Régler un problème majeur de déchets, c’est bon pour la santé et l’environnement

Un système intégré de gestion des déchets solides à la pointe de la technologie est sur le point d’être mis en service dans le Sud-Est de la Roumanie. Une fois opérationnel, ce système, qui profitera à plus de 390 000 personnes, permettra de réduire le nombre de décharges illégales et de sites d’enfouissement dans la région tout en augmentant le taux de recyclage des déchets.

Autres outils

 

Ce système, qui dessert l’ensemble du département de Vrancea, prévoit notamment l’utilisation d’équipements modernes de collecte des déchets solides. Il a aussi pour objectif de sensibiliser l’opinion pour réduire le volume de déchets et d’encourager la population à trier davantage ses déchets afin d’isoler les déchets recyclables.

Le grand nettoyage

Placé sous la direction du Conseil départemental de Vrancea, l’objectif principal de ce projet de gestion intégrée des déchets solides est de fermer les décharges rurales et les sites d’enfouissement urbains de la région, qui sont disgracieux et source de pollution des nappes phréatiques. Le département a reçu des nouveaux équipements – dont des conteneurs et des véhicules – de collecte des déchets solides des particuliers, des commerces, des industries et des administrations. Par ailleurs, la construction de trois stations de transfert et de six déchetteries est en cours.

Une nouvelle décharge régionale est en chantier. Elle sera équipée pour traiter les produits dérivés des déchets, tels que le lixiviat (les eaux qui s’écoulent de la décharge) et le gaz. Le site pourra trier 15 000 tonnes de déchets solides par an et produira autant de compost.

Il est également prévu de fermer et recouvrir trois sites d’enfouissement et d’en dépolluer deux en milieu urbain et de fermer, dépolluer ou réhabiliter 200 décharges en milieu rural. Bon nombre de ces sites seront gazonnés.

Un plus pour l’emploi et l’environnement

Ce projet permettra de traiter les déchets mixtes de toute la population urbaine et de 90% de la population rurale. Il devrait créer 200 emplois durant la phase de mise en service, puis d’exploitation. Il mettra aussi le système de gestion des déchets solides du département aux normes européennes les plus strictes, comme le prévoient les obligations d’adhésion de la Roumanie à l’UE (2007).

Ce nouveau système de gestion des déchets solides permettra non seulement de réduire les risques sanitaires liés aux décharges illégales, mais aussi d’améliorer l’environnement, de réduire le volume de déchets produits et d’accroître l’attractivité du département tout entier aux yeux d’investisseurs potentiels. Le biogaz généré sur les sites sera recueilli, puis vendu, avec à la clé une contribution à la réduction des émissions locales de gaz à effet de serre.

Date de rédaction

01/01/2007