La centrale électrique souhaite réduire ses émissions de dioxyde de soufre (SO2)

Produisant 11 % de l’électricité du pays, la centrale électrique de Kozienice constitue l’une des plaques tournantes du réseau électrique national.

Autres outils

 

Une vaste centrale au charbon située au centre-sud de la Pologne installera prochainement une nouvelle unité de désulfuration de gaz d’échappement dans le but d’étendre la production énergétique et se conformer aux normes européennes en matière d’émission.

Deuxième plus grande centrale électrique polonaise

La centrale de Kozienice est la deuxième plus grande centrale électrique de Pologne et la plus grande centrale au charbon en termes de capacité installée. Elle projette d’ajouter une nouvelle unité de désulfuration de gaz d’échappement afin d’épurer les gaz d’échappement de l’un de ses générateurs de 500 mégawatts (MW). Ces travaux permettront de ramener les émissions de SO2 de cette unité sous le seuil des 200 milligrammes/m3.

La centrale électrique, située dans le village de Świerże Górne, à 80 km au sud de Varsovie et à 13 km au nord de Kozienice, utilise déjà deux unités de désulfuration de gaz d’échappement, mais une d’entre elles seulement peut être utilisée par les unités 9 et 10, soit deux de ses générateurs de 500 MW. La nouvelle installation de désulfuration se destine à l’unité 10 et permettra aux deux générateurs de 500 MW de tourner à pleine puissance sans dépasser les limites autorisées en matière d’émissions de SO2. Ces travaux permettront également à la centrale d’atteindre un taux de concentration des émissions de SO2 inférieur aux unités de désulfuration existantes.

Le problème du dioxyde de soufre

Le dioxyde de soufre, un gaz émis lors de la combustion du charbon, contribue à la formation de pluies acides et à la pollution par particules en suspension et représente donc une menace importante pour la santé humaine. Une surexposition au dioxyde de soufre provoque des inflammations et des irritations, des brûlures aux yeux, de la toux, des difficultés respiratoires et des symptômes d’oppression thoracique. Les personnes souffrant d’asthme et de maladies cardio-vasculaires et pulmonaires sont particulièrement exposées.

Parallèlement au dioxyde de soufre, la nouvelle unité permettra également de réduire les émissions d’autres agents polluants nocifs dont la poussière de charbon, le fluorure d’hydrogène, le chlorure d’hydrogène et le mercure.

Des avantages mesurables

La nouvelle unité utilisera la méthode de captage au calcaire par voie humide pour nettoyer les gaz d’échappement. Cette technologie est la plus appropriée aux grandes centrales électriques. Le bénéfice net de l’investissement se traduira par une réduction des émissions de SO2 de plus de 20 000 tonnes par an et par une réduction des émissions de poussières de charbon de plus de 200 tonnes par an.

Coût total et financement UE

Le projet «Construction of flue gas desulphurisation system IOS III for the block nr. 10 – 500 MW in the Kozienice power station» (Construction d’une installation de désulfuration de gaz d’échappement IOS III pour l’unité n° 10 – 500 MW à la centrale électrique de Kozienice) bénéficie d’un budget total éligible de 61 000 521 EUR, le Fonds européen de développement régional contribuant à hauteur de 5 565 604 EUR pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

10/07/2012