Faire face au problème des eaux usées dans l'industrie pharmaceutique

Dans le cadre d'un partenariat transnational, des solutions ont été trouvées pour éviter que les eaux usées contaminées par des produits pharmaceutiques entrent dans le cycle de l'eau. 

Autres outils

 
traitement des eaux usées au charbon actif. ©Rupert Oberhäuser traitement des eaux usées au charbon actif. ©Rupert Oberhäuser

Dans le cadre du projet PILLS, cofinancé par le FEDER, des travaux ont été entrepris pour mettre au point un traitement à la source dans les hôpitaux. Il s'agissait de déterminer comment traiter les eaux usées présentant de fortes concentrations de substances pharmaceutiques afin de réduire leur déversement dans les milieux aquatiques. Les techniques d'élimination des bactéries résistantes aux antibiotiques ont aussi été étudiées.

Cette initiative conjointe a réuni des scientifiques et des praticiens, qui ont étudié comment traiter les eaux usées aux sources ponctuelles, par exemple dans les hôpitaux.  Ces experts ont aussi envisagé la mise en place de plusieurs initiatives visant à réduire les déversements. Des hôpitaux, des fournisseurs, des agences de gestion de l'eau, des particuliers et d'autres parties prenantes ont participé à ce processus.

Les concentrations de résidus pharmaceutiques détectées dans l'eau sont, certes, très faibles, mais il existe peu d'informations sur leurs effets sur l'environnement. L'équipe du projet a évalué l'étendue de la contamination du milieu aquatique par les substances incriminées, et a testé parallèlement l'écotoxicité et le traitement aux sources ponctuelles pour trouver une solution au problème des micropolluants pharmaceutiques.  Les partenaires au projet se sont aussi penchés sur la nécessité d'instaurer un changement de comportement.

La coopération a favorisé une véritable prise de conscience du problème parmi les responsables politiques et l'opinion publique. 

De plus, cette expérience s'est avérée très enrichissante pour les communautés impliquées. C'est ce qu'a démontré une enquête réalisée à l'issue d'une campagne de formation et d'éducation de deux ans sur la consommation durable et la mise au rebut des produits pharmaceutiques. Réalisée dans la ville de Dülmen, cette campagne a impliqué 13 écoles, des pharmaciens, des professionnels du secteur médical et des clubs de sport.

Les résultats du projet ont aussi influencé le processus décisionnel à la Commission européenne. En effet, une approche stratégique proposant des mesures pour limiter l'impact des résidus pharmaceutiques sur l'environnement doit être adoptée très prochainement.

Investissement total et financement de l'UE

Le projet «PILLS – Pharmaceutical Input and Elimination From Local Sources» a fait l'objet d'un investissement total de 8 353 528 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à 4 060 880 EUR au titre du programme opérationnel «Europe du Nord-Ouest (ENO)» pour la période de programmation 2007-2013.

Date de rédaction

04/01/2016