Des déplacements plus rapides, facilités par une liaison ferroviaire le long de la côte

Les déplacements en train à grande vitesse dans le sud-ouest de l'Espagne sont sur le point de devenir réalité. Un projet est actuellement en cours pour construire une nouvelle portion de 70 km de voies ferrées, destinée à accroître la capacité et à réduire les temps de trajet entre les provinces de Séville et Cadix.

Autres outils

 

Les travaux concernent essentiellement les voies et l'infrastructure et comprennent la construction de quatre gares ferroviaires, la plus importante étant celle de l'aéroport de Jerez de la Frontera. L'objectif est de moderniser une section de la ligne Séville-Cadix, afin qu'elle puisse accueillir des trains roulant à une vitesse de 200 à 220 km/h. Ce projet relève de l'initiative européenne en faveur d'un réseau transeuropéen de transport (RTE-T) élargi pour une interopérabilité ferroviaire à grande vitesse dans la péninsule Ibérique.

70 km de nouvelles voies

L'objectif général concernant la ligne qui relie Séville et Cadix est de moderniser et achever le réseau ferroviaire à grande vitesse en Andalousie. Cela améliorera les liaisons entre certaines des principales villes de la région et renforcera les connexions avec le reste de l'Espagne et de l'Europe.

Les travaux sur la ligne reliant Séville à Cadix se répartissent en quatre sections. La section trois, qui va d'Utrera à l'aéroport de Jerez, est elle-même divisée en plusieurs sous-sections. Il s’agit de : Utrera-Las Cabezas de San Juan; Las Cabezas de San Juan-Lebrija; Lebrija-El Cuervo; El Cuervo-Aéroport de Jerez; et la gare ferroviaire de l'aéroport de Jerez. Chaque section et sous-section constitue une unité indépendante, tant sur le plan technique qu'économique.

Dans le cadre de la section trois, un petit peu moins de 70 km de voies ferrées à grande vitesse seront construits entre la ville d'Utrera et la ville de Jerez de la Frontera. Les travaux spécifiques comprennent la construction de l'assiette de la voie, la double voie, l'électrification et les installations sur toute la longueur de cette ligne. Une nouvelle gare ferroviaire sera également construite à l'aéroport de Jerez de la Frontera, situé à quelque huit kilomètres au nord-est de la ville.

Des avantages pour trois millions de personnes

Une fois achevé, le projet aura donné naissance à quatre nouvelles gares, 10 viaducs, 19 passages supérieurs et 11 passages inférieurs. Les trains seront en mesure de rouler à une vitesse de 200 à 220 km/h, grâce à des améliorations telles que le renforcement des voies et la réduction du nombre de passages à niveau. Le doublement de la voie entre Dos Hermanas et Cadix améliorera également la capacité de la ligne, réduisant les temps de trajet et améliorant la régularité.

Entre 2008 et 2038, le projet devrait engendrer d'importantes économies en termes de temps pour les passagers et réduire la consommation de carburant. Cela contribuera également à la durabilité environnementale, grâce à une réduction notable du bruit et de la pollution liés aux déplacements ferroviaires dans la région.

Près de trois millions de personnes devraient bénéficier de ce projet, en particulier les habitants de Séville, Jerez de la Frontera et Cadix. Quelque 540 emplois devraient être créés pendant la phase de mise en œuvre et plus de 250 une fois que la nouvelle ligne sera pleinement opérationnelle.

Coût total et participation UE

Le projet «Ligne à grande vitesse Séville-Cadix : section entre Utrera et Jerez» bénéficie d'un budget total éligible de 264 696 000 EUR, le Fonds européen de développement régional contribuant à hauteur de 149 497 000 EUR pour la période de programmation 2007-2013.

Date de rédaction

01/01/2007