Une usine de dessalement change la méthode de production d’eau

Une usine de dessalement d’une capacité de production de 80 000 m³/jour d’eau désalinisée sera construite pour répondre à la demande en eau actuelle et future dans l’arrondissement de Marina Baja et dans le nord d’Alicante.

Autres outils

 

Le régime des précipitations dans cette région étant incertain, ce projet en deux phases garantira aux entreprises et aux habitants un approvisionnement suffisant en eau propre, contribuant par là à une amélioration de la santé et stimulant davantage le développement socioéconomique de la région, notamment grâce à la création de 13 emplois directs une fois l’usine terminée et opérationnelle.

Les pénuries appartiendront bientôt au passé

Les principaux objectifs du projet sont de faire face aux besoins en eau, de garantir un accès à une eau de qualité, de promouvoir la protection et la régénération de l’environnement aquatique, d’encourager les méthodes qui impliquent une consommation rationnelle de l’eau, de venir à bout des pénuries d’eau qui mettent en péril la croissance économique de certaines régions, et d’adapter la législation nationale aux normes européennes qui visent à améliorer la viabilité environnementale et économique.

Les perturbations rencontrées en matière de disponibilité des ressources en eau ont été le principal élément déclencheur à l'initiative de ce projet, qui fait partie d’un plan espagnol (A.G.U.A.) visant à garantir un approvisionnement en eau plus durable: les nouvelles technologies remplaceront en partie les transferts à partir d'autres bassins hydrographiques et les extractions des rares sources souterraines. Le projet de dessalement bénéficiera avant tout aux communes de Mutxamel et El Campello, et dans une moindre de mesure aux communes de San Vicente de Raspeig et de San Juan de Alicante.

Des conduites de grande capacité

L’usine sera construite en deux phases: la première inclut les travaux de génie civil, et a pour finalité d’équiper l’usine de cinq lignes (50 000 m³/jour); la seconde est axée sur la construction de trois autres lignes, avec l’objectif d’atteindre une capacité de 80 000 m³/jour.

Le captage de l’eau de mer, qui devrait s'élever à 113 886 m³/jour durant la première phase et à 182 200 m³/jour dans la seconde, se fait par prélèvement direct à l’aide d’un caisson en béton. L’eau captée est alors dirigée dans des canalisations, suivant le principe des vases communicants, vers un réservoir couvert situé au niveau du sol à partir duquel l’eau de mer est pompée pour être traitée dans l’usine de dessalement.

L’usine traitera l’eau de mer par osmose inverse à l’aide de huit lignes de traitement; prétraitement chimique et physique, osmose inverse et post-traitement compris. Au total, ce sont cinq bâtiments qui seront construits pour abriter ces installations.

Date de rédaction

09/03/2011