Du nouveau sur les routes de Hongrie

Le réseau autoroutier de la Hongrie du Sud est sur le point de faire un grand pas en avant, grâce à un important projet de construction qui facilitera et accélérera le transport des marchandises et des personnes.

Autres outils

 

L’autoroute M43 s’étend de Szeged à la frontière roumaine, à l’est. Le projet de tracé de l’autoroute, outre qu’il fluidifiera la circulation pour les véhicules hongrois et étrangers, apportera des avantages en termes d’emploi et d’environnement.

Réduire les distances

Reconnaissant l’importance de disposer d’un réseau routier plus efficace et de meilleure qualité, les autorités hongroises ont apporté leur soutien aux investissements dans le domaine des transports. Les avantages sont multiples : réduction du trafic transitaire, réduction du bruit et des émissions, amélioration de la sécurité, etc. Ils profiteront non seulement aux habitants de la région, mais également aux entreprises et au commerce international, au vu de la proximité des pays voisins.
L’autoroute M43 démarre au nord de Szeged en direction de l’est, contournant Szeged, Maroslele et Makó au nord, pour poursuivre vers Csanádpalota, sur la frontière roumaine. Cette section fait partie du corridor IV du réseau de transport transeuropéen (RTE-T). Une fois achevée, elle améliorera la circulation routière pour les passagers et marchandises passant par la Hongrie, sans parler des habitants de Szeged, de Makó et des autres agglomérations qui la longent. Au total, quelque 240 000 habitants vivent dans un rayon de 10 kilomètres autour de cette section d’autoroute.

Des liaisons intelligentes

Cet ouvrage ne se contente pas de relier deux points. En effet, il tient compte des structures routières, des entreprises et des installations existantes. Le tracé de l’autoroute croise la voie ferrée Szeged-Hódmezővásárhely et une route interurbaine, mordant sur le gisement de pétrole et de gaz naturel d’Algyõ. La construction d’une route sur des gisements d’hydrocarbures nécessite une planification attentive, notamment en ce qui concerne les intersections et le déplacement ou le remplacement des oléoducs, gazoducs et autres installations. Ce projet prévoit la construction d’un grand pont au-dessus de la Tisza, ainsi que cinq carrefours dénivelés. Une nouvelle route secondaire conduira également le trafic interurbain vers la route n° 43 en direction de Nagylak, du coté hongrois de la frontière avec la Roumanie.

Un coup de fouet pour l’économie et l’environnement

L’économie locale tirera profit de ce projet du point de vue de l’emploi. L’étape de mise en œuvre verra la création de quelque 1 800 emplois directs, d’une durée moyenne de trente mois, puis de trente autres emplois pendant l’étape opérationnelle.
La Hongrie s’est engagée à minimiser les incidences du projet sur l’environnement, à savoir les dommages directs sur près de 2 hectares et les dommages indirects sur une zone supplémentaire de près de 12 hectares, en prenant des mesures compensatoires, notamment des travaux de réhabilitation des habitats.

Date de rédaction

07/02/2011