Préserver le patrimoine culturel des paysages d'Europe centrale

Le projet Vital Landscapes fédère, autour d'activités régionales et d'échanges internationaux, des partenaires et interlocuteurs de toute l'Europe centrale engagés dans le développement de solutions paysagères. Les paysages séculaires font partie intégrante de l'identité régionale mais, trop souvent, la méconnaissance de leur valeur donne lieu à des modifications environnementales inconsidérées.

Autres outils

 
Les enfants découvrent toute l'importance d'un paysage naturel intact.© Luka Vidic, Ljubljansko Barje, Slovénie Les enfants découvrent toute l'importance d'un paysage naturel intact.© Luka Vidic, Ljubljansko Barje, Slovénie

" Avec l'aide de VITAL LANDSCAPES, nous avons pu compléter notre base de données sur les mesures de préservation du territoire et du paysage dans la basse vallée de la Saale. De plus, les nombreux ateliers de discussion avec les citoyens et les parties prenantes concernées ont généré de nouvelles idées sur l'aménagement du paysage. "

Dr Gerd Villwock, vice-président du parc naturel de la basse vallée de la Saale

Soucieux de préserver la qualité, la beauté et la diversité des paysages d'Europe centrale, les huit partenaires au projet, issus du monde académique et professionnel, se sont attachés à tester de nouvelles formes de participation citoyenne et à organiser dans les différents pays des événements, conférences, rencontres de groupes de travail et visites d'études selon une approche plus traditionnelle. Ils stimulent leurs interlocuteurs dans toute l'Europe centrale à débattre entre eux des méthodes de préservation du paysage et à échanger leurs idées afin d'étoffer leur palette de solutions potentielles.

Encourager la participation citoyenne sur le terrain

Le projet Vital Landscapes a pour ambition d'impliquer les habitants des différentes localités dans le processus décisionnel concernant l'évolution du paysage sur leur territoire. En Allemagne, dans la basse vallée de la Saale, des formations sont organisées à l'intention de futurs guides spécialisés en paysage culturel, pour qu'ils puissent ensuite devenir des ambassadeurs de leur région et faire profiter les visiteurs de leurs connaissances. Le groupe de la basse vallée de la Saale collabore également avec des experts locaux dans le but d'identifier les sites pouvant faire l'objet de mesures de préservation et, par là même, de contrepoids aux autres parties du territoire soumises à des mesures d'aménagement de plus grande ampleur.

En Autriche, dans la région de Mühlviertel, des débats sont organisés autour du thème du paysage, afin de mieux cerner les attentes des habitants au sujet de l'aménagement territorial dans leur propre village et ses alentours. Ces rencontres sont, pour les participants, l'occasion d'exprimer leur opinion, de définir les sujets qui doivent être traités en priorité par la municipalité et de se pencher sur les projets en matière d'aménagement territorial.

Dans le massif de la Sumava, en République tchèque, ces rendez-vous citoyens réguliers contribuent à éveiller l'intérêt des habitants pour la réserve de biosphère ouverte depuis peu. En Slovénie, à Ljubljansko Barje, les agriculteurs locaux vantent les mérites des produits du terroir auprès des habitants des agglomérations avoisinantes et expliquent aux enfants comment ils peuvent devenir des acteurs du développement durable, dans le respect du paysage naturel.

Diffuser le partage des valeurs écologiques en Europe centrale

Les modifications de nos paysages sont d'autant plus difficiles à percevoir qu'elles suivent une progression très lente. Cependant, les photos ou les simulations permettent aux acteurs concernés de visualiser les menaces qui pèsent sur le paysage et d'illustrer avec plus de clarté ce processus de changement. Soucieux de proposer des pistes de discussion objectives, les partenaires au projet ont recours à différentes techniques de visualisation. On retrouve, parmi celles-ci, des techniques sophistiquées mais aussi des méthodes plus conventionnelles (comparaison d'images, de cartes et d'orthophotographies d'archives), qui furent utilisées à Male Karpaty, en Slovaquie. Au rang des technologies de dernière génération, citons la mise au point d'applications GoogleEarth qui permettent de visualiser sur des images en trois dimensions les modifications du paysage intervenues dans la région de Nagyberek, en Hongrie. À Msciwojow, en Pologne, le projet est mené à bien en collaboration avec des acteurs locaux et repose sur l'utilisation de l'outil de modélisation 3dsmax qui aide les habitants à imaginer à quoi ils voudraient que ressemble leur village après le chantier de réaménagement.

Fidèles à leur ambition de préserver les paysages culturels, les partenaires au projet mettent en avant les moyens par lesquels les besoins en développement économique des régions, la protection environnementale et le bien-être social pourront être conciliés. Ils sont d'ores et déjà parvenus à encourager le dialogue entre les différents acteurs chargés de la conservation du paysage (agriculteurs, investisseurs, spécialistes de l'environnement), tant au niveau régional qu'européen.


Investissement total et financement de l’UE

Le projet «Valorisation and Sustainable Development of Cultural Landscapes using Innovative Participation and Visualisation Techniques» («Valorisation et développement durable des paysages culturels au moyen de techniques de visualisation et de participation innovantes») a fait l'objet d'un investissement global de 2 018 152 EUR dont 1 619 435 EUR ont été alloués par le Fonds européen de développement régional au titre du programme opérationnel «Europe centrale» pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

12/12/2014