Amélioration du transport dans l'une des régions ultrapériphériques de l'UE

Une section importante du réseau routier de l'île de la Réunion fait actuellement l'objet de travaux de modernisation visant à améliorer la vie des résidents, tout en respectant l'infrastructure unique de la région.

Autres outils

 

L'île de la Réunion est une région française située dans l'océan Indien. 800 000 personnes y ont élu domicile. Longue de 63 km et large de 45 km, elle fait partie des régions dites ultrapériphériques de l'Union européenne. En raison de l'environnement de l'île, aussi superbe que fragile, ce projet nécessite un niveau de précaution inhabituel. Dans le cadre des travaux entrepris dans ce paysage complexe, la priorité est ainsi donnée aux considérations environnementales. La voie en question, la Route des Tamarins, a été construite à l'origine en 1987. Composée de 2 fois 2 bandes de circulation, elle relie le sud de l'île (le Tampon – Saint-Pierre) à l'est (Saint-Benoît) via Saint Denis. Cette route fait partie d'un programme de développement à long terme du réseau routier national de l'île appelé le PALT.

Minimiser les conséquences pour les zones environnantes

L'île est célèbre pour la diversité de son paysage. La préservation de l'environnement constitue dès lors une des priorités de la mise en œuvre de ce projet. L'objectif de ce dernier est de permettre l'intégration des infrastructures de transport dans la région en tenant compte de son écologie, de son patrimoine, de ses ressources et des aspects pollution et sécurité. En raison de la diversité écologique de l'île, de nombreux facteurs environnementaux doivent être pris en considération, tels que la protection des zones autour des ravins et ses lagons, d'une extrême fragilité.

D'autre part, certaines zones situées en contrebas de la route constituent une source d'approvisionnement en eau pour la population, si bien qu'il convient impérativement d'éviter tout risque de contamination. Dans la mesure où la route passe à proximité des zones résidentielles, il importe de ne pas nuire à la qualité de vie des résidents. D'importants facteurs climatiques nécessitent aussi une attention accrue. Dans l'ensemble, la Route des Tamarins traverse cinq zones géographiques distinctes dont chacune présente des défis uniques: des forêts, des ravins, des terres agricoles et une faune et une flore délicates, pour n'en citer que quelques-uns. Enfin, les parties prenantes locales participant au projet se sont engagées à créer des infrastructures respectueuses des principes du développement durable.

Des avantages pour les touristes et les résidents

Les principaux objectifs de ce projet sont d'assurer le confort et la sécurité des personnes voyageant sur les routes, réduire les temps de voyage et protéger l'environnement. Les trajets entre les principaux centres de population de Saint-Pierre, Saint-Benoît et Saint Denis ont été nettement améliorés et les congestions du trafic y ont été réduites. Ce projet devrait également avoir un impact positif sur l'environnement à travers une réduction des émissions de gaz à effet de serre. La mise en œuvre devrait déboucher sur la création de 35 emplois.

L'ouest de l'île devient également plus accessible, dans la mesure où les routes locales existantes sont reliées à la Route des Tamarins, ce qui est bénéfique aussi bien aux habitants locaux qu'aux touristes. Cette zone de l'île est en effet réputée pour ses superbes trajets de randonnée, ses possibilités de sport en eau vive et de canyoning et sa végétation luxuriante. Le tourisme est d'ailleurs la principale industrie de l'île, de telle sorte que tout coup de pouce au tourisme constitue également un coup de pouce à l'économie locale.

Investissement total et financement de l’UE

Le projet «Route des Tamarins (2e phase)» dispose d'un budget total de 1 091 000 000 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional de l’UE s’élève à 114 378 201 EUR pour la période de programmation 2007-2013. Le projet est financé au titre de la priorité «Compétitivité du territoire: organisation du territoire de l'île sur la base des nouveaux paramètres de performance» du programme opérationnel «Réunion».

Date de rédaction

23/05/2013