ARBOR: Sécuriser l’approvisionnement en énergie issue de la biomasse dans le nord-ouest de l’Europe

Les régions et les municipalités du nord-ouest de l’Europe tentent de trouver des moyens de faire face aux pressions énergétiques toujours plus fortes exercées sur nos ressources en produisant de la biomasse. Il est toutefois indispensable d’améliorer la coordination et de développer le savoir-faire commercial. Le projet ARBOR, qui compte des partenaires au Benelux, en Allemagne, en Irlande et au Royaume-Uni, cherche à apporter une solution aux problèmes liés à l’offre et à la demande de ce matériau biologique. L’objectif ultime est de faire de l’UE un centre de production de biomasse de classe mondiale.

Autres outils

 
Le projet ARBOR tente de trouver des moyens de faire face aux pressions énergétiques toujours plus fortes exercées sur nos ressources en produisant de la biomasse. Le projet ARBOR tente de trouver des moyens de faire face aux pressions énergétiques toujours plus fortes exercées sur nos ressources en produisant de la biomasse.

La coopération transnationale européenne dans ce domaine est vitale car elle pourrait permettre la mise en œuvre de stratégies européennes, nationales et locales pour la production durable de biomasse. Grâce à son approche transnationale innovante, le projet ARBOR fournit des solutions intelligentes pour aider les différents pays à faire face aux problèmes liés à l’offre et à la demande de biomasse. Les projets pilotes innovants ont servi de référence pour la mise en œuvre des solutions de transformation de l’énergie à base de biomasse, et le projet contribue à la réalisation des objectifs 2020 définis dans les plans d’action nationaux en matière d’énergies renouvelables.

ARBOR réunit les principaux acteurs des différentes étapes de la chaîne d’approvisionnement de la biomasse. Parmi ceux-ci figurent des universitaires qui enseignent la biomasse et participent à des recherches dans ce domaine, des autorités locales qui dirigent les nouvelles expérimentations de la biomasse, et des fabricants qui contribuent à l’étude de nouveaux procédés et méthodes.

Des projets pilotes transnationaux

Le consortium a pris conscience de l’importance de la coopération transnationale et a mis sur pied une série de projets pilotes pour l’approvisionnement et l’exploitation des matériaux de biomasse en Europe du nord-ouest.

L’un de ces projets est mis en œuvre à Stoke-on-Trent au Royaume-Uni, où l’on utilise les déchets de bois produits lors de l’entretien des parcs et des espaces verts. Un autre a été conduit dans la Sarre, en Allemagne. Il porte sur la production de biomasse à partir de déchets organiques et de boues d’épuration. Dans la région de Campine, en Belgique, l’équipe du projet étudie la production de biomasse à partir de sols qui ne peuvent pas être exploités à des fins agricoles ou pendant les périodes durant lesquelles ils ne peuvent pas être affectés à la production de cultures vivrières.

Outre les projets pilotes, différentes technologies de conversion sont aussi utilisées à des fins de démonstration, par exemple un gazéifieur de biomasse pour produire des gaz combustibles à partir du bois. Le but de ces démonstrations est de présenter des solutions aux entreprises et aux municipalités cherchant à produire de la chaleur et de l’électricité à partir de déchets. Grâce au projet ARBOR, le Centre of Excellence for Biomass to Energy (CEBE) de l’Université du Staffordshire est aujourd’hui devenu un point de contact transnational, qui relie les parties prenantes désireuses d’apprendre de première main comment gérer un système de biomasse.

Le partenariat ARBOR veut s’imposer comme premier réseau d’experts de la biomasse en Europe du nord-ouest. L’équipe du projet espère que, à terme, ce réseau pourra dispenser à tous les investisseurs potentiels de la région des conseils sur la façon de procéder pour créer des chaînes d’approvisionnement de biomasse. Elle continuera également de rechercher des moyens d’exploiter les sources de biomasse autrefois considérées comme inappropriées pour des raisons économiques, politiques ou environnementales.

Une approche de bout en bout

Contrairement aux précédents projets sur la biomasse, qui se concentraient exclusivement sur un seul élément de la biomasse, ARBOR adopte une approche globale qui couvre tous les aspects de la chaîne d’approvisionnement. Cette approche permettra de mettre au point une méthode efficace pour développer l’utilisation de la biomasse dans la région, une condition essentielle pour parvenir à une bioéconomie saine et à une croissance verte.

Le consortium a élaboré un plan d’action à long terme afin de préserver les acquis du projet aussi longtemps que possible. Le Centre d’excellence de l’Université du Staffordshire jouera un rôle majeur dans la réalisation de ce plan.

lusieurs liens ont été établis entre ARBOR et d’autres projets, et différents partenaires ont déjà commencé à soumettre des offres de financement qui permettront de développer plus encore les résultats impressionnants du projet ARBOR.

«Le projet ARBOR est unique dans le sens où il s’intéresse à l’intégralité de la chaîne d’approvisionnement en énergie issue de la biomasse, depuis la fabrication jusqu’à la production d’énergie. Il vise également à stimuler la création d’emplois dans l’industrie de la biomasse en Europe et à aplanir les disparités régionales en termes de production.»

  • Dr Sacha Oberweis, responsable du projet ARBOR

Investissement total et financement de l’UE

Le projet «ARBOR» bénéficie d’un investissement total de 7 361 958 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional, au titre du programme opérationnel «INTERREG IV-B Europe du nord-ouest» pour la période de programmation 2007-2013, s’élève à 3 717 426 EUR.

Date de rédaction

31/01/2014