Le réseau ferroviaire roumain rattrape son retard

Une ligne ferroviaire de 41,185 km parcourant l’ouest de la Roumanie va être rénovée, permettant un transport plus rapide et plus confortable des voyageurs et un transport de marchandises plus efficace.

Autres outils

 

Le tronçon visé par ce projet court entre la frontière romano-hongroise et le kilomètre 614. Ce projet s’inscrit dans le cadre du réseau transeuropéen de transport, baptisé RTE-T, d’où son importance pour le transport européen et pour le transport local. Grâce à ces travaux de modernisation, les vitesses maximales des trains de voyageurs et de marchandises pourront atteindre respectivement 160 km et 120 km, et la ligne sera mise en conformité avec les normes européennes et internationales.

Une modernisation profitable à tous

Ces améliorations apporteront davantage de sécurité et de confort aux voyageurs et réduiront la durée des trajets, incitant dès lors les citoyens à voyager en train. Elles feront aussi des services de fret une option logistique plus attractive.

S’il est vrai que la modernisation de cette ligne ferroviaire profitera aux touristes et aux visiteurs se rendant dans l’ouest de la Roumanie, elle servira avant tout les habitants et les entreprises de la région, et plus particulièrement ceux établis dans le Comté d’Arad. Outre l’amélioration du voyage en train à proprement parler, le projet devrait également créer quelque 333 emplois dans la région.

Une totale remise à neuf

Pour mettre aux normes le tronçon ferroviaire reliant la frontière au kilomètre 614, il sera nécessaire de restaurer intégralement les voies, en ce compris les rails, les traverses et le ballast. Là où il n’existe qu’une seule voie, une deuxième sera éventuellement construite. Quatre gares seront également rénovées. 91,99 % de la voie ferrée seront ainsi amenés à un niveau suffisant pour permettre des vitesses maximales de 160 km pour les trains de voyageurs et de 120 km pour les trains de marchandises.


Date de rédaction

23/10/2012