Grèce: de nouvelles possibilités pour les citoyens et les entreprises

Cet important projet d’aménagement prévoit entre autres la construction d’une section de 37,5 km d’autoroute, de 7,7 km de déviations, de dix échangeurs et de routes secondaires.

Autres outils

 

À la clé pour la population et les entreprises locales: un système de transport routier plus rapide, de meilleures connexions avec les pays voisins et des conditions de développement plus favorables pour le commerce et l’industrie dans les zones frontalières ainsi que dans les zones rurales dans la région du fleuve Évros.

Un maillon supplémentaire dans la chaîne de transport

Grâce au projet, la route existante sera transformée en une section d’autoroute de 37,5 km après la construction de déviations à Provatonas et Kornofolias (d’une longueur totale de 7,7 km), de dix échangeurs (qui viendront remplacer ceux déjà en place) et de routes secondaires. En complément, certains réseaux routiers locaux seront réaménagés.

La section d’autoroute Ardanio-Mandra (37,5 km) s’intègre dans l’axe vertical Ardanio-Orménio (124 km) de la route d’Egnatia. Cet axe fait partie du corridor transeuropéen IX, reliant la route d’Egnatia (depuis Ardanio) à Orménio (à la frontière gréco-bulgare). Ces dernières années, il a fait l’objet de travaux de construction majeurs, et le présent projet apporte une contribution vitale au réseau global.

Renforcer la compétitivité et la croissance dans la région

Les principaux bénéficiaires du projet seront les habitants de la région d’Évros, mais aussi des personnes plus éloignées, notamment celles impliquées dans les activités de production. Ils bénéficieront de systèmes de transport plus sûrs et plus abordables, un facteur décisif en termes d’accessibilité pour la région.

Le développement et la modernisation des infrastructures de transport compteront comme des facteurs favorables pour la compétitivité de la production locale. Les professionnels du commerce, du tourisme et de la culture bénéficieront en particulier des retombées positives de ce projet. La nature transfrontalière de ce dernier ouvrira la voie à des perspectives de développement de liens avec les pays de l’Est des Balkans et de l’Union européenne, notamment à un meilleur accès aux marchés bulgares et turcs pour la production locale. En termes d’emplois, un total de 3 716 emplois directs (d’une durée moyenne de 12 mois) seront créés dans le cadre du projet.

Date de rédaction

27/09/2011