Modernisation de l’industrie chimique portugaise

Grâce à de nouveaux investissements, les habitations, les hôpitaux et les industries portugais pourront être approvisionnés en gaz industriels vitaux.

Autres outils

 

Tout en créant 250 emplois temporaires et 30 emplois à long terme, le projet modernisera les structures de production et stimulera le commerce local.

Une activité ancestrale fait son entrée dans le 21e siècle

La Sociedade Portuguesa de Ar Líquido a été fondée en 1923. Pionnière dans son domaine, elle fut la première société portugaise à vendre de l’oxygène et d’autres gaz industriels. Aujourd’hui, les produits de la Sociedade Portuguesa de Ar Líquido sont présents dans presque tous les secteurs de l’industrie portugaise, principalement dans les hôpitaux et les sociétés de soudage. 74 % du capital de la société sont à présent entre les mains du groupe français Air Liquide International. Elle compte actuellement 240 salariés, plus de 35 000 clients et 70 distributeurs. Elle est considérée comme leader sur ce marché, avec un chiffre d’affaires annuel d’environ 75 millions d’euros.

Les nouveaux investissements, financés par le biais du Fonds européen de développement régional, permettront de moderniser et de développer ses sites de production et, partant, de renforcer la compétitivité de la société et de l’ensemble de l’industrie chimique portugaise. Le projet a été jugé conforme à toutes les lois relatives aux aides d’État et à la protection de l’environnement. Une fois achevé, le chiffre d’affaires de la société devrait atteindre près de 800 millions d’euros.

Les travaux

Le projet consiste essentiellement à moderniser les usines et les équipements, et à fournir une assistance technique. Les processus de construction ne seront pas financés au titre de ce programme. La fourniture d’équipements et les services de maintenance seront toujours confiés à des entreprises locales.

La modernisation et l’expansion des installations de la Sociedade Portuguesa de Ar Líquido sont au cœur du projet. La plupart sont situées dans la ville d’Estarreja, au centre du Portugal, et quelques-unes ont été implantées dans la ville toute proche de Vila Velha de Ródão.

Les équipements industriels d’Estarreja servent à produire du monoxyde de carbone (CO) et de l’hydrogène (H2), tous deux nécessaires à la production du diisocyanate de méthylènediphényle (MDI) et de l’aniline (C6H5NH2). Un nouveau reformeur de méthane à la vapeur sera installé de manière à réduire l’utilisation de naphta issu de pétrole.

Les investissements consacrés à la réduction de l’impact environnemental du projet représenteront 4 % du total des coûts. Toutes les activités feront l’objet d’un suivi étroit afin de s’assurer qu’elles n’entraînent pas de réduction d’emplois à long terme.

Au final, la modernisation de cette société portugaise de produits chimiques devrait stimuler l’investissement et l’innovation, et augmenter la production.


Date de rédaction

23/10/2012