Une nouvelle gare ferroviaire au cœur des réseaux de transport

Une gare ferroviaire moderne adaptée à différents systèmes de trains (urbains, régionaux et longue distance) va être construite à Barcelone afin de permettre aux passagers de passer facilement d’un système à l’autre.

Autres outils

 

Le nouveau centre sera situé à Prat de Llobregat, près de l’aéroport international de Barcelone El Prat. L’endroit est idéal pour relier les nombreux réseaux de la région, notamment le réseau ferroviaire longue distance à grande vitesse, le métro (L1 et L9) et le transport aérien. D’ici 2013, le nombre d’utilisateurs potentiels par an devrait passer de 1,4 million (2010) à 8,4 millions.

Utilisation rationnelle du transport

Le principal objectif de ce grand projet est d’accroître l’utilisation du transport en commun et d’encourager l’utilisation rationnelle des voitures particulières. Pour y parvenir, la gare disposera d’une vaste zone de stationnement souterraine afin qu’il soit plus aisé de passer du véhicule privé au transport public. D’ici 2025, 17 millions de personnes devraient utiliser la gare, notamment les voyageurs de la ligne ferroviaire à grande vitesse Madrid - Barcelone - frontière française. Le projet devrait également contribuer à redynamiser une ancienne zone industrielle inutilisée et stimuler l’emploi, grâce à 940 emplois directs créés lors de la phase de construction.

Le projet s’inscrit dans la droite ligne des stratégies européennes prévues dans les livres blancs «Revitaliser les chemins de fer» et «Un réseau à grande vitesse pour les passagers ». Le projet contribue à la stratégie «Intermodalité pour les personnes» puisqu’il s’agit d’un centre intermodal, où plusieurs modes de transport sont reliés, ainsi qu’à la stratégie «Rationalisation du transport urbain» grâce à sa situation urbaine et aux connexions que le nouveau centre créera entre les modes de transport urbains comme le métro, les bus, les taxis et les voitures privées.

Capitaliser sur l’approche verte

Le nouveau centre contribuera à la réduction de l’utilisation du transport routier et du niveau de pollution environnementale. Les trois objectifs principaux sont l’accessibilité, la mobilité durable et l’économie des ressources énergétiques. D’après les études, 2,91 millions d’euros seraient économisés en temps de voyage et 1,04 million d’euros en énergie, ce qui contribuerait à un système de transport plus propre et plus efficace et à une meilleure qualité de vie des habitants. Qui plus est, une réduction des accidents devrait permettre d’économiser environ 700 000 euros.

Date de rédaction

10/10/2011