Un corridor méditerranéen à grande vitesse (Madrid, côte Est)

L’une des lignes ferroviaires à grande vitesse les plus récentes d’Europe sera prochainement mise en service: elle reliera Madrid à la côte Est de l’Espagne, face à la Méditerranée. Son exploitation permettra de réduire sensiblement les temps de parcours à l’échelle locale et d’améliorer les correspondances entre des régions relativement distantes. Elle devrait aussi encourager ceux qui chaque jour prennent leur voiture pour aller travailler, à préférer le train, plus respectueux de l’environnement.

Autres outils

 

Le projet «Línea de Alta Velocidad» comporte deux phases opérationnelles. À partir de 2010, à la fin de la première phase, les trains relieront Madrid à Albacete à une vitesse de 300 km/heure, voire plus. Une fois la ligne à grande vitesse totalement terminée, en 2012, ils relieront la capitale espagnole à la ville de Murcie et à la ville côtière de Valence à pleine vitesse sur tout le trajet.


Développement du réseau


Au cours des dernières décennies, l’Espagne s’est employée à améliorer son réseau ferroviaire et à le rendre compatible avec le réseau européen à grande vitesse en pleine expansion. D’ici 2010, elle aura créé plus de 2 200 kilomètres de ligne à grande vitesse, ce qui en fera un leader mondial dans ce domaine.


Le projet «Línea de Alta Velocidad», aussi connu sous le nom de «Levante Line» ou «Corridor Madrid-Côte Est», s’inscrit dans le cadre de cet effort national en faveur du rail. Il est placé sous l’égide de quatre communautés autonomes: Madrid, Castilla-La Mancha, Valence et Murcie.


Les nouvelles infrastructures comprennent 22 sous-sections de ligne à grande vitesse entre Madrid et la côte Est. Le chantier consiste essentiellement à faire du terrassement, à placer les nouveaux rails et à construire des tunnels, des viaducs et des structures de drainage. Un soin tout particulier a été apporté à la protection des habitats naturels fragiles le long de la ligne.


La nouvelle ligne a été conçue pour pouvoir accueillir les trains internationaux à grande vitesse, dont l’écartement est moins élevé que celui de la plus grande partie du réseau espagnol normal. Au total, ce chantier porte sur une longueur de 221 kilomètres, dont 24 kilomètres de tunnel.


Des trajets plus rapides et plus faciles


La nouvelle ligne donnera aux capitales provinciales de Castilla-La Mancha un accès nettement meilleur aux trains à grande vitesse, et rapprochera Murcie de la capitale espagnole. Les habitants de toutes les villes situées le long de son parcours verront leur temps de parcours se réduire considérablement. Ainsi, le temps de trajet entre Madrid et Valence diminuera de plus de moitié, de 202 à 90 minutes. Cela devrait faciliter la vie des navetteurs et attirer plus de touristes dans cette région de l’Espagne.


Il est prévu de rénover plusieurs gares de la ligne pour les mettre aux normes actuelles, notamment Cuenca, Albacete, Valence, Alicante, Elche et Murcie.


Le projet a également eu un impact positif majeur sur l’emploi local. Lors de la phase de mise en œuvre, quelque 14 500 personnes ont participé à la planification, à la gestion et à la construction. La phase d’exploitation devrait créer quelque 1 170 emplois.

Date de rédaction

01/01/2007