En Europe centrale, le projet VIS NOVA encourage le recours aux énergies durables et renouvelables issues de sources locales.

À moyen et long terme, le projet entend aider les régions rurales à couvrir 100 % de leur demande énergétique à partir de sources locales, de manière à promouvoir les énergies renouvelables et à augmenter simultanément la sécurité des approvisionnements.

Autres outils

 

" VIS NOVA peut être envisagé comme le point de départ d'une transition énergétique durable dans les régions rurales et l'accord de coopération transfrontalière pourrait amener les partenaires à initier de nouveaux projets. "

Sebastian Graetz, gestionnaire de projet à la Aufbauwerk Region Leipzig GmbH

Dans le cadre de ce projet, des efforts systémiques seront fournis par les acteurs de la politique de développement régional en vue d'une utilisation accrue des énergies renouvelables locales et d'une réduction du gaspillage énergétique. À cette fin, les autorités locales et régionales bénéficieront d'un soutien pour développer et mettre en œuvre de nouveaux plans énergétiques ainsi que des projets pilotes inspirés de bonnes pratiques.

Ces projets pilotes ont encouragé   l’échange de bonnes pratiques entre les différents pays. Par exemple, les partenaires peuvent avoir accès à des informations sur les dernières innovations dans le domaine de l'énergie recensées ailleurs en Europe et ainsi décider d'appliquer ces technologies sur leur propre territoire.

Des projets pilotes fructueux

Le succès rencontré par les projets pilotes appuyés par VIS NOVA, notamment le système de chauffage géothermique installé dans le centre sportif et de thalassothérapie de la ville de Szekszard en Hongrie, témoigne des bénéfices apportés par cette initiative. Auparavant, le système de chauffage fonctionnait au gaz naturel mais en forant à 350 mètres de profondeur dans le sol, il a été possible de l'alimenter à partir d'eaux chaudes souterraines (32 degrés centigrades). Grâce à la pose de panneaux solaires thermiques sur le versant sud du bâtiment, la facture de chauffage du centre a diminué de 56 %.

Parmi les autres initiatives, citons l'installation, à la demande du conseil régional de Gorlice (Pologne), d'un système moderne de contrôle de l'alimentation destiné à faire baisser la consommation d'électricité dans les locaux de l'école Ignacy Łukasiewicz et l'ouverture à Mohács, en Hongrie, d'un tout nouveau pôle (30 MW) de valorisation de la biomasse qui fait intervenir, pour la production de chaleur, des sous-produits locaux au lieu du gaz naturel. Le lancement d'une centrale électrique virtuelle à Deliztsch dans l'arrondissement de Saxe-du-nord constitue un autre projet pilote qui permettra aux bâtiments de l'administration municipale d'atteindre une autonomie énergétique complète.

Ces projets, à l'instar d'autres, ont pour objectif de réduire la facture et la consommation énergétiques, tout en favorisant l'indépendance des zones rurales dans leur capacité à produire de l'énergie. Ils ont également vocation à renforcer la compétitivité économique des régions et à promouvoir la cohésion territoriale. Les ressources énergétiques, lorsqu'elles sont durables, abordables et produites à l'échelon local, contribuent également à attirer les entreprises sur le territoire concerné et, par là même, à créer des emplois.


Investissement total et financement de l’UE

Le projet «VIS NOVA» a fait l’objet d’un investissement global de 2 665 661 EUR dont 2 106 626 EUR alloués par le Fonds de développement régional au titre du programme opérationnel «Europe centrale» pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

04/12/2014