Limiter les inondations, nourrir la nature

Un énorme réservoir, couvrant près de 51 kilomètres carrés, devrait être construit dans le nord-est de la Hongrie. Il servira essentiellement à réduire le risque de dommages provoqués par les inondations autour du Someş.

Autres outils

 

La construction du réservoir Someş-Crasna s’inscrit dans le cadre des projets d’aménagement pour l’écrêtement des crues dans la vallée de la Tisza. À terme, ce réservoir, qui permettra une meilleure gestion de l’espace naturel local, devrait constituer l’un des composants principaux de ces projets.

Un nouveau réservoir

Le Someş prend sa source en Roumanie et ne traverse la Hongrie que sur une cinquantaine de kilomètres. Il est célèbre pour ses grandes variations de débit, qui ont régulièrement entraîné de fortes inondations dans des zones de peuplement, touchant tout particulièrement le bétail et les terres agricoles vulnérables.

En octobre 2008, la Hongrie a présenté un projet pour la construction d’un nouveau réservoir dans la région de la Grande Plaine septentrionale (Észak-Alföld). Ce projet fait partie du programme d’amélioration du plan Vásárhelyi (IVP), qui s’inscrit à son tour dans le cadre des projets d’aménagement du dispositif d’écrêtement des crues de la vallée de la Tisza. Cofinancé par le Fonds de cohésion, ce projet vise à réduire les inondations locales et à améliorer la gestion de l’espace naturel aux alentours du réservoir.

Il prévoit la construction d’un réservoir délimité par des digues et équipé de structures de prise d’eau et d’évacuation réglables. Le réservoir d’écrêtement Someş-Crasna sera établi sur la rive gauche du Someş, entouré de huit agglomérations d’importance. Il couvrira un peu plus de 51 kilomètres carrés; sa capacité de retenue maximum du réservoir sera de 126 millions de mètres cubes d’eau (soit une profondeur moyenne de 2,5 mètres). Entouré de digues, dont certaines sont déjà en place, il se situera quelque 114 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Le débit du dispositif de prise d’eau sera de 520 mètres cubes par seconde. Le débit général du réservoir sera contrôlé grâce à une structure de vannes à trois voies.

Disparition des fortes inondations

Ce projet devrait permettre de réduire notablement les crues, au bénéfice des 205 000 habitants de la région environnante. Les planificateurs espèrent également que cette structure permettra d’améliorer la gestion de l’espace naturel, en meilleure harmonie avec les conditions naturelles et en adéquation avec le programme de développement rural pour la période 2010-2014. Les retenues d’eau pourraient s’avérer utiles à l’environnement et servir à l’irrigation.

Le réservoir comprendra également des puits d’observation des nappes phréatiques et autres équipements d’observation, afin de surveiller la qualité et la quantité des eaux retenues dans le réservoir. Des mesures de surveillance de l’environnement permettront de veiller à la bonne protection des habitats naturels et semi-naturels locaux.

Date de rédaction

16/12/2010