Un centre de nano- et de biotechnologie en Basse-Silésie

La recherche de haut niveau en biotechnologie et en nanotechnologie suit son cours en Basse-Silésie, grâce à la création d’un nouveau centre destiné à renforcer la coopération avec des entreprises intéressées par la mise en œuvre et la commercialisation de ses résultats.

Autres outils

 

Le Centre de Basse-Silésie pour la recherche sur les matériaux et biomatériaux (DCMiB), à Varsovie, accueillera le programme NanoMat de recherche en nanotechnologie et le programme Biomed axé sur la biotechnologie. Tous deux joueront le rôle de plateformes de recherche interdisciplinaire.

Établissement de contacts avec des secteurs industriels

Le projet Dolnośląskie Centrum Materiałów i Biomateriałów (DCMiB) vise à encourager la coopération universitaire et à établir des contacts avec les secteurs industriels par le biais d’une analyse des besoins actuels et futurs en matière de haute expertise technologique. Les résultats du projet seront exploités par d’autres centres de recherche scientifique et les laboratoires seront mis à la disposition d’utilisateurs externes. L’analyse se concentrera sur la recherche sous contrat et sur l’exploitation de solutions innovantes pour les entreprises et la recherche.

DCMiB vise à renforcer la coopération avec des entreprises intéressées par la mise en œuvre et la commercialisation de ses résultats. Le centre réalisera une analyse constante du marché afin de déterminer les besoins scientifiques et commerciaux liés aux résultats de ses travaux.

Il attirera des jeunes scientifiques motivés, des scientifiques chevronnés et des techniciens qualifiés provenant de Pologne et d’autres pays.

Des laboratoires spécialisés, entièrement équipés

Le projet prévoit la construction d’une superficie totale supérieure à 23 000 m2, sur les 5,5 ha du site de Kampus Pracze. Ces locaux contiendront un espace réservé aux laboratoires, des bureaux, des équipements sociaux, des salles de séminaire et de conférence, ainsi que des installations techniques.

Les laboratoires seront organisés en unités et seront dotés, d’ici 2013, de l’équipement nécessaire à la réalisation de recherches. Le projet comprend la création de trente laboratoires capables de fournir des services à l’industrie et à d’autres organisations de recherche.

Le projet est divisé en cinq phases: la construction des sites de laboratoires, l’achat de matériel, le recrutement et la formation du personnel, les procédures d’accréditation et la sensibilisation. Ces phases comprendront la réparation, la modification et la construction des bâtiments qui accueilleront les laboratoires de recherche dans des domaines tels que les composés chimiques, les surfaces et les solides. Ces laboratoires seront également utilisés pour des travaux en microscopie électronique (nanotechnologie).

D’autres laboratoires de nanotechnologie seront réservés à la recherche liée à la production de fibres optiques, au développement de la technologie micro-laser et à la fabrication de structures photovoltaïques. La recherche portera également sur des supports de médicaments et des marqueurs biologiques ciblés, ainsi que sur le diagnostic du cancer.

Date de rédaction

05/10/2011