Un nouveau chapitre dans la gestion des déchets et les décharges

Visant à protéger les eaux souterraines de surface et à prévenir la contamination des sols, ce projet impliquait la réhabilitation et la fermeture en Hongrie, dans la Transdanubie du Sud, de 89 anciennes décharges devenues obsolètes.

Autres outils

 

Les 426 000 habitants de la zone avoisinante font partie des heureux bénéficiaires; leur santé s’est vue améliorée grâce à une meilleure protection de l’air, de l’eau, de la flore et de la faune naturelles. La superficie totale des décharges réhabilitées atteint 809 000 m2.

Protection de l’homme et de la nature

Le «Projet de Mecsek-Dráva Gestion des déchets – Réhabilitation de décharges» a permis de diminuer la quantité de terres utilisées pour l’évacuation des déchets dans la région, tout en réduisant le risque environnemental inhérent aux décharges. Les sites ciblés étaient des décharges municipales de déchets solides techniquement inadaptées, fermées ou abandonnées et situées en Transdanubie du Sud. Quelque 313 municipalités étaient concernées, soit environ 165 610 ménages. En termes d’emploi local, 131 emplois temporaires ont été créés durant la phase de construction du projet, auxquels se sont ajoutés 12 emplois permanents.

Culture d’une nouvelle approche de la gestion des déchets

Sur les 64 décharges fermées, 58 ont subi une fermeture en une phase, les 6 autres faisant l’objet d’une fermeture en deux phases, d’abord temporaire puis définitive. La fermeture temporaire était nécessaire pour les décharges toujours soumises à une stabilisation des biodéchets. Quant à la fermeture définitive, elle est intervenue après stabilisation biologique, le gaz résultant de la stabilisation étant collecté via des systèmes de collecte de gaz. Des rigoles destinées à collecter les eaux de surface ont également été creusées aux endroits nécessaires.

Pour les 25 décharges restantes, qui étaient en contact direct avec la nappe phréatique supérieure ou pour lesquelles il existait un risque d’inondations ou d’infiltrations, les déchets ont dû être déterrés, triés par classe et, en fonction de leurs caractéristiques, transportés vers d’autres décharges plus sûres sur le plan environnemental. Avant leur transport, les déchets ont été triés, le métal vendu, les déchets dangereux (le cas échéant) traités/évacués ou soumis à toute autre opération appropriée et les déchets compostables, de construction et de démolition conservés sur le site. Les déchets résiduels ont pour leur part été transportés dans l’une des trois décharges isolées (Kökény, Sellye, Marcali) de la région.

Impacts surveillés de près

Durant les travaux de construction, toutes les mesures ont été prises conformément aux dispositions de la directive européenne «habitat» et de la législation hongroise relative à la protection des sites, habitats et espèces Natura 2000. Un système de monitoring a également été mis en place dans le cadre du projet. 94 puits de surveillance ont été creusés afin de contrôler la nappe phréatique, au moyen d’échantillons désormais prélevés sur une base annuelle. Dans une décharge, trois tuyaux de ventilation du gaz de décharge ont été installés. De plus, afin de mesurer le gaz de décharge, 30 puits de surveillance du gaz de décharge ont été construits, avec un échantillonnage désormais effectué deux fois par an.

Date de rédaction

20/09/2011