Transport ferroviaire à grande vitesse en Castille-et-León

Une ligne ferroviaire à grande vitesse sera construite entre Venta de Baños, Palencia et León afin d’assurer la continuité du transport sur la ligne à grande vitesse Madrid-Valladolid.

Autres outils

 

La ligne à grande vitesse, qui s’étendra sur environ 93 km, permettra également de relier le Nord et le Nord-Ouest de l’Espagne et, en particulier, les voies d’accès à León et aux Asturies. La durée de trajet entre Madrid et León sera réduite jusqu’à deux heures, environ, par rapport au temps de trajet sur la ligne conventionnelle actuelle.

Phase I: ouvrir la voie

La ligne ferroviaire, qui fait partie d’un axe important dans le cadre de l’interopérabilité du rail à grande vitesse dans la péninsule ibérique, sera constituée d’une double voie électrifiée à écartement international (UIC, Union internationale des chemins de fer).

Le projet a été subdivisé en quatre phases distinctes, dont seule la première est couverte par cette partie du financement. Cette étape prévoit des mesures visant à préparer les travaux de construction: terrassement, structures et tunnels, garantir le droit de passage, construction de liaisons transversales afin d’assurer une connexion de la ligne avec le réseau routier, et travaux de drainage.

L’ensemble du projet a été divisé en huit sections: Grijota-Becerril Campos; Becerril Campos-Valle Retortillo; Valle Retortillo-Pozo Urama; Pozo Urama-Río Cea; Río Cea-Bercianos Real Camino; Bercianos Real Camino-Santas Martas; Santas Martas-N601 et N601-Palanquinos.

Castille-et-León : en route vers le succès

Les habitants des provinces traversées par la ligne à grande vitesse tireront profit du projet à différents niveaux.

En réduisant à ce point la durée de trajet entre Madrid et León, le projet favorisera la structure socio-économique de la communauté autonome de Castille-et-León lorsque la ligne sera installée à Palencia et à León, ce qui permettra de réaménager le territoire de ces villes. Le projet aura également un impact considérable sur la région en termes d’emploi, étant donné que 1 847 postes seront directement créés au cours de la phase de mise en œuvre.

Par ailleurs, les technologies de pointe dans le domaine de la gestion du trafic et les systèmes de conduite automatisée des trains permettront de renforcer la sécurité du transport ferroviaire.

En outre, le projet contribuera à la durabilité de l’environnement, étant donné qu’il rendra le transport ferroviaire plus attractif, ce qui réduira considérablement la consommation de carburant, les émissions de gaz à effet de serre, les nuisances sonores, la pollution atmosphérique, etc.

Date de rédaction

10/10/2011