Consolidation des liaisons ferroviaires espagnoles

La construction d’un tronçon de 53 km de voie ferrée à grande vitesse entre Antequera et Grenade contribuera à transformer les liaisons dans le sud de l’Espagne, en réduisant la durée du trajet et en désenclavant des régions jusque-là isolées.

Autres outils

 

Il s’agit de la première phase du projet de ligne à grande vitesse Antequera-Grenade, conçu pour utiliser un écartement de ligne internationale afin de garantir une intégration complète au réseau transeuropéen de transport, connu sous le nom de programme RTE-T. Ses spécifications satisferont également aux normes d’interopérabilité ferroviaire telles que décrites dans la directive UE 96/48/EC, facilitant ainsi la circulation des trains à grande vitesse sur les différents réseaux ferroviaires européens.

Le projet garantira la continuité de la liaison ferroviaire à grande vitesse Séville-Almeria, en plus de fournir des correspondances essentielles vers le sud de l’Espagne. En fait, la nouvelle ligne fera partie du réseau ferroviaire à grande vitesse pour la péninsule ibérique, en formant le carrefour ferroviaire de l’Andalousie, l’un des axes prioritaires du programme RTE-T. La ligne Antequera-Grenade viendra par ailleurs compléter le projet de ligne à grande vitesse Cordoue-Malaga, les deux axes étant reliés à la jonction de Bobadilla.

Le projet prévoit de vastes travaux d’infrastructure comprenant des travaux de terrassement et de drainage, des tunnels et la construction de structures ferroviaires, ainsi que le rétablissement des services et des servitudes. La construction de liaisons transversales permettra également à la ligne d’être traversée par des routes. Le projet aboutira à la création d’une double voie à grande vitesse pouvant accueillir des trains capables d’atteindre une vitesse maximale de 300 km/h.

La technologie à l’honneur

Les objectifs du projet incluent la réduction de la durée du trajet et l'augmentation de la sécurité ferroviaire à travers l'exploitation des technologies de pointe dans le domaine de la gestion du trafic et des systèmes de conduite automatisée. Le but est d'accroître la compétitivité des transports pour les personnes voyageant entre Madrid et le sud de l'Espagne, et en particulier celles voyageant depuis des villes situées sur le trajet, telles que Cordoue, Séville et Malaga.

La diminution de la durée du trajet permettra de renforcer la cohésion entre les régions espagnoles tout en favorisant ultérieurement le développement des régions autrefois isolées par une zone montagneuse. Les bienfaits environnementaux seront également au rendez-vous car le projet s’accompagnera de réductions tangibles de la consommation de carburant, des émissions de gaz à effet de serre, de la pollution acoustique et atmosphérique.

Stimulation de l’emploi

Au cours de la phase de réalisation, ce projet apportera du travail à 2 500 personnes. On prévoit la création de plus de 700 emplois une fois la ligne devenue opérationnelle. À la conclusion du projet, deux entreprises publiques prendront en charge la gestion de l'infrastructure. Administrador de Infraestructuras Ferroviarias (ADIF) s’occupera ainsi de la gestion, de l’administration et de la construction publiques de l’infrastructure ferroviaire, tandis que Renfe-Operadora assurera les services ferroviaires.

Coût total et participation UE

Le projet «Ligne ferroviaire à grande vitesse Antequera-Grenade – Phase de la plateforme 1» dispose d’un budget éligible total de 405 791 723 EUR. La contribution du Fonds de cohésion et du Fonds européen de développement régional s’élève à 324 633 379 EUR pour la période de programmation 2007-2013.

Date de rédaction

01/01/2007