La modernisation de la ligne ferroviaire Berlin-Rostock améliore les connexions pour les passagers et les marchandises

Les travaux entrepris sur la ligne, qui fait partie du réseau transeuropéen de transport (RTE-T), visent à accroître sa capacité, raccourcir les temps de trajet et améliorer la sécurité.

Autres outils

 

L’investissement permet d’améliorer les conditions d’accès entre l’agglomération de Berlin et Rostock, un centre important du nord-est de l’Allemagne, sur les rives de la mer Baltique. De plus, les villes de Neustrelitz et d’Oranienburg profitent de meilleures connexions vers ces deux centres. Cela améliore l’intégration de l’arrière-pays de la mer Baltique, un objectif clé de la stratégie de la mer Baltique.

Parmi les principaux bénéficiaires du projet figurent les habitants du Mecklembourg-Poméranie occidentale et du Brandebourg, qui verront leurs temps de trajet diminuer avec l’augmentation de la vitesse de circulation jusqu’à 160 km/h. En même temps, l’acheminement des marchandises jusqu’au port de Rostock sera plus facile grâce aux travaux de modernisation de la ligne pour le transport des marchandises lourdes. La ligne aura une capacité de charge à l’essieu de 25 tonnes.

Un élément du corridor ferroviaire européen

La ligne fait partie du corridor RTE-T 01 nord-sud qui relie la Scandinavie au sud de l’Italie. L’investissement actuel crée aussi les conditions nécessaires à une future extension du segment à haute vitesse du corridor (Berlin – Munich – Vérone/Milan – Naples) en direction du nord.

Renouvellement des infrastructures

Globalement, les travaux de rénovation portent sur 63,5 km de voies ferrées, dont 60,0 km doivent être adaptés pour prendre en charge des vitesses de 160 km/h. Cet investissement constitue le troisième module du programme de modernisation de la ligne ferroviaire Rostock-Berlin. Les travaux du premier et du deuxième modules sont déjà entamés.

Si l’itinéraire général n’a guère été modifié par cette modernisation, les travaux de construction prévoient néanmoins quelques déviations afin d’améliorer la dynamique de conduite. Certains segments de la ligne aérienne de contact doivent être renouvelés et adaptés en raison de l’augmentation de la vitesse de circulation. De plus, une analyse a été entreprise pour repérer les éventuels problèmes au niveau de l’assiette de la voie, dus à son exposition au gel ou  aux limites de charge par exemple, et des couches de protection supplémentaires sont insérées le cas échéant pour autoriser des charges à l’essieu plus importantes.

Cet investissement concerne le troisième module de modernisation et de construction de la ligne ferroviaire Rostock-Berlin. Le projet devrait s’achever à la fin 2015 et sa mise en œuvre devrait générer 200 emplois. Le premier module a été approuvé en avril 2011 et le second en février 2013. Les travaux de construction entrepris dans le cadre de ces modules ne sont pas encore terminés.


Investissement total et financement de l’UE

Le projet «Maßnahme Netz 21, Korridor 101, Streckenertüchtigung Rostock -Berlin, Modul 3 (Measure network 21, corridor 101, line upgrade Rostock-Berlin, module 3)» a fait l’objet d’un investissement total de 273 000 000 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à 69 000 000 EUR au titre de l’axe prioritaire 1 «Voie ferroviaires fédérales» du programme opérationnel «Transports» pour la période de programmation 2007-2013. Les modules 1 et 2 ont chacun bénéficié d’un apport de 21 000 000 EUR de la part de l’UE, sur un coût total de 86,3 millions d’euros pour le module 1 et de 79 200 000 EUR pour le module 2.


Date de rédaction

18/11/2014