TGV Madrid-Ségovie-Valladolid, c’est parti

La première phase du projet "TGV Madrid-Valladolid/Medina del Campo"1 est lancée. Elle vise le premier tronçon de 210 km d’une ligne à très grande vitesse qui reliera ultérieurement la capitale espagnole au Pays Basque.

Autres outils

 

La ligne rapide Madrid à Valladolid fonctionne depuis 2007 et bénéficie d'un embranchement desservant Medina del Campo, située à 42 km de Valladolid. Mais pour la rendre totalement opérationnelle, et répondre aux standards d’interopérabilité et de sécurité, d’importants travaux seront réalisés d’ici 2013.

Des infrastructures ‘up to date’

Une première phase concerne la poursuite des aménagements techniques de la ligne à grande vitesse Madrid-Ségovie-Valladolid (une heure de trajet, 180 km). Un embranchement dessert Medina del Campo, centre urbain situé à 42 km de Valladolid.

Ces travaux, qui déboucheront sur une parfaite adéquation aux normes nationales et européennes, portent sur plusieurs tronçons du trajet. Ils concernent des aménagements aussi variés que les systèmes de sécurité et de télécommunication, le chauffage des aiguillages, l’éclairage des tunnels, les questions de signalisation, etc.

Pour ne citer que quelques exemples, une nouvelle voie, conforme aux trafics à grande vitesse européens reliera la petite ville de Valdestillas à Valladolid (21 km). Au total, 46 km de voies supplémentaires seront installés.

Une protection acoustique sera réalisée sur le tronçon Ségovie-Valdestillas. La gare ‘grande vitesse’ de Ségovie sera dotée de nouvelles infrastructures d’accès (voitures et piétons) et celle de Valladolid bénéficiera de la modernisation de ses installations de sécurité et de communication.

Par ailleurs, de nouveaux systèmes de signalisation et de protection des trains, ainsi que l’amélioration des télécommunications et la mise en place d’un contrôle du trafic centralisé, concerneront l’ensemble du parcours.

Emploi et gestion

1847 emplois seront créés pendant la phase de mise en œuvre du projet, ainsi qu’une quarantaine durant la phase d’exploitation.

La gestion des infrastructures sera conforme à la loi espagnole n°39/2003 relative au secteur ferroviaire. Celle-ci prévoit la création de deux entités publiques commerciales, l’Administrador de infraestructuras ferroviarias (ADIF) et la Renfe-Operadora. La première sera chargée de la gestion publique, de l’administration et de la construction des infrastructures. La seconde sera centrée sur la prestation de services ferroviaires.

Coût total et participation CE

Le coût estimé du projet est d’EUR 122 297 460. La contribution du Fond régional de développement européen s’élève à EUR 67 962 714 sur la période 2007-2013.


1 L’intitulé exact de ce projet est "High-Speed Railway Line Madrid-Ségovia-Valladolid/Medina del Campo : additional works related to rail infrastructure and technology works phase I".


Date de rédaction

01/01/2007