Promouvoir le trolleybus comme moyen de transport urbain du futur

Un projet paneuropéen a sensibilisé l’opinion au potentiel du trolleybus, un moyen de transport écologique et économique pour les villes et régions d’Europe centrale.

Autres outils

 
Nowoczesne trolejbusy mogą stanowić inteligentny i ekologiczny transport miejski. Nowoczesne trolejbusy mogą stanowić inteligentny i ekologiczny transport miejski.

Le trolleybus ne génère pas de pollution atmosphérique, il est silencieux et économique. Bien qu’on en dénombre encore 40 000 en service dans le monde et notamment dans de nombreux pays d’Europe centrale, sa popularité a chuté dans les dernières années. Malgré ce déclin, le trolleybus pourrait jouer un rôle clé dans les systèmes de transport urbain de demain en raison d’un mouvement en faveur de l’abandon des carburants fossiles au profit des véhicules électriques. Néanmoins, il faudra d’abord résoudre des problèmes techniques et environnementaux et créer une nouvelle image de ce moyen de transport polyvalent aux yeux des pouvoirs municipaux et du grand public.

Ce projet de trois ans, intitulé «TROLLEY– Promoting Electric Public Transport», visait à tirer parti des connaissances sur les systèmes de trolleybus existants en Europe centrale pour encourager leur modernisation, et à faire connaître leurs nombreux avantages dans les autres villes d’Europe.

La création d’une image nouvelle et écologique

Le projet TROLLEY rassemble neuf partenaires européens dans le domaine du transport public électrique, issus de six États membres (Allemagne, Autriche, Hongrie, Italie, Pologne, République tchèque).

Des études de faisabilité conjointes menées dans le cadre de ce projet visent, par exemple, à rendre le trolleybus plus efficient sur le plan de la consommation énergétique ou plus rapide dans les zones urbaines. Les partenaires ont également développé le premier bus hybride trolley-batterie en Europe. Mis en service pour la première fois à Eberswalde (Allemagne) en août 2012, ce véhicule tire son énergie soit des caténaires (lignes aériennes), soit d'une batterie lithium-ion.

Des initiatives, notamment une campagne d’information intitulée «ebus: the smart way» (ebus: la solution intelligente) mais aussi une Journée annuelle européenne du trolleybus, ont aussi cherché à promouvoir les avantages des systèmes de trolleybus. Célébrée à l'occasion de la Semaine de la mobilité, la Journée européenne du trolleybus attire des milliers de visiteurs dans les villes partenaires du projet: Salzbourg, Brno, Eberswalde, Gdynia, Parme, Leipzig et Szeged.

Un partage d’outils et de savoir-faire

Le projet, qui s’est achevé en mars 2013, laisse pour héritage principal une documentation présentant l’expertise et le savoir-faire acquis pendant ces trois années de mise en œuvre. Au programme, trois modules d’apprentissage en ligne (connaissances de base sur les trolleybus, stockage de l’énergie et adoption des systèmes de trolleybus), un manuel de référence sur l’utilisation partagée d’un réseau trolleybus-tramway et un manuel expliquant comment remplacer les bus diésel. Toute cette documentation peut être consultée dans un centre européen de connaissances sur le trolleybus, pôle d’information également établi dans le cadre du projet, proposant une liste d’experts et une bibliothèque de ressources sur les systèmes de trolleybus.

Le projet a mis l’accent sur les nombreux avantages du trolleybus, en particulier son respect de l’environnement, un argument clé lorsqu’on envisage les systèmes de transport urbain de demain. Sachant que le trafic génère 40 % de la pollution dans la ville de Salzbourg, Alexandra Weiss de la société Salzburg AG für Energie, Verkehr und Telekommunikation, chef de file du projet, est convaincue que les projets tels que TROLLEY sont indispensables pour «encourager l'abandon des systèmes de transport publics fonctionnant aux énergies fossiles au profit de solutions de mobilité électriques qui s'inscrivent dans la durée».


Investissement total et financement de l’UE

Le projet «TROLLEY – Promoting Electric Public Transport» a nécessité un investissement total de 4 187 746 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à 3 274 112 EUR au titre de la priorité 2 «Améliorer l'accessibilité dans et vers l’Europe centrale» du programme de coopération territoriale «Europe centrale» pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

28/08/2013