: expériences sino-européennes». Ce séminaire est prévu le mercredi 19 septembre 2012 (14:30-17:30, Bâtiment Jacques Delors, rue Belliard 101, 1040 Bruxelles).

    À cette occasion, de hauts représentants d’administrations municipales, différents spécialistes du développement urbain, ainsi que plusieurs universitaires, présenteront une série d’études de cas portant sur la façon d’assurer une bonne gouvernance en matière de politiques et de projets de développement durable en milieu urbain. Les présentations seront suivies d’un débat interactif avec le public.

    Cet événement s’inscrit dans le cadre du Forum sino-européen des maires, qui se tiendra les 19 et 20 septembre 2012 à Bruxelles. Avec la participation de M. Wen, Premier ministre chinois et de M. Barroso, président dela Commissioneuropéenne, ce Forum constitue le premier événement annuel phare du Partenariat sur le développement urbain conclu entre l’UE etla Chine. Ilréunira des maires européens et chinois, ainsi que des preneurs de décision, des urbanistes, des entreprises et des ONG qui souhaitent partager leurs expériences et leurs initiatives à l’égard de solutions durables, intégrées et efficaces en milieu urbain.

    Pour vous inscrire à cet événement (l’échéance est fixée au 10 septembre, fin de journée), veuillez vous rendre sur le site Web: http://www.euchinamayorsforum.eu/registration.html et utiliser l’identifiant «EUChinaBrussels». Vous recevrez une confirmation définitive de votre inscription par courrier électronique peu de temps après votre inscription en ligne.

    Programme provisoire (EN - CN)

  • Conférence sur l’intégration des Roms: «Une issue et une avancée possible vers le microcrédit social, l’inclusion financière et l’emploi indépendant»

    (21/08/2012)

    Le 4 septembre, la direction générale de la politique régionale de la Commission européenne organise la Conférence de clôture du programme Kiut, une initiative hongroise visant à aider les Roms et les Sintis à intégrer l’économie légale en fondant une société ou en démarrant une activité commerciale. Cette Conférence de clôture, intitulée «Une issue et une avancée possible vers le microcrédit social, l’inclusion financière et l’emploi indépendant», est organisée conjointement avec la Banque mondiale et la Fondation Polgár pour l’égalité des chances.

    L’objectif de cet événement est de présenter les résultats du programme Kiut dans le domaine des services de microfinancement social visant à soutenir les opportunités d’emploi indépendant au sein de la population rom. Une série des recommandations politiques feront également l’objet d’une discussion et le rapport sur l’«Inclusion financière», récemment publié par la Banque mondiale, sera présenté.

    L’événement se déroulera le 4 septembre 2012 (mardi), de 8:45 à 17:15, au Novotel Brussels Centre Tour Noir, rue de la Vierge Noire 32, à 1000 Bruxelles.

    Informations complémentaires
    Programme de la conférence
    Inscription en ligne
    Contact: closingconference@polgaralapitvany.hu

  • Annonce des finalistes RegioStars 2013

    (16/08/2012)

     

    La Commission européenne poursuivra en 2013 sa quête des projets européens les plus novateurs ayant bénéficié d’un investissement dans le cadre de la politique européenne de cohésion.

    La Commission dévoile le nom des finalistes RegioStars 2013

    La Commission a levé le voile sur l’identité des finalistes des prix RegioStars 2013. Le jury des prix RegioStars 2013, présidé par Luc Van den Brande, a finalement choisi 27 finalistes parmi les 149 propositions de candidat reçues. Ces 27 projets soulignent l’excellence et le caractère novateur du travail réalisé sur le terrain et représentent une bonne répartition géographique à travers l’Union européenne.

    Les finalistes 2013

  • Concours de photos «L’Europe dans ma région»

    (01/08/2012)

    Vous avez envie de gagner jusqu’à 1000 € de matériel de photographie numérique ainsi qu’un voyage pour deux à Bruxelles?  Participez au concours de photos «L’Europe dans ma région» cet été!

    Ce concours sera organisé sur la page Facebook de la Commission européenne. Les participants seront invités à présenter des photos dans deux catégories:

    • «Mon projet», pour les organisations ayant bénéficié du financement régional de l’UE (c.-à-d. du Fonds européen de développement régional ou du Fonds de cohésion)
    • «Témoignage», pour toute personne vivant dans l’UE qui repère un projet dans sa région ou lors de la visite d’une autre région.

    Pour participer, il suffit de prendre une photo d’un projet comprenant un signe du financement régional de l’UE (p. ex. une image comprenant un panneau d’affichage, un poteau indicateur, une plaque, etc., avec le drapeau de l’EU et des informations sur le financement). Deux gagnants seront ensuite sélectionnés dans chaque catégorie; l’un par un vote populaire et l’autre par un jury parmi une sélection des œuvres restantes les plus populaires. Les photos seront évaluées sur leur qualité esthétique, leur créativité et leur pertinence par rapport à la politique régionale de l’UE.

    Aidez-nous à partager les informations sur ce concours et à mettre en valeur une partie des projets grandioses qui bénéficient du financement régional aux quatre coins de l’Europe. Suivez @EU_Regional sur Twitter et la page Facebook de la CE (https://www.facebook.com/EuropeanCommission) pour plus d’informations prochainement. Et finalement, que vous soyez chez vous ou à l’étranger, n’oubliez pas d’ouvrir l’œil sur les projets et de garder votre appareil photo à portée de main!

  • La Commission européenne apporte son aide à la relance de l’Émilie-Romagne

    (01/08/2012)

    Dans le cadre du programme opérationnel du Fonds européen de développement régional, la Commission européenne a adopté une décision visant à réaffecter à l’Émilie-Romagne la somme de 10 millions EUR dans le but d’accélérer la relance économique de cette région à la suite des deux tremblements de terre dont elle a été victime en mai. Le tremblement de terre y a causé des dégâts considérables aux infrastructures sociales, au patrimoine culturel et au tissu économique, dont le coût total estimé s’élève à quelque 9,8 milliards EUR. Les zones les plus gravement touchées font en outre partie des régions les plus productives et les plus compétitives d’Italie et représentent à elles seules 2% du PIB national.

    Pour plus d’informations:

    Commissione europea - Rappresentanza in Italia
    Vidéo de la visite du commissaire européen Johannes Hahn dans les zones ravagées par le tremblement de terre survenu dans la région italienne d’Émilie-Romagne

  • Manuel de la stratégie Europe 2020 pour les villes et les régions

    (27/07/2012)

    Après l’adoption de l’avis du Comité des régions sur le rôle des collectivités territoriales dans la réalisation des objectifs de la stratégie Europe 2020, le Comité des régions a décidé de publier un «Manuel de la stratégie Europe 2020 pour les villes et les régions». Ce document, rédigé en collaboration avec la Commission, explique clairement comment les collectivités territoriales peuvent contribuer à la mise en œuvre de la stratégie à partir d’exemples de bonnes pratiques collectés par le biais des enquêtes menées dans le cadre de la plate-forme de suivi «Europe 2020» ou issus de bases de données de bonnes pratiques existantes gérées par la Commission européenne. Il dresse un inventaire non exhaustif des informations, bonnes pratiques, sources de financement et autres instruments existants et accessibles en rapport avec la stratégie Europe 2020. Enfin, ce manuel n’a pas été conçu comme un mode d’emploi de la stratégie Europe 2020 mais plutôt comme un outil destiné à informer les collectivités territoriales et à les aider à mettre en œuvre la stratégie.

    Pour télécharger le manuel

  • Selon une étude, la future politique régionale pourrait permettre de réduire les formalités administratives de 20 %

    (26/07/2012)

    Selon une étude intitulée «Évaluation de l’impact de la modification des dispositions réglementaires sur les frais administratifs et les formalités liées à la gestion des Fonds structurels de l’UE (FEDER et Fonds de cohésion)» (Measuring the impact of changing regulatory requirements to administrative cost and administrative burden of managing EU Structural Funds - ERDF and the Cohesion Fund), commandée par la direction générale de la politique régionale, les propositions dela Commissionpour la période 2014-2020 permettraient de réduire considérablement les formalités administratives imposées aux bénéficiaires.  D’après les estimations, la mise en œuvre des simplifications proposées parla Commissionpourrait réduire ces formalités de 20 % par rapport à la période 2007-2013.  

    Grâce à ces changements, les bénéficiaires pourront désormais transmettre leurs documents par voie électronique (cohésion en ligne), les règles d’éligibilité seront simplifiées et les règles applicables aux différents fonds de l’UE seront harmonisées de manière à réduire la complexité de la gestion des projets au quotidien. Selon les résultats de l’étude, les États membres et les régions pourront également réduire leurs frais administratifs en concentrant les subventions communautaires sur des domaines plus restreints et en limitant les niveaux de gestion et de contrôle.

    Pour lire l’étude: "Measuring the impact of changing regulatory requirements to administrative cost and administrative burden of managing EU Structural Funds"

  • Sortie de crise, activation des partenariats, prix de l’innovation et bien d’autres encore dans ce Panorama estival

    (20/07/2012)

    L’édition été 2012 du magazine Panorama, intitulée «Partenariats dans le cadre de la politique de cohésion», est maintenant disponible en ligne. Ce nouveau numéro s’intéresse de plus près au principe de gestion conjointe des Fonds structurels, et consacre 4 pages à la collaboration des parties prenantes pour la planification, la mise en œuvre et l’évaluation de la politique. Le partenariat est considéré comme la solution la plus efficace pour exploiter et intégrer l'expertise des différents acteurs aux niveaux local, régional et national, et pour garantir une utilisation optimale des ressources communautaires. Est également passé à la loupe le Code de conduite européen en matière de partenariats, publié récemment, qui doit aider les États membres dans l’élaboration de contrats de partenariat pour la période 2014-2020.

    Cette édition livre par ailleurs une analyse détaillée de la contribution des Fonds structurels de l’UE à la relance économique. Elle revient sur les principales interventions et mesures prises ces dernières années, notamment le relèvement du taux de cofinancement pour les pays bénéficiant d’une assistance macroéconomique, la reprogrammation des Fonds structurels dans certains États membres et l’initiative «Jeunesse en mouvement» dans les pays où le taux de chômage chez les jeunes est particulièrement élevé.

    Enfin, elle présente les lauréats des prix RegioStars 2012, parmi lesquels figurent deux initiatives de coopération transnationale ainsi que des projets autrichien, polonais et suédois.  

    Vous trouverez toutes ces informations, et bien d’autres encore, dans Panorama 42, désormais consultable en ligne en anglais, français et allemand. D’autres versions linguistiques seront publiées prochainement.

    Panorama: «Partenariats dans le cadre de la politique de cohésion»

  • La Commission lance un partenariat d’innovation pour les villes et communautés intelligentes

    (18/07/2012)

    En lançant un partenariat européen d’innovation pour les villes et communautés intelligentes (VCI),la Commissioneuropéenne entend encourager le développement de technologies intelligentes dans les zones urbaines. L’objectif est de rassembler les ressources de la recherche scientifique menée dans le domaine de l’énergie, des transports et des technologies de l’information et de la communication (TIC) et de les concentrer sur un nombre restreint de projets de démonstration mis en œuvre en partenariat avec les villes. Pour l’année 2013 seulement, une enveloppe de 365 millions EUR a ainsi été affectée aux activités de démonstration de ce type de solutions technologiques urbaines.

    Cette initiative s’intègre au champ plus large de la «question urbain» au sein de l’UE, qui se situe au cœur de la future politique de cohésion post-2013.

    Pour plus d’informations:
    Communiqué de presse
    Questions & Réponses

  • Étude des variations régionales de la Qualité de Gouvernance au sein de l’UE

    (16/07/2012)

    Ce document de travail présente des données originales sur la «Qualité de Gouvernance» (QdG) à l’échelle nationale et régionale au sein des 27 États membres de l’UE.La QdGest évaluée en fonction de différents critères, dont le niveau de corruption, la protection de l’État de droit et le degré d’efficacité et de responsabilité du gouvernement. Ce document évalue tout d’abord les données relatives àla QdGactuellement disponibles à l’échelle nationale pour les États membres de l’UE. Il en dégage trois groupes présentant des différences significatives, à savoir les pays àla QdGélevée, àla QdGmoyenne et à la faible QdG. Le document présente ensuite des données infranationales originales issues de 172 régions de l’UE et basées sur une enquête menée auprès de 34 000 résidents répartis dans 18 pays. Les deux mesures sont alors combinées pour former un «Indice de QdG de l’UE» (IQE). Cet indice traduit des variations interrégionales notables: si certaines régions d’Italie et d’Espagne (dont la province autonome de Bolzano et le Pays Basque espagnol) obtiennent d’excellents résultats et se classent parmi les meilleurs de l’Union européenne, d’autres régions de ces mêmes pays se situent en dessous de la moyenne européenne.

    Par ailleurs, le document utilise les nouvelles données pour évaluer cinq hypothèses de base visant à comprendre pourquoi certains régimes de gouvernement se caractérisent par une meilleure QdG que d’autres. Cette analyse révèle que l’IQE est fortement corrélé aux indicateurs régionaux de développement socio-économique et aux niveaux de confiance sociale, bien qu’il ne présente aucun lien statistiquement significatif avec d’autres variables telles que la population ou la superficie. Enfin, les données indiquent également que la décentralisation politique ne présente aucun lien de cause à effet avec une plus grande variation dela QdGau sein d’un même pays ou avec des niveaux de QdG plus élevés.

    Étude des variations régionales de la Qualité de Gouvernance au sein de l’UE

  • Projet de la semaine: «Nouvelles connaissances» pour faire le lien entre les résultats de la recherche et les besoins des habitants locaux dans la région d’Épire

    (12/07/2012)

    La région d’Épire, en Grèce, a lancé en novembre 2011 un projet baptisé «Nouvelles connaissances», dont le but est de renforcer la compétitivité et le développement économique régional par la recherche et l’innovation technologique dans des domaines d’intérêt particulier pour la région.

     

    Le projet «Nouvelles connaissances», qui bénéficie d’un financement européen de près de 2 millions d’euros pour la période 2007-2013, encourage la recherche et le développement des entités de recherche régionales afin d’apporter des solutions concrètes au secteur productif et à la société locale à partir des résultats de ces recherches. À cet effet, l’accent est mis sur la coopération entre les entités de recherche, sur les réseaux entre ces dernières et le secteur productif et sur l’aptitude des chercheurs à concentrer leurs activités de recherche sur les besoins de la société et des entreprises locales.

     
    Pour être financées, les propositions soumises par les entités de recherche régionales doivent être en mesure de démontrer que les résultats de leurs recherches peuvent être utilisés par les entreprises locales ou une autre entité locale privée ou publique. La recherche couvre les domaines thématiques suivants: technologies de l’information et de la communication, agriculture, pêche, élevage de bétail, biotechnologie alimentaire, environnement, énergie, ressources en eau, transport, santé ou héritage culturel. Le budget maximal s’élève à 150 000 EUR par proposition.

     

    À ce jour, 27 projets différents ont été financés, comme un nouveau contrôle de qualité pour l’orfèvrerie artisanale afin d’améliorer la promotion de cet artisanat local, la détermination de l’authenticité de l’origine botanique et géographique de produits alimentaires pour obtenir une appellation d’origine contrôlée (AOC) ou une indication géographique protégée (IGP) et leur donner une valeur ajoutée considérable, ainsi qu’un projet de recherche sur un traitement innovant de la déchirure du ligament basé sur les cellules souches et le génie tissulaire.

     

    Dr Theodore Fotsis, chef de groupe et directeur de l’Institut de recherche biomédicale, responsable du projet «Traitement de la déchirure du ligament croisé antérieur: régénération grâce aux cellules souches et au génie tissulaire», décrit la valeur ajoutée du programme:

     

    «La région d’Épire fait partie des zones les moins développées de Grèce présentant un taux de chômage élevé. Par conséquent, les diplômés de l’Université d’Ioannina n’ont pas d’autre choix que de déménager vers d’autres régions de la Grèce ou même d’émigrer vers l’étranger. Le projet Nouvelles connaissances et ses nombreux projets de recherche de moindre envergure bien ciblés montrent la valeur ajoutée que les interventions de recherche soutenues par l’Union européenne peuvent créer pour le développement et la cohésion de notre région. Ils offrent également de meilleures possibilités d’emploi aux jeunes scientifiques de la région et sont susceptibles, sur le long terme, d’attirer les investissements d’entreprises cherchant à coopérer avec nos entités de recherche».

     

     

    Plus d’informations

     

    - Institut de recherche biomédicale (bénéficiaire)

    - Université d'Ioannina (Bénéficiaire)                     

    - Institut de technologie d'Épire (bénéficiaire)

    - Autorité de gestion intermédiaire d'Épire

    - Ministère grec du développement, de la concurrence, des infrastructures, du transport et des réseaux

  • Concours «Génération 1992»

    (04/07/2012)

    Dans le cadre des événements organisés à l’occasion du 20e anniversaire du marché unique, et plus particulièrement en marge de la Semaine du Marché unique, la Commission européenne organise, d’avril à septembre 2012, un concours intitulé «Génération 1992». Destiné aux jeunes européens de 20 ans, le concours a pour objectif de les sensibiliser au marché unique et de susciter la réflexion et le débat sur l’incidence du marché unique dans leur quotidien.

    Compléments d’information:

  • Journée de la coopération européenne

    (04/07/2012)

    La toute première édition de la Journée de la coopération européenne se tiendra le 21 septembre 2012.

    Cet événement entend célébrer la manière dont la Coopération territoriale européenne contribue à rapprocher les Européens, à partager des idées entre pays et à trouver des solutions communes aux problèmes qu’ils rencontrent.

    Plus de 69 programmes de coopération territoriale européenne et de coopération externe (instrument d’aide de préadhésion et instrument européen de voisinage et de partenariat) participeront à la Journée de la coopération européenne.

    Différents événements locaux se tiendront également en Europe au cours de cette semaine, du 17 au 23 septembre. Pour obtenir de plus amples informations ou pour trouver un événement proche de chez vous, visitez le site Web de la Journée de la coopération européenne (en anglais).

    Vous pouvez également:

  • 2-3 juillet : suivez le Forum européen des régions ultrapériphériques en direct

    (28/06/2012)

    La deuxième édition du Forum européen des régions ultrapériphériques (RUP) aura lieu à Bruxelles les 2 et 3 juillet prochains et mettra à l’honneur les huit régions bénéficiant de ce statut spécifique au sein de l’UE. L’événement fournira une plateforme de débats aux acteurs des RUP, à leurs Etats Membres (France, Espagne, Portugal) et aux institutions européennes. La stratégie renouvelée récemment proposée par la Commission européenne pour ces régions servira de base aux discussions.

    Dans le prolongement de la première édition organisée en 2010, l’objectif de ce Forum biennal est de mieux faire connaître les RUP au sein de l'Europe, en valorisant leurs atouts et leurs potentialités. Huit régions de l'Union Européenne bénéficient à ce jour du statut de RUP tel que défini par l'article 349 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE): Açores, Madère, Canaries, Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion et St Martin.

    L’événement rassemble l’ensemble des Présidents des régions ultrapériphériques, les Ministres des trois Etats Membres concernés, les représentants des institutions européennes (notamment des Membres du Parlement européen), des ONG, des universitaires, des acteurs socioprofessionnels et des investisseurs privés. Près de 400 participants sont attendus.

    Les débats seront retransmis en direct sur ce site : 02/07/201203/07/2012

    Le Forum des régions ultrapériphériques

    Suivez nous également sur: #RUP2012 @EU_Regional - www.flickr.com/euregional - www.ec.europa.eu/avservices

  • Stratégie du Danube: le Commissaire Johannes Hahn visitera la région du Danube du 27 juin au 1er juillet pour faire le point sur les progrès réalisés

    (27/06/2012)

    Un an après le lancement de la stratégie du Danube, Johannes Hahn, le Commissaire en charge de la politique régionale, visitera la région afin de rencontrer les acteurs du plan. Il discutera des moyens nécessaires pour accélérer la mise en œuvre de la stratégie qui peut être une bonne opportunité pour créer des emplois et générer de la croissance. Ce voyage lui permettra également de voir directement les progrès réalisés grâce à la coopération macrorégionale, et de sensibiliser les citoyens et la classe politique à la valeur ajoutée de la stratégie. Au cours de sa visite, le Commissaire traversera sept pays (par ordre chronologique: l'Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Croatie, la Serbie, la Roumanie et la Bulgarie) et rencontrera des représentants politiques de premier plan ainsi que les personnes concernées. Il visitera également des projets phares et célébrera la Journée du Danube le 29 juin à Belgrade.

    Stratégie de l'UE pour la région du Danube

    Couverture quotidienne de la visite du Commissaire Hahn dans la région du Danube

  • Projet de la semaine: Projet intégré d’aménagement fluvial sur le Danube à l’est de Vienne visant à améliorer la navigabilité et à protéger l’environnement dans la région

    (26/06/2012)

    Le projet intégré d’aménagement fluvial sur le Danube à l’est de Vienne (Projet du Danube à l’est de Vienne) constitue l’un des projets phares de la Stratégie de l’UE pour la région du Danube, lancée par la Commission européenne et 14 pays il y a un an dans le but de favoriser le développement de la région du Danube.

     

    Les quelque 48 kilomètres qui séparent Vienne de la frontière austro-slovaque représentent la section du fleuve la plus vulnérable du corridor de transport ouest-est en Autriche en termes de navigation intérieure. De plus, la dégradation du lit du fleuve sur cette section du Danube, qui s’élève à 3,5 cm par an, compromet l’équilibre écologique du parc national «Donau-Auen» tout proche.

     

    Afin de supprimer le goulet d’étranglement sur le Danube à l’est de Vienne et faciliter ainsi la navigation fluviale d’une part et faire face à la dégradation du lit du fleuve et apporter une réponse favorable aux exigences écologiques dans la zone d’autre part, le Projet du Danube à l’est de Vienne a été conçu en tant que projet interdisciplinaire réunissant des experts issus des domaines de l’environnement, de la navigation et de l’hydro-ingénierie.

      

    Différents projets pilotes ont déjà été mis en œuvre dans ce cadre.  Initié en 2001, le projet a bénéficié jusqu’ici d’une contribution européenne de plus de 7,6 millions EUR à travers le Programme du Réseau transeuropéen de transport.  Une contribution européenne supplémentaire de 21 millions EUR est par ailleurs prévue.

     

    La zone du projet étant enclavée dans un parc national, une approche progressive subtile s’impose. Cinq projets pilotes ont été menés à bien jusqu’à présent. Ces projets impliquent une série de mesures novatrices testées sur le terrain et visant à reconnecter les bras du fleuve, à restaurer les berges et à créer des épis afin de limiter l’érosion du lit. Ce projet a non seulement permis d’accroître l’expérience technique dans le nouveau domaine de la renaturation fluviale, mais également d’améliorer la situation écologique du parc national de Donau-Auen. Ainsi, le projet pilote de Thurnhaufen, réalisé en étroite collaboration avec le parc national, a impliqué la première suppression complète d’une berge fluviale artificielle. Cette réalisation a d’ailleurs été récompensée par l’Union européenne à travers l’attribution du «Best LIFE Nature Award».

     

    Le projet pilote Bad Deutsch-Altenburg a été lancé au début de l’année 2012. Sur un tronçon fluvial de3 kilomètres, l’ensemble des mesures prévues dans le cadre du projet intégré sur le Danube à l’est de Vienne seront pour la première fois mises en œuvre.

     

    Hans-Peter Hasenbichler, directeur général de via donau, société responsable de la mise en œuvre du projet:

     

    «Avec la mise en œuvre du projet intégré d’aménagement fluvial sur le Danube à l’est de Vienne, l’Autriche, avec l’aide de l’Union européenne, contribuera aux efforts internationaux visant à améliorer l’état des chenaux de façon économiquement efficace sur le Danube et d’élever cette voie navigable au rang d’axe de transport majeur à l’échelon européen.

    À travers ce projet, nous pouvons démontrer qu’il est possible d’améliorer simultanément le transport fluvial intérieur et l’environnement. Notre approche multidisciplinaire et l’intégration de différentes parties prenantes au projet peuvent également servir d’exemple en vue d’autres projets similaires le long du Danube et d’autres fleuves européens.»

     

    Pour plus d’informations:

     

    Projet intégré d’aménagement fluvial sur le Danube à l’est de Vienne

    Via donau – österreichische Wasserstrassen-Gesellschaft mbH (maître d’œuvre du projet)

    Ministère fédéral autrichien des Transports, de l’Innovation et de la Technologie (autorité de gestion)

    Stratégie de l’UE pour la région du Danube

  • Débat avec le Commissaire Hahn: en direct sur Internet

    (22/06/2012)

    La première réunion biannuelle de 2012 entre la direction générale de politique régionale de la Commission (DG REGIO) et les représentants des bureaux régionaux à Bruxelles aura lieu le 25 juin. Le Commissaire européen en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, présentera l'état des lieux des négociations sur le paquet législatif relatif à la future politique de cohésion pour la période 2014-2020. Cet exposé sera suivi d'un débat. Les inscriptions à cet événement sont closes mais vous pouvez le suivre en direct sur Internet de 14 h 30 à 16 h 30 en anglais, français et allemand.

  • Regional Studies Association: appel à contributions en vue de la Conférence d’hiver 2012

    (21/06/2012)

    La Regional Studies Association (Association d’études régionales) recherche actuellement des résumés d’articles académiques en vue de sa Conférence d’hiver, qui se tiendra à Londres (R.-U.) le vendredi 23 novembre. Cette conférence fera office de forum de discussion et de débat sur les dernières évolutions et tendances du secteur et des principaux domaines de recherche. Elle se penchera notamment sur l’augmentation des inégalités territoriales dans le contexte de crise économique actuel et sur l’étendue de l’intervention des pouvoirs publics. Elle abordera également les questions suivantes: dans quelle mesure les formes classiques de politique de développement urbain et régional seront-elles affectées? Les crises actuelles feront-elles émerger les défauts de ces politiques ou démontreront-elles au contraire leurs avantages? Et quels autres modèles de développement territorial existe-t-il?

    Les contributions abordant au moins un des sujets suivants sont les bienvenues:

    • L’inégalité des incidences territoriales dans le contexte de crise économique et d’austérité actuel;
    • Faire face à l’austérité: renouveler les modèles de développement territorial;
    • Déclin et périphéricité: l’exode urbain, les villes en transition et autres approches;
    • Villes/régions créatives à l’heure de l’austérité;
    • Mise en place de principes de croissance intelligente à l’heure de l’austérité;
    • Modèles de déconcentration et de décentralisation: à qui le tour?

    Les résumés peuvent être envoyés jusqu’au lundi 9 juillet 2012. Pour en savoir plus sur la demande d’articles, cliquez ici. Pour obtenir de plus amples informations sur la Conférence d’hiver, consultez le site Web: http://www.regionalstudies.org/

  • Suivez en direct la conférence 2012 de l’initiative «Les régions, actrices du changement économique»

    (15/06/2012)

    Le vendredi 15 juin, Johannes Hahn, Commissaire en charge de la politique régionale, ouvrira la conférence annuelle «Les régions, actrices du changement économique». Plus de 500 représentants des régions de l’Europe se rassembleront une journée à Bruxelles à cette occasion. Sous l’intitulé «Transformer les économies régionales: le pouvoir des stratégies de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente», cette 5e conférence sur le thème «Les régions, actrices du changement économique» abordera les défis, les avantages et les éventuelles limites que présente l’application d’une conditionnalité axée sur la spécialisation intelligente dans le cas des Fonds structurels de l’UE. On s’interrogera aussi sur la meilleure façon d’adapter la spécialisation intelligente aux différents cadres et contextes nationaux et régionaux. La séance plénière du matin sera retransmise en direct sur Internet entre 9 h 30 et 13 h.

    Transmission en direct sur Internet: Les régions, actrices du changement économique «Transformer les économies régionales: le pouvoir des stratégies de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente»

  • La Commission récompense des projets intelligents, durables et inclusifs: RegioStars 2012

    (15/06/2012)

    Johannes Hahn, Commissaire européen en charge de la politique régionale, et le président du jury des RegioStars, Luc van den Brande, ancien président du Comité des régions, s’apprêtent à présenter les lauréats des prix RegioStars 2012. La 5e édition annuelle des prix récompensant les projets européens les plus novateurs et inspirants soutenus par la politique régionale européenne a attiré le nombre record de 107 candidatures, mais seuls 5 projets méritants remportent les prestigieux trophées. Les régions de Styria (Styrie), Malmö en Suède, Podlaskie en Pologne et deux projets de coopération territoriale européenne, rassemblant des partenaires de 9 États membres différents, sont les vainqueurs incontestés qui occupent le devant de la scène européenne. 

    Présentation des finalistes des prix RegioStars 2012

    Communiqué de presse

    Videos:

    RegioStars Awards 2012: Eco World Styria and Portrait

    RegioStars Awards 2012: 'Green and Blue Space Adaptation for Urban Areas and Eco-towns' (GRaBS) and Portrait

    RegioStars Awards 2012: 'Older people for Older people' (O4O) and Portrait

    RegioStars Awards 2012: SÖM South East Malmö and Portrait

    RegioStars Awards 2012: Narrated tour of the Podlaskie Voivodeship website    

    Projects :

    RegioStars Awards 2012: Eco World Styria

    RegioStars Awards 2012: 'Green and Blue Space Adaptation for Urban Areas and Eco-towns' (GRaBS)

    RegioStars Awards 2012: 'Older people for Older people' (O4O)

    RegioStars Awards 2012: SÖM South East Malmö

    RegioStars Awards 2012: Podlaskie Voivodeship website (Direct link)    

  • Projet de la semaine: «Rural Transport Solutions», des solutions au transport rural pour améliorer l’inclusion sociale dans des zones éloignées de la périphérie nord

    (14/06/2012)

    Plusieurs communautés en Finlande, en Écosse, en Suède et en Islande collaborent pour augmenter l’accès aux transports en commun dans des zones confrontées à l’isolement, à une faible densité démographique et à un vieillissement de la population combiné à un exode des jeunes. Le projet «Rural Transport Solutions» (RTS) vise à développer des systèmes et des services de transport rural et côtier à la fois innovants et viables afin de diminuer l’exclusion sociale des individus habitant dans des zones peu peuplées et d’augmenter la vitalité et la viabilité de ces zones de la périphérie nord.

     

    Le projet «RTS», dans lequel l’UE a investi près d’un million d’euros, met en œuvre des essais pilotes qui testent d’autres solutions possibles au transport rural. L’idée est d’élaborer dans ce domaine un modèle d’action global que d’autres régions de la périphérie nord de l’Europe confrontées à des problèmes similaires pourront utiliser pour concevoir leurs propres solutions.

     

    Le bus du village de Kölsillre en Suède est un exemple d’essai pilote réussi dans le cadre du projet «RTS» (voir la vidéo). Le principe d’un «bus de village» consiste à ce que les villageois organisent leurs propres déplacements en commun avec un minibus. Il n’y a pas d’itinéraires fixes ni d’heures de départ. Le bus est stationné dans le village et se rend généralement à Ânge, une ville plus importante située à 45 km de là. Le transport est gratuit et les habitants peuvent demander au bus de partir à un moment précis. Le bus s’arrête aussi pour prendre des gens sur le bord de la route. Ce transport public est donc adapté aux besoins spécifiques de la population.

     

     

    En 2011, le bus du village de Kölsillre a transporté plus de 4 100 passagers, ce qui est considérable pour une population de seulement 100 habitants. Ceux qui n’ont pas de permis de conduire ou de possibilité de voiture peuvent continuer à vivre dans ces zones éloignées. Même les gens qui disposent d’une voiture préfèrent prendre le bus parce que ce transport est plus écologique et plus rentable. Le bus permet aussi de nouer des contacts sociaux durant le trajet. Cette année, au mois de mars, le bus du village a remporté une compétition organisée par l’association des transports en commun suédois qui récompense les meilleures solutions apportées dans le domaine du transport public en Suède.

    Selon Karin Gunnarsdotter Eriksson, usager du bus du village et habitant de Kölsillre:

     «Le projet RTS ne nous a pas seulement donné accès à un service de transport public inestimable. D’un point de vue international, il nous a aussi permis de participer directement à l’UE maintenant que nous nous sentons impliqués dans un projet qui a changé beaucoup de choses pour nous à Kölsillre. D’un point de vue régional, le projet nous a rapprochés de la municipalité et du conseil régional. Nous étions, et sommes toujours, fortement impliqué dans le développement du service et cette collaboration se poursuivra même lorsque le projet sera terminé.»

     

    Pour en savoir plus:

     

    - Rural Transport Solutions

     

    - Conseil régional de Carélie du Nord, Finlande (exécutant du projet)

     

    - Le bus du village (projet pilote)

     

    - Programme 2007-2013 de la périphérie nord (programme de coopération territoriale européenne)

     

  • Divulgation du nom des lauréats des prix RegioStars 2012 ce jeudi soir!

    (11/06/2012)

    Le jeudi 14 juin au soir, Johannes Hahn, Commissaire européen en charge de la politique régionale, révèlera le nom des lauréats des prix RegioStars 2012. Les représentants des cinq projets européens les plus innovants et les plus inspirants soutenus par la politique régionale européenne monteront sur la scène pour recevoir leur récompense dans les catégories suivantes: croissance intelligente, croissance durable, croissance inclusive, CityStars et information et communication.

    Prix RegioStars 2012

  • Enquête: Nouveau cadre stratégique commun 2014-2020

    (08/06/2012)

    Le CdR prépare un avis sur la proposition de la Commission pour un cadre stratégique commun qui vise à coordonner l’utilisation des Fonds structurels afin de répondre aux objectifs de la stratégie Europe 2020 et de la politique de cohésion. Une seconde enquête est donc jointe à ce message: Nouveau cadre stratégique commun 2014-2020. Votre contribution sera ajoutée au projet d’avis de M. Woźniak (adoption finale les 9/10 octobre 2012) et au 3e rapport de suivi du CdR sur Europe 2020 dont la publication est prévue pour octobre 2012. 

    Pour plus d’informations

  • La Cour de justice rejette une action contre la Commission

    (06/06/2012)

    Dans son arrêt du 19 avril 2012, la Cour européenne de justice a confirmé la légalité de la décision prise par la Direction générale de la politique régionale d’exclure en 2008 un soumissionnaire de la phase d’attribution de l’appel d’offre pour la maintenance et le développement des systèmes d’information de la Direction générale de la politique régionale. La Cour a établi que la décision de la Commission avait été prise conformément au règlement financier et aux modalités d’exécution. La Cour a également rejeté la demande d’indemnisation du soumissionnaire et a ordonné au requérant d’assumer les frais juridiques.

    Arrêt du Tribunal

  • Projet de la semaine: «automotive-bw», un projet qui vise à améliorer la coopération et l’innovation dans le secteur automobile au Baden-Württemberg

    (05/06/2012)

    Le secteur automobile est l’un des piliers de la prospérité et de la croissance du Baden-Württemberg, qui compte parmi les Länder les plus riches d’Allemagne. Différents facteurs comme les exigences environnementales, la hausse du prix du carburant, l’évolution des besoins en matière de mobilité et l’accroissement de la concurrence mondiale augmentent la pression qui pèse sur le développement futur du secteur. Pour relever ces défis et pour améliorer la coopération et l’innovation dans le secteur automobile, le Land de Baden-Württemberg a renforcé le développement des pôles de compétence et la spécialisation intelligente en connectant huit initiatives de pôles de compétence locaux via un «pôle de compétence global» baptisé «automotive-bw».

    Le projet «automotive-bw» est opérationnel depuis mai 2010. Une structure de gestion commune a été mise en place et des services locaux ont été ouverts aux entreprises membres de tous les pôles de compétence locaux, principalement des petites et moyennes entreprises (PME), mais aussi des grandes entreprises, des fournisseurs et des fabricants. Trois groupes de travail portés sur le long terme et composés de directeurs techniques ont été mis sur pied. Ces groupes, appelés TecNetGroups (groupes TecNet), sont supervisés par un représentant d’une entreprise internationale et par un chercheur chevronné. Deux autres groupes du même type sont en préparation. La TecNet platform of ideas (plate-forme de réflexion TecNet), une plate-forme conçue spécialement pour le secteur automobile, favorise également la coopération en matière d’innovation.

    «automotive-bw», qui a reçu 500 000 EUR d’investissement de la part de l’UE, rassemble des entreprises de toute la chaîne de valeur pour parler des besoins en innovation et élaborer des solutions par une approche systémique jusque là inédite. «automotive-bw» réduit sensiblement les cycles d’innovation et permet aux PME de fournir des produits innovants aux fabricants de manière plus rapide et plus efficace. «automotive-bw» emploie 16 personnes. Différentes études prévoient la création potentielle de 10 000 emplois dans le secteur de la construction automobile à l’aide de ce pôle de compétence global.

    Le Dr Albrecht Fridrich, PDG de RKW Baden-Würtemberg GmBH et chargé de la mise en œuvre du projet déclare:

     

    «Nous sommes très touchés par l’intérêt que manifestent les entreprises pour participer à nos groupes TecNet. Les discussions, menées dans un climat de confiance et d’ouverture, ont déjà engendré plusieurs accords de coopération entre des entreprises. Les gens qui participent à nos rencontres TecNet ont confirmé que faciliter les relations personnelles entre les individus est la meilleure manière d’encourager la coopération entre les entreprises. Rassembler les initiatives de nos pôles de compétence locaux s’avère un véritable facteur de réussite pour le secteur automobile du Baden-Württemberg.»

     

    Pour en savoir plus sur «automotive-bw»:

     

    - Site web «automotive-bw.de»

    - RKW Baden-Württemberg GmBH (exécutant du projet)

    - Ministère des finances et de l’économie du Baden-Württemberg (organisme intermédiaire)

  • Enquête: Europe 2020: que se passe-t-il sur le terrain? Édition 2012

    (04/06/2012)

    Pour aider le Comité des régions à suivre l’application de la stratégie Europe 2020 sur le terrain, la plate-forme de suivi Europe 2020 lance l’enquête ci-jointe auprès des autorités locales et régionales de l’UE: Europe 2020: que se passe-t-il sur le terrain? Édition 2012. Le résultat de cette enquête sera ajouté au 3e rapport de suivi du CdR sur la stratégie Europe 2020, qui sera publié en octobre 2012 en tant que contribution à l’examen annuel de la croissance effectué par la Commission européenne pour l’année 2012. 

    Pour plus d’informations

  • Projet de la semaine: le «Centre des matériaux et technologies polymères Otto Wichterle» de Prague, pour des recherches présentant un fort potentiel d’innovation

    (25/05/2012)

    Où que nous allions, nous sommes entourés de matières plastiques et de produits faits de matériaux polymères. Ils sont indispensables dans tous les secteurs économiques. Les matériaux polymères, qui offrent un fort potentiel d’innovation, constituent un domaine de recherche scientifique stimulant. C’est pourquoi la ville de Prague a perçu la nécessité d’établir un centre de recherche exclusivement dédié aux matériaux polymères, le «Centre des matériaux et technologies polymères Otto Wichterle».

    Le «Centre des matériaux et technologies polymères Otto Wichterle», qui a bénéficié d’un investissement de l’UE d’environ 22,5 millions d’euros, a ouvert ses portes en octobre 2011. Otto Wichterle est un scientifique tchèque qui a inventé, il y a cinquante ans, les lentilles de contact souples. Elles sont fabriquées dans une matière polymère et sont encore utilisées dans le monde entier par des centaines de millions de personnes.

    Le «Centre des matériaux et technologies polymères Otto Wichterle» se consacre à la recherche fondamentale dans le domaine des matériaux polymères, mais il s’intéresse aussi aux applications pratiques des résultats de la recherche. Il est constitué de cinq nouveaux laboratoires d’une superficie de 950 m2, qui mènent différents types de recherches sur les polymères. Elles ont trait, par exemple, au développement de technologies de recyclage des matériaux polymères issus du secteur automobile, à la modification de l’amidon de rebut pour les matières plastiques biodégradées, un produit utilisable dans le secteur de l’agriculture, ou à l’amélioration des pièces de rechange en plastique pour les joints dans le secteur de la recherche médicale.

    Le «Centre des matériaux et technologies polymères Otto Wichterle» montre déjà des signes de réussite: il a pu acheter de nouveaux appareils scientifiques et créera d’ici peu cinq nouveaux postes. Le centre offre aussi une expérience professionnelle et une formation aux jeunes chercheurs d’origine tchèques ou issus d’autres pays européens.

    Le Dr Zbyněk Pientka, chercheur en charge de la mise en œuvre du projet, affirme:

    « Ce projet cofinancé par l’Union européenne a permis de concentrer les capacités de recherche et d’expérimentation dans le domaine des matériaux polymères. Le centre a réussi à mettre en relation la recherche fondamentale de pointe et la recherche et le développement appliqués et à soutenir la mise en pratique des résultats de la recherche fondamentale. Les nouvelles conditions de recherche sur les matériaux polymères en République tchèque ont une incidence positive dans le pays sur le plan de la compétitivité et du développement durable. Il est important de souligner les possibilités et avantages que représente notre appartenance à l’Union européenne à un moment où celle-ci fait l’objet de critiques aussi sévères».

    Pour en savoir plus:

    Centre des matériaux et technologies polymères Otto Wichterle

    Ministère tchèque du développement régional (autorité de coordination nationale)

    Ville de Prague (autorité de gestion)

  • Stratégie numérique pour l’Europe: donnez votre avis !

    (21/05/2012)

    La « Stratégie numérique pour l’Europe » est l’une des sept initiatives phares d’Europe 2020. La Commission européenne a lancé un forum de discussion afin de recueillir des exemples inspirants dans ce secteur. Les acteurs de la politique régionale sont invités à participer à ce débat. Ceux qui exprimeront les idées les plus intéressantes seront invités à participer à la « Digital Agenda Assembly » les 21 et 22 juin prochains à Bruxelles. Ces contributions seront utilisées pour la révision à mi-parcours de la stratégie numérique pour l’Europe qui sera adoptée avant la fin de cette année.

    La discussion est organisée autour de 9 thèmes : (1) médias convergents; (2) Internet à haut débit; (3) e-commerce; (4) médias sociaux; (5) cloud; (6) données; (7) sécurité; (8) innovation et entreprenariat; (9) compétences et emplois.

    Plateforme de discussion: http://daa.ec.europa.eu/

    Pour débattre sur Twitter, connectez-vous sur @DigitalAgendaEU et utilisez le hashtag : #DA12

  • Ne manquez pas la cérémonie de remise des prix RegioStars!

    (16/05/2012)

    Le 14 juin, la Commission révèlera le nom des lauréats des prix RegioStars 2012, qui récompensent les projets les plus novateurs d’Europe parmi ceux qui ont bénéficié du soutien de la politique régionale européenne.

    L’objectif des prix RegioStars est d’identifier les bonnes pratiques de développement régional et de mettre en évidence des projets originaux et novateurs susceptibles d’intéresser et d’inspirer d’autres régions. Pour cette 5e édition de remise des prix, la Commission a enregistré un taux de participation record, avec un total de 107 candidatures. Un jury indépendant sélectionnera les lauréats, qui recevront leur prix des mains du Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, lors d’une cérémonie à Bruxelles.

    Inscription

  • «Les régions, actrices du changement économique»: inscrivez-vous dès maintenant!

    (16/05/2012)

    L’inscription à la conférence «Les régions, actrices du changement économique», qui aura lieu le 15 juin à Bruxelles, est ouverte. La conférence de cette année est intitulée «Transforming Regional Economies: The Power of Research and Innovation Strategies for Smart Specialisation» (Transformer les économies régionales: le pouvoir des stratégies de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente). Cette 5e conférence sur le thème «Les régions, actrices du changement économique» abordera les défis, les avantages et les éventuelles limites que présente l’application d’une conditionnalité axée sur la spécialisation intelligente dans le cas des Fonds structurels de l’UE. On s’interrogera aussi sur la meilleure façon d’adapter la spécialisation intelligente aux différents cadres et contextes nationaux et régionaux.

    L’initiative «Les régions, actrices du changement économique», lancée en 2006, vise à promouvoir les échanges de bonnes pratiques. Elle entend présenter de nouvelles approches pour stimuler les réseaux régionaux et urbains en les aidant à collaborer étroitement avec la Commission et à expérimenter de nouvelles idées innovantes.

    Programme de la conférence

    Inscription

  • L'édition de printemps 2012 du magazine Panorama, «Cibler les résultats: affiner la politique de cohésion», dont l'éditorial a été rédigé par le Commissaire Johannes Hahn, est maintenant en ligne

    (14/05/2012)

    «Les principales caractéristiques de la future politique de cohésion impliquent un recentrage prononcé sur la concentration thématique et la réalisation des résultats»; c’est ce qu’affirme le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, dans le numéro actuel de Panorama. Cette édition s’interroge donc sur le fonctionnement de ces changements politiques dans la pratique. Elle évoque une série d’essais pilotes réalisés parla Commissioneuropéenne, en collaboration avec douze autorités de gestion dans huit États membres.

    Le numéro 41 de Panorama part du postulat qu’en temps de crise économique, il est plus que jamais important de dépenser les ressources disponibles de façon à générer une valeur maximale pour les citoyens de l’UE. Il examine alors en détail le fort recentrage sur les résultats des interventions de la politique de cohésion pour la prochaine période (2014-2020).

    Les interviews de deux membres du Parlement européen, Angela Krehl et Lambert van Nistelrooij, rapporteurs du Parlement européen sur les dispositions communes du projet de règlement pour les Fonds, nous donnent un éclairage inestimable sur les négociations interinstitutionnelles concernant la politique de cohésion.

    Le magazine inclut aussi des dossiers spéciaux sur l’innovation dans les régions ultrapériphériques d’Europe et sur le soutien qu’offre le Fonds européen de développement régional dans le domaine de l’administration en ligne.

    Panorama est actuellement disponible en anglais, en français et en allemand. Les autres versions linguistiques seront accessibles à partir de la deuxième quinzaine de mai sur le site web Inforegio.

    Panorama : «Cibler les résultats: affiner la politique de cohésion»

  • Comment renforcer le principe de partenariat pour les fonds européens?

    (08/05/2012)

    La Commission a présenté les grandes lignes des principes qui devront guider les pays de l’UE pour garantir la bonne participation des partenaires qui doivent être impliqués dans la mise en œuvre des fonds européens. Ce document pose les bases d’un futur « Code de conduite européen en matière de partenariats ».

    Ces principes concernent les cinq fonds européens relevant du « Cadre stratégique commun de l’UE » : le Fonds de cohésion, le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Fonds Social Européen (FSE), le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) et le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP).

    Le principe de partenariat est l’un des principes clés de la gestion des fonds européens. Les partenaires – c’est-à-dire les autorités régionales et locales, les partenaires économiques et sociaux et la multitude d’organisations représentant la société civile – doivent être activement et étroitement impliqués tout au long du cycle de la politique de cohésion (préparation, mise en œuvre, suivi et évaluation des programmes).

    La Commission invite les organisations et toutes les personnes intéressées à présenter leurs réactions et propositions. Ils peuvent envoyer leurs commentaires à l’adresse suivante: empl-eccp@ec.europa.eu.

    Lire le document de travail de la Commission (uniquement en anglais) :
    The partnership principle in the implementation of the Common Strategic Framework Funds - elements for a European Code of Conduct on Partnership

  • Projet de la semaine: un centre d’oncologie à l’hôpital Mater Dei pour améliorer la lutte contre le cancer à Malte

    (04/05/2012)

    Le projet «Centre d’oncologie de l’hôpital Mater Dei» à Msida, Malte, sera une extension de l’hôpital général public Mater Dei. Ce projet est considéré comme crucial par les autorités de la santé publique depuis que les statistiques ont révélé à Malte un taux de survie au cancer inférieur aux taux observés dans la plupart des autres pays européens. Le «Centre d’oncologie de l’hôpital Mater Dei» a pour objectif direct d’améliorer les taux de survie au cancer de la population. À cette fin, le nouveau centre aura pour mission de fournir des soins médicaux et un soutien tout au long de la phase de traitement du cancer. Il devra accorder une attention spéciale aux adolescents et aux patients nécessitant des soins palliatifs.

    Le projet «Centre d’oncologie de l’hôpital Mater Dei» a été approuvé en tant que «grand projet» par la Commission européenne le 10 avril 2012 et sera financé au titre du programme européen de politique régionale «Investir dans la compétitivité pour une meilleure qualité de vie». Le coût total du projet avoisine les 60 millions d’euros. Il sera cofinancé par l’UE et par des apports nationaux. La contribution de l’UE s’élève à 41,5 millions d’euros. Le projet est en cours d’exécution. Il devrait être terminé et opérationnel fin 2013.

    Le «Centre d’oncologie de l’hôpital Mater Dei», qui remplacera l’actuel hôpital Sir Paul Boffa, sera interconnecté avec l’hôpital Mater Dei sur le plan matériel et organisationnel. Il offrira 96 lits (74 pour les patients hospitalisés et 22 pour les soins de jour) et sera divisé en 4 zones fonctionnelles: la zone des patients hospitalisés, la zone des patients externes, la zone de traitement comprenant les services de radiothérapie et d’anesthésie, et enfin des espaces pour les services de soutien clinique (notamment physiothérapie et psychologie) et non clinique.

    Le projet prévoit aussi des investissements supplémentaires dans des technologies respectueuses de l’environnement: un système de ventilation d’air frais, des panneaux photovoltaïques sur le toit, un système de récupération des eaux de pluie et de récupération et de traitement des eaux usées pour limiter la dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles et réduire ainsi considérablement les rejets de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

    Brian St John, directeur général de la Foundation for Medical Services et chef du projet «Centre d’oncologie de l’hôpital Mater Dei», a déclaré:                                                  

    «Le patient est au cœur de tout ce que nous faisons et nous continuerons d’appliquer une approche intégrée dans nos propositions concernant le traitement du cancer à Malte. Nous sommes toujours aussi déterminés à faire profiter nos patients de tous les bénéfices qu’offre une nouvelle infrastructure de santé de cette envergure, un centre de soins consacré à faire progresser les traitements, l’éducation et la recherche dans le domaine de l’oncologie. Nous continuerons de travailler d’arrache-pied de façon à investir intelligemment les fonds octroyés, notamment la contribution de l’UE, au bénéfice de nos patients, mais également au bénéfice de notre personnel médical. Ce dernier est constitué de professionnels extrêmement talentueux et je crois que ces nouvelles installations serviront de catalyseur dans le développement et le perfectionnement de nouvelles méthodes de travail améliorées.»

    Informations complémentaires sur le Centre d’oncologie de l’hôpital Mater Dei:

    - Département de planification et de coordination des priorités (autorité de gestion) et politique régionale de l’UE à Malte.

    - Foundation for Medical Services (exécutant du projet), organisme du ministère de la santé, des personnes âgées et des soins de proximité.

    - Hôpital Mater Dei de Msida, Malte.

  • WIRE2012: gros plan sur les régions dans l’Union de l’innovation

    (04/05/2012)

    La Semaine des régions innovantes en Europe, forum annuel qui réunit les principaux acteurs du développement régional fondé sur la connaissance et l’innovation, portera cette année sur les problèmes majeurs que soulève actuellement la mise en œuvre effective de «l’Union de l’innovation» à l’échelon régional pour la période 2014-2020. Cette année, l’événement (WIRE2012) sera organisé à Cracovie, en Pologne, les 4 et 5 juin 2012, en étroite collaboration avec la Commission européenne.

    WIRE2012 dévoilera les défis et les obstacles du développement régional de l’innovation, et des recommandations seront élaborées à l’intention des décideurs politiques, concernant notamment la mise en œuvre effective de l’Union de l’innovation à l’échelon régional; trois grands axes thématiques seront abordés:

    • les régions innovantes à l’horizon 2020: il s’agira d’analyser le rôle des régions dans la spécialisation intelligente, le rôle des villes en tant que pôles d’innovation et les écosystèmes d’innovation régionale à l’horizon 2020;
    • l’échelle d’excellence: ce thème sera centré sur l’avenir de la recherche et de l’innovation à l’échelon régional, sur les synergies entre l’horizon 2020 et la politique de cohésion et sur la spécialisation intelligente dans les régions de convergence et les centres d’excellence;
    • la mise en réseau de l’EER à l’échelon régional: les discussions porteront sur la coopération territoriale européenne, les réseaux de grappes d’entreprises, les groupements européens de coopération territoriale, les réseaux d’infrastructures de recherche et les partenariats multirégionaux de la connaissance (p. ex. Danube, Baltique).

     

    Pour plus d’informations, veuillez consulter le site www.wire2012.eu ou contacter:

    Point de contact national pour les programmes de recherche de l’UE (PCN Pologne)

    Ul. Krzywickiego 34, 02-078 Varsovie, Pologne

    Site internet: www.wire2012.eu

    E-mail: info@wire2012.eu

  • Appels à propositions ORATE (ESPON)

    (02/05/2012)

    L’Observatoire en réseau de l'aménagement du territoire européen (European Observation Network on Territorial Development and Cohesion) vient de lancer des appels à propositions pour une analyse ciblée, des projets de plateforme/d’outils scientifiques et des activités de réseau transnational. Les scientifiques et les experts représentant des universités, les instituts de recherche, les organismes publics, les sociétés privées des 31 pays européens sont invités à soumettre leurs propositions. Le budget disponible s’élève à 1 988 000,00 €. La date limite de soumission des propositions est le 13 juin 2012.

    Pour en savoir plus:

  • Un « instrument de partage des risques » pour aider les Etats Membres les plus durement touchés par la crise

    (25/04/2012)

    Le Parlement européen vient d’approuver la proposition de la Commission permettant d’utiliser les crédits alloués à la politique de cohésion encore disponibles pour cautionner des garanties et prêts des institutions financières telles que la Banque européenne d’investissement (BEI). Les fonds de l’UE serviront à créer des «instruments de partage des risques». La mesure est destinée à résoudre les graves difficultés auxquelles se heurtent certains États membres, notamment la Grèce, pour mobiliser les financements privés nécessaires à la mise en œuvre de projets majeurs ne pouvant être que partiellement financés par des fonds publics. Cet instrument favorisera les investissements dans l’économie et donc la création d’emplois.

    Plus d’informations

  • Les stratégies régionales d'innovation en France: inspiration pour d'autres régions?

    (19/04/2012)

    En 2007, la Commission européenne, en accord avec le gouvernement français, a invité chacune des 26 régions françaises à se doter d’une stratégie régionale d’innovation. L'objectif était de renforcer l'efficacité des investissements européens mobilisés en faveur de la recherche et du développement, de l’innovation et du soutien aux entreprises à travers les programmes de la politique de cohésion.

    La principale autorité de gestion française (DATAR) vient de publier une synthèse de ces stratégies qui sont aujourd'hui mises en œuvre sur le terrain. Ces "diagnostics" peuvent inspirer d'autres régions en Europe.

    La Commission européenne encourage toutes les régions à développer ce type de "stratégies de spécialisation intelligente" à travers lesquelles une région identifie ses atouts et les domaines dans lesquels elle peut faire la preuve de son excellence.

    La synthèse des stratégies régionales d'innovation en France (disponible en français et en anglais).

    Plus d'informations sur les stratégies de spécialisation intelligente

  • Projet de la semaine: Ardèche Drôme Numérique - Développement de l'internet à haut débit dans la Région Rhône-Alpes

    (13/04/2012)

    Le projet Ardèche Drôme Numérique (ADN), qui bénéficie d'un financement européen de 14 millions d'euros pour un coût total de 123 millions d'euros pendant la période de programmation 2007-2013, est né de la nécessité de lutter contre la discrimination dans le domaine de l’accès à Internet dans les zones moins peuplées qui sont moins rentables pour les prestataires de services. Souvent, ces régions disposent d’un accès limité voire inexistant aux services Internet, ou doivent payer beaucoup plus cher pour l’obtenir.

     

    Le projet ADN contribue à l’implantation et à l’expansion des entreprises et favorise

    la création d’emplois durables. Le haut débit permet aussi de nouvelles approches organisationnelles telles que le télétravail, qui accroît la flexibilité et élargit les possibilités

    des entreprises et des salariés. Le projet ADN contribue enfin à la cohésion sociale et territoriale dans la région en offrant aux personnes qui vivent ou travaillent dans des zones isolées un accès facilité à de nouveaux services, par exemple dans les domaines de la santé,

    de la culture, de l’éducation, de la formation, des services publics et des réseaux sociaux.

     

    Grâce à la mise en œuvre du projet ADN, un réseau en fibre optique de 2000 km a pu être installé, permettant ainsi à 360 000 foyers et à 96% des habitants de l'Ardèche et de la Drôme d'avoir accès à une connexion internet à haut débit. Il permet également le raccordement en fibre optique de 2000 entreprises et 212 zones d'activité économique.

     

    Ardèche Drôme Numérique est une initiative du Syndicat mixte ADN, composé du Conseil général de l’Ardèche et du Conseil général de la Drôme, avec le soutien de la Région Rhône-Alpes et de l'Union Européenne.

     

    «Grâce à l’accès à haut débit, les départements de l’Ardèche

    et de la Drôme seront plus attractifs pour les entreprises auxquelles ils offrent désormais un environnement économique innovant et plus compétitif. La nouvelle infrastructure garantit des services Internet de qualité ainsi que l’accès aux services en ligne courants et à des services publics de meilleure qualité pour tous». Bernard Soulage, vice-président pour l’Europe et les relations internationales à la délégation générale de la Région Rhône-Alpes à Bruxelles.

     

     

    Pour en savoir plus sur le projet Ardèche Drôme Numérique (ADN):

     

    - Site du projet ADN

    - Site de la Région Rhône-Alpes

    - Site des actions européennes en Rhône –Alpes

    - Site de la Préfecture de Région (autorité de gestion)

    - Conseil Général de l'Ardèche

    - Conseil Général de la Drôme

  • Politique de cohésion et développement durable

    (03/04/2012)

    Une étude intitulée «Politique de cohésion et développement durable» et réalisée avec le soutien de la Commission européenne est désormais disponible sur ce site. Elle a pour objectif d’examiner la façon dont la politique de cohésion peut contribuer à la gestion du passage à l’économie verte et au développement du cadre de la politique de cohésion après 2013.

    Cette étude évalue les retombées des investissements de la politique de cohésion durant la période 2007-2013 dans le domaine de l’environnement, ainsi que l’intégration des considérations en matière de développement durable à la planification, à la mise en œuvre et au suivi, tant au niveau stratégique qu’au niveau de la programmation et de la politique. Elle se fonde sur des études de cas et sur l’analyse des données disponibles à l’échelon européen, en particulier celles concernant les dépenses. Cette étude formule également des recommandations sur la manière d’améliorer l’intégration du développement durable à la politique de cohésion.

    L’étude a été achevée en décembre 2011 par un consortium dirigé par l’Institut pour la politique environnementale européenne (IPEE).

  • La Commission approuve une aide destinée à Pompéi pour restaurer un important site du patrimoine européen

    (29/03/2012)

    Aujourd’hui, la Commission européenne a approuvé le financement, dans le cadre du Fonds européen de développement régional (FEDER), d’un grand projet de restauration du site de Pompéi, qui figure au patrimoine de l’UNESCO, dans la région de Campanie, en Italie. Le projet qui s’intitule «Conservation, entretien et amélioration du site archéologique de Pompéi» permettra d’investir 105 millions d’euros provenant de fonds de l’UE et de fonds nationaux. L’objectif est de préserver le site ainsi que la durabilité de son attrait touristique pour la région.

    Communiqué de presse

  • Un nouveau fonds de garantie pour les entreprises grecques

    (28/03/2012)

    Le 21 mars, le Commissaire européen en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, était à Athènes où il a lancé un autre outil de stimulation de la croissance: un nouveau fonds de garantie pour les petites et moyennes entreprises (PME) grecques. Ce nouveau mécanisme, établi en coopération avec la Banque européenne d’investissement (BEI), fournira aux banques grecques suffisamment de liquidités pour permettre aux PME qui ont le plus souffert de la crise d’accéder au crédit. Cette étape s’inscrit dans le processus d’aide à l’optimisation de l’utilisation des Fonds structurels européens par le pays: environ 500 millions d’euros en provenance du Fonds européen de développement régional (FEDER) seront utilisés pour garantir les prêts, ce qui devrait permettre à la BEI de mobiliser 1 milliard d’euros pour les prêts aux PME. Les banques agiront en tant qu’intermédiaires.

    Plus d’informations

  • Évaluation ex ante – rôle renforcé dans la prochaine période de programmation

    (27/03/2012)

    Un nouveau document d’orientation sur l’évaluation ex ante, basé sur les propositions de règlements adoptées par la Commission européenne le 6 octobre 2011, souligne le rôle accru de l’évaluation ex ante pour la période de programmation 2014-2020. Dans le cadre de la nouvelle approche de la politique de cohésion, fortement axée sur les résultats, le nouveau règlement renforce l’importance des programmes bien conçus, dont la logique d’intervention est clairement articulée et qui démontrent leur contribution à la stratégie Europe 2020. Cette orientation s’applique aux programmes financés par le FEDER, le FSE et le Fonds de cohésion.

     

    En savoir plus

  • RegioStars 2013: les candidatures doivent être déposées avant le 20 avril 2012

    (23/03/2012)

    Vous avez mené un projet innovant grâce aux fonds structurels européens que vous voudriez faire connaître?  Votre projet contribue à une croissance intelligente, durable et inclusive au niveau régional? Il se situe dans le secteur du développement urbain ou contribue à mieux communiquer la contribution de la politique de cohésion? Vous êtes donc en mesure de remporter l'un des prix "RegioStars 2013" décernés chaque année par la Commission européenne. Chaque programme peut présenter une candidature de projet pour chaque catégorie.

    Cinq catégories sont définies pour 2013:

    • CROISSANCE INTELLIGENTE: Associer les universités à la croissance régionale ;
    • CROISSANCE DURABLE: Soutenir l'utilisation efficace des ressources au sein des petites et moyennes entreprises (PME) ;
    • CROISSANCE INCLUSIVE: Innovation sociale : des réponses créatives aux défis sociétaux ;
    • CITYSTAR: Approches intégrées du développement urbain durable ;
    • INFORMATION & COMMUNICATION: Promouvoir la politique régionale de l'UE à l'aide de courtes vidéos.

    Les candidatures peuvent être envoyées au plus tard le 20 avril 2012. Les finalistes sélectionnés présenteront leurs projets devant un jury indépendant lors de la dixième semaine européenne annuelle des régions et des villes - "OPEN DAYS 2012". La cérémonie de remise des prix aura lieu à Bruxelles en février 2013.

    Pour l'inscription en ligne, consultez le site RegioStars.

    Pour plus d'informations: REGIO-STARS@ec.europa.eu

  • Stratégie pour la région de la mer Baltique - une coopération renforcée

    (23/03/2012)

     La Commission européenne a publié aujourd’hui une communication sur la première de ses stratégies macrorégionales, la stratégie de l’Union européenne pour la région de la mer Baltique (EUSBSR), dans laquelle elle explique comment elle compte intensifier la coopération entre les États participants. La stratégie a pour but d’augmenter les retombées des financements de l’UE afin d’atteindre des objectifs communs, tels que l’amélioration de la qualité de l’eau, dans l’ensemble de la région. La communication fixe trois nouvelles priorités à la coopération: «sauver la mer Baltique», «désenclaver la région» et «accroître sa prospérité». Dans le cadre de ces priorités, elle définit des objectifs et des indicateurs pour l’ensemble de la stratégie et laisse à chaque secteur le soin de définir des objectifs supplémentaires. En outre, la communication décrit la manière dont tous les participants peuvent renforcer leurs efforts conjoints en faisant plus pour coordonner leurs décisions politiques et les financements disponibles.Elle clarifie également les rôles et responsabilités de tous les acteurs concernés afin de doter cette stratégie d’une base solide, dans la perspective de la préparation de la période de programmation 2014-2020.

    Communiqué de Presse

    Communication

  • INTERREG IVC: appel à experts

    (22/03/2012)

    Le programme INTERREG IVC est à la recherche d’experts spécialisés pour mener à bien un exercice de capitalisation thématique à l’échelle du programme dans les 12 domaines suivants:

    Priorité 1: Innovation et économie de la connaissance:
    1. Systèmes d’innovation (triple hélice et innovation ouverte)
    2. Capacité d’innovation des PME
    3. Éco-innovation
    4. Industries créatives
    5. Entreprenariat
    6. Services d’administration en ligne
    7. Transition démographique
    8. Développement rural


    Priorité 2: Environnement et prévention des risques:
     9. Changement climatique
    10. Efficacité énergétique
    11. Énergies renouvelables
    12. Transports durables

    La date limite de réception des offres est fixée au 2 mai 2012. Pour plus de renseignements, veuillez consulter le site web d’INTERREG IVC.

  • Étude comparative des procédures de sélection de projet des programmes de la politique de cohésion 2007-2013 dans plusieurs États membres

    (20/03/2012)

    La sélection des projets contribuant au mieux à la réalisation des objectifs du programme et avec le moins de ressources administratives possible est cruciale pour la mise en œuvre de la politique de cohésion.La DG Politiquerégionale a commandé une étude de comparaison des procédures de sélection de projet en Autriche, en République tchèque, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Slovaquie et en Slovénie dans les domaines de la recherche et du développement, de l'innovation dans les petites et moyennes entreprises et dans celui de la réhabilitation urbaine. L'étude a identifié plusieurs domaines où la procédure était à améliorer, notamment au niveau de la réduction des contraintes administratives, et propose des recommandations et des exemples de bonnes pratiques pour la mise en place des structures et des procédures de sélection de projet pour les périodes de programmation 2007-2013 et 2014-2020.

    Étude  - Annexe

  • Sept régions-capitales aux dix premières places des régions au PIB le plus élevé en 2009

    (15/03/2012)

    Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, vient de publier le très attendu rapport sur les PIB régionaux en 2009. Il s'agit du premier rapport qui reflète les conséquences économiques de la crise financière de 2008. Exprimé en standards de pouvoir d'achat, le PIB par habitant en 2009 dans les 271 régions NUTS-23 de l'UE27 variait entre 27 % de la moyenne de l'UE27 dans la région de Severozapaden en Bulgarie et 332 % de cette moyenne dans la région d'Inner London au Royaume-Uni.

    Dix-sept régions ont enregistré un PIB au-dessus de 150 % de la moyenne. Les régions qui occupaient la tête du classement étaient Inner London (332 % de la moyenne), le grand-duché de Luxembourg (266 %), Bruxelles (223 %), Hambourg (188 %) et la région de Bratislava (178 %).

    Vingt-deux régions figuraient en dessous de 50 %. Les régions ayant le plus faible PIB par habitant se situaient toutes en Bulgarie et en Roumanie, les niveaux les plus bas étant enregistrés dans la région de Severozapaden en Bulgarie (27 % de la moyenne), suivie de celles de Severen Tsentralen en Bulgarie et du Nord-Est en Roumanie (29 % chacune) et de Yuzhen Tsentralen en Bulgarie (31 %).

  • Fonds de solidarité: la Commission propose une aide de 18 millions d’euros pour faire face aux dégâts provoqués par les inondations en Ligurie et en Toscane

    (15/03/2012)

    Bruxelles, le 15 mars 2012 – La Commission européenne a proposé aujourd’hui d’octroyer à l’Italie un montant de 18,06 millions d’euros provenant du Fonds de solidarité de l’UE (FSUE) à la suite des graves inondations qui sont survenues en Ligurie et en Toscane en octobre 2011. Ces fonds permettront de prendre en charge une partie des coûts supportés par les pouvoirs publics dans cette situation d’urgence, notamment pour remettre en état les infrastructures de base, comme l’approvisionnement en eau, en gaz et en électricité.

    Le commissaire à la politique régionale, Johannes Hahn, qui est responsable du Fonds de solidarité de l’UE, a déclaré:«J’ai pu constater l’ampleur des dégâts et l’importance d’une intervention de l’UE lorsque je me suis rendu sur les sites touchés en janvier dernier. Notre priorité est de faire en sorte que les citoyens de ces régions retrouvent le plus vite possible des conditions de vie normales et que les activités économiques, comme le tourisme, reprennent rapidement.»

    Communiqué de presse

  • La Commission ouvre la voie à une meilleure combinaison des fonds de l’UE pour la période 2014-2020

    (14/03/2012)

    Dans le sillage des propositions de la politique de cohésion du 6 octobre et afin d’aider les États membres à se préparer pour la prochaine période de programmation, la Commission a présenté le 12 mars 2012 le cadre stratégique commun (CSC). Il a pour objectif d’aider à établir l’orientation stratégique pour la prochaine période de planification financière (2014-2020) dans les États membres et leurs régions. Il améliorera considérablement l’utilisation combinée des différents fonds, ce qui maximisera l’impact des investissements de l’UE. Les autorités nationales et régionales se réfèreront à ce cadre pour élaborer des « contrats de partenariat » avec la Commission, par lesquels elles s’engageront à atteindre les objectifs de croissance et d’emploi de l’Europe pour 2020.

    Les éventuels commentaires sur le CSC peuvent être envoyés à la Commission européenne par courrier électronique (REGIO-CSF@ec.europa.eu).

    Communiqué de presse

    Document de travail des services de la Commission sur le cadre stratégique commun : (EN) Part I - Part II

  • La dégradation des sols européens est préoccupante

    (12/03/2012)

    Des rapports de la Commission européenne soulignent la nécessité de prendre des mesures pour empêcher que la détérioration en cours des sols européens ne se poursuive. L’érosion, l’imperméabilisation (le recouvrement de terres fertiles par du matériau imperméable)  et l’acidification des sols sont des phénomènes qui se sont aggravés ces dix dernières années.

    Dans le cadre de la politique de cohésion, quelque 3,1 milliards € ont été alloués en 2007-2013 afin de réhabiliter des sites industriels et des terrains contaminés.La Hongrie,la République tchèque et l'Allemagne sont les pays qui, à cet égard, ont accordé les montants les plus importants (respectivement 475 millions €, 371 millions € et 332 millions €). Il est prévu de poursuivre ce type de soutien en 2014-2020.  En outre, des actions spécifiques pour la protection des sols (par exemple pour la gestion des déchets solides) sont intégrées aux stratégies de l'UE pour les macro-régions.

  • L’impact du marché unique sur la cohésion: implications pour la politique de cohésion, la croissance et la compétitivité

    (07/03/2012)

    Cette étude évalue l’impact du marché unique sur la croissance, la compétitivité et l’emploi dans l’UE-27, en particulier son rôle dans l’apparition de disparités et dans le processus de convergence. Elle analyse aussi les liens institutionnels et politiques entre la politique de cohésion, le processus de Lisbonne et la stratégie Europe 2020. Cette étude s’appuie sur différentes sources telles que des recherches documentaires, un travail de modélisation, une analyse économétrique ainsi qu’une évaluation qualitative effectuée à partir de plusieurs études de cas qui couvrent des régions aux caractéristiques distinctes. L’étude aboutit à des conclusions concernant l’alignement de la politique de cohésion surla stratégie Europe 2020, l’intégration des régions au sein du marché unique, le rôle des régions moteur, la qualité des investissements publics, ainsi que les conditions-cadres pour les investissements, et elle aborde les enjeux de la gouvernance.

  • Vue d’ensemble des principales possibilités de financement de l’UE pour les PME

    (06/03/2012)

    L’Union Européenne apporte une assistance aux petites et moyennes entreprises (PME) européennes. Cette assistance est disponible sous différentes formes, telles que des subventions, des prêts et, dans certains cas, des garanties.

    L’assistance peut être obtenue soit directement, soit par l’intermédiaire de programmes gérés au niveau national ou régional, comme les Fonds structurels.

    Les PME peuvent, en outre, bénéficier d’une série de mesures d’assistance non financière prenant la forme de programmes et de services de soutien aux entreprises.

    Un nouveau guide a pour but de donner une vue d’ensemble des programmes européens mis à disposition des PME et contient des informations succinctes ainsi que les adresses des principaux sites Internet pour chaque programme.

    Informations complémentaires sur les Fonds structurels et les PME

  • Mesurer les performances: les fiches pays

    (01/03/2012)

    La Commissioneuropéenne publie des fiches pays qui indiquent la progression des différents États membres dans la mise en œuvre des objectifs convenus au titre de la stratégie Europe 2020. Ces fiches présentent l’état d’avancement des mesures prises dans différent domaines relevant des trois grands objectifs de la stratégie : une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces fiches apporteront une aide inestimable lors des négociations concernant la prochaine période de financement de la politique de cohésion (2014-2020). Elles placent chaque pays dans une perspective européenne en mesurant les performances et en les comparant à la moyenne de l’UE, mais aussi en signalant les pays affichant les meilleurs et les pires résultats.

    Chaque fiche indique l’objectif national, l’objectif communautaire et les objectifs les plus élevés et les plus modestes adoptés par les autres pays. En outre, elle mesure la distance que le pays doit parcourir pour atteindre l’objectif qu’il s’est lui-même fixé et compare ce chiffre aux résultats de l’UE, du pays le plus amitieux et du pays le moins ambitieux. 

    Ces fiches se réfèrent principalement aux données fournies par Eurostat, mais aussi par le Centre commun de recherche, l’Agence européenne pour l’environnement,la Banque mondiale et d’autres sources. Les objectifs ont été recherchés dans les documents officiels. Dans certains cas, des objectifs absolus ont été traduits en objectifs relatifs pour permettre une comparaison entre les pays.

    Mesurer les performances: les fiches pays

  • La brochure «Simplification de la politique de cohésion pour 2014-2020» est désormais disponible

    (29/02/2012)

    Le 8 février,la Commissioneuropéenne a adopté une communication relative à la simplification dans tous les domaines d’action, afin d’attirer l’attention de toutes les parties prenantes sur les principaux aspects de la simplification qui figurent dans les dispositions réglementaires pour le prochain cadre financier pluriannuel 2014-2020. En vue de la préparation de la prochaine période de programmation, la brochure Simplification de la politique de cohésion pour 2014-2020 explique aux bénéficiaires et aux autorités de gestion dans l’Union européenne les principales améliorations pratiques proposées en termes de simplification concernant la politique de cohésion.

    Simplification de la politique de cohésion pour 2014-2020

  • «Documents de travail»: A New Regional Competitiveness Index: Theory, Methods and Findings (Un nouvel indice de compétitivité régional: Théorie, méthodes et constatations)

    (27/02/2012)

    La dernière édition de la série «Documents de travail»:  A New Regional Competitiveness Index: Theory, Methods and Findings (Un nouvel indice de compétitivité régional: Théorie, méthodes et constatations) est désormais disponible.

    L’indicateur régional «Indice de compétitivité régional européen» (RCI) est le premier indicateur agrégé qui offre une vision d’ensemble de la compétitivité territoriale pour chaque région de niveau NUTS 2 des 27 États membres de l’UE. Cet indicateur développe et modifie l’approche de l’Indice mondial de la compétitivité du Forum économique mondial (WEF), et se compose de onze piliers, regroupés en trois ensembles: Bases, Efficacité et Innovation. Il prend en compte le niveau de développement de la région en insistant sur les problèmes de base dans les régions moins développées, et sur la capacité d’innovation dans les régions plus développées. Ces piliers mesurent non seulement des éléments en rapport avec les entreprises, mais aussi en lien avec les résidents de la région en question et avec leur qualité de vie.

    Pour plus de renseignements, veuillez consulter sa publication A New Regional Competitiveness Index: Theory, Methods and Findings.

    «Documents de travail» est une série d’articles courts sur la recherche régionale et les indicateurs, préparés parla Direction générale de la politique régionale.

  • La Commission propose de suspendre le versement à la Hongrie de 495 millions € au titre du Fonds de cohésion pour absence de mesures visant à remédier au déficit excessif

    (22/02/2012)

    La Commission européenne a proposé une suspension, avec effet au 1er janvier 2013, du versement à la Hongrie de 495 184 000 € au titre du Fonds de cohésion, ce qui représente 0,5 % de son PIB et 29 % des crédits qui doivent lui être alloués au titre du Fonds pour 2013. Cette mesure sans précédent a été arrêtée après des avertissements répétés adressés par la Commission à la Hongrie, invitant celle-ci à redoubler d'efforts pour remédier à son déficit public excessif, et après avoir constaté que ce pays n'avait pris aucune mesure appropriée à cette fin. Le 11 janvier 2012, la Commission a conclu, dans le cadre de la procédure de déficit excessif (PDE), que la Hongrie n'avait pas pris de mesures suivies d'effets en vue de ramener, d'une manière crédible et durable, son déficit sous le seuil de 3 % du PIB en 2011 au plus tard (voir IP/12/12 et MEMO/12/7). Elle a donc proposé de passer à l'étape suivante de la procédure. Sa recommandation a été approuvée par le Conseil des ministres le 24 janvier, ouvrant ainsi la voie à la suspension d'une partie des engagements du Fonds de cohésion dont bénéficie la Hongrie.

    Communiqué de Presse

  • 16 février: suivez le Forum Urbain en direct

    (14/02/2012)

    Les débats du premier Forum urbain européen seront retransmis en direct sur ce site le 16 février de 9h30 à 16h30. Cet événement rassemblera à Bruxelles environ 500 participants dont les maires de grandes villes d'Europe, les représentants de réseaux urbains, d'associations et des institutions européennes. Le Commissaire à la politique régionale, Johannes Hahn, souhaite entamer un dialogue direct avec les villes européennes afin de discuter de la place du développement urbain dans la politique de cohésion en 2014-2020. Ce dialogue sera par la suite institutionnalisé avec la création d'une "plateforme européenne de développement urbain" qui favorisera l'échange d'expériences au niveau européen.

    Les maires d'Amsterdam,  Barcelone, Varsovie, Lisbonne, Sofia, Bratislava, Manchester, Leipzig, Łódź, Naples, Turin, Roubaix et Dunkerque seront notamment présents au Forum Urbain.

    Vous pourrez suivre les débats sur le site de la conférence en 4 langues (langue de l'orateur, anglais, français et allemand)

    Urban Forum 2012

  • Recherche et innovation: exploiter les fonds européens

    (08/02/2012)

    La Commissioneuropéenne a publié un «guide pratique des possibilités de financement de l’Union européenne pour la recherche et l’innovation». 

    Cette nouvelle édition couvre les instruments de financement de l'UE suivants: 

    • 7e programme-cadre de recherche
    • Programme-cadre pour l'innovation et la compétitivité
    • Fonds structurels européens
    • Fonds européen agricole pour le développement rural 
    • Fonds européen pour la pêche
    • Programme pour l'éducation et la formation tout au long de la vie
    • LIFE + dans le domaine de l'environnement

    En outre, le guide décrit les possibilités de financement pour la recherche et l'innovation offertes aux différents pays et territoires situés hors de l'Union européenne, dans le cadre de l'instrument d'aide de préadhésion et de l'instrument européen de voisinage et de partenariat.

    Le guide pratique actualisé permet aux bénéficiaires potentiels d'identifier rapidement les moyens précis dont ils disposent pour accéder aux financements européens à n'importe quel stade d'un projet.

    New Practical Guide to EU Funding Opportunities for Research and Innovation - Competitive European Regions through Research and Innovation

  • Les fonds européens favorisent l'emploi des jeunes et les PME

    (31/01/2012)

    Dans le cadre d'un accord adopté le 30 janvier, le Conseil européen entend mobiliser jusqu'à 82 milliards d'euros de fonds structurels européens n'ayant pas encore été attribués à des projets pour favoriser la croissance économique et la création d'emplois. En particulier, ces fonds contribueront à la réduction du chômage des jeunes et à la promotion des petites entreprises.

    Les Etats membres ont accepté une proposition du Président Barroso visant à exploiter les fonds non attribués en vue de contribuer au financement de la formation des jeunes et des possibilités d'accroissement de leur expérience professionnelle .La Commissioneuropéenne va à présent collaborer avec les autorités nationales et les partenaires sociaux des huit pays de l'UE qui possèdent les taux de chômage les plus élevés parmi les jeunes (Espagne, Grèce, Italie, Portugal, Slovaquie, Lettonie, Lituanie et Irlande) afin de garantir l'exploitation optimale des fonds disponibles.

    De même, les Etats membres ont adopté des propositions destinées au redéploiement des fonds structurels en vue de financer la création d'emplois au sein des petites entreprises. Les petites et moyennes entreprises sont responsables de 80% des nouveaux emplois créés dans l'UE au cours des cinq dernières années.

    Ces décisions s'inscrivent à la suite d'une série d'actions entreprises parla Commissioneuropéenne afin de veiller à ce que les fonds structurels aident les pays de l'UE à améliorer leurs perspectives de croissance ainsi qu'à contrer les effets de la crise économique, telles que:

    • Taux de cofinancement accrus
    • Avances pour les pays les plus durement touchés par la crise
    • Reprogrammation et simplification des procédures
    • Accès au financement en faveur des PME

    Informations complémentaires:

  • 3e appel à projets URBACT pour la création de réseaux thématiques

    (27/01/2012)

    Le 3e et dernier appel à projets URBACT est ouvert pour la création de 19 nouveaux réseaux thématiques. Les candidatures doivent être présentées avant le 15 mars 2012.

    URBACT est un programme européen d’échange et d’apprentissage pour le développement durable en milieu urbain, cofinancé par l’Union européenne (Fonds européen de développement régional) et les États membres. Ce programme aide les villes de toute l’Europe à construire ensemble des réponses aux grands défis urbains. Il réaffirme leur rôle clé face aux changements de plus en plus complexes de nos sociétés.

    Les projets approuvés dans le cadre du 3e appel à projets URBACT porteront sur l’un des 8 thèmes définis pour cet appel, et les villes partenaires devront aborder les 3 défis suivants:

    •   Comment organiser le développement urbain dans le contexte de la crise économique et financière

    •   Comment soutenir les approches intégrées et durables du développement urbain

    •  Comment développer des partenariats efficaces et des processus de gouvernance multi-niveaux

    Pour plus d’informations, veuillez visiter le site URBACT.

  • Les paiements de la Commissions garantissent le bon fonctionnement de la politique de cohésion

    (25/01/2012)

    L’analyse de fin 2011 confirme cette année encore les excellentes performances des États membre dans la politique de cohésion. L’analyse de la Commission européenne révèle des niveaux record de paiements dans les États membres, garantissant la mise en œuvre en temps utile de la politique de l’UE concernant les grands investissements. En 2011, la Commission a versé aux États membres quelque 32,9 milliards d’euros, soit une augmentation de 8 % par rapport au montant de 30,5 milliards d’euros enregistré en 2010.

    Le taux de paiement moyen enregistré au 31 décembre 2011 pour les 3 fonds (FEDER, FSE, Fonds de cohésion) dans l’UE-27 s’élève à 33,4 % des montants alloués. Ces taux sont très variables en fonction des pays (entre 16,5 % et 48,3 %). D’autre part, d’après l’analyse ventilée par fonds, les paiements du FEDER affichent une augmentation interannuelle de 55 %, puisqu’ils sont passés de 22,3 % fin 2010 à 34,3 % fin 2011.

    Par ailleurs, au lendemain de la crise financière, la Grèceet la Roumanie ont bénéficié de versements «complémentaires» d’une valeur de 374 millions d’euros suite à l’entrée en vigueur du règlement 1311/2011 le 20 décembre.

    Période

    Pays

     

    2007-2013

     

     

     

    Eire/Irlande

    48,27 %

     

    Lietuva/Lituanie

    47,98 %

     

    Sverige/Suède

    46,52 %

     

    Eesti/Estonie

    41,99 %

     

    Deutschland/Allemagne

    41,15 %

     

    Suomi/Finlande

    40,92 %

     

    Luxembourg

    40,58 %

     

    Österreich/Autriche

    39,19 %

     

    United Kingdom/Royaume-Uni

    38,83 %

     

    Danmark/Danemark

    38,28 %

     

    Portugal

    37,77 %

     

    Kypros/Chypre

    37,39 %

     

    Polska/Pologne

    37,23 %

     

    Slovenija/Slovénie

    37,01 %

     

    España/Espagne

    36,52 %

     

    Latvija/Lettonie

    36,43 %

     

    Magyarország/Hongrie

    35,25 %

     

    Ellada/Grèce

    34,94 %

     

    France

    34,77 %

     

    Nederland/Pays-Bas

    33,62 %

     

    Belgique-België/Belgique

    32,17 %

     

    Slovenska Republica/Slovaquie

    27,76 %

     

    Malta/Malte

    27,29 %

     

    Coopération transfrontalière

    26,62 %

     

    Ceska Republika/République tchèque

    26,14 %

     

    Balgarija/Bulgarie

    23,55 %

     

    Italia/Italie

    21,72 %

     

    România/Roumanie

    16,51 %

     

     

     

    2007-2013

    Total

    33,36 %

    *Les montants réclamés non versés fin 2011 s’élèvent à 9,6 milliards d’euros pour l’ensemble des fonds (FEDER, FSE, FC). En raison du manque de crédits, cette sommes sera versée sur les crédits de 2012, mais aurait fait passer le taux de paiement global des Fonds structurels à 36,14 %

  • Intervention du commissaire Hahn devant la commission parlementaire du développement régional

    (24/01/2012)

    Le commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, interviendra le 25 janvier devant la commission REGI (développement régional) du Parlement européen à l’occasion de sa première réunion de l’année 2012. Le paquet législatif post-2013 figure encore une fois à l’ordre du jour, et le commissaire informera les eurodéputés de l’état des négociations au sein du Conseil.

    Les rapporteurs chargés de transmettre les avis du Parlement sur les différents règlements proposés présenteront également leurs documents de travail et discuteront des questions en jeu. La présidence danoise du Conseil prendra aussi part au débat par l’intermédiaire de Nicolai Wammen, ministre des affaires européennes, qui présentera les priorités de la présidence danoise dans le domaine de la politique de cohésion.

    Vous pouvez suivre les discussions du comité en direct sur Internet et consulter l’ordre du jour à l’adresse suivante: Commission du développement régional

  • Les priorités de la Présidence danoise

    (23/01/2012)

    Les Danois viennent de prendre les rênes de l'Union européenne pour six mois et ont présenté leur programme de travail. En ce qui concerne la politique de cohésion, ils se sont engagés à  faire avancer les négociations sur les nouveaux règlements pour 2014-2020, en parallèle des discussions sur le cadre financier pluriannuel. Leur objectif est d'obtenir un accord des Etats Membres et du Parlement européen sur certains points prioritaires, en particulier: la programmation stratégique, la concentration thématique, la conditionnalité ex-ante, la simplification, la gestion financière et les contrôles. Deux réunions du Conseil Affaires générales (CAG) feront le point sur les négociations: le 24 avril et le 26 juin 2012 au Luxembourg.

    http://eu2012.dk/

    Les propositions de la Commission européenne pour la politique de cohésion 2014-2020

  • Le Commissaire Hahn entame un dialogue avec les villes européennes

    (19/01/2012)

    Dans ses propositions pour la politique de cohésion 2014-2020, la Commission européenne suggère de renforcer la dimension urbaine. Suite à son engagement de mettre en place un agenda urbain ambitieux au niveau européen, le Commissaire Johannes Hahn entame un dialogue direct avec les villes. Les maires des villes européennes et les représentants des institutions européennes sont conviés au premier Forum Urbain qui se tiendra le 16 février prochain à Bruxelles. Il s'agira de discuter des nouvelles propositions contenues dans le nouveau paquet législatif et de préparer la future plateforme de développement urbain qui sera créée pour promouvoir le renforcement des capacités et l'échange d'expériences au niveau européen.

     Plus d'informations : Forum Urbain

  • Regional Studies Association: Appels à contributions pour le magazine REGIONAL INSIGHTS

    (18/01/2012)

    En 2010, la Regional Studies Association a lancé le magazine Regional Insights, une nouvelle publication pour l’association. Regional Insights se consacre à la publication d’articles courts émanant d’étudiants ou de professionnels en début de carrière, membres de l’association, de façon à rendre leurs recherches accessibles aux autres membres.

    Les rédacteurs recherchent actuellement des propositions d’articles courts (maximum 3 000 mots) pour les prochains numéros. Tous les étudiants et professionnels en début de carrière, membres de la Regional Studies Association, sont autorisés à proposer un article en vue de sa publication dans Regional Insights. Toute contribution dans le domaine des études régionales est la bienvenue, indépendamment de la discipline et de la zone géographique concernées.

    Date limite de soumission des articles: 14 février. Pour plus d’informations, cliquez ici.

  • «La politique de cohésion 2014-2020, un investissement dans les régions d’Europe»: analyse complète et réactions dans la dernière édition du magazine Panorama, disponible en ligne

    (17/01/2012)

    L’édition hiver 2011/2012 de Panorama offre un examen plus approfondi de la nouvelle approche proposée pour la politique de cohésion 2014-2020. Un dossier spécial de huit pages présente une analyse complète des propositions, ainsi que les réactions d’interlocuteurs clés comme le Lobby européen des femmes, le Réseau européen de lutte contre la pauvreté, l’Union européenne de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises et l’Assemblée des régions d’Europe. Figurent également des interviews d’acteurs régionaux français et suédois de haut rang, tandis qu’une série d’articles thématiques sont consacrés aux projets de coopération territoriale, à la dimension urbaine de la politique et aux catégories retenues pour l’édition 2013 des prix RegioStars.

    Panorama est actuellement disponible en anglais, en français et en allemand. Les autres versions linguistiques seront accessibles début février sur le site web Inforegio.

  • La diversité régionale de l'UE illustrée par des cartes et des chiffres

    (16/01/2012)

    Dans quelle région trouve-t-on la plus forte proportion de diplômés de l'enseignement supérieur? Quelles sont les villes où l'on considère que la qualité de l'air est la plus mauvaise? Quelles sont les régions avec la plus forte intensité de recherche et de développement?

    Les réponses à ces questions et à bien d'autres se trouvent dans l'édition 2011 de l'annuaire régional d'Eurostat, l'office statistique de l’Union européenne. Cette publication donne une vue d'ensemble des évolutions économiques, sociales et démographiques les plus récentes dans les 271 régions de niveau NUTS 2 des 27 États membres de l’Union européenne.

    Communiqué de presse

    L'annuaire régional 2011

  • Prix «RegioStars»

    (13/01/2012)

    En 2012 et 2013, la Commission européenne continuera d’identifier les projets les plus innovants financés au titre de la politique de cohésion de l’UE.

    Prix 2012 – La Commission dévoile la liste des finalistes.

    La Commission a révélé la liste des finalistes pour le prix RegioStars 2012. Le jury des Regiostars 2012, sous la direction de M. Luc Van den Brande a sélectionné 24 finalistes parmi les 107 candidatures reçues. Les 24 projets mettent en valeur l’excellence et le caractère innovant des travaux réalisés sur le terrain, et représentent diverses régions géographiques au sein de l’Union. Les 24 projets seront présentés devant un jury à l’occasion d’un événement organisé le 16 janvier 2012.

    Les finalistes de 2012, énumérés de façon aléatoire, sont:

    Catégorie 1: Croissance intelligente – innovation des services

    • «Programme Technopol» - Basse Autriche, AT
    • «RUR@CT» – régions actrices de l’innovation rurale – Limousin, FR
    • «Innovative Collaboration Networks for Smart growth» – Londres, UK
    • «ECO World Styria» - Styrie, AT
    • «Hohe Tauern Health» - Salzbourg, AT
    • «Orientation and guidance services for start-ups in Brandenburg» (Services d’orientation et de conseil pour les start-ups dans le Brandebourg) – Brandebourg, DE
    • «Digi-lodge» -  différentes régions de Grèce, EL

    Catégorie 2: Croissance durable – services éco-systémiques

    • «Parc naturel transfrontalier du Hainaut (PNTH)»- Wallonie–Nord-Pas de Calais. BE-FR
    • «Alps-Carpathian Corridor      Trnava» – Bratislava, Vienne, Burgenland, Niederösterreich. SK-AT
    • «SIC ADAPT ! (Strategic Initiative Cluster – Adaptation aux effets du changement climatique)» – Europe du Nord-Ouest, DE BE FR IE LU NL UK
    • Contrats «Corridors biologiques» - Rhône-Alpes, FR
    • «GRaBS: Green and blue space adaptation for urban areas and eco-towns» - Angleterre (responsable), UK

    Catégorie 3: Croissance inclusive – faire face au changement démographique et encourager le vieillissement actif

    • «I-Cane» - Province du Limbourg, NL
    • «Project for Early Support of Elderly People in their Daily Lives (VAMU)» (Projet en faveur d’un soutien précoce aux personnes âgées dans leur vie quotidienne) - Savonie du Nord, FI
    • «O4O: Older people for older people» - Finlande, Groenland, Irlande du Nord, Écosse, Suède, UK FI IE SE
    • «Seniors in Motion» (Les seniors en mouvement) - Nord du Portugal, PT

    Catégorie 4: Citystar: - Développement intégré des zones urbaines défavorisées

    • «SÖM  South East Malmö» – Malmö, SE
    • «Baum – Bratislava Urban Regional Cooperation» (Coopération régionale urbaine Baum – Bratislava) – Nord Burgenland, Wiener Umland-Nord (partie nord de la région de Vienne), Wiener Umland-Süd (partie sud de la région de Vienne), VUC Bratislava, SK-AT
    • «Open LAB Ebbinge (OLE)» – Groningen, NL
    • «Rediscovering Vila do Conde» (À la redécouverte de Vila do Conde) - Vila do Conde, PT

    Catégorie 5: Information et communication: information sur les projets

    Le jury dévoilera la liste des lauréats en juin 2012, lors de la conférence «Les régions, actrices du changement économique».

     

    Prix 2013

    L’appel aux candidatures pour le prix RegioStars 2013 est à présent ouvert.  Les catégories de prix pour 2013 sont les suivantes:

    1. CROISSANCE INTELLIGENTE: Associer les universités à la croissance régionale
    2. CROISSANCE DURABLE: Soutenir l’utilisation efficace des ressources au sein des PME
    3. CROISSANCE INCLUSIVE: Innovation sociale: des réponses créatives aux défis sociétaux
    4. CITYSTAR: Approches intégrées du développement urbain durable
    5. INFORMATION & COMMUNICATION: Promouvoir la politique régionale de l’UE à l’aide de courtes vidéos

    Les candidatures doivent être envoyées au plus tard le 20 avril 2012. Les finalistes sélectionnés pourront présenter leurs projets devant un jury indépendant lors de la dixième Semaine européenne annuelle des régions et des villes - OPEN DAYS 2012. La cérémonie de remise des prix aura lieu à Bruxelles au début de 2013. 

    Pour en savoir plus à ce sujet, consulter le site RegioStars et suivez les Regiostars sur Twitter (@EU_Regional, hashtag #regiostars).

  • La coopération territoriale européenne tisse des liens entre les citoyens

    (10/01/2012)

    Cette brochure, disponible en ligne, vous donnera un aperçu des réalisations au titre de la coopération territoriale en cours, parmi lesquelles celles des groupements européens de coopération territoriale et des stratégies macrorégionales de l’UE, et de ce que l'avenir nous réserve dans ce domaine. Elle conte les histoires de citoyens à travers toute l'Europe qui ont bénéficié de la coopération ou y sont liés d'une manière ou d'une autre.

    La coopération territoriale européenne est essentielle à la construction d’un espace européen commun, et constitue la pierre angulaire de l'intégration européenne. Plus encore, elle a une véritable valeur ajoutée européenne. En effet, elle contribue à assurer que les frontières ne constituent en aucun cas des obstacles, rapproche les Européens, aide à résoudre les problèmes communs, facilite le partage d’idées et d’expériences, et encourage une coopération stratégique en vue d'atteindre des objectifs communs.

    Cette publication sera disponible en français et allemand en décembre.

    Pour commander un exemplaire, envoyez un courriel à l'adresse regio-info@ec.europa.eu, en mentionnant la version linguistique souhaitée et vos coordonnées complètes.

    La coopération territoriale européenne tisse des liens entre les citoyens

  • Investir dans l’Internet à haut débit

    (20/12/2011)

    Comment promouvoir au mieux le déploiement du haut débit grâce aux financements régionaux de l’UE?

    La Commission européenne a publié un guide à l’usage des pouvoirs publics chargés de gérer les financements de l’UE. Il expose les points forts et les points faibles des différents modèles d’investissement dans les infrastructures Internet à haut débit. Il fournit aux autorités de gestion et aux promoteurs des projets des orientations sur les questions à prendre en compte lorsqu’ils prévoient d’investir de l’argent public dans des infrastructures à haut débit. 

    Ce guide passe en revue plusieurs projets d’investissement dans des installations à haut débit (pour la plupart cofinancés par le Fonds européen de développement régional). Il inclut des commentaires sur les facteurs de réussite et l’expérience acquise.

    L’objectif de l’agenda numérique pour l'Europe est de faire en sorte que d’ici 2020, tous les Européens aient accès à une connexion Internet d’un débit supérieur à 30Mbit/s et que 50 % au moins des foyers européens soient abonnés à un débit supérieur à 100 Mbit/s. 

    Ce guide a été cosigné par les commissaires Hahn, Kroes, Ciolos et Almunia. Il vient compléter d’autres activités des services de la Commission comme le portail européen du haut débit ou l’initiative «Bottom up» pour le haut débit.

    Guide de l’UE sur les modèles d'investissement dans le haut débit [en]

     

  • Associer les universités à la croissance régionale

    (16/12/2011)

    Les universités peuvent jouer un rôle capital dans l’élaboration de stratégies d’innovation régionales.

    La Commission européenne a publié un guide destiné à aider les autorités responsables de la gestion des programmes relevant du Fonds européen de développement régional (FEDER) à associer davantage les universités au développement régional.

    Ce guide vise à promouvoir la participation active des universités et des autres institutions d’enseignement supérieur aux stratégies d’innovation régionale pour la spécialisation intelligente, en coopération avec les centres de recherche, les entreprises et d’autres partenaires de la société civile. Il s’adresse aussi aux partenaires issus de l’université et du monde économique souhaitant explorer les avantages potentiels d’une collaboration mutuelle en faveur du développement régional.

    Il ne s’agit pas d’une publication académique mais d’un outil pratique contenant des recommandations, qui fait partie d’une série de guides préparés dans le cadre de la plateforme de spécialisation intelligente mise en place par la Commission pour offrir une aide méthodologique et des orientations pratiques aux décideurs politiques nationaux et régionaux chargés de concevoir et d’instaurer des stratégies d’innovation pour la spécialisation intelligente. Ce guide sera utile pour les dernières années de la période actuelle de programmation du FEDER (2007-2013) et pour préparer la prochaine période (2014-2020).

    Associer les universités à la croissance régionale: guide pratique [en]

  • Le Conseil examinera à la loupe la future politique de cohésion

    (15/12/2011)

    Le vendredi 16 décembre, le Conseil des affaires générales de l’UE, s’appuyant sur un rapport d’avancement élaboré par la présidence polonaise, organisera un débat autour du paquet législatif de la future politique de cohésion, adopté le 6 octobre 2011. Ce paquet contient cinq propositions de règlements pour la période 2014-2020, qui définissent les principes et les règles de fonctionnement détaillées du Fonds de cohésion, du Fonds européen de développement régional, du Fonds social européen et des Groupements européens de coopération territoriale. Le règlement général stipule aussi les dispositions communes applicables à ces fonds ainsi qu’au Fonds européen agricole pour le développement rural et au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche.

    Les discussions devraient porter sur les principaux thèmes de la programmation stratégique et de la concentration thématique, l’objectif étant d’aligner autant que possible la politique de cohésion sur les objectifs de la stratégie Europe 2020.

    Ces règlements devront être adoptés d’ici fin 2012 pour permettre d’élaborer en temps utile la nouvelle programmation de la politique de cohésion qui commencera en 2014.

    Propositions de la Commission européenne du 6 octobre

    Informations sur la réunion du Conseil des affaires générales (16 décembre 2011)

  • Débat avec le commissaire Hahn: en direct sur Internet

    (08/12/2011)

    La deuxième réunion biannuelle de 2011 entre le département de politique régionale de la Commission (DG REGIO) et les représentants des bureaux régionaux à Bruxelles aura lieu le 15 décembre. Le commissaire européen en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, présentera le paquet législatif sur la future politique de cohésion pour la période 2014-2020. Cet exposé sera suivi d’un débat. Les inscriptions à cet événement sont closes mais vous pouvez le suivre en direct sur Internet de 15 h 00 à 17 h 00, en anglais, français et allemand.

    Transmission en direct sur Internet

  • Un accès à l’investissement facilité pour les PME

    (05/12/2011)

    La Commission européenne a modifié un Règlement de 2006 relatif aux investissements au moyen d’instruments d’ingénierie financière, afin d’aider les entreprises à avoir un accès immédiat à l’investissement. Cette mesure entrera en vigueur le 1er décembre.  

    La modification de l’article 45 du Règlement (CE) n° 1828/2006 a pour but de renforcer l’investissement au moyen d’instruments d’ingénierie financière dans les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises (PME), et ce dans tous les États membres de l’UE. Le texte ainsi modifié autorise les investissements dans les entreprises à n’importe quel stade de leur activité économique habituelle et pas seulement lors de la phase de création, de départ ou d’expansion.

    Cette mesure revêt une importance particulière à l’heure où les entreprises manquent de liquidités et où les budgets publics sont comprimés.

  • 2012, Année européenne du vieillissement actif

    (02/12/2011)

    L'année 2012 a été proclamée «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle»: une occasion de se rappeler que les Européens vivent aujourd'hui plus longtemps et en meilleure santé, et de s'interroger sur les perspectives que cela ouvre.

    Pour les baby-boomers et les personnes âgées de demain, le vieillissement actif représente une chance de rester dans le monde professionnel et faire partager leur expérience, continuer de jouer un rôle actif dans la société et mener une vie aussi saine et enrichissante que possible.

    La Commission européenne, le Comité des régions et AGE Platform Europe ont publié une brochure sur le thème "Comment promouvoir le vieillissement actif en Europe – Soutien de l’Union européenne aux acteurs locaux et régionaux". Ce document présente des exemples de projets financés par l’UE qui soutiennent les objectifs de l’Année européenne 2012 et donne un aperçu des programmes de financement que l’UE met à la disposition des acteurs locaux, régionaux et nationaux.

    Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle

  • Le septième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale montre la contribution des régions et des villes à la stratégie Europe 2020

    (01/12/2011)

    Le septième rapport d’étape sur la cohésion économique, sociale et territoriale, qui souligne la dimension urbaine et régionale de la stratégie Europe 2020, vient d’être publié. Emboîtant le pas aux propositions législatives de la Commission concernant la politique de cohésion après 2013, le rapport évalue comment, dans le contexte de la politique de cohésion, les régions et les villes peuvent contribuer à une croissance intelligente, durable et inclusive et à la mise en œuvre des grands objectifs d’Europe 2020. Il mesure aussi la distance qui sépare les régions des objectifs nationaux de 2020 proposés dans les États membres.

    Ce rapport montre que les villes et les régions doivent composer avec des problèmes de développement et un potentiel de croissance différents. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles la politique de cohésion utilise une approche intégrée, adaptable en fonction des nécessités et possibilités locales.

    Ce rapport fournit des éléments importants qui étayeront les discussions actuelles pour la période 2014-2020. Les futurs programmes de la politique de cohésion devront s’efforcer d’aider l’UE à atteindre les objectifs de 2020 en tirant parti des investissements européens.

    Lire le septième rapport d'étape sur la cohésion économique, sociale et territoriale

  • Webstreaming : Atelier sur l'efficacité énergétique

    (29/11/2011)

    Les 29 et 30 novembre, des experts des États membres, de la société civile, du milieu académique et des institutions européennes se rencontreront à Bruxelles pour discuter de la politique de cohésion et de ses investissements dans l’efficacité énergétique des bâtiments.

    L’objectif de cette conférence et de cet atelier, organisés par la DG Politique régionale, est d’informer les participants des différentes réalisations à l’échelle de l’UE présentant un intérêt pour la période 2014-2020 et d’analyser les difficultés de mise en œuvre et les solutions possibles pour l’avenir.

    Un atelier sera organisé le 30 novembre pour discuter des difficultés rencontrées par les États membres lors de la mise en œuvre.

    Vous pouvez suivre la conférence en direct sur Internet:

    Les interventions et les présentations seront publiées après la conférence sur le site web:

    Politique de cohésion: investir dans l'efficacité énergétique des bâtiments

  • Invitation à la conférence de clôture sur le thème de l’efficacité des campagnes sur les Roms (3e volet du projet pilote sur les Roms du Parlement européen)

    (27/11/2011)

    Le mardi 29 novembre, le réseau européen des organisations de la base rom (European Roma Grassroots Organisations, ERGO) organise une conférence de clôture de sa campagne de sensibilisation, l’une des composantes du projet pilote du Parlement européen concernant les Roms. L’événement aura lieu de 13 h 30 à 17 h 30 au Mundo B (26 rue d’Édimbourg, 1050 Bruxelles, métro Porte de Namur).

    Pour conclure la campagne, le réseau ERGO et ses partenaires (le centre de décision pour les Roms et les minorités en Roumanie, l’association Integro en Bulgarie et Roma Active en Albanie) présenteront les résultats, les réalisations et les enseignements acquis et présenteront une sélection des amples recherches qui témoignent du travail accompli et illustrent les conclusions.

    Pour plus d’informations, veuillez visiter le site du projet: www.ergonetwork.org ou contacter Gabriela Hrabanova (g.hrabanova@ergonetwork.org).

    Voir aussi (EN): Roma Inclusion and Regional Policy - Pilot project for Roma Inclusion

  • Le commissaire Johannes Hahn assiste à une réunion ministérielle informelle: «Approche intégrée du développement – vers une Europe intelligente, durable et inclusive»

    (24/11/2011)

    Poznań, Pologne – 24 et 25 novembre

    Le développement de l’Europe, les contours et la dimension territoriale de la politique de cohésion après 2013 et l’approche intégrée du développement constituent les thèmes abordés à Poznań les 24 et 25 novembre dans le cadre d’un débat de haut niveau. Cette réunion, la première du genre, rassemble les ministres chargés de la politique de développement régional de tous les États membres. C’est un événement clé du calendrier de la présidence polonaise du Conseil.

    Cette réunion ministérielle donnera une nouvelle impulsion à la réflexion stratégique et au développement de l’Europe. Les discussions porteront sur les meilleurs moyens de profiter du potentiel de l’Europe de manière à les canaliser vers des objectifs stratégiques, ce qui permettra de reconstruire l’économie européenne et de la rendre compétitive dans l’arène mondiale. Elle présente l’approche intégrée du développement régional comme un instrument clé qui permettra de réaliser les objectifs de la stratégie Europe 2020: une croissance intelligente, durable et inclusive pour tous.

    Pour plus d'informations

  • L'UE soutient l'Espagne et l'Italie touchées par des catastrophes naturelles

    (22/11/2011)

    La Commission européenne propose d'allouer 21 millions d’euros à l’Espagne suite au tremblement de terre qui a touché la ville de Lorca en mai dernier et 16,9 millions d’euros à la région italienne de Vénétie pour remédier aux conséquences des pluies torrentielles d’octobre 2010. Ces aides provenant du Fonds de solidarité de l'Union européenne, seront affectées au remboursement du coût de mesures d’urgence telles que les opérations de sauvetage, le nettoyage des zones sinistrées et la remise en état des infrastructures de base.

    Communiqué de presse sur l'Espagne

    Communiqué de presse sur l'Italie

     Plus d'informations: