Îlots, puces électroniques et compost: le nouveau visage de la gestion des déchets en Hongrie

Les zones rurales et urbaines de Közép-Dunántúl et Nyugat-Dunántúl, en Hongrie, disposent aujourd’hui d’un tout nouveau dispositif de gestion intégrée des déchets et de tri sélectif. L’objectif principal de ce nouveau système est une réduction de 25 % des déchets solides municipaux récoltés pour traitement en décharge d'ici 2020.

Autres outils

 
Vue du centre moderne de gestion des déchets de Győr. Copyright: MEDIUS Agency Vue du centre moderne de gestion des déchets de Győr. Copyright: MEDIUS Agency

«Ce projet bénéficiera aux générations futures grâce à un environnement plus durable.»
M. Barnabás Kovács, chef de l’unité d’exécution du projet

Quelque 260 000 habitants bénéficient aujourd’hui d’une nouvelle génération de tri, recyclage et gestion des déchets, qui permet de diminuer la pollution et les risques pour la santé, de protéger l’environnement et de créer des emplois.

Une couverture optimale

Le nouveau système se caractérise par un centre de prétraitement mécanico-biologique des déchets, une usine de recyclage traitant les déchets recyclables ayant fait l’objet d’un tri sélectif ainsi qu’une usine de compostage pour les déchets végétaux. À Veszprémvarsány et Vaszar, deux nouveaux centres de transfert ont été construits, tandis qu’à Győr-Sashegy, un centre pour la gestion des déchets a été mis en place.

Selon la législation hongroise, les poubelles portant un couvercle d’une couleur spécifique doivent faire l’objet d’un nombre minimal de ramassages par mois. Afin de contrôler le respect de cette règle, un système de puces électroniques a été élaboré dans le cadre du projet afin de promouvoir le tri sélectif mais aussi d'améliorer l'identification des clients. Chaque poubelle est équipée d’une puce électronique reprenant le code d’indentification du consommateur. Lorsqu’elle est vidée, la poubelle se trouve placée dans une certaine position, qui permet au détecteur placé dans le véhicule de ramassage d'enregistrer le code de la puce d’identification. Ce dernier envoie alors les données du ramassage à l'ordinateur central. Toutefois, si les consommateurs préfèrent recourir aux décharges mises à leur disposition pour la gestion des déchets, les exigences légales en matière de ramassage sont automatiquement adaptées. 

Tout au long du projet, une moyenne de 130 000 tonnes de déchets solides municipaux devraient être traités. Afin d’assurer le transport des déchets, 30 nouveaux camions de ramassage ont été achetés.

Une collaboration entre villes et campagnes

Dans la zone urbaine densément peuplée de Győr, le projet a mis en place 160 îlots à déchets ainsi que six décharges pour le tri des déchets recyclables. Un système de poubelles offrant deux conteneurs, l’un pour les déchets biodégradables, l’autre pour les déchets non triés, a été instauré.

De même, dans les zones rurales, 179 îlots, 36 décharges et un système de poubelles à double conteneur sont en place pour les déchets biodégradables, recyclables et non triés.

Le compost, autre composante à part entière du système, utilise quant à lui les déchets végétaux et biodégradables récoltés via le système à double conteneur et les conteneurs à compost domestiques. 

Pour un air plus propre

Grâce à une isolation appropriée des centres de traitement, les niveaux de pollution de l’air devraient connaître une diminution puisque les déchets biodégradables sont désormais déviés de la décharge. Une gestion efficace des flux et des centres de déchets a réduit la taille des zones nécessaires au dépôt des déchets, ce qui a débouché sur une réduction des risques sanitaires tant pour les hommes que pour les animaux.

Des sites Natura 2000 se trouvant à proximité, le projet a également pris soin de ne pas endommager les habitats ni les espèces.

En termes d’emploi, ce projet a permis de créer 65 nouveaux postes dans le cadre des opérations, et 140 emplois ont désormais reçu de nouvelles tâches. S’il n’a pas créé de nouveaux emplois sur le long terme, il a toutefois amélioré les conditions de travail en imposant des normes plus élevées.

Date de rédaction

09/09/2010