Une université accueille de nouvelles installations consacrées à la chimie et à la biologie

Ce projet s’attache à transformer l’université de Gdańsk en une université du futur, grâce à 52 000 m² de bâtiments de pointe destinés à ses départements chimie et biologie.

Autres outils

 

Les étudiants et enseignants se verront ainsi offrir davantage de places et de postes et auront accès aux dernières technologies pédagogiques, notamment à des cyberformations.

Un nouveau départ pour l’ancien campus

L’état de délabrement des infrastructures de ces départements a entraîné une baisse de qualité des services pédagogiques et par conséquent une diminution de l’intérêt manifesté par les étudiants et les enseignants à leur égard. C’est pourquoi le principal objectif du projet vise à renforcer la position de l’université de Gdańsk en donnant naissance à un centre pédagogique et scientifique dynamique, au rayonnement européen. L’université de Gdańsk sera chargée de mettre en œuvre et de gérer ces nouvelles infrastructures, qui seront situées sur le campus d’Oliwa (qui sera rebaptisé « campus balte »). Ce projet global prévoit une infrastructure TIC moderne, de nouveaux équipements pédagogiques et scientifiques, des outils pédagogiques interactifs, un accès Internet haut débit et une couverture Wi-Fi.

Un environnement prêt à relever les défis du monde moderne

Le bâtiment du département biologie (d’une surface totale d’environ 23 300 m²) sera doté de deux ailes à quatre niveaux et d’une aile à cinq niveaux, reliées entre elles par un hall commun. Il comportera également deux auditoriums, trois amphithéâtres, soixante et onze laboratoires et trente-huit salles réservées aux travaux spécialisés, ainsi que des serres réservées à un usage pédagogique. Le bâtiment sera équipé de systèmes d’air conditionné et de ventilation (notamment de filtres bactériologiques), d’une installation de vide, d’équipements à air pressurisé et à eau distillée, d’équipements audiovisuels, d’un système de contrôle des accès et de réseaux informatiques et techniques distants.
S’agissant du département chimie (d’une surface totale d’environ 28 600 m²), les deux installations pédagogiques et scientifiques nouvellement construites seront reliées par un passage. Au total, ce département sera doté de cinq auditoriums, dix-huit amphithéâtres, vingt-deux laboratoires, deux salles réservées aux travaux spécialisés et dix-huit salles informatiques. Une zone en accès restreint regroupera des laboratoires spécialisés, occupant près de 4 000 m². Par ailleurs, un hall technique sera construit pour abriter les activités de génie chimique et d’ingénierie de l’environnement.

De meilleures perspectives pour tous

Les principaux bénéficiaires de ce projet seront les jeunes : le nombre d’utilisateurs directs devrait atteindre les 1 650 personnes d’ici 2015 (85 nouvelles places). Indirectement, le corps des enseignants et chercheurs actuels (201 personnes) en bénéficiera également : ceux-ci auront accès à des installations de meilleure qualité et quatre postes d’enseignement seront créés.

Date de rédaction

07/02/2011