Des eaux côtières à nouveau propres, pour longtemps

Les deux grands objectifs de ce projet sont l’amélioration de la qualité des eaux de baignade le long de la côte nord-est de Malte et le respect des directives européennes relatives aux eaux usées.

Autres outils

 

Ces investissements concernent la construction d’une nouvelle station d’épuration et d’une nouvelle station de pompage des eaux usées, ainsi que la rénovation d’une station de pompage existante et d’un exutoire sous-marin d'une longueur de 1 km, dont bénéficieront les habitants et les nombreux touristes qui séjournent sur l’île chaque année.

La fin des déversements des eaux usées dans la mer

Depuis plusieurs années, les eaux usées non traitées sont déversées directement dans certaines eaux côtières de Malte. Les nouvelles installations qui seront construites dans le cadre de ce projet permettront de traiter 82 % de tous les effluents générés, alignant ainsi Malte sur la réglementation européenne relative au traitement des eaux urbaines résiduaires. Le projet rétablira la qualité des eaux de baignade le long des 5 km de côte qui séparent Ricasoli de Marsascala. Pour ce faire, il mettra un terme au déversement des eaux usées directement dans la mer, supprimera toutes les odeurs nauséabondes et les risques sanitaires connexes, et augmentera la valeur résidentielle et récréative de la zone côtière située au nord-est de l’île, stimulant par là son potentiel touristique.

Les installations permettront de répondre aux besoins en matière de traitement des eaux usées des 320 000 personnes qui résident dans les zones portuaires au sud et au nord de l’île, et dans celles situées à l’est et à l’ouest, ainsi que des industries et des touristes qui séjournent dans ces zones. En termes d’emploi, ce projet entraînera la création de 80 emplois directs pendant les travaux, et de 20 emplois une fois les nouvelles installations de traitement des eaux usées établies et opérationnelles.

Des installations modernes pour une meilleure gestion de l’eau

On compte, parmi les grands éléments des travaux, la construction d’une nouvelle station d’épuration à Ta' Barkat l/o Xghajra et d'une nouvelle station de pompage à Rinella (Kalkara). Cette dernière sera équipée d’une génératrice de réserve afin d’éviter tout débordement en cas de coupure d’électricité. Une station de pompage existante à Xghajra sera également modernisée, et une nouvelle galerie de transport des eaux usées de 1,7 km de long reliant Rinella à Ta' Barkat l/o Xghajra sera construite, dans laquelle passeront environ 92 % des eaux usées qui doivent être traitées dans la nouvelle station d’épuration. Enfin, un nouvel exutoire sous-marin déversera les effluents traités à la station d’épuration, ainsi que les surcharges dues aux pluies d’orage. Il servira en outre de contournement d’évacuation vers la station pendant les situations d’urgence.

Une station autoalimentée

Une des principales caractéristiques de la station d’épuration est son système de digestion anaérobie des boues, qui est destiné à générer du biogaz. Selon les estimations, près de 50 % des besoins énergétiques de la station seront assurés par le méthane généré pendant la digestion des boues.

Date de rédaction

15/02/2011