Une nouvelle station de pompage et de turbine contribue à améliorer les systèmes d’irrigation et la sécurité de l’approvisionnement en eau

Une énergie hydroélectrique renouvelable, moins d’érosion du lit du fleuve et plus d’eau pour l’irrigation et la consommation humaine dans le bassin du Guadalquivir, notamment durant les mois traditionnellement chauds de l’été, figurent parmi les bénéfices de ce projet majeur en Andalousie.

Autres outils

 

Divers avantages sont liés au projet de construction d’une station de pompage et de turbine au pied du barrage de la Breña II, ainsi que d’un canal de collecte de l’eau long de 2 650 mètres.

Les eaux hivernales répondent à la demande estivale

Le projet porte principalement sur la construction d’une station de pompage et de turbine, ainsi que de canalisations et d’autres éléments entre le fleuve Guadiato (près de son point de confluence avec le Guadalquivir) et le réservoir de la Breña II. Une fois achevé, ce système pompera le volume hivernal excédentaire du Guadalquivir déversé dans le réservoir destiné à l’irrigation pendant l’été. L’eau du réservoir alimentera également une turbine, rétablissant ainsi l’équilibre énergétique du système.

Cette station générera jusqu’à 50 m3/s grâce à huit pompes et disposera également de deux turbines d’une puissance totale de 34 MW environ. Le canal de collecte de l’eau de 2 650 mètres de long passera entre la station de pompage et de turbine et le point de confluence des fleuves Guadalquivir et Guadiato.

Point de départ de la modernisation des systèmes d’irrigation

Les bénéficiaires de ce projet seront les quelque 21 000 riverains et irrigateurs du bassin du Guadalquivir, une région traditionnellement exposée aux pénuries d’eau dues à l’absence de régulation. Ce projet permettra d’accroître la sécurité de l’approvisionnement, tout en encourageant la modernisation des systèmes d’irrigation existants (avec les économies d’eau qui en découleront) sans devoir étendre les zones d’irrigation.

Le projet montre également qu’une planification et construction scrupuleuses peuvent contribuer à la viabilité de l’environnement, dans le cas présent grâce à la production d’une énergie hydroélectrique renouvelable, à la diminution de l’exploitation des aquifères locaux, à la réduction du risque de salinisation et de l’érosion du lit du fleuve.

Augmentation des revenus agricoles et des emplois

On estime qu’entre 2007 et 2036, le projet produira des bénéfices substantiels en ce qui concerne les tarifs appliqués à l’approvisionnement supplémentaire en eau et l’augmentation des revenus agricoles découlant de l’amélioration de l’approvisionnement en eau. Ce projet devrait également créer directement cent emplois pendant la phase initiale de construction et de développement, et dix emplois supplémentaires dès que la station sera pleinement opérationnelle.

Date de rédaction

28/09/2011